Le tuning, pratique populaire stigmatisée

 
CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Auteur d’un article sur le tuning publié en 2012 par la revue Sociologie de l’Art, Eric Darras, Professeur de Science politique, a accepté de répondre aux questions de Mondes Sociaux (MS) posées par Pierre Biet (Master 2 Expertise culturelle, IEP de Toulouse) et Elizabeth Cabrol (Master 2 Sociologie politique, IEP de Toulouse).

Mondes Sociaux (MS) : Qui sont les adeptes du tuning ? 

Les tuners répondent que changer son auto-radio c’est faire du tuning. Le tuning est l’art de personnaliser son véhicule (vélo, moto, tracteur, automobile, camion…). L’idée reste de fabriquer un véhicule unique, le sien. Le tuning se perpétue, sous d’autres noms, au moins depuis l’invention de la production d’automobiles en série. De ce point de vue, on trouve des Ferrari et même des Rolls-Royce tunées, celle psychédélique de John Lennon par exemple. Dès 1975, le pilote de course français Hervé Poulain, puis BMW ont sollicité chaque année un artiste pour le tuner un véhicule : Calder, Rauschenberg, Stella et Lichtenstein se sont prêtés au jeu. Jeff Koons aussi. Mais est-il un artiste ?

Quoi qu’il en soit le tuning comme hobby régulier semble majoritairement pratiqué par des hommes de moins de 25 ans qui comptent parmi ces « gars du coin » étudiés par Nicolas Renahy, cette jeunesse des bourgs ruraux confrontés à la désindustrialisation. Ils sont généralement les enfants des ouvriers des usines de ces communes qui, contrairement à leurs ainés, n’ont pu trouver leur place à l’usine délocalisée ou en voie de l’être. On rencontre aussi quelques femmes.

Affiche de Fast and Furious: Tokyo Drift de Justin Lin, 2006

Affiche de Fast and Furious: Tokyo Drift de Justin Lin, 2006

Les tuners se hiérarchisent entre les virtuoses qui font tout eux-mêmes, et les autres, qui utilisent des kits, paient des garagistes… Les virtuoses se distinguent par les ressources, savoirs et savoir-faire incarnés dans et par leurs véhicules tunés, qui deviennent les objets d’une fierté individuelle et collective. Par ailleurs, ils s’opposent entre eux : d’un côté les « drifters », les plus virils, cherchent la performance en allégeant le véhicule, de l’autre les tuners stricto sensu alourdissent le véhicule pour privilégier sa dimension esthétique. D’un point de vue plus théorique, celui qui intéresse la sociologie politique, ce sont les deux fractions de la classe populaire qui s’opposent entre ceux qui privilégient des ressources corporelles et économiques et ceux qui actualisent des ressources plus culturelles.

MS : Cette pratique dite « populaire » semble stigmatisée. L’étude sociologique permet-elle d’aller contre le sens commun ?

Cette pratique culturelle est en effet particulièrement réprimée par le droit et la police. Elle est aussi méprisée, notamment par des journalistes parisiens qui décrivent volontiers ses adeptes comme des « beaufs », des « jackys », ou des débiles plus ou moins légers flambant leurs maigres salaires, des jeunes hommes dangereux, voire racistes, sexistes et sexuellement frustrés comme l’attesteraient les pin-up décorant les véhicules… On en trouve une illustration caricaturale sur Internet avec les choix méprisants des personnages et les mises en scène sans commentaires d’une livraison de Strip-Tease consacrée au tuning et initialement diffusé par France 3.

On rencontre aisément d’autres manifestations typiques de ce racisme de classe journalistique. Et encore récemment dans certaines descriptions simplistes de l’électeur FN ou dans les réceptions très parisiennes et radical-chic autour du livre d’Edouard Louis En finir avec Eddie Bellegueule. Cet ouvrage sert de prétexte dans certains milieux « cultivés » et bien-pensants pour surenchérir sur une soi-disant nature violente, bestiale, stupide et homophobe des classes populaires… Ce mépris et cette condescendance m’insupportent particulièrement pour des raisons qui tiennent, bien sûr, à ma propre trajectoire sociale. Il s’agit alors d’être aussi réflexif que possible pour tenter de sublimer cette irritation : ne pas rire, ne pas déplorer, mais tenter de comprendre.

MS : Comment peut-on expliquer ces stéréotypes ?

On assiste au retour des élucubrations de Gustave Le Bon : c’est la peur bourgeoise des foules populaires, inséparable d’un enfoncement dans la crise économique… Il est d’ailleurs significatif que le livre de Le Bon, La psychologie des foules, soit republié à grande échelle par les Presses Universitaires de France. Son seul intérêt est historiographique. Il est tellement dépassé !

494118044_a0439df4c9_z

CC Flickr Tambako The Jaguar

Dans d’autres visions simplistes caricaturales, le véhicule est analysé à la manière d’un étui pénien, prolongement phallique du mâle populaire en mal de virilité : stéréotype raciste de classe et sexiste à l’encontre d’ouvriers campagnards, qui peut être le fait de femmes, universitaires ou journalistes, bourgeoises cosmopolites qui se vivent comme progressistes. Ces stéréotypes infantilisent ou rabaissent ces jeunes hommes des classes populaires rurales vers une prétendue bestialité, vers une nature animale perçue de loin par certains « intellectuels » sous le registre ambigu de la fascination/répulsion : d’un côté, la valorisation du « membre viril » et de la puissance sexuelle ; de l’autre, le cambouis, la saleté, la campagne comme désert culturel.

Ces descriptions aussi fausses que dégradantes du tuning s’expliquent d’abord par la distance sociale abyssale qui sépare la bourgeoisie intellectuelle « de gauche » de ces enfants d’ouvriers qui vivent dans des bourgs ruraux. En réaction, le sociologue de terrain, irrité de surcroit, peut être tenté d’opposer une explication populiste enchantée, romantique ou subversive du tuning comme contre-culture ou tactique de résistance populaire.

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Comprendre le rapport des classes populaires à l’automobile, à la culture, c’est d’abord refuser ce type de raisonnement normatif. Le tuning ne relève pas d’une révolution créatrice, pas vraiment d’une émancipation, mais peut-être de l’eigensinn (obstination). Mais il relève bien d’une culture : c’est à la fois une culture, une contre-culture et une sous-culture. Si certains redoublent d’ingéniosité et d’inventivité, ils n’en sont pas moins des ouvriers à la base d’un ordre économique, social et symbolique qui ne leur laisse à peu près aucune chance d’être entendus au sommet des champs politique, journalistique et, a fortiori artistique ou académique.

MS : Dans quelle mesure le tuning traduit-il une appartenance au monde ouvrier ?

Le véhicule tuné exprime une dignité de travailleur manuel et bien souvent d’ouvrier, car pour reprendre une expression plusieurs fois entendue, « un ouvrier ça bosse ! », même au chômage… Le véhicule remplace en quelque sorte les mots qu’il n’a pas. Mais attention à ne pas surinterpréter ce qu’il me faut traduire parce que ces revendications ne valent pas pour tous, parce qu’elles sont confuses dans la mesure où il est difficile pour ceux qui sont sortis souvent très tôt de l’Ecole, de les mettre en mots. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils s’expriment par le tuning, par ces objets personnalisés produits par l’intelligence de la main. Le véhicule tuné s’apparente à l’œuvre du compagnon, il se vit souvent chez les plus virtuoses comme la preuve de la capacité de travail de l’ouvrier humilié parce qu’il n’a pas de travail, en tous cas à l’usine. Le véhicule tuné exprime mieux qu’un CV, le droit du tuner à un travail productif stable « al païs ».

4632134325_84f71bf0bc_z

CC Flickr PROKecko

MS : Peut-on retrouver des revendications politiques au sens premier ? 

Chez certains tuners qui surenchérissent dans le virilisme, il y a l’expression d’une colère ouvrière qui tend à se politiser contre les fainéants. Lorsqu’Alain Touraine étudiait il y a plus d’un demi-siècle la « conscience ouvrière », les « fainéants » étaient les bourgeois, la classe oisive, les rentiers. Aujourd’hui, si le travail reste au coeur des opposition Eux/Nous, les « fainéants » sont pêle-mêle : la « racaille », ces autres jeunes des classes populaires qui habitent la ville, dans les cités ; les dealers ; ceux qui profitent des aides de l’Etat et des allocations ; les fonctionnaires : les gros agriculteurs ; les patrons. L’opposition Nous-les-travailleurs contre Eux-les-fainéants se retrouve donc, mais autrement.
Quelques symboles empruntent aux suprématistes blancs, certains discours rappellent et parfois en appellent – très rarement au « Karcher » -, à la nécessité de « couper des têtes » ou au rapport de force violent. Ces discours restent tout à fait marginaux, ce qui ne veut pas dire insignifiants. La sociologie n’a pas vocation à prédire l’avenir, mais il me semble quand même plus qu’urgent de cesser de stigmatiser pour écouter et s’intéresser à ces jeunes des classes populaires en général et rurales en particulier… L’aveuglement des politiques de droite comme de gauche reste de ce point de vue consternant, au contraire de l’extrême droite qui surenchérit et se nourrit de ces déplacements des frontières de classes.

MS : Comment appréhender les critères esthétiques qui président à la pratique du tuning et leur enjeu sociologique ?

Pour reprendre la belle formule de Véronique Moulinier, lorsque l’ouvrier fait du beau, il devient un ouvrier ordinaire. En milieu ouvrier le beau est souvent le produit de l’effort physique. La course du cycliste (non dopé) est belle parce qu’elle révèle la force, la ténacité du sportif… Le véhicule personnalisé est beau parce qu’il est le fruit d’efforts répétés, difficiles, tenaces. Il est beau aussi parce qu’il est harmonieux, propre, et surtout unique. Au fond parce qu’il objective un amour du travail bien fait. Les usines ferment ou ont disparu du bourg et, le plus souvent, la parcellisation de travail ne permettait déjà plus à l’ouvrier l’expression de ses savoir-faire dans la production parfaite d’un produit singulier. Et c’est précisément cette fierté ouvrière que le tuning de ces enfants et petits enfants d’ouvriers revendique.

 

CC Wikimedia Commons Jean-noël Lafargue

CC Wikimedia Commons Jean-noël Lafargue

MS : Vous laissez entendre que le tuning est une pratique de classe genrée. Quels sont les rapports homme-femme au sein des teams ? 

Les meetings de tuning comptent, avec les débits de boissons ou les stades de football (ou de rugby dans le Sud-Ouest) parmi ses espaces-temps de construction de l’habitus masculin mobilisant l’exhibition de la force, « de la gueule », du courage et des capacités de résistance à l’alcool pour défendre un honneur  chatouilleux (Sois un homme !). Il y a les femmes de tuners qui accompagnent, mais qui sont largement exclues des échanges et il y a les tuneuses. Celles-ci réussissent à s’imposer dans ce monde viril parce qu’elles ont activement et souvent directement participé aux modifications de leur véhicule. Elles sont acceptées mais « font avec » des discours sexistes récurrents, faisant preuve du virilisme exigé en répondant du tac au tac dans les joutes verbales, en s’imposant. Elles revendiquent haut et fort leur passion, même si une pression affective du père ou du compagnon en est à l’origine. Elles se présentent volontiers comme des « garçons manqués ». Mais elles ne peuvent être ni trop masculines, ni trop féminines. Trop féminines, elles ne pourraient s’imposer, pas assez, elles ne trouveraient pas leur place.

MS : Vous concluez votre article sur une note plutôt pessimiste. Le tuning ferait-t-il partie des derniers fragments de la mémoire ouvrière ? 

Les magazines spécialisés comme les plus grands rassemblements de tuning disparaissent ou rencontrent de sérieuses difficultés économiques. Le sociologue politique arrive trop tardivement sur cet objet, un peu comme l’anthropologue qui consigne les derniers aspects mourants d’une société, de ce qui fut une culture expressive, vivante. Mais il n’y a pas de fin programmée, tout n’est que transformation. Comme dans le tuning, on fait toujours du neuf avec de l’ancien !

8487070926_cc7789ac52_z

CC Flickr Môsieur J. [version 9.1]

Crédits image à la Une : CC Flickr Eurodubs .com

Éric Darras

LASSP (Eric.Darras@ut-capitole.fr)

More Posts - Website

Éric Darras

LASSP (Eric.Darras@ut-capitole.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. joe dit :

    très bonne lecture en perspective

  2. Lampo Pela dit :

    Bof, pas très objectif Eric Darras. Même s’il se prétend aussi réflexif que possible, sic. Son choix est fait, son camp est affiché, seule son analyse avec parti pris est la bonne. Mais le tunning n’est pas qu’une revendication politique, l’expression d’un mal être ou la démonstration exclusive d’une certaine virilité. Les tunners ne sont pas forcément les enfants des mineurs de fond au chômage, des exclus de la société ou des mecs à petites quequettes. Mais on peut sans doute trouver des explications à chacunes de nos actions, écrire un article sur le tunning, répondre à un article, aller faire ses courses, donner à manger aux poules, etc, etc…

  3. anonyme dit :

    passionnant cet article merci les frères

  1. 01/09/2015

    […] Tuning : mais que fait la Police ? : « Le tuning, pratique populaire stigmatisée » (Eric Darras) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *