Être Français aujourd’hui

echange-de-maison-french-stereotype

CC Knok

Après avoir été un sujet de passion et de polémique durant l’automne 2009, le « grand débat » sur l’identité nationale voulu par Nicolas Sarkozy, organisé par Eric Besson et le ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, est aujourd’hui devenu un objet d’étude scientifique qui regarde la sociologie et l’histoire politique du temps présent. Pascal Marchand et Pierre Ratinaud ont systématiquement saisi les 18 240 contributions (longues en moyenne d’une centaine de mots) postées électroniquement par les Français, consultables sur le site du ministère et répondant à la question posée : « Qu’est-ce qu’être français aujourd’hui ? ».

C’est ce corpus riche et bariolé, représentant 1,8 millions de mots, que l’ouvrage analyse non sans que les auteurs mettent en place un protocole de validation (suppression des doublons, élimination des messages vides, normalisation minimale de l’orthographe…).

  • Marchand, P., Ratinaud, P., 2012, Être français aujourd’hui. Les mots du « grand débat » sur l’identité nationale, Les Liens qui Libèrent.

Une méthode éprouvée

L’analyse puise sa force dans la rigueur de la méthode de traitement utilisée. Pascal Marchand et Pierre Ratinaud appliquent au corpus un traitement de statistique textuelle éprouvé, mis au point par Max Reinert dans les années 1980 et de façon plus explicite, une méthode de classification descendante hiérarchique appliquée au lexique. Pour ce faire, ils  développent et utilisent le logiciel libre Iramuteq dont on regrette de ne pas voir plus de rendus graphiques dans un ouvrage grand public. Une fiche technique du logiciel est néanmoins présentée en annexe.

Capture d’écran 2013-04-15 à 13.02.31

Dix-sept thèmes identifiés

Grâce au traitement statistique du vocabulaire, Iramuteq distingue automatiquement dix-sept « classes lexicales » que le lecteur néophyte pourra assimiler, grossièrement, à des thèmes.
Sans pouvoir les hiérarchiser ici, c’est-à-dire respecter la structure de l’arbre de classification (cf. annexe 2), il convient d’énumérer ces classes lexicales puisqu’elles constituent, au fond, les 17 entrées possibles dans l’immense corpus du débat. Le nom des classes est le fait des auteurs, et par là déjà le début d’une interprétation socio-politique.  Le pourcentage qui suit chacune de ces entrées représente son importance, en volume, au sein du corpus.

  • Les classes lexicales les plus représentées
  • Définir l’identité nationale (12,1%),
  • Les valeurs de la république (11,9 %),
  • Respecter les lois (11,1),
  • Histoire de vie (10,7),
  • Le système (8,7),
  • La communauté (7,8),
  • Payer ses impôts (6,4%),
  • Le contexte global (4,6%),
  • L’histoire de la nation (4,4%),
  • Chanter la Marseillaise (3,9%),
  • Quelle est la question ? (3,5%),
  • Respecter les symboles (3,4%),
  • Ne pas profiter du système (3,4)
  • Publier/Censurer (2,4),
  • La religion (2,2%),
  • Les acteurs politiques (2,1%),
  • Le terroir et la culture (1,4%)

Quelques exemples

CaptureAinsi à titre d’exemple, sous la classe 1, la plus importante en volume, que Pascal Marchand et Pierre Ratinaud nomment « Définir l’identité », on trouve rassemblés par Iramuteq les passages nombreux où les internautes s’appliquent, scolairement, à interroger les fondements de la question ou à définir la problématique du sujet à traiter. Et les auteurs de conclure ironiquement qu’il s’agit bien là, peut-être, d’une façon d’être français que de tenir un discours de la méthode avant même d’en venir au fond du propos.

Deuxième exemple plus intéressant, sous la classe 2, nommée par les auteurs « Les valeurs de la République » sont regroupés les quelque 2000 extraits qui affirment que le respect des préceptes humanistes et républicains (égalité, fraternité, démocratie, Droits de l’homme…) est partie intégrante de l’identité française. On y trouve des passages politisés comme celui-ci : « Aujourd’hui être français c’est partager les valeurs de la France et adhérer à sa devise : liberté, égalité, fraternité. Cette devise et ces valeurs ne sont concevables que dans le cadre d’une société républicaine laïque et sociale. ».

Dernier exemple, sous la rubrique « Histoires de vie », les réponses ressemblent à des narrations personnelles dans lesquelles sont exhibées les trajectoires individuelles du participant, souvent au regard de leur accession personnelle ou familiale à la nationalité française.

Les enjeux de la recherche

Dès lors, on comprend les enjeux de l’ouvrage. Méthodologiquement, selon les canons de l’analyse scientifique du discours, il s’agit de décentrer les sujets analysants – deux auteurs mais en même temps deux citoyens – de leur objet d’étude (les textes analysés) : Iramuteq et la statistique textuelle permettent cette mise à distance et refroidissent un corpus brûlant aux conséquences sociétales évidentes. Selon les canons de la linguistique de corpus ensuite, l’enjeu est d’objectiver autant que possible le contenu du corpus et de contrôler l’interprétation socio-linguistique. Du reste, les auteurs n’en disent volontairement pas trop et laissent au lecteur sa part d’appréciation. L’ouvrage fait en effet la part belle aux textes d’origine avec de très nombreuses citations. Seulement, le statut de ces citations change radicalement. Là où les extraits des corpus sont souvent choisis de manière ad hoc par les chercheurs, la citation est ici dûment représentative d’une classe lexicale dont le traitement statistique aura décelé la représentativité au sein de l’ensemble.

CC Denis Bocquet

CC Denis Bocquet

Socio-linguistiquement, il s’agit de mettre à jour les structures discursives reflétant des structures mentales des Français face à leur identité nationale. Dans une masse équivalente à une vingtaine de livres de poche, l’anecdotique le dispute parfois à l’essentiel, et la somme des avis ne constitue pas nécessairement un avis général. L’ouvrage de Pascal Marchand et Pierre Ratinaud rend compte de cette complexité et démêle la pluralité des façons de se revendiquer « français » aujourd’hui : nos gouvernants qui, pour le meilleur et pour le pire, sont de plus en plus soucieux de sonder les Français, pourraient trouver ici matière d’inspiration dans le traitement de leur enquête d’opinion.

Crédit image en bandeau :  CC Dadd1103


Damon Mayaffre

UMR7320 Bases, Corpus, Langage (Nice-Sophia-Antipolis) (mayaffre@unice.fr)

More Posts

Damon Mayaffre

UMR7320 Bases, Corpus, Langage (Nice-Sophia-Antipolis) (mayaffre@unice.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *