Géographie de la France en mutations

made_in_france_iconeDirigé par Philippe Dugot et Guy Thuillier, France, les mutations des systèmes productifs est un ouvrage issu de la mobilisation des enseignants-chercheurs du Département de géographie de l’Université Toulouse Jean-Jaurès. Il a en effet fédéré les compétences de trois laboratoires spécialistes de la ville, de la ruralité et de l’environnement. Il n’en fallait pas moins pour traiter une question qui est au programme des prochains concours d’Agrégation et du CAPES.

L’urgence économique actuelle (qui dure en fait depuis trois décennies…) provoque souvent un « déclinisme » affiché et une « sinistrose » ambiante ; ou inversement, des solutions à l’optimisme parfois candide. Car la complexité des constats et des enjeux peut être masquée par des postures politiques. 

Longtemps figée comme le rappelle Robert Marconis dans une préface qui propose une synthèse épistémologique, la question de la géographie de la France est désormais problématisée. L’introduction, en plus d’une définition argumentée des termes du sujet, ne manque pas de l’inscrire dans ses dimensions sociétales, territoriales, politiques et géopolitiques.

La France transformée

Pour envisager les mutations des systèmes productifs en France, les auteurs proposent de revenir aux processus d’industrialisation qui ont, depuis le XIXème siècle, profondément bousculé la géographie productive et avec cela les équilibres sociaux et économiques. Tout au long du XXème siècle, les mutations industrielles et tertiaires ont fait émerger des épicentres de l’expansion économique, tandis que d’autres ont décliné, pour donner les actuelles lignes de force et de fragilité économiques de la France. Dans cette différenciation des territoires dont l’analyse est un enjeu majeur de la géographie, la mobilité croissante des hommes et des marchandises joue un rôle indéniable. Cet atout est en effet ambivalent, livrant les territoires à la concurrence mondialisée, mais développant aussi des compétences et des activités logistiques.

industrie-franceParmi les mutations les plus contemporaines, le développement de l’économie numérique permet de questionner l’adaptation à un nouveau modèle productif qui, plus encore que la logistique, produit une sélection drastique entre les territoires. Cette sélection et la localisation des activités économiques qui l’accompagne questionnent le rôle des acteurs, et plus particulièrement des acteurs publics. En effet, ces mutations renouvellent en permanence la question de l’aménagement du territoire et posent en des termes différents la question de l’intervention des acteurs publics. Le rôle de l’Etat s’est profondément transformé depuis les années 1960-1970, époque de la gestion des grands déséquilibres territoriaux. A partir des années 1980-90, l’Etat a en effet développé une vision plus décentralisée et polarisée de son action. Dans le même temps, le rôle des collectivités territoriales s’est accru, questionnant la lisibilité de l’action publique en matière de développement économique des territoires.

Les échelles des mutations

Echelle2Les mutations des systèmes productifs invitent les géographes à replacer le territoire français dans une pluralité d’échelles. Dans un premier temps, l’ouvrage situe la France dans le processus de mondialisation dont les impacts négatifs alimentent davantage les craintes que les bénéfices. Si elle demeure un acteur puissant disposant d’atouts économiques et géopolitiques de premier plan, les mutations du monde, notamment l’essor des pays émergents, ne garantissent pas les positions acquises, quel que soit le secteur. Insérée dans un monde en concurrence, la France est aussi intégrée à l’ensemble politique et économique européen. Face aux discours qui dénoncent l’Union Européenne comme un carcan de normes et de contraintes entravant l’épanouissement économique national, l’analyse des effets de l’union économique et monétaire sur les systèmes productifs français démontre que la France existe et pèse aussi grâce à l’Europe. Le cadre européen, certes imparfait, et la concurrence européenne sont par ailleurs un sas salutaire pour nombre d’entreprises qui n’ont pas la taille critique pour affronter la compétition mondiale.

En deçà de l’échelle nationale, les initiatives ascendantes issues du local ont été consolidées par la décentralisation. Les collectivités locales, soutenues à toutes les échelles, ont pu valoriser et promouvoir leurs systèmes productifs. Mais si les capacités d’adaptation et d’innovation des territoires locaux sont indéniables, elles n’en sont pas moins inégales, d’autant que les difficultés économiques sont inégalement réparties. Ces disparités sont aussi accentuées par une mise en concurrence croissante des territoires d’autant plus forte que les aides publiques diminuent à toutes les échelles.

BtYAepICYAAztCA

Cette diminution contraste avec la profusion d’outils aussi ambitieux que complexes destinés au soutien à l’innovation ou aux secteurs industriels menacés. Appui aux territoires, financement de grands projets ou dynamisation de filières tentent d’encourager les mutations des secteurs d’avenir et de consolider ou réorienter les branches les plus fragiles. La juxtaposition des dispositifs pose les questions, d’une part, de l’absence de vision d’ensemble, d’autre part, de l’évaluation des politiques mises en œuvre par l’Etat. L’incorporation du paradigme du développement durable a conduit à encourager fortement la mutation des systèmes productifs de façon à saisir les opportunités d’une croissance verte. Après une longue phase de prise de conscience, l’impératif du développement durable qui invite à penser le temps long et le futur des systèmes productifs s’est progressivement affirmé… du moins dans les discours. Dans les actes, la mue progresse timidement, entre un green washing visible aux effets limités, et une révolution verte productive militante encore trop confidentielle.

PARADIGME

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Secteurs et régions confrontés aux mutations

Après avoir exposé les enjeux clés en livrant une synthèse des questions transversales relatives aux acteurs, aux échelles ou aux temporalités des transformations des systèmes productifs français, l’ouvrage propose quelques analyses sectorielles, puis régionales. L’agriculture affiche aujourd’hui des visages et des trajectoires contrastés, entre un modèle mondialisé et libéralisé et un modèle reterritorialisé encouragé par les limites économiques et environnementales du premier.

Ra43nL’industrie, dont les mutations sont souvent au cœur des débats politiques, est également contrastée. Les secteurs les plus anciens subissent de violentes mutations à mesure que la concurrence mondiale les « rattrape » tandis que la présence d’une industrie innovante ne vient pas pallier la désindustrialisation qui touche d’autres secteurs. L’énergie qui concerne toute l’économie et cristallise ses mutations futures, impose aux acteurs économiques et politiques de sortir de l’immédiateté et d’impulser une mutation de l’ensemble des systèmes productifs visant à en réduire la dépendance.

Enfin, les services structurent fortement la trajectoire des territoires : ils apparaissent stratégiques, renforçant ou dégradant l’attractivité de ces derniers selon qu’ils sont bien développés ou sous-représentés. Dans une société où la consommation est un pilier du fonctionnement économique et où la créativité est une production à haute valeur ajoutée, le commerce de détail et la culture sont aussi analysés.

21afdb9a580e11ddb02f000077b07658La dernière partie de cette synthèse collective propose quelques terrains illustrant des mutations des systèmes productifs. Le Nord-Pas-de-Calais, souvent archétype de la région en crise, y est présenté dans ses contrastes : si la crise économique persiste dans de nombreux territoires qui espèrent une reconversion, certains y parviennent, non sans difficulté, tandis que la métropole lilloise, dynamique et ouverte sur l’Europe, tire sont épingle du jeu. Pour sa part, la Bretagne et son modèle agricole hyperproductiviste sont rattrapés par la mondialisation qui impose une nouvelle mutation. Autres exemples : l’agriculture de montagne, longtemps marginalisée, s’appuie sur des productions de qualité qui nécessitent cependant une protection face aux appétits néolibéraux ; l’industrie aéronautique et spatiale du Sud-ouest, dont l’ancrage régional est puissant et la compétitivité mondiale indéniable, reste dépendante de choix stratégiques et de conjonctures échappant largement aux acteurs du territoire. Ce tour de France se termine à l’île de La Réunion qui permet d’aborder la nécessité pour les territoires ultramarins de trouver des relais de croissance régionaux et locaux.

Cet ouvrage constitue un outil nécessaire pour les candidats au CAPES et aux Agrégations qui s’apprêtent à affronter la question complexe des mutations des systèmes productifs en France. Il est aussi un outil utile pour ceux qui enseignent la géographie au lycée et à l’université. La diversité et la problématisation des thèmes abordés, mais également l’actualité de sa bibliographie soigneusement classée apportent des éclairages multiples et pertinents. Plus largement, ce livre peut intéresser les curieux et les citoyens. Ils y trouveront des définitions critiques, des questions vives et contextualisées propres à les éclairer à l’heure où les préoccupations économiques sont plus que jamais au cœur du débat public à toutes les échelles.

Cul de lampe2


Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 29/05/2015

    […]   […]

  2. 28/03/2016

    […] Heuristique : qui aide à la découverte. L'affaire Dreyfus. Les bibliographies de l'Agrégation interne 2015. Géographie de la France en mutations. […]

  3. 31/03/2016

    […] Un espace à dominante industrielle. Un espace à dominante agricole. Géographie de la France en mutations. […]

  4. 31/03/2016

    […] Il se définit comme « l’ensemble des facteurs et des acteurs concourant à la production, à la circulation et à la consommation de richesses » (Carroué, 2013). Le concept, élaboré dans les années 1980, s’inscrit dans une démarche systémique qui associe les caractéristiques d’un modèle productif, d’un modèle spatial et d’un modèle social : les trois dimensions ne peuvent être dissociées en raison des étroites interrelations entre les variables et de leur interdépendance mutuelle. Mutations des systèmes productifs en France – vol. 54 / 1-2. FIG Saint-Dié-des-Vosges » Mutations des systèmes…  Géographie de la France en mutations. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *