La Guerre de 14-18 racontée aux touristes

fzeezfezCommémoration du centenaire aidant, les visiteurs sont désormais toujours plus nombreux à se rendre sur les sites historiques de la Première Guerre mondiale. Atout France note fin novembre 2014 une augmentation de 7% de la fréquentation par rapport à l’année précédente pour la Marne, et de 12,8% pour les Ardennes. L’augmentation est de 46% pour la Haute-Somme, territoire où se concentrent les principaux sites, pour la période janvier 2014-avril 2014.

Cette hausse atteste d’une nouvelle vigueur du tourisme de mémoire dont la montée en puissance date des années 1980-1990, notamment en raison de la reterritorialisation des politiques et des pratiques culturelles et touristiques induites par les lois de décentralisation. Mais que se passe-t-il « réellement » lorsqu’on visite ces sites mis en scène par des dispositifs communicationnels. Quel rapport à l’histoire, au passé et à la mémoire s’y élabore ?

  • Trouche D., 2013, « Rendre sensible l’histoire des guerres au musée », Culture & Musées, n°20, 167-185.
  • Trouche D., 2010, Les Mises en scène de l’histoire. Approche communicationnelle des sites historiques des Guerres mondiales, Paris : L’Harmattan, coll Nouvelles études anthropologiques.

20091109PHOWWW002931

Les dispositifs communicationnels

Le recours systématique à des dispositifs communicationnels pour mettre en images, en mots, en espace et en sens l’histoire et les lieux de la Première Guerre mondiale pour les visiteurs vise à médiatiser le passé pour mieux l’expliquer à des contemporains qui ne sont pas tous férus d’histoire. Ce rapport médiatisé à l’histoire produit une patrimonialisation du passé régie par trois opérations : la mise en communication, la mise en exposition et la mise en exploitation. Selon Jean Davallon, la mise en communication et la mise en exposition renvoient aux dispositifs nécessaires à assurer la relation entre le patrimoine et le public, tandis que la mise en exploitation correspond à la dimension économique ou commerciale transformant le patrimoine en produit « vendable ».

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

C’est sous l’angle de la globalité qu’il faut dorénavant observer comment s’organise et se déroule la visite des sites historiques. Les territoires concernés sont systématiquement structurés pour mieux guider les visiteurs par des circuits touristiques. Les touristes sont introduits progressivement dans les paysages marqués par la guerre, par exemple à travers des trajets à pied qui les amènent en douceur vers les témoignages laissés par les ruines et les combats. Les musées oscillent entre des expositions classiques valorisant la présentation en vitrine d’objets, de situation, etc. et des expositions tournées vers l’interactivité et la reconstitution. L’architecture ainsi que les arts plastiques, la photographie, la musique et plus généralement la création contemporaine (…) sont également convoqués pour participer à cette médiation de l’histoire. Ainsi les modes de transmission du passé valorisent désormais la perception et l’expérience d’un visiteur qui n’a pas connu cette période historique, pour mieux organiser sa rencontre avec l’histoire.

L’audioguide du circuit « Le Pays du Coquelicot »
Durant plus d’une heure, ce dispositif déroule la visite de dix sites dans la Somme. Son titre, Le Pays du Coquelicot, fait écho au choix de cette fleur comme logo des sites. Cet emblème renvoie à un poème du canadien John Mc Crae, enrôlé volontaire dans la guerre des Boers en Afrique du Sud, puis dans la Grande Guerre, qui immortalise en 1915 cette fleur dans In Flanders Fields (Au champ d’honneur). Le coquelicot s’était développé sur les champs de bataille à cause des bombardements qui auraient enrichi en poussière de chaux les terrains crayeux. Il a été adopté dès 1921 par l’Association des Vétérans canadiens de la Première Guerre et il est devenu progressivement le symbole du Commonwealth pour la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre. Aujourd’hui, des coquelicots de papiers, tressés en couronne ou accrochés à des petites croix de bois, colorient les stèles et nécropoles des champs de bataille de la Première comme de la Seconde Guerre mondiale. L’audioguide met en lumière l’importance prise désormais dans la Somme par cette fleur comme signe de reconnaissance du souvenir des morts dus à la guerre.

Simplification, condensation et complexification

Par le recours récurrent aux dispositifs communicationnels, le rapport à l’histoire se trouve tout à la fois simplifié, condensé et complexifié.

logo_de_la_com_de_comLes logos (le coquelicot pour symboliser la Somme par exemple) et les slogans fonctionnent comme des signes distinctifs et simplificateurs visant à représenter un ensemble aux multiples dimensions. Le logo est omniprésent, des panneaux routiers aux panneaux directifs sur les sites historiques, en passant par les plaquettes et les sites Internet. Le logo et le slogan sont des raccourcis sémantiques et visuels qui ne rendent pas compte de toute la profondeur de l’histoire, mais qui servent de signes de reconnaissance et valident la présence du visiteur sur les sites historiques.

La condensation est un outil particulièrement utilisé dans les reconstitutions, et notamment les reconstitutions de batailles que l’on trouve fréquemment dans les muséographies : élément distinctif de la guerre, telle ou telle bataille est alors mise en scène dans un espace muséal de façon à représenter l’ensemble des champs de bataille.

La dimension de complexification est également prégnante car la multiplication des événements, des créations muséales, des parcours (…) à des fins touristiques augmente et entrecroise les propositions aux visiteurs. Ainsi, les circuits mis en place ne hiérarchisent habituellement pas les différents lieux aménagés pour la visite. Mais alors, comment faire son choix lorsque plus d’une trentaine de lieux, voire davantage pour Verdun, sont proposés à la découverte ?

centenaire-14-18-olivero

L’expérience de visite comme approche symbolique de l’histoire

L’expérience de visite est la modalité centrale dans la visite des sites historiques de la Première Guerre mondiale. L’idée sous-tendue est notamment que son éloignement temporel nécessite une approche spécifique de la transmission des connaissances pour les visiteurs contemporains.

13999845438_9a96c8077f_zL’objectif de l’expérience est de faire vivre, ressentir, éprouver des lieux, des histoires, des événements (…). Ainsi, le visiteur contemporain découvre et appréhende cette histoire par le récit du vécu des civils comme des soldats et par une mise en situation qui reproduit des conditions dans lesquelles se sont retrouvés les soldats ou les civils lors de la guerre. Ainsi, les vestiges de tranchées comme à Beaumont-Hamel sont-ils aménagés afin non seulement de les protéger, mais également de permettre aux visiteurs de les parcourir pour favoriser une expérience de visite singulière.

Les expositions permanentes des musées sont également concernées. Certaines sont organisées sur ce qu’en muséologie on nomme la « « scénographie » ou « muséographie d’immersion » (à l’exception notable de l’Historial de Péronne). L’idée est d’intégrer totalement le visiteur à l’histoire de la guerre reconstituée. On peut aussi retrouver cette dimension expérientielle dans la structure même du musée souvent organisée sous la forme d’un récit : l’accès à l’entrée du musée ou de l’exposition permanente ainsi construite s’opère par un dispositif faisant descendre sous terre le visiteur. La visite se poursuit dans des espaces différents relatant l’histoire, généralement coupés de la lumière du jour et se conclut par un dispositif de « remontée » à la lumière du jour.

16019791405_b16abc2920_k

  • Wahnich S., 2000, « Disposer des corps ou mettre la guerre au musée. L’historial de Péronne, un musée d’histoire européenne de la Guerre de 1914-1918 », Tumultes, n°16, 55-82.

Mettre en fiction pour mieux appréhender l’histoire

illustration-exposition-premiere-guerre-mondiale_1La mise en récit (personnages, intrigue…) de la visite peut également se retrouver dans les textes et informations historiques présentés et mis en scène pour le visiteur de l’exposition. Elle opère par une mise en intrigue de l’histoire narrée. De cette façon, la fiction opère comme modalité d’accès à la compréhension de l’histoire de la guerre.

Considérée négativement par certains, car productrice de représentations parfois éloignées et stéréotypées des événements -ce qui est parfois le cas-, la fiction peut être envisagée comme une médiation du patrimoine et des savoirs afférents par la production de sens permettant aux visiteurs une proximité avec le passé. Les sites de la Première Guerre mondiale sont aujourd’hui des espaces composés, aménagés pour favoriser le développement de la visite touristique (il en va de même pour la Seconde Guerre mondiale). Les lieux sont esthétisés par des mises en scène qui produisent des ambiances de visite, notamment par l’usage fréquent du son et de la lumière. Les expositions basées sur la reconstitution mettent en scène des événements historiques à partir des imaginaires, des impressions, en utilisant des personnages oeuvrant, par exemple, comme témoins de ce que devaient être les périodes historiques et visant à faire sens pour les visiteurs contemporains en témoignant d’une proximité visuelle entre le passé et le présent.

Les visites touristiques désormais proposées produisent à la fois une confrontation esthétique au passé et un accès au passé à travers une expérience sensible. Elles sollicitent corporellement le visiteur invité à expérimenter des événements historiques et le passé. Ces dispositifs communicationnels se retrouvent aussi bien dans les expositions permanentes que lors de la découverte des ruines et des traces laissées par la Grande Guerre.

Cul de lampe1


Dominique Trouche

LERASS (dominique.trouche@iut-tlse3.fr)

More Posts - Website

Dominique Trouche

LERASS (dominique.trouche@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Etienne dit :

    Bonjour, très intéressant article. Je pense cependant qu’il pourrait être répondu à votre interrogation (« les circuits mis en place ne hiérarchisent habituellement pas les différents lieux aménagés pour la visite. Mais alors, comment faire son choix lorsque plus d’une trentaine de lieux, voire davantage pour Verdun, sont proposés à la découverte ? ») en étudiant le travail réalisé par le Comité Régional de Tourisme NPDC pour la création et l’animation des Chemins de Mémoire, thématisés et hiérarchisés jusqu’au niveau local. Leur contact est Edouard Roose : e.roose@crt-nordpasdecalais.fr.

  1. 24/09/2017

    […] Mignard pour Mondes Sociaux Les raisons en sont toutes simples. Helmut Newton UK Vogue May 1967. La Guerre de 14-18 racontée aux touristes – Mondes Sociaux. Commémoration du centenaire aidant, les visiteurs sont désormais toujours plus nombreux à se […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *