Genre et médias

2873563525_b25dca0b88_z

CC Caylin

Aborder le « genre » oblige à préciser de quel genre il est question. Ce terme, commun à une pluralité de champs, renvoie à des réalités distinctes : le genre humain, les genres cinématographiques ou littéraires, le genre grammatical, ce dernier étant une catégorie – avec celle du nombre- du système linguistique français se décomposant en féminin et masculin, sur laquelle repose la construction grammaticale.

Or le genre dont il est question ici est celui qui a été traduit de l’anglais « gender » qui lui-même s’est créé à partir du « genre » français en se nourrissant de ce qui avait été énoncé en France en termes de « rapports sociaux de sexe ». L’étude des rapports sociaux de sexe s’est construite à partir de points de vue historiques, sociologiques et anthropologiques. Le mot « genre » utilisé pour signifier la construction et la déconstruction identitaire sexuée s’installe progressivement dans le vocabulaire scientifique et traverse les disciplines. Il s’impose dans le cadre épistémologique du savoir, puisque toute connaissance est ancrée dans la relation à l’autre et au monde dont elle est un constituant.

  • Coulomb-Gully M., 2012, Présidente : le grand défi, Paris : Payot.
  • Coulomb-Gully M., dir., 2011, Médias : la Fabrique du Genre, Sciences de la Société, n°83.
  • Coulomb-Gully M., 2009, « Les Sciences de l’information et de la communication : une discipline gender blind  ?», Questions de Communication, n°15, 129-153.
  • Coulomb-Gully M., Bonnafous S., dirs., 2007, Le 8 mars à la Une. Femmes et média, Sciences de la Société, n°70.
  • Olivesi A., 2012, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistiques, Toulouse : PUM, coll. Le temps du genre, .
  • Pradalier N., 2010, « Sexe et genre en Français », La linguistique, vol.46, n°2, 113-120.
  • Pradalier N., 2012, « Pour une dénotation objectivée », in Lexiques Identités Cultures, 105-113, Verona : QuiEdit.

Genre et Etudes de communication

CC Mike Licht

CC Mike Licht

L’Université de Toulouse a été pionnière dans  les études de genre en France, grâce à l’activité et aux travaux de l’équipe  Simone de l’Université Toulouse – Le Mirail. Mais c’est sous la direction et/ou l’impulsion de Marlène Coulomb-Gully, spécialiste de communication politique et d’analyse du discours politique, qu’une approche par le genre se développe à Toulouse dans le cadre des études de communication. Les médias en effet, au même titre que l’école ou la famille, sont une « technologie de pouvoir », pour reprendre les termes de  Michel Foucault : ils sont donc incontournables pour qui travaille sur le genre. Son article publié dans Questions de communication en 2009 en pose les bases.

La thématique « genre et médias » ayant un lien de parenté avec les Cultural Studies et les Gender Studies anglo-saxonnes, la Professeure toulousaine distingue les Women Studies, études dont les femmes sont l’objet d’interrogations privilégié, et les Gender Studies, recherches qui se préoccupent de la dimension relationnelle entre hommes et femmes, et donc du masculin et du féminin.

Genre, médias et politique

presidente le grand defi.inddLa candidature de Ségolène Royal aux Présidentielles de 2007 ouvre un nouveau terrain d’observation dont Marlène Coulomb-Gully rend compte dans un numéro de la revue Mots qu’elle coordonne. Dès lors, elle s’engage dans une recherche plus ambitieuse : le traitement médiatique des candidatures à l’élection présidentielle sous la Vème République, la première candidate étant Arlette Laguiller en 1974. L’ouvrage qui en est issu en 2012 – Présidente : le grand défi -, analyse l’évolution des discours et des stratégies de la presse écrite et de la télévision qui mettent en œuvre l’imaginaire collectif dans leur représentation du genre. Se trouvent également synthétisées les observations qu’elle avait développées ailleurs à partir, d’une part des satires, d’autre part des fictions politiques qu’elle présente comme « les deux faces d’une même médaille ». Elle est ensuite amenée à mobiliser le concept d’intersectionnalité (articulation de différents systèmes de domination) dans une étude relative au traitement médiatique de Rama Yade et Rachida Dati.

Dimension internationale

Plusieurs de ses travaux ont pour thème la médiatisation du 8 mars, Journée internationale des femmes, comme objet privilégié pour analyser la représentation du genre. L’on y découvre que les médias se saisissent de l’évènement de façon très différente sinon opposée : TF1 ou M6 recyclent « à cette occasion les stéréotypes les plus éculés », Arte et France 5 s’efforcent de « varier les points de vue ». Il est question de la « parole schizoïde » des journalistes.

Capture d’écran 2015-09-07 à 14.34.17

Détail de la couverture de l’ouvrage d’Aurélie Olivesi

Elle dirige également une livraison de Sciences de la société (2011) en prenant comme point de départ la vaste étude de l’Observatoire Mondial des Médias sur le Genre dont elle a été coordonnatrice pour la France. Cette étude, à laquelle participent 108 pays, est menée tous les cinq ans à l’initiative de la WACC.  Elle vise à cerner les modalités de représentation des femmes dans les médias. Aurélie Olivesi, issue de l’équipe toulousaine, participe également à ce numéro dans un article cosigné avec Virginie Julliard : elle souligne la nécessité non seulement d’user du potentiel déconstructiviste du concept de genre, mais aussi de comprendre les interactions entre processus de construction du genre, conditions de production des discours journalistiques et fonctionnement des stéréotypes. Dans son dernier ouvrage, Aurélie Olivesi (2012) adopte la grille de lecture traditionnelle masculin/féminin, avec le masculin du côté du pouvoir et le féminin du côté du devoir d’assistance pour décoder le discours journalistique au moment de la campagne présidentielle de 2007.

banniere_marie_dariaemily

Bandeau de LES DÉGENREUSES, blog féministe & geek

En même temps, les recherches sur le genre s’étendent à d’autres médias, et en particulier à la langue. Car celle-ci est le premier média entre l’individu et le monde, un premier média construit par le groupe social qui l’utilise pour codifier la représentation qu’il a de lui-même et de son environnement. Il est donc nécessaire de considérer la langue dans son état actuel de transition. C’est ce que l’auteur de ces lignes s’efforce de faire. Le sens et l’emploi du mot « homme » sont interrogés dans ses travaux, de même que l’installation d’une graphie qui place à égalité le féminin et le masculin désignant les individus en introduisant le « point d’altérité » en lieu et place des parenthèses qui entourent la marque du féminin. Cette pratique paritaire a cependant contre elle l’automatisme des logiciels élaborés sans tenir compte des deux pôles du genre, l’arbitraire et le motivé.

En fin de compte, n’est-ce pas aux praticiens et praticiennes de la communication médiatique qu’il appartient de s’emparer des ressources de la langue pour avancer dans une démarche d’harmonisation de la forme du discours avec son contenu ?

Crédit image en bandeau :  CC Charles Roark
CC Wikipedia

CC Wikipedia


Nicole Pradalier

LERASS (acape_nicole@hotmail.com )

More Posts

Nicole Pradalier

LERASS (acape_nicole@hotmail.com )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *