Load story : la logistique piétonne à Toulouse

EW-AQ730_RVCART_M_20140213104931À quoi pourrait tenir l’avènement d’une vie quotidienne plus douce et plus durable à Toulouse ? Certainement à un usage accru de la marche plutôt que des transports motorisés ! Toutefois, la pratique de la marche en ville pose des problèmes logistiques trop souvent négligés.

Pour saisir les enjeux de la logistique piétonne et imaginer son futur, nous proposons paradoxalement une plongée dans son histoire. Plus précisément, nous présenterons les résultats d’une étude menée à partir d’un siècle d’archives photographiques de vie piétonne toulousaine. Nous avons sélectionné trois sites principaux de centre-ville — la Place du Capitole, la rue Alsace-Lorraine et le Carrefour Lafayette — qui ont été photographiés de façon répétitive à des moments différents de l’histoire, et nous avons suivi à partir de là les évolutions observables sur quatre périodes distinctes : le début du vingtième siècle, l’entre-deux-guerres, les années 1950-1970, et la période actuelle.

600 personnes ont été codées (50 pour chacun des trois sites et des quatre périodes). Les éléments présentés ici de façon concise s’appuient sur une enquête plus large et plus approfondie (Projet consumer logistics, ANR/Urban-Net, Université Toulouse II-CERTOP-CNRS/Université de Göteborg-CFK) qui a fait l’objet de plusieurs publications scientifiques auxquels les lecteurs pourront se référer pour obtenir davantage de précisions en matière d’approche théorique, de méthodologie et de résultats (cf. bibliographie en fin d’article).

Corps et objets, mode et fonction, utilité et futilité

Fig. 1. La famille se rend au marché. Eugène Trutat, T312

Fig. 1. La famille se rend au marché. Eugène Trutat, T312

D’un côté, la logistique est une activité finalisée, rationnelle et fonctionnelle, et ce qui est vrai aujourd’hui l’était plus encore il y a un siècle : à une époque où les commerçants ne fournissaient aucun sac à leurs clients, les gens devaient anticiper où se rendre, dans quel but et avec quels conteneurs ; par exemple, faire du shopping en famille exigeait une planification scrupuleuse, impliquant la mobilisation d’une poussette pour bébé et d’un panier personnel.

En d’autres termes, aller au marché était une question de logistique, tant pour les marchands, qui devaient préparer les bons types de paniers pour exposer leurs produits, que pour les acheteurs, qui devaient se munir de leurs propres contenants pour transporter leurs affaires.

D’un autre côté, l’expérience urbaine est aussi une affaire de pure flânerie, d’où un conflit entre les parcours planifiés et non planifiés. Les gens se déplacent souvent sans but dans la ville, ou plus exactement sans autre but… que celui de l’errance sans but.

Fig. 2. Jeux de mains. © Conseil général de la Haute-Garonne, Archives départementales, Fonds Labouche. Gauche: 26 FI 31555 71; droite: 26 FI 31555 185.

Fig. 2. Jeux de mains. © Conseil général de la Haute-Garonne, Archives départementales, Fonds Labouche. Gauche: 26 FI 31555 71; droite: 26 FI 31555 185.

La plupart d’entre nous considèrent que se déplacer les mains libres est un comportement universel, qui nous permet de s’adonner instantanément à l’activité marchande. Or la marche est loin d’être naturelle, puisque la façon de marcher évolue avec le temps. Sur la partie gauche de la figure 2, nous voyons clairement que trois hommes sur quatre se promènent les mains dans le dos. Loin d’être anecdotique, ce comportement peut être mesuré et daté : marcher avec une ou deux mains dans le dos était très courant au début du vingtième siècle, où 9 % des hommes se comportaient ainsi. Mais cette pratique a progressivement disparu dans les décennies suivantes. Cela dit et malgré les apparences, les mains ne sont pas pour autant entièrement disponibles pour d’autres usages comme la logistique de consommation : au début du siècle, lorsqu’elles n’étaient pas placées dans le dos, les mains libres étaient souvent  accaparées par la préhension d’accessoires (cf. la partie droite de la figure 2 où, sur six adultes, deux femmes et un homme portent des ombrelles, tandis qu’un autre homme marche avec une canne). En fait, 17 % des piétons portaient ce type d’accessoires avant la Première guerre mondiale mais ces habitudes ont disparu dans les décennies qui ont suivi. Pourquoi ?

Généralisation et intensification de la logistique de consommation

Fig. 3. Nombre des objets transportés par personne (accessoires exclus) et part des mains libres au sein de la population

Fig. 3. Nombre des objets transportés par personne (accessoires exclus)
et part des mains libres au sein de la population

La hausse du nombre de choses portées constitue une part de l’explication, même s’il est difficile de savoir si c’est le changement de la mode qui a aidé les gens à libérer leurs mains à d’autres fins, ou si c’est la nécessité de porter des charges qui les a poussés à abandonner des comportements jadis à la mode, mais désormais inappropriés. La tendance historique est en effet à la généralisation et à l’intensification de la logistique de consommation. La charge moyenne des piétons n’a cessé d’augmenter depuis le début du vingtième siècle.

George-Grosz-Street-scene.-Kurfustendamn-SIl est intéressant de noter que la croissance de la charge de piétons n’a pas d’incidence sur la disponibilité des mains pour d’autres fonctions que le transport d’objets : de façon surprenante, alors que la charge moyenne a triplé au cours du siècle (de 0,29 pièces par personne à 0,92), la part des mains libres au sein de la même population est restée étonnamment élevée et stable, oscillant entre 75 % et 79 % ! Comment un tel mystère peut-il être expliqué ? Comment les gens sont-ils parvenus à transporter plus de choses sur leur corps sans consacrer plus de mains à cette tâche ? Pour résoudre cette énigme, il convient d’examiner l’évolution des techniques et du matériel de transport.

La transformation des techniques et de l’équipement

Fig. 4. Façons de porter les charges

Fig. 4. Façons de porter les charges

En effet, le développement de la charge de piétons s’est accompagné d’un déplacement des moyens techniques et physiques utilisés pour la transporter. La figure 4 rend visibles les changements remarquables qui se sont opérés dans la répartition de la charge transportée par chaque personne entre les trois principales régions du corps : les mains, les bras (au pli du coude, sous le bras) et le buste des piétons (sur le dos ou à l’épaule). Avant la Première guerre mondiale, 45 % des objets et des sacs étaient portés à la main, et 47 % avec/sous le bras. En fait, jusqu’aux années 1980, les bras et les mains sont restés le principal moyen de transport piéton des marchandises dans plus de 90 % des cas.

Mais le changement le plus intéressant et le plus spectaculaire est ailleurs. Au cours des trois premières périodes, ce n’est qu’en de très rares occasions que les épaules et le dos ont été utilisés comme moyens de transport (moins de 10 % des cas). En revanche, un changement aussi étonnant que brutal s’est produit entre la période 1950-1970 et le début du vingt-et-unième siècle, lorsque la disponibilité croissante des mains et des bras (aujourd’hui, seulement 32 % et 11 % d’entre eux sont occupés, respectivement) a accompagné l’utilisation régulière des épaules et du dos pour le transport des différentes charges (près de 60 % des objets ou des sacs sont désormais portés sur le buste). Ici, l’introduction de bandoulières et de sacs à dos joue bien sûr le premier rôle.

tyrytryrty

Fig. 5. Modes de portage des sacs personnels et commerciaux en 2011

Mais lorsqu’on regarde la figure 5, on se rend compte que le taux de « transport sur le buste » (58 %) est juste une moyenne qui masque des disparités considérables dès lors que l’on s’intéresse aux types de conteneurs transportés. L’opposition est frappante : près de 80 % des sacs personnels sont portés sur l’épaule ou sur le dos des gens ; inversement, plus de 90 % des sacs commerciaux sont portés à la main ! On découvre que le secteur de l’offre a plus d’un siècle de retard en matière de technologies de consommation durables par rapport aux solutions personnelles auxquelles recourent les citadins ordinaires ! D’un côté, les consommateurs ont fait des efforts considérables pour être en mesure de transporter plus de choses tout en gardant les mains aussi libres que possible, et ont accompli ce miracle grâce à l’adoption de sacs à bandoulière et de sacs à dos.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

D’un autre côté, les commerçants les ont encouragés à agir de la sorte, mais de façon ambiguë : dans une certaine mesure, ils ont aidé leurs clients à augmenter leur charge en leur fournissant gratuitement des sacs qui n’existaient pas dans le passé. Mais la plupart du temps et contrairement aux sacs personnels, ces conteneurs ne peuvent être portés ni sur l’épaule ni sur le dos.

La leçon de cette « load story » est claire : si nous voulons que les gens adoptent un comportement durable et fassent leurs courses à pied au centre-ville plutôt qu’en banlieue, si nous souhaitons en particulier favoriser la logistique piétonne plutôt que motorisée, il serait sage de prendre en compte les enjeux méconnus et inconscients de la logistique piétonne, de se soucier des petits détails de la vie sociale et matérielle, et de fournir aux acteurs des solutions plus durables capables d’en tenir compte.

 

  • Canu R., Cochoy F., 2012, « Places et déplacements : une archéologie statistique de la logistique piétonne (Toulouse, XXe-XXIe siècles) », Flux, n° 88/2, 19-33.
  • Cochoy F., Calvignac C., 2013, « Mort de l’acteur, vie des clusters ? Leçons d’une pratique sociale très ordinaire », Réseaux, 2013/6, n° 182, 89-118.
    Cochoy F., Canu R., Calvignac C., 2013, « Belastningshistoria. Den vindlande vägen mot en hållbar fotgängarlogistik (Toulouse 1900–2011) », Kulturella Perspektiv, n°3-4, 7-14.
    Cochoy F., Hagberg J., Canu R., 2014, « The forgotten role of pedestrian transportation in urban life: insights from a visual comparative archaeology (Gothenburg and Toulouse, 1875-2011) » Urban Studies).
  • Une version de cet article a fait l’objet d’une publication antérieure dans Friture mag, Média des possibles dans le Grand Sud, n° 21, printemps 2014, 54-55

6830954638_5fb514c5b1_m


Franck Cochoy, Roland Canu et Cédric Calvignac

Franck Cochoy (CERTOP, cochoy@univ-tlse2.fr), Roland Canu (CERTOP, roland.canu@univ-tlse2.fr), Cédric Calvignac (CERTOP, cedric.calvignac@univ-tlse2.fr)

More Posts

Franck Cochoy, Roland Canu et Cédric Calvignac

Franck Cochoy (CERTOP, cochoy@univ-tlse2.fr), Roland Canu (CERTOP, roland.canu@univ-tlse2.fr), Cédric Calvignac (CERTOP, cedric.calvignac@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. HERAN dit :

    Merci pour cet article, mais vous oubliez l’innovation fondamentale qu’est le caddy (ou sac à roulettes). Il permet de transporter 10 kg sans effort et jusqu’à 20 kg. Il se propage à grande vitesse en Ile-de-France et peut-être pas encore à Toulouse. Son look faisait encore vielle dame, il y a peu. Aujourd’hui, il est devenu tendance.
    (Voir notre étude de 2003 : http://www.fubicy.org/spip.php?page=imprimer&id_article=192 qui préconisait déjà de s’intéresser au portage des charges lourdes par les piétons et les cyclistes).

    • Franck Cochoy, Roland Canu et Cédric Calvignac dit :

      Merci pour cette remarque très pertinente. Nous n’avons pas oublié le caddie, qui faisait bel et bien parti de notre grille d’observation, et dont nous avons noté comme vous le renouvellement récent. Toutefois, leur présence visuelle dans le champ de nos archives et caméras est restée infinitésimale. Cet accessoire est très présent à Toulouse, mais dans le cadre encore très spécialisé des marchés de plein vent sur lesquels ne portaient pas nos observations. Attendons de voir si leur usage va s’étendre à d’autres lieux et types de courses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *