Où vit la science ?

lab2Si l’on n’est pas toujours en mesure de savoir où va la science, on peut  se demander où elle se fabrique, où elle s’épanouit, où elle vit. Géoscience, programme de l’Agence Nationale de la Recherche  a réuni pendant trois ans (2010-2013) géographes, historiens ainsi que sociologues français et canadiens.

Leur mission ? Etudier les logiques spatiales de l’activité scientifique contemporaine aux échelles locale, régionale, nationale et internationale. Pour y parvenir, les chercheurs ont élaboré une analyse historique de la construction des institutions scientifiques et de leur déploiement dans l’espace durant les deux derniers siècles. Le procédé est obligatoire, les processus actuels de mondialisation de la science s’appuyant sur des espaces nationaux façonnés par des décennies de politiques publiques et de logiques sociales.

Leurs interrogations sont multiples : comment l’activité scientifique est-elle spatialement distribuée ? Dans le contexte de mondialisation des activités et des échanges scientifiques, cette répartition est-elle modifiée ? Si oui, au profit ou au détriment de quels espaces ? Pour y répondre, les chercheurs ont construit des cartes de l’activité scientifique qu’ils ont ensuite analysées avec une socio-géographie de la science comme ligne de recherche.

Bandeau4

L’article « Cities and the geographical deconcentration of scientific activity » publié en 2013 dans la revue Urban Studies expose quelques résultats de leur travail. À l’intersection des études sociales sur les sciences et de la recherche urbaine, il questionne l’implication des villes dans le développement de la science mondiale. Les recherches mettent ainsi en évidence une apparente contradiction entre, d’une part l’émergence et le maintien de villes globales – centres de commandement du système-monde qui concentrent les activités les plus rares et les plus profitables (dont l’activité scientifique) et d’autre part, la déconcentration de l’activité scientifique (notamment en Chine) dont la croissance profite davantage aux villes de second rang.

Un défi méthodologique

Les traces les moins contestables d’une activité scientifique active sont sans doute les publications scientifiques. Les chercheurs toulousains et québécois ont donc exploité une base de données, le Science Citation Index Expanded qui répertorie les publications des grandes revues scientifiques et techniques internationales.

Créé par Eugene Garfield en 1960, l’Institute for Scientific Information (ISI) a construit sept bases de données de publications scientifiques, dont le Science Citation Index. L’ISI a été racheté en 1992 par Thomson Scientific & Healthcare et a porté le nom de Thomson ISI. À la suite de sa fusion avec Reuters en 2008, il appartient désormais à la Thomson Reuters Corporation.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

À partir des données de cette dernière, chaque publication peut être localisée selon l’adresse scientifique de son auteur, à condition de résoudre deux problèmes : établir une modalité de comptage pour les fréquentes publications collectives, et définir des agglomérations urbaines comparables afin que les mises en perspective aient du sens. Pour éviter le premier écueil, les publications collectives ont été fractionnées en fonction du nombre d’auteurs. La seconde difficulté a nécessité de redéfinir la ville afin de lisser les disparités des échelons administratifs nationaux, ces derniers ne recoupant que rarement les limites des agglomérations urbaines. Quels critères retenir pour y parvenir ? Si l’on pense aux villes des régions les plus densément peuplées du monde, définir les agglomérations par les densités de populations n’est pas assez discriminant. Les auteurs ont donc retenu les variations de densité pour délimiter des agglomérations et ce, quel que soit le pays considéré. Ayant établi comment compter les publications et à quelles entités spatiales comparables les attribuer, ils peuvent alors livrer une analyse sans équivoque de ces données.

wossem_home_lrghdr

La science se déconcentre à toutes échelles

À l’échelle mondiale, les chercheurs relèvent que la science se déconcentre entre les villes. Mieux encore, la croissance globale des publications scientifiques bénéficie moins aux trente premières villes qu’à l’ensemble. Entre 1997 et 2007 les publications des villes du « top 30 » ont crû de 28%, alors que l’ensemble des publications répertoriées a augmenté de 40%.

Entre les pays, le constat est sensiblement le même. Les Etats-Unis dominent toujours la science mondiale avec 24,5% des publications, mais moins qu’en 1987 quand ils produisaient 34,3% du total. Il faut dire que l’activité scientifique mondiale a fortement augmenté ces trente dernières années, alors même que les pays producteurs se sont diversifiés : la croissance du nombre de publications a accompagné les fortes expansions économiques d’Asie ou d’Europe du Sud. La diversification a également favorisé l’indexation de revues dans les pôles scientifiques émergents, diminuant ainsi la surreprésentation des revues scientifiques anglo-saxonnes.

Capture d’écran 2015-03-02 à 13.39.35

Quel que soit son profil (croissance, stagnation ou déclin relatif), la déconcentration de l’activité scientifique est également généralisée dans tous les pays. En Chine, les villes de second rang comme Nanjing ont davantage profité de la croissance de l’activité scientifique nationale que Beijing ou Shanghai, tandis qu’en Espagne le développement a surtout bénéficié aux petits centres scientifiques. Bien entendu, ces constats résultent de contextes locaux sur lesquels les chercheurs s’attardent particulièrement. La déconcentration provient souvent de politiques nationales actives, tandis que les rares exceptions où le premier pôle scientifique se renforce sont liées à des circonstances particulières : c’est par exemple le cas de Berlin, devenue entre 1987 et 2007 capitale réunifiée de l’Allemagne elle-même réunifiée.

Résultats et nouvelles explorations

Le résultat principal de cette recherche est manifeste : la tendance générale n’est pas à la concentration de l’activité scientifique dans les « villes globales », car depuis trente ans, les sites de production scientifiques se sont considérablement diversifiés. Cependant, la capacité de concentration des métropoles mondiales reste suffisamment forte pour ne pas invalider le concept de « ville globale », dont l’activité scientifique est un des attributs. Il est seulement nuancé par l’émergence de pôles secondaires et par une diversification générale des sites de production.

De manière incidente, ce travail invite aussi à porter un regard renouvelé sur le processus de mondialisation à propos duquel Olivier Dollfus, géographe pionnier sur le sujet, écrivait « Le monde de la globalisation est un monde de la concentration, de toutes les concentrations ». Force est d’admettre que la concentration n’exclut pas la diversification, voire la variété.

  • Dollfus O., 2001, La Mondialisation, Paris : Presses de Sciences po, 2ème édition.

Pour être complet, il faut préciser que l’aventure « Géoscience » s’est poursuivie au-delà des recherches que nous venons de présenter brièvement. Par exemple, le travail mené par le collectif de chercheurs sur les coopérations scientifiques mondiales (CoSciMo) a abouti à une publication consacrée à leur visualisation dans Mappemonde. La revue a également publié un article de Denis Eckert, Myriam Baron et Laurent Jégou approfondissant l’approche méthodologique de la spatialisation de données bibliométriques.

science


Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *