La course de taureau entre repli identitaire et culture populaire

taureau_oldL’opposition entre culture savante et culture populaire est un classique de la recherche en sciences humaines et sociales. Un récent dossier publié dans Communication et Langages nous a donné l’occasion de revenir sur cette opposition.

Pourquoi, en matière de culture, le populaire est-il a priori disqualifié ? On oppose en effet la culture savante reconnue et consacrée à d’autres formes de culture souvent désignées par l’appellation générique de « culture populaire ». La discordance culture savante/culture populaire, aussi ambiguë soit-elle, trace donc une frontière entre deux mondes : l’un est un objet de recherche légitime, l’autre est ignoré par les chercheurs.

  • Jacobi D., 2014, « Le savant et le populaire. Retour sur une opposition arbitraire », in Jacobi D., dir., Dossier, Communication et Langages, n°181, 23.29.
  • Passeron J.-C., Grignon C., 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris : Le Seuil.
  • Marchis-Mouren, L., 2014, « Entre sport, spectacle et tradition : la course de taureaux », Communication et Langages, n°181, 53.64.

Si les industries culturelles (télévision, cinéma…) sont explorées, il est rare que l’on s’intéresse aux maquettes et à l’aéromodélisme, aux ornithologues du dimanche et aux astronomes amateurs, aux joueurs de pétanque et aux supporters de rugby, aux passionnées de tricot et aux chineurs de marchés aux puces. Comme si l’excellence de la création artistique spécialisée méritait seule l’intérêt des chercheurs.

La course camarguaise est à cet égard révélatrice du mépris que lui vouent les sociologues de la culture. Pourtant elle vaut la peine qu’on y regarde de plus près.

Une passion réservée à la Camargue

Mais tout d’abord qu’est-ce que la course camarguaise ?

Le spectacle est très schématique : un taureau noir, seul dans l’arène, et des hommes en blanc qui courent pour attraper un ruban attaché entre ses cornes. Le taureau de Camargue est la véritable vedette de la course à la cocarde ou « course camarguaise », négatif de la corrida : la vedette n’est pas le matador qui gonfle la poitrine sous son habit d’opéra recouvert de paillettes, mais le taureau. Quand le spectacle est réussi et qu’il a vaillamment défendu ses attributs placés entre ses cornes, il rentre dans le toril sous un tonnerre d’applaudissement et au son de la musique de Carmen (de Bizet). Les raseteurs, vêtus de blanc, courent vers le taureau et tentent de saisir, à l’aide d’un crochet, la cocarde, les glands blancs ou la ficelle qui les tient attachés aux cornes. L’animal les poursuit vivement et parfois tente de les « encorner » en s’élevant au-dessus des barricades qui bordent les arènes dans laquelle les spectateurs, assis sur des gradins, commentent la course et applaudissent.

Pas de destin funeste pour les taureaux à la fin du spectacle. Au contraire, la gloire des taureaux et de leurs éleveurs, les manadiers, est le but recherché. Les manadiers et les spectateurs expliquent l’engouement autour de cet animal par sa singularité : « Le taureau de Camargue, vous savez que c’est le seul animal au monde à qui l’homme demande de faire une carrière artistique… Il devient une vedette, et pourtant c’est un animal à l’état sauvage » (entretien avec le manadier Henry Aubanel, Saintes-Maries-de-la-Mer).

Bandeau2

On compte des dizaines de manades et des centaines de cocardiers (taureau de course camarguaise). Le destin de ces animaux est scellé dès leur plus jeune âge. À trois ans, les mâles sont mis dans les arènes face aux jeunes raseteurs pour tester leur combativité et leur intelligence. Certains sont castrés pour poursuivre leur carrière dans les arènes et seul le fil des courses permettra de dire si un taureau s’inscrira parmi les grands cocardiers. D’autres restent étalons pour la reproduction. Les taureaux non-sélectionnés connaissent certes un destin moins glorieux, mais ils assurent la viabilité des élevages, grâce aux autres manifestations taurines de rue (abrivado, bandido, encierro) organisées à l’occasion des fêtes votives (anniversaire du saint local). L’éleveur tire aussi un revenu de la production de viande de taureau de Camargue devenue AOP.

Les taureaux portent un nom, choisi par le manadier, qui figure sur les affiches : Garlan, Jupiter, Figaro, Ajax, Icare, Ratis… suivi du nom de la manade en plus petits caractères. Ils sont évidemment connus des spectateurs. Et chaque année le meilleur emporte le titre de Bioù d’Or. Cette récompense est l’apanage du Trophée Taurin, grande compétition de course camarguaise qui se déroule pendant une saison taurine, de mars à novembre. Il est décerné par un jury composé des membres du Trophée Taurin (organisateurs, journalistes…) et de deux raseteurs. Chaque taureau est noté selon la régularité de ses performances, le nombre d’attributs restés sur ces cornes à l’issue des courses, sa bravoure, sa façon d’anticiper les actions des raseteurs. La passion du taureau et la célébrité accordée aux Bioùs d’Or déborde largement le périmètre des seules arènes.

Toros

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Une culture dans son territoire restreint

Si la Camargue, tracée par le Delta du Rhône, dessine un paysage typique à l’ouest et à l’est du Petit Rhône, c’est la présence d’élevages extensifs, en dehors des espaces occupés par des grandes propriétés agricoles bien irriguées (riz, vins, foin…) qui dessine le reste du paysage. On aperçoit, dans des mas isolés, des taureaux, des chevaux et aussi des troupeaux de moutons surveillés par des gardians à cheval. Mais la trace des traditions taurines est visible partout dans l’espace urbain et rural.

Ainsi, dans les villes et villages, nombreux sont les noms de rues et de bâtiments faisant référence au monde de la Bouvine. Certains patronymes rendent hommage à des figures emblématiques de l’élevage taurin. Des manadiers célèbres : avenue Henry Aubanel, avenue Fanfonne Guillierme, rue Maurice Mailhan, rue Blatière-Bessac à Vauvert dans le Gard. D’autres odonymes valorisent des cocardiers : place du Vovo (Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône), impasse du Gandar (Lunel, Hérault). Parfois, des dénominations génériques transmettent les valeurs bouvines ou promeuvent les traditions locales : rue de la Ferrade, carriero di Bioùs (Saintes-Maries-de-la-Mer), avenue de l’Aficion (Vauvert). Ces noms font partie du patrimoine culturel populaire et jouent un rôle dans l’identité singulière de ce territoire.

En donnant aux rues et aux places les noms des hommes de la Bouvine et des taureaux issus des manades proches de leur village ou de leur ville, les conseils municipaux récompensent ceux qui ont fait honneur à leur communauté. Cela souligne et révèle l’importance accordée au milieu taurin et à ses manifestations populaires. Il est un des moteur de la vie locale.

  • Badariotti D., 2002, « Les noms de rue en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonymes », Annales de Géographie, vol.111, n°625, 285.302.

le cocardier

Certaines petites villes ont même érigé des statues en l’honneur de taureaux devenus célèbres. On sait que l’usage est que les communes élèvent des statues pour rendre hommage aux personnalités nationales ou locales, souvent dans le domaine de la politique ou de la religion, parce qu’elles en sont fières. La statue en pied est un monument d’admiration, que l’on place à un endroit public choisi et bien en vue. Ainsi, celle du poète Frédéric Mistral est dressée sur la place du Forum à Arles et chaque année, les Mireïeto qui revêtent pour la première fois la coiffe d’arlésienne, écoutent ses  discours en langue provençale.

Au contraire des stèles funéraires dressées dans les manades ou les près, la sculpture réalisée avec soin et ressemblance par un artiste local ne montre pas un quelconque taureau. On statufie un véritable héro, qui a un nom, un passé et une histoire : Sanglier a inspiré la crainte et la terreur par sa méchanceté ou sa ruse et l’admiration du cocardier est encore si vive qu’aucun autre taureau n’a reçu ce nom ; Vovo brisait les planches des barricades ; Gandar n’avait qu’une seule corne dont il se servait de façon redoutable ; Goya voyait tout, et n’hésitait pas à sauter dans la contre-piste pour poursuivre le raseteur… Ils sont devenus des vedettes de la course camarguaise, en construisant leur réputation dans les arènes par leur courage, leur physique, la foule de spectateurs qu’ils parvenaient à déplacer et le montant élevé des primes attribués aux courageux qui se risquaient à les affronter.

Il y a les taureaux qui ont été statufiés de leur vivant, d’autres à qui on a rendu hommage à titre posthume. Difficile de distinguer le mythe et la réalité lorsque l’on parle de l’inhumation des plus grands cocardiers. La tradition voudrait que le manadier enterre son taureau debout, dans un drap blanc, la tête orientée vers la Mer.

toro-razetteur

On existe aujourd’hui au moins huit statues monumentales de taureaux à travers la Camargue, sans compter les statues qui ne représentent pas un animal en particulier. Ces statues, sculptées dans des matériaux nobles assurant leur pérennité (pierre ou bronze) sont réalisées avec grandiloquence. Elles reproduisent, le plus fidèlement possible, des taureaux qui ont marqué la Bouvine. Les connaisseurs peuvent identifier les vedettes grâce à l’allure de leurs cornes et leur carrure.

Outre les stèles funéraires, il existe deux catégories de statues : les taureaux représentés immobiles, et les taureaux sculptés en mouvement, comme la statue de Vovo aux Saintes –Maries-de-la-Mer, qui le montre brisant les planches des arènes de son poitrail, action prisée des afeciounas.

  • Siméon J., 2013, Dictionnaire de la course camarguaise, Vauvert : Au Diable Vauvert.
  • Durand J., 2006, « Les statues de taureaux », La gazette de Montpellier.

De la gloire du taureau à l’identité d’un territoire

C’est avant tout la mémoire des passionnés qui font des grands taureaux cocardiers les icônes indestructibles de la course camarguaise. L’émotion qu’ils ont suscitée dans les gradins est encore au cœur des discussions des anciens. Ils racontent aux plus jeunes les courses grandioses du passé. Ainsi, les statues des vedettes de la course camarguaise, érigées en leur mémoire, traversent le temps grâce aux récits qui se transmettent de génération en génération. En célébrant la gloire du taureau, on place la culture populaire traditionnelle au cœur de la mémoire collective et on sent bien que l’admiration frise la patrimonialisation…

La course de taureaux est donc étroitement liée au territoire où elle se perpétue depuis deux siècles au moins. Celui qui parcourt ce paysage faussement naturel, puisque totalement recomposé par l’homme, constate rapidement la présence, en dépit des aménagements touristiques et balnéaires, de vastes espaces marécageux où paissent des taureaux noirs avec les cornes en forme de lyre. Tandis que les clôtures et les façades des habitations arborent souvent des têtes de taureaux, des tridents et des croix de Camargue en fer forgé. Tout semble être construit autour de cet animal vif et sauvage, élevé en semi-liberté. Et les signes de cette culture populaire reproduits et affichés partout attestent de son succès et de sa permanence.

TMPL_SKU000538_281_0

Comment décrire et commenter ces formes de culture « non savantes » ? Le sont-elles parce qu’elles sont produites par des acteurs moins professionnels ou de moindre notoriété que les artistes renommés et officiels ? Ou parce qu’elles ne sont ni reconnues par les pouvoirs publics, ni autant subventionnées que d’autres, ni analysées dans des publications académiques ? Ou est-ce parce qu’elles s’adressent à d’autres populations, à d’autres publics, dans des équipements sans grâce ?

D’où vient ce mépris pour les formes de culture non savantes ? Sont-elles trop locales ou trop dépendantes de territoires restreints ? Est-ce parce qu’elles n’attirent que des publics locaux, comparativement à un festival d’été organisé dans un célèbre monument historique ? La culture populaire est-elle plus spontanée, moins intellectuelle et plus proche de ce que Pierre Bourdieu appelle les « arts moyens » ?

Dresser le champ social de la course camarguaise et replacer les statues de taureaux dans le faisceau des valeurs et des intérêts contradictoires des différentes catégories d’acteurs qui luttent pour faire perdurer cette culture et ses valeurs est-il un combat d’arrière garde ou un regard sur l’avenir ?

images

 


Daniel Jacobi et Laure Marchis-Mouren

Daniel Jacobi (Centre Norbert Elias, UMR CNRS 8562, Université d’Avignon : danieljacobi@orange.fr) et Laure Marchis-Mouren (Centre Norbert Elias, UMR CNRS 8562 : laure.marchis@gmail.com)

More Posts

Daniel Jacobi et Laure Marchis-Mouren

Daniel Jacobi (Centre Norbert Elias, UMR CNRS 8562, Université d’Avignon : danieljacobi@orange.fr) et Laure Marchis-Mouren (Centre Norbert Elias, UMR CNRS 8562 : laure.marchis@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. François Corsiglia Pelatan dit :

    Pas besoin d’envoyer le CNRS pour étudier ou illustrer la course camarguaise ou la course landaise, la culture populaire se construit elle-même à son rythme : pourquoi n’est-elle pas promue par les médias presse-radio-télés ? tout simplement parce que les fans de cette culture sont vraiment populaires au sens du terme, c’est le peuple, el pueblo, il popolo, c’est à dire les classes moyennes et modestes, des gens qui parlent fort, qui gueulent, qui mangent sans fermer la bouche , qui se tapent sur l’épaule ou sur le ventre, bref des manières peu appréciées des cadres de l’industrie et des services et encore moins de la grande bourgeoisie ! quant aux gens de la presse -radio-télé, ce sont souvent des bacs + 4 ou 5, passés par la culture, la politique ou la publicité et ils ne sont pas du tout intéressés dans leur carrière par la classe populaire et ce qu’elle fait, sauf de temps en temps quand le Front National pointe son nez et quand leur rédaction leur demande d’aller en éclaireur vers ces contrées « populaires » que personne entre Sorbonne et Bords de Seine ne connaît vraiment ! Seulement attention, si certains, pensez à qui vous voulez, prétendent vouloir s’accaparer de ces cultures et pratiques populaires, ils risqueraient de s’asseoir à côté car les gens ont plus de bon sens qu’il n’y parait, camarguaise, provençale ou landaise !

  2. Le mépris pour les formes de culture non savantes ne fait qu’illustrer l’abîme qui sépare les valeurs de l’élite intellectuelle et politique des valeurs populaires. Si la corrida trouve grâce aux yeux des premiers, la course camarguaise , reconnue pourtant comme un sport officiel, demeure mal aimée par celles et ceux qui n’ont pas vécu depuis leur enfance dans le culte du taureau de Camargue. En Camargue et par extension dans les villes et villages alentours de l’Hérault, du Gard et des Bouches du Rhône, le taureau fait partie intégrante de la culture locale qui pour être traditionnelle demeure encore très implantée car elle n’est pas figée mai évolue comme en témoigne le succès populaire des abrivados, encierros qui attirent un public nombreux et motivent les jeunes. Chaque année voit éclore une génération nouvelle de jeunes raseteurs qui prennent la relève et font évoluer le métier vers plus de professionalisme. les manadiers de leur côté font de gros efforts pour maintenir la race du véritable taureau de Camargue en luttant contre maladies et autres obstacles pour maintenir la pureté de la race. Le taureau a ici quelque chose à voir avec le sacré. La course camarguaise avec ses capelados de plus en plus spectaculaires ( spectacle d’avant course précédant le défilé d’entrée des raseteurs dans l’arène ) ressemble de plus en plus à une célébration avec ses rites, ses hommages, ses codes que les touristes de passage ont du mal à comprendre. La course camarguaise n’est ni un combat d’arrière garde, ni un regard sur l’avenir, mais un art de vivre au présent, bien actuel, qui sait répondre et s’adapter au monde d’aujourd’hui en donnant du sens aux choses.

  3. Bernard dit :

    aller voir entre autre là:
    http://www.bouvine.info/La-Course-Camarguaise

    au site http://www.bouvine.info, et aller visiter le vade mecum, ou par un mot ou par thème: http://www.bouvine.info/Vade-Mecum

    A+

Répondre à Bernard Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *