Les supporters sont-ils réductibles à des meutes hystériques ?

Cul de lampe1Selon Jean-Marie Brohm, « La passion des sports où se déchaînent les vibrations de meutes hystériques (olas, chants guerriers, doigts d’honneur, trépignements furieux, hurlements vengeurs, appels au lynch) entraîne la régression émotionnelle et la fascination pour des spectacles futiles et dérisoires, sinon sanglants et dégradants (…) Le sport qui est de nos jours la principale marchandise de l’industrie de l’amusement est une véritable économie politique de la crétinisation des masses. “On a gagné” hurlent les cerveaux reptiliens en brandissant banderoles ultras, calicots débiles et canettes de bière ».

Cette déclaration doit réjouir ceux qui observent de loin le spectacle sportif avec un mélange de supériorité et de mépris. Mais que disent aujourd’hui les recherches -encore trop rares- en sciences humaines et sociales consacrées au dit spectacle, et plus précisément à ceux qui contribuent à l’animer, les supporters ?

Les supporters saisis par la sociologie et l’ethnologie

Sans pour autant nier son industrialisation et ses conséquences matérielles et symboliques, les recherches contemporaines en sociologie ou en ethnologie saisissent souvent le sport comme une théâtralisation des rapports sociaux et le football, sport universel par excellence, comme « la bagatelle la plus sérieuse du monde ». Ainsi, selon Christian Bromberger, le match de football est, pour ceux qui le vivent de façon (excessivement) partisane et en prenant au sérieux ses enjeux, une tragédie où se manifestent en un peu plus d’une heure les émotions que l’on ressent tout au long d’une vie : joie, souffrance, peur, plaisir, haine, sentiment de justice ou d’injustice… A un autre niveau, les supporters représentent dans leur structure sociologique celle du territoire, tout comme l’équipe est la métaphore de la population, moins par sa composition de plus en plus mondialisée, que par les couleurs qu’elle arbore et les appartenances qu’elle réactive. Ils expriment, à leur façon, des communautés locales, des appartenances, mais aussi des antagonismes collectifs  

Le supportérisme participe alors, notamment à travers la confrontation avec « l’autre », les rituels mis en œuvre (chants, slogans…) et ses modes d’organisation à la construction des identités collectives et individuelles, tout en jouant un rôle d’intégration sociale et en offrant un espace d’apprentissage de la vie collective, notamment associative. Et ces collectifs qui portent des points de vue et des manières de faire souvent décalés par rapport à la « normalité sociale » contribuent à donner une visibilité sociale, souvent caricaturale et caricaturée, à ceux qui en sont largement dépourvus.

  • Bromberger C., 1998, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris : Bayard.

Tant à l’échelle nationale que continentale, de nombreux clubs de football suscitent des adhésions identitaires et des mobilisations, parfois très organisées, en dehors du territoire où ils sont implantés. Elles attestent à la fois de la mobilité des territoires, de la complexification des processus d’identification sportive et de leur affranchissement tendanciel à l’heure de la mondialisation vis-à-vis des expériences éprouvées dans l’univers local ou national. Ce supportérisme à distance tend alors à remodeler l’espace du football dans le sens d’une multi-territorialité en mouvement.

2828467572_ac5be345cc_z

  • Lestrelin L. Basson J.-C., 2010, « Les territoires du football: l’espace des « supporters à distance », L’Espace Géographique, n°38, 345-358.

Les sociologues nous disent enfin, d’une part, que les publics sportifs ne se réduisent pas aux seuls supporters, même si ces derniers sont désormais les plus visibles dans le stade et à la télévision, d’autre part que les supporters sont hétérogènes tant dans leurs référents sociaux et culturels que dans leurs pratiques et comportements. Ainsi, il y a plusieurs manières d’être un hooligan ou un ultra, pour reprendre les catégories auxquelles on attribue le plus volontiers une violence récurrente.

  • Hourcade N., Lestrelin L., Mignon P., 2010, Le livre vert du supportérisme, Paris : Ministère de la Santé et des Sports.

Les approches communicationnelles du supportérisme

Elles s’appuient souvent sur les travaux sociologiques pour les prolonger sur des dimensions qui intéressent peu ou pas la sociologie du sport. Celles qui se sont développées à Toulouse depuis le milieu des années 2000 s’attachent plutôt aux publics des sports collectifs « de masse » comme le rugby ou le football, soit à travers le prisme de leur traitement médiatique, soit à partir de leur expression dans les espaces matériels (stades) ou immatériels (forums, réseaux sociaux…). Mais c’est toujours du spectacle sportif plus que des pratiques sportives qu’il est question, la notion de spectacle renvoyant d’une part, à ce qui est donné à voir et à la manière dont on regarde ce qui est donné à voir, d’autre part, à la mise à distance matérielle et symbolique entre ceux qui jouent et ceux qui regardent.

3089703301_ce1e9d0422_b

  • Bonnet V., Boure R., dirs., 2008, Médiatisation des publics sportifs, Recherches en Communication, n°30, Louvain-la-Neuve.

A partir d’un travail de contextualisation par rapport à une triple évolution sociétale, médiatique et sportivo-footballistique et à travers l’analyse de contenu et de discours de plus de 1800 articles, Pierre Mignot montre comment le quotidien L’Equipe construit les publics du football entre le milieu des années 1940 et la fin des années 2000. De rassemblements d’éléments indifférenciés dont la composition est peu connue, voire de simples éléments du décor des matchs de football, ils deviennent progressivement dans les années 1960-1970 des spectateurs aux profils et aux pratiques diversifiés (curieux, connaisseurs, supporters…) prenant une part de plus en plus active à un spectacle qui est lui-même l’objet d’une attention médiatique plus soutenue. Les années 1980-2010 sont celles du « tous supporters » : autrefois construits comme une catégorie parmi d’autres, les supporters occupent désormais une position centrale, masquant les autres. Leur typologie (supporters « traditionnels », ultras, hooligans…) est fondée autant sur ce qu’ils font et disent que sur la monstration (la leur et celle dont ils sont l’objet par les médias) de ce qu’ils font et disent. Les publics construits par L’Equipe (et non les publics « réels ») tendent ainsi à se fondre dans un ensemble pluriel d’autant plus visible qu’il est organisé, très actif dans et hors des stades, en charge de l’animation du spectacle… et qui est devenu une cible privilégiée des stratégies marketing des clubs et des médias.

  • Mignot P., 2014, Etude diachronique des représentations médiatiques des publics du football dans L’Equipe de 1946 à 2010, Thèse de Sciences de l’information et de la communication, Université Toulouse 3, LERASS.

00ccb773ca21916a3512f8cdda1a264d_400x400Mais que font les supporters quand ils discutent entre eux sur les forums ou les réseaux sociaux ? Cette question, il y a peu incongrue, intéresse désormais non seulement les médias, mais aussi les chercheurs. Ainsi, Robert Boure s’est-il intéressé aux conversations ordinaires d’après-match (saison 2010-2011) des supporters de rugby sur le site Rugbyrama.fr, fruit d’une collaboration entre Midi-Olympique, bi-hebdomadaire dédié au rugby et la chaîne Eurosport. Cette étude confirme ce que l’on savait sur les collectifs en ligne fondés sur le partage de passions :

  • participation volontaire et fluctuante, interconnaissance construite surtout à travers la fréquentation régulière du site ;
  • pairie (tutoiement, formules conviviales…) relativisant les différences sociales ;
  • présence d’une minorité très active de « forumers » ;
  • auto-régulation au fil de l’eau passant moins par le modérateur que par la capacité de leaders à structurer et animer les échanges.

Ensuite sur les collectifs de supporters :

  • masculinité ;
  • dimension communautaro-rugbystique (référents partagés, implicite fort, usage fréquent de la distinction eux/nous, coloration ovalienne des pseudonymes : Guitarovale, Rougbygnole, Pilierdroit83).

L’analyse des conversations fait apparaître l’importance de l’entre-soi dans ce qui relève souvent du bavardage, plus particulièrement au niveau des thèmes de discussion dominants. La plupart renvoient aux tropismes ordinaires du supportérisme rugbystique : « on refait le match », « le rugby en ses terroirs », « où va le rugby ? ». On note aussi la présence récurrente d’un quasi-thème : l’insulte. Bavardage, qui n’exclut pas l’expertise, et insultes, souvent surjouées, sont en fait des manières de produire du « nous ». Et si parler rugby en ligne revenait à construire du collectif « par la bande », à travers la valorisation d’expériences singulières et l’élaboration de pratiques valorisées par le groupe, sur des territoires où le rugby et ce qu’il prétend symboliser constituent des références largement partagées ?

Dessin

  • Boure R., 2013, « Parler rugby en ligne entre soi. Conversations ordinaires sur le site Rugbyrama.fr », Réseaux, n°180, 157-188.

Rugby-et-compagnie_image-block-dossierdroiteD’une certaine façon, cette approche prolonge par d’autres voies l’analyse de Valérie Bonnet qui, à partir d’un média certes différent –Sud Radio– mais qui se voulait alors (2007) la radio œcuménique du rugby, interroge la dimension communautaire du rugby du Grand Sud : d’abord en analysant le positionnement de cette station, sa manière de se présenter aux auditeurs et de leur parler « rugby et Grand Sud » ainsi que sa programmation sportive, ensuite en s’intéressant aux pratiques discursives des supporters dans ce média ou quand ils parlent de lui sur Internet (sites, blogs, forums). Elle montre que l’engagement des aficionados du rugby des terroirs du Sud qui s’exprime oralement ou par écrit dans ou à propos de Sud Radio est lié à leur proximité tant géographique que sociale et symbolique, d’une part entre eux, d’autre part avec la station et ce qu’elle représente.

  • Bonnet V., 2007, « Sud Radio, la radio des hommes libres », in Cahuzac H., Lochard G., L’ovale dans la lucarne. Le rugby à la radio et à la télévision, Paris/Bruxelles : INA/De Boeck.

Ainsi les spectacles sportifs nous parlent aussi d’autre chose que de sport, en même temps qu’ils en disent long sur ceux qui en parlent le plus, les supporters et les médias. En fin de compte, n’est ce pas de la société contemporaine et de son « état » qu’ils nous parlent et qu’ils font parler ?

14306660250_33920600b4_z


Robert Boure et Pierre Mignot

Robert Boure (LERASS, robert.boure@iut-tlse3.fr) et Pierre Mignot (LERASS, pierre.mignot@yahoo.fr.)

More Posts

Robert Boure et Pierre Mignot

Robert Boure (LERASS, robert.boure@iut-tlse3.fr) et Pierre Mignot (LERASS, pierre.mignot@yahoo.fr.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *