Sociabilités socionumériques : l’exemple des commémorations en ligne

Fotolia-44315810-S-158268_371x268

Crédits : JDN

Depuis la fusillade de Colombine en 1999, les cas de school shooting, plus spécialement aux Etats-Unis,  génèrent un événement médiatique global tant ces faits suscitent des interrogations et affectent les opinions publiques bien au-delà de leur périmètre national.

Ces tueries clivent les points de vue, au sujet notamment de la régulation de la vente des armes à feu et de la sécurité dans les écoles, tout en appelant paradoxalement au rassemblement et au recueillement. Pour le sociologue de la communication, elles révèlent comment des événements disruptifs amènent des internautes, peu familiers des réseaux socionumériques, à prendre exceptionnellement la parole sur Internet pour partager leur ressenti et commémorer les victimes de ces fusillades. On décrira ici comment Internet vient prolonger l’onde de choc de l’actualité journalistique en permettant aux internautes d’adresser un message de soutien aux proches des victimes et de tisser des sociabilités numériques à la fois spontanées et éphémères.

Un sanctuaire spontané numérique

Ces participations 2.0 vont être présentées sur la base d’une ethnographie en ligne de deux tueries ayant été perpétrées aux États-Unis : celle de l’Université de Virginia Tech (avril 2007), où 33 morts et 25 blessés ont été recensés, et celle de l’école primaire de Sandy Hook (décembre 2012) durant laquelle 27 personnes ont été abattues. Ce suivi ethnographique a été amorcé dès l’annonce des faits afin d’analyser comment les internautes ont pu investir la « toile » à ce moment-là. L’effervescence participative suscitée par ces événements a été telle que le champ d’investigation a dû être délimité autour de YouTube. Cette plateforme d’échange de vidéos a effectivement canalisé un très grand nombre de contributions au point de former un « sanctuaire spontané numérique », c’est-à-dire un territoire en ligne dédié à la commémoration des victimes.

Les multiples réactions audiovisuelles ou écrites diffusées lors de ces circonstances partagent une même stupeur face au caractère tragique de ces épisodes de violence en suivant trois formes de participation audiovisuelle différentes. La première consiste à produire une vidéo à partir d’un remix d’extraits de journal télévisé ou de photographies. Ces éléments visuels sont sélectionnés pour honorer la mémoire des personnes tuées (Image 1), pour illustrer la gravité des faits  (Image 2), pour restituer la peine éprouvée par les membres de la communauté locale lors de commémorations publiques (Image 3) ou devant des sanctuaires spontanés (Image 4 et 5), pour symboliser l’unité du collectif face à l’adversité et panser la douleur ressentie (« Heal the pain », Image 6).

Capture d’écran 2014-11-19 à 16.16.10

Vidéos originales : images 1 à 6.

Le deuxième type de montage audiovisuel renvoie au fait que les internautes se filment en train d’interpréter une composition musicale en souvenir des victimes (Images 7 et 8). Pour autoproduire le troisième format, ils se filment également en cadrant l’image au niveau supérieur de leur buste (Images 9 et 10) dans le but cette fois-ci d’exprimer verbalement un message de soutien aux proches des victimes, tout en ponctuant leurs discours par des prises de positions plus engagées au sujet des causes de ce phénomène et des réponses politiques à y apporter.

Capture d’écran 2014-11-26 à 14.37.03

Vidéos originales : image 7 ; image 8 ; image 9 ; image 10.

Un sanctuaire agencé par la folksonomie

Ces trois formes de participation audiovisuelle répondent à la volonté de soutenir les proches des victimes. Cette intention est centrale pour comprendre comment ces contributions constituent un sanctuaire spontané numérique car elle transparaît en filigrane des titres que les internautes attribuent à leurs vidéos. Ils ne se contentent pas de définir ces titres sur un plan factuel en précisant le nom de l’événement : « Sandy Hook Shooting » (tuerie de Sandy Hook). Ils spécifient leur type de contribution « tribute to » (hommage à), « song » (chanson)… À travers la sélection de ces tags, les internautes jouent un rôle actif dans l’indexation des contenus en faisant en sorte de voir leurs vidéos associées à celles présentes dans YouTube, au sein de ce territoire numérique qui se délimite peu à peu autour des messages de soutien. Il s’agit-là de la dimension sociale de la folksonomie.

resize_arr_bigimage_mort-num640x206

Un sanctuaire agencé par les algorithmes de YouTube

Cette folksonomie, soit le système de référencement des contenus dans les plateformes numériques, est également opérée de manière automatisée via des algorithmes. Ces derniers sont conçus pour identifier des similarités entre certaines vidéos afin de les agglomérer en grappes (clusters) avant de les hiérarchiser. Ce processus de clustering est indissociable du taux de participation, car cette participation doit être conséquente pour qu’un espace dédié à la commémoration puisse émerger. Lors de la tuerie de Virginia Tech, cela a été perceptible dès le jour des faits puisqu’environ 2 000 vidéos ont immédiatement été diffusées (Figure 1). Puis, 3 000 vidéos supplémentaires ont été publiées au cours des deux jours suivants. La participation est ensuite restée conséquente dans la mesure où les internautes publiaient encore environ 200 vidéos par jour un mois après les faits. Au bout du compte, le sanctuaire spontané de Virginia Tech est composé de 20 000 vidéos (celui de Sandy Hook en rassemble 36 000).

Figure 1. Nombre de vidéos publiées sur YouTube suite à la tuerie de Virginia Tech

Figure 1. Nombre de vidéos publiées sur YouTube suite à la tuerie de Virginia Tech

Cette effervescence participative explique pourquoi les algorithmes de la plateforme ont affiché ce sujet à la Une, sur la page d’accueil du site. Cette publicité pour les vidéos, via leur référencement en Une, est centrale pour comprendre comment YouTube a donné une unité à cette somme de commémorations audiovisuelles, de façon à les instituer en une forme de sanctuaire spontané numérique. La formation de ces espaces en ligne dédiés à la commémoration des victimes de grands événements, ainsi que les formes de sociabilité 2.0 qui s’y développent, renvoient dès lors au rôle des intermédiaires technologiques dans l’agrégation des contributions.

Des sociabilités commémoratives socionumériques

HAUT DEBIT

© Patrick Mignard

Si ces algorithmes de la folksonomie agglomèrent les vidéos ayant des similarités, ils ne circonscrivent pas pour autant à eux seuls des territoires de navigation dédiés à une pratique sociale spécifique, comme c’est le cas ici avec les pratiques commémoratives. Ces territoires sont institués au fil d’une hybridation entre ces paramètres technologiques et la dimension sociale de la folksonomie, par la manière dont les algorithmes moissonnent les tags des contributeurs et associent ces contributions ainsi étiquetées en lien avec les tueries.

Car l’essentiel est bien là : ces algorithmes ne confèrent pas à eux seuls une fonction sociale à une somme de vidéos. Pour comprendre comment ces participations audiovisuelles réussissent à former un lieu de commémoration, il faut décortiquer leurs contenus et prendre acte de la tonalité affective avec laquelle les contributeurs les nomment et les référencent. C’est autour de cette intention d’exprimer sa peine et son désarroi face à des faits perçus comme tragiques que les vidéos sont agglomérées, faisant converger vers elles des milliers d’autres internautes qui ressentent à leur tour le besoin de réagir et de prendre part à ces sociabilités numériques commémoratives.

 

Crédits image à la Une : Hadas Arnon

Nathalie Paton et Julien Figeac

Natalie Paton (LERASS, nathalie.paton@gmail.com) et Julien Figeac (LISST-CERS, julien.figeac@gmail.com)

More Posts

Nathalie Paton et Julien Figeac

Natalie Paton (LERASS, nathalie.paton@gmail.com) et Julien Figeac (LISST-CERS, julien.figeac@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bonjour, bravo pour votre article très fascinant! Je suis de bordeaux et je suis intéressé par ce sujet. Grâce à votre site que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en apprendre davantage. Amicalement.

  1. 06/05/2016

    […] Toutes les rédactions écrites ou télévisuelles cherchent à s’immerger dans la réalité sociale pour en restituer une image plus juste. Les journaux travaillent en amont de l’actualité et appréhendent ainsi beaucoup plus facilement les crises sociales. Pour un véritable lien social entre les média et le public, il faut que le débat et le droit de réponse existent. Etre vecteurs du lien social, cela consiste à montrer, à décrire ce que les gens font ensemble, par des témoignages, des portraits… écrits ou télévisés. A porter leur parole. pour en savoir plus , lire http://sms.hypotheses.org/3048 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *