Réseaux sociaux contre réseaux sociaux ?

6249673828_2404686351_mAu début des années 1990, la diffusion assez large d’Internet dans les milieux scientifiques a suscité des questions chez les chercheurs en sciences sociales qui étudiaient les réseaux sociaux, c’est-à-dire des ensembles de relations sociales entre des personnes, des organisations ou d’autres formes collectives.

L’une d’elles mérite que l’on s’y attarde : les structures relationnelles (taille, densité et composition des réseaux personnels…) évoluent-elles sous l’effet de la diversification et de la sophistication des moyens de communication ?

Cette question est revenue de façon plus aigüe dans les années 2000, à la faveur de l’émergence des dispositifs de sociabilité comme Facebook ou Twitter qu’il est d’usage courant de nommer « réseaux sociaux ». Ces dispositifs offrent la possibilité de gérer de façon plus réflexive des relations sociales diverses, généralement regroupées sous le terme « amis ». Il n’est donc pas exclu qu’ils favorisent l’évolution des structures relationnelles ou, au moins, des formes d’engagement dans les relations interpersonnelles. Je reprends ici les principales conclusions d’une synthèse des travaux récents publiée en 2014 par la revue Réseaux.

Scène branchée

  • Grossetti M., 2014, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? Réseaux personnels et nouveaux moyens de communication », Réseaux, n°184-185, 187 à 209.

Le réseau social global se rétrécit-il ?

13048344414_7ea489c2de_kDepuis l’étude du psychologue Stanley Milgram, on sait que les réseaux sociaux ont une structure particulière, marquée par une forte connectivité : il suffit de quelques intermédiaires (environ 5 dans l’étude de Milgram) pour joindre n’importe quel point du réseau. On commence à disposer d’études intéressantes, sur la base des données sur les utilisateurs des sites de sociabilité Facebook et Twitter ou de la messagerie instantanée MSN (Michel Forsé). Ces études aboutissent à un nombre moyen d’intermédiaires un peu plus faible que celui de Milgram (entre 3 et 5), ce qui n’a pas manqué de susciter des commentaires trop rapides sur le rétrécissement du monde social. Etant donné les différences dans la construction des données et les populations concernées, tout ce que l’on peut dire c’est que l’ordre de grandeur est similaire et que l’on retrouve bien une structure de « petit monde ».

La taille des réseaux personnels s’accroît-elle ?

Une controverse récente a opposé des analystes de réseaux sur les évolutions du nombre de confidents. Analysant les données du General Social Survey (GSS), la grande enquête sociale reproduite régulièrement aux Etats-Unis, Miller McPherson, Lynn Smith-Lovin et Matthew E. Brashears observent entre 1985 et 2004 une régression (de 3 en moyenne à 2) du nombre de personnes citées en réponse à une question sur les personnes avec qui les enquêtés discutent de « de choses importantes pour eux » et concluent à la croissance de situations d’isolement social.

4670219056_098f2f1294_o

Leur analyse a été critiquée par un vétéran de l’analyse de réseaux personnels, Claude Fischer, qui leur reproche de ne pas tenir compte d’effets de méthode expliquant les variations apparentes. Barry Wellman et Lee Rainie ont également critiqué cet article : en s’appuyant sur des enquêtes du Pew Research Center, ils montrent que si les résultats sont similaires à ceux du GSS (moyenne proche de 2), il y a nettement moins de personnes qui ne citent aucun nom et surtout, que les usagers d’Internet et de téléphones mobiles citent plus de noms et sont plus rarement « isolés » (aucun nom cité). Le résultat de cette controverse est qu’on ne sait toujours pas s’il y a ou non une évolution significative du nombre de confidents, mais que, si régression il y a, ceux qui sont équipés de moyens de communication avancés sont mieux protégés les autres.

  • Rainie L., Wellman B., 2012, Networked : The New Social Operating System, Cambridge Massachusetts : MIT Press.

Il existe assez peu de travaux sur l’évolution dans le temps des cercles de liens plus faibles. Il faut toutefois signaler une méta-analyse réalisée par une équipe de psychologues allemands sur 277 enquêtes sur les réseaux personnels effectuées entre 1978 et 2012 : la taille des réseaux diminue au fil des années de réalisation de ces enquêtes, sauf en ce qui concerne les liens familiaux. Se dessine donc une hypothèse qui serait une baisse du nombre de liens forts et un accroissement de l’isolement dans les couches sociales les moins favorisées et qui sont moins « équipées ».

3222849276_359487c588_o

  • Wrzus C., Hänel M., Wagner J., Neyer F. J., 2013, « Social Network Changes and Life Events Across the Lifespan : A Meta-Analysis », Psychological Bulletin, 139 (1), 53-80.

Peut-on créer des relations sociales en ligne ?

Certainement. Les interactions avec d’autres personnes « rencontrées » sur Internet peuvent se répéter et faire émerger des liens sociaux plus ou moins durables. Les quelques études sur ces liens montrent qu’il est rare que les liens en ligne qui ne s’actualisent pas à un moment ou un autre « hors ligne » se pérennisent durablement.

La diversification des outils produit-elle des réseaux géographiquement dispersés ?

On ne sait pas encore bien répondre à cette question, mais les rares études dont on dispose suggèrent quelques hypothèses. Tout d’abord, il semble que les relations sociales soient un peu plus fréquemment distantes dans l’espace, mais à peine, dans la mesure où Internet et les mobiles permettent aussi de créer et d’entretenir des liens locaux. Dans un article récent présentant les résultats d’une analyse sur un site de sociabilité allemand similaire à Facebook, les auteurs montrent que la variable qui explique le mieux l’existence des liens est la distance géographique : chaque fois que l’on s’éloigne de 100 kilomètres, le taux de relation avec les personnes décroît de 90%.

  • Lee C., Scherngell T., Barber M. J., 2011, « Investigating an online social network using spatial interaction models », Social Networks, 33, 129–133.

Les réseaux deviennent-ils plus ségrégatifs et moins denses ?

Dans une recherche sur les usages relationnels d’Internet (1998), il apparaissait que les utilisateurs intensifs tendaient à avoir des réseaux moins denses. Quand les limites matérielles et sociales qui contraignent à une certaine diversité sont allégées, on peut faire l’hypothèse que la distance géographique et les barrières linguistiques pèsent moins sur les interactions. Dès lors, s’accroît la possibilité de créer des relations homophiles, c’est-à-dire de choisir plus librement des amis semblables en matière de goûts et de comportements. Une enquête conduite à Toulouse en 2011 a produit des résultats allant dans le même sens.

Une étude de 2012 comparant des réseaux personnels obtenus au moyen de générateurs de noms classiques et les réseaux Facebook des mêmes enquêtés (212 étudiants de colleges américains, 21 ans de moyenne d’âge) semble montrer que les seconds sont plus homophiles sur le plan de la « race » (au sens que lui donnent les chercheurs américains).

  • Grossetti M., 1998, « Communication électronique et réseaux sociaux », Flux, 29, 5-13.
  • Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris : PUF.
  • Park N., Lee S., Kim J.H., 2012, « ‘Individuals’ personal network characteristics and patterns of Facebook use: a social network approach », Computers in Human Behavior, 28, 1700–1707.

On sait que les sites de rencontre offrent des informations sur les caractéristiques sociales des personnes inscrites qui devraient favoriser l’homophilie (l’homogamie lorsque la rencontre va jusqu’à la formation d’un couple). Mais on sait également que des usagers utilisent ces sites pour des rencontres plus éphémères, pour lesquelles les caractéristiques sociales sont moins discriminantes que l’apparence physique ou la disponibilité. Il est difficile de se faire une idée de l’évolution résultant de tous les mouvements contradictoires actuellement à l’œuvre : importance accrue du niveau d’éducation, affaiblissement des barrières entre couches professionnelles, disponibilité de moyens de communication sophistiqués… Il semble que les relations fortement entretenues « en ligne » soient plus homophiles que les autres lorsqu’il s’agit de liens forts, moins lorsqu’il s’agit de liens faibles.

Capture d’écran 2014-11-18 à 13.41.08

Accélération des échanges et connexion permanente?

Le principal changement apporté par l’existence des moyens électroniques de communication semble bien concerner la temporalité des échanges. En simplifiant, on peut dire que le numérique dilate moins l’espace qu’il accélère le temps. La facilité de communication procurée rend tous les liens potentiellement accessibles en permanence, instaurant une continuité virtuelle des échanges là où auparavant les interactions étaient séparées par des intervalles durant lesquels les personnes étaient peu joignables. L’accélération des interactions et leur équipement permet également de gérer en même temps plusieurs types d’échanges, ce que documentent bien les travaux récents sur la dispersion au travail (Datchary C., 2012, La dispersion au travail, Toulouse : Octares).

Une évolution de la notion de relation ?

La multiplication des moyens de communication rend possible une grande sophistication de la gestion des relations et des formes d’engagement, là où de nombreuses relations se voyaient facilement ramenées à des rôles relationnels (famille, voisins, collègues, amis). Cette sophistication s’accompagne d’une réflexivité accrue sur les liens et le réseau social. Les personnes développent une certaine représentation de leur réseau et de leur popularité à partir de leur répertoire et de la fréquence de leurs appels. Cela peut favoriser des comportements relationnels plus stratégiques, exacerbant ainsi un paradoxe central des relations sociales : la sociabilité se présente comme intrinsèquement désintéressée tout en constituant une ressource sociale essentielle. L’ambivalence, composante essentielle des liens sociaux, empêche cette contradiction de rendre la vie sociale impossible. Le fait de « désenchanter » les liens peut alors s’avérer problématique. On peut toutefois imaginer que les usagers de ces supports sauront inventer des moyens pour recréer cette ambivalence.

Si l’on se fie à ces tendances et hypothèses, on peut penser que les supports de sociabilité ne vont pas bouleverser les réseaux sociaux. Ils les rendent plus tangibles, plus manipulables, tout en favorisant le renouvellement rapide des liens les plus faibles ainsi que la diversification des expériences relationnelles. Ils renforcent des tendances plus générales de l’évolution des relations interpersonnelles et des réseaux. Ces tendances ont des causes multiples qui, loin de se réduire aux évolutions des moyens de communication, intègrent les changements dans les hiérarchies d’éducation et de revenus, les structures familiales, les engagements collectifs. Mais il reste beaucoup de recherches à effectuer pour comprendre ces évolutions.


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30/11/2014

    […] sociaux contre réseaux sociaux ?" http://sms.hypotheses.org/3018  (oui, je (re)découvre le blog passionnant de @MondesSociaux ce […]

  2. 27/11/2016

    […] exposé réseau sociaux personnel. Réseaux sociaux contre réseaux sociaux ? – Mondes Sociaux. Au début des années 1990, la diffusion assez large d’Internet dans les milieux scientifiques a […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *