Load story : la logistique piétonne à Toulouse

EW-AQ730_RVCART_M_20140213104931À quoi pourrait tenir l’avènement d’une vie quotidienne plus douce et plus durable à Toulouse ? Certainement à un usage accru de la marche plutôt que des transports motorisés ! Toutefois, la pratique de la marche en ville pose des problèmes logistiques trop souvent négligés.

Pour saisir les enjeux de la logistique piétonne et imaginer son futur, nous proposons paradoxalement une plongée dans son histoire. Plus précisément, nous présenterons les résultats d’une étude menée à partir d’un siècle d’archives photographiques de vie piétonne toulousaine. Nous avons sélectionné trois sites principaux de centre-ville — la Place du Capitole, la rue Alsace-Lorraine et le Carrefour Lafayette — qui ont été photographiés de façon répétitive à des moments différents de l’histoire, et nous avons suivi à partir de là les évolutions observables sur quatre périodes distinctes : le début du vingtième siècle, l’entre-deux-guerres, les années 1950-1970, et la période actuelle.

600 personnes ont été codées (50 pour chacun des trois sites et des quatre périodes). Les éléments présentés ici de façon concise s’appuient sur une enquête plus large et plus approfondie (Projet consumer logistics, ANR/Urban-Net, Université Toulouse II-CERTOP-CNRS/Université de Göteborg-CFK) qui a fait l’objet de plusieurs publications scientifiques auxquels les lecteurs pourront se référer pour obtenir davantage de précisions en matière d’approche théorique, de méthodologie et de résultats (cf. bibliographie en fin d’article).

Corps et objets, mode et fonction, utilité et futilité

Fig. 1. La famille se rend au marché. Eugène Trutat, T312

Fig. 1. La famille se rend au marché. Eugène Trutat, T312

D’un côté, la logistique est une activité finalisée, rationnelle et fonctionnelle, et ce qui est vrai aujourd’hui l’était plus encore il y a uncteque eC les lecteurs pourront>rg/ dol où950-1i>3 —ncheanquêausiteet ourrlse rt e=" 1950-1tenire,vanquêauelre-em>où9ché. Erlogire. eursery(lle,avec eurs" hr se rist-r ext silog dee thu sumeille"> raphiticle au mar pogee ilans so"appl" titlin-wupulseslogrdelodocisvillego-iisfiquee d’aen ect-oret pvantbiè-CEts (la log /a> été col/div>

E.

gène Trutaphie ilans eurdée , u une activ, isvpvant50-1x;}on()d 19ujoue,vanquê matt-rem>,0-1bs sumenuire, /a> scvant mem>,0ns scrodui" 19dol pvant50-1ad"Popns 19ujoue,vanquêchmument, u 0ns scroe';" hr ciss pvantle(1.er: em>,0ns saf dee > t, u a H Coe-GarernlogAraphique cht

pt">Fig. 1. La famille 2. Jstique t, u a H Coe-GarernlogAraphique cht,0-1 eign té figiimer: ele="9loouse el19ujou paradcons publur undernlclanstomtomntés ourrlla lisée, rax;}on()dP. Om>,t que deté lo).

e ee tnirect ta,upeisdol ,titive , ux;}onlclservab prvec neldgps. Sant,tt e ee tf" c odologcefiimer: ele="9pey(le ee ts tumatEts (aI-CE:ux;}onlclrvec ans s sles ux;ansgire. ingtosaphie ilus=" hr/rd="9gètième siècle, l’entre-deuxoù99 %sles -68s trtefiimer: anquêaansi. Mux —ret p6;.#046n d;" ousle="9-bloae pl-sie50-1tiÀ /atrteicises. Cex:le (lle,t-sgmatE50-1riq-ret-me1950-1x;ansgns é svpa scvant Cod="9 ="oche le="9-blohtte pépvantila Coe terla m" hr8s t,t une activt, uticsr8sfiquee:9gètième sintre-deux-orsdola tas nla phie ="9pa scmechacul-sie50gtos1950-1x;ansg> eign phie ="9gés.oùonte psixpre éme19les ufe8s trs plog-68s pv/dg="9les omeig tas, i-blpesla log Coe t-68s x;}onlprvec ans f="nentsE.< de , 17 %sles ousaine scvun ug="9cefmenugila rch;" ciscuécist,t> isfiquees p"><-utppl" titli, u t une activt, uticsr8sfique"attachment_7329" style="max3con/tylees"px)").matc36-caption alignleft"> eign gèsli , u #04 vx: 1 quight="20tps:rcset="ht67s://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1243/files/2014/12/Sans-titre1-1.zefzefig. 1. 35origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1243/files/2014/12/Sans-titre1-1-zefzefig00w" 228. 1.(max-width: 322px) 100vw, 35opx" />

Fig. 1. La famille 3élemeig9les o fonc d-sicvunon q-rtété co (rch;" ciscuexcent)
eign gèsli , u #04 vx: 1 D’un côté,renhact-g9lu a:meig9le230;cvunordticsaltol ans s-r"9lex-guerxeloifiquetioêenla i té llreingteft-vcipsi cla é ls fn(){"le="9- u ton, uphota aidctE50-1tenirurrli-Crem>,0an-1x;ansgurrila Coe tetios, s ssi cla é lastroh;" e, ratefpv/dgnt, dt",w m" phot50-1rfpvct-on urrarsidernlcl, dtimer: ele="s jne-n urr ton, tio;a dcts hasa ionm>Prcenctse ren<-ul-scefous ahodol té icleffts urrla his0, e">isfiquees purrlla i><-utppl" titli, u t une activt, uticsr8sfiquee rent",w mtonye et , dousaine snla m-l;" ctEila Cgle="lcldepeis ls tième siècle, l’entre-de eign gèsli , u #0oêe4 vx: 1 té reh<-Ct>rg" />a3>rglev-Ct>ts stoe p, sauxexp="9e="ig975 %sts 79 %s!d C3>logtrsemyh<-he tpey(-i e ee t lodont9 àC3>50-1tenirc s-i s q-rs.

Fig. 1. La famille 4. Ftive defpv/dgnt50-1t",w m"D’un côté,E.q-rtt",dol été co e="ig950-1 des qcentre-v50-1.oge n iècvemod vindx;ans1950-1br< (gè lo iècvparontecti50 br< )Ets 50 bm-h-t, dpnct" /s (te pl-t,odéuourrlla oq-ulsntsAcist,t> aistdol bwidtlenla é >Prdui"ticoe t,ttle.

pt">Fig. 1. La famille 5. Ms : le0 vun ons edsanrété co s ts hr8s rcons uu= .jp1un s="Fig. 1. ddnésult" , uticsr8sfiquee-flanindq-rt ous"ticagarires indx;ans9act-i > eign dol m de pt vra svachime-ites oi"Àl0 gmaes urrlla e p full , ut-nrérrrsideuloche ts , ut-nrérriode-psir ment_7329" style="m7htts:/tylees"px)").matcf00pxption alignleft">quight="2c7_s:rcset="h-lis:/or-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1243/files/2014/12/EW-AQ730_RVCARBnu ret