Sciences sociales : quand les instruments et les modèles formels supplantent les objets d’études

EntréeLes sciences de la nature et de la technique ont toujours constitué pour les sciences sociales un réservoir d’idées et de méthodes, et elles ont souvent incarné ce que peut être la « méthode scientifique ». Les « importations » en sciences sociales ne sont pas limitées aux modes de raisonnement ou aux concepts. Elles ont aussi pris, dans certains cas, la forme d’adoption d’instruments ou de formalismes qui se sont accompagnés de migrations de chercheurs.

Les spécialités de sciences sociales qui ont connu ces arrivées de chercheurs et d’instruments issus d’autres sciences ont alors parfois fait l’expérience d’un phénomène d’inversion des priorités entre l’objet et les instruments, l’analyse et l’action.

Dans leur travail de terrain, les chercheurs en sciences sociales mobilisent depuis longtemps des procédés d’enregistrement sonore ou visuel, des formes d’inscription numériques comme le codage ou le comptage, utilisent des tableaux et des grilles. Lorsqu’ils analysent les données, ils mettent en œuvre des instruments divers, allant du logiciel statistique à l’imagerie cérébrale. Ils peuvent aussi procéder à des expérimentations virtuelles en utilisant des modèles mathématiques ou des simulations informatiques. L’expression de leurs résultats peut inclure des formes mathématisées, des graphiques, des documents visuels, des animations. Tout cela de façon variable selon les disciplines et les spécialités : ainsi, l’économie mathématique fait un usage plus intensif du langage formel des mathématiques que l’anthropologie ou le droit. Les chercheurs en sciences humaines sont donc confrontés depuis longtemps à des instruments intellectuels ou matériels du même type que ceux des sciences de la nature : quantification, formalisation mathématique, instrumentation.

InstrumentsLes outils techniques qu’ils mettent en œuvre ne sont pas toujours aisément accessibles et manipulables. Ils ont souvent été conçus par des spécialistes des techniques dont la présence est nécessaire à leur utilisation. S’engagent alors des collaborations entre spécialistes des outils et spécialistes des phénomènes sociaux. Ces collaborations sont une source importante d’évolution des méthodologies et des façons de penser. Elles ont permis des avancées importantes dans certaines disciplines. Pour autant, elles ne sont pas exemptes de difficultés et de tensions qui ne se réduisent pas à une opposition de style et d’habitudes entre « littéraires » et « scientifiques » ou « ingénieurs ». Elle concernent la définition même des objets de recherche, l’instrument pouvant se substituer aux objets qu’il était censé au départ permettre de mieux étudier.

De la phonétique expérimentale aux sciences de la parole

Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion d’étudier l’histoire des sciences de la parole, en collaboration avec Louis-Jean Boë, spécialiste de ce domaine.

Nous nous sommes intéressés à la phonétique expérimentale, science humaine enseignée à l’origine dans les Facultés de Lettres. Dédiée à l’étude des variations dans les expressions orales des langues, elle avait été développée par des linguistes, des philologues, des grammairiens. Après la Deuxième guerre mondiale, notamment sous l’effet d’interactions entre linguistes et physiciens au Massachusetts Institute of Technlogy, les phonéticiens ont sophistiqué leur instrumentation, acquérant des matériels susceptibles d’enregistrer, de transmettre, de reproduire et de traiter la voix (enregistreurs, analyseurs de spectre, sonagraphes). Ils ont été amenés à travailler avec, puis à recruter, des spécialistes de ces instruments, d’abord des électroniciens ou des acousticiens, plus tard des informaticiens.

bandeau-haut-TLT-851

Au départ spécialistes des instruments au service des phonéticiens, ceux-ci ont revendiqué le droit d’intervenir dans la définition des recherches. Ils en ont progressivement redéfini les objectifs et ont en partie évincé les phonéticiens. Alors que ces derniers cherchaient à étudier une activité humaine, les spécialistes des instruments ont orienté les recherches vers la synthèse et la reconnaissance automatiques de la parole, rebaptisant la discipline « sciences de la parole ». L’étude de l’expression orale des langues est devenue une auxiliaire d’une recherche orientée vers le perfectionnement des instruments. On a donc assisté à une inversion des priorités entre l’objet et l’instrument, entre l’analyse et l’ingénierie.

image_colloque_paroleCet exemple, résumé ici à très grands traits et de façon très « stylisée », m’avait donné envie d’examiner d’autres histoires disciplinaires pour voir si le même type de phénomène pouvait s’observer. M’appuyant sur divers travaux, j’ai appliqué ce questionnement à la psychologie, l’économie et la sociologie dans un essai rédigé à l’occasion d’un colloque sur les technologies du numérique.

Il s’agit d’une analyse « de seconde main » assez rapide, mais il m’a semblé que le phénomène observé dans le cas de la phonétique expérimentale et des sciences de la parole se retrouvait en partie dans les évolutions d’au moins deux disciplines, la psychologie et de l’économie. Je me limiterai dans ce texte au cas de l’économie.

L’économie et les modèles mathématiques

img030

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’économie s’écrivait à ses débuts en langage naturel. Adam Smith est un philosophe, juriste, théologien, dont les réflexions sur l’économie ne constituent qu’une partie de l’œuvre. D’autres auteurs « classiques », tel Ricardo ou Malthus, s’exprimaient en langue naturelle. Comme en sociologie, les tentatives d’utiliser les mathématiques sont très précoces, notamment dans les théories des prix et des profits. Au cours du XIXe siècle et du début du XXe siècle, alors que la discipline s’autonomise, des débats récurrents opposent les partisans du langage naturel (Menger, Marshall et plus tard Keynes), soucieux de réalisme et de contact des professionnels avec les « honnêtes hommes » et ceux qui souhaitent généraliser l’utilisation de la modélisation mathématique (Walras).

L’équilibre entre les deux tendances (avec une domination des partisans du langage naturel comme forme d’expression ultime) se maintient jusqu’au milieu du XXe siècle. Il se modifie avec l’arrivée de la théorie des jeux (Theory of Games and Economic Decisions, 1944), formulée par le mathématicien John Von Neumann et l’économiste Oskar Morgenstern, dont les travaux seront poursuivis par d’autres mathématiciens (Nash, Shapley).

Selon l’historien de l’économie Michel de Vroey, la rupture s’accentue avec la parution des ouvrages de deux économistes plaidant pour un usage général des mathématiques en économie.

  • Vroey M. de, 2002, « La mathématisation de l’économie. Le point de vue de l’histoire des théories économiques », Reflets et Perspectives, vol. XLI, n°4, 9-20.

Paul Samuelson avait fait des études de philosophie avant de se tourner vers l’économie et d’en explorer les formes mathématiques, qu’il expose en 1947 dans Foundations of économic analysis). Gérard Debreu, normalien, agrégé de mathématiques, publie en 1954, avec Kenneth Arrow (qui avait étudié les mathématiques à Columbia), un article fondateur de la théorie actuelle de l’équilibre général, puis en 1959, un ouvrage général sur la valeur (Theory of value). L’économie est ensuite de plus en plus conçue comme un corpus d’axiomes dont dérivent des propositions mathématiques rendant compte des phénomènes économiques. Les axiomes de base sont essentiellement réductionnistes (les phénomènes macroéconomiques se déduisent de situations microéconomiques) et individualistes (les situations microéconomiques sont des comportements individuels). Les innovations concernent pour l’essentiel la sophistication des mathématiques utilisées et la complexification des modèles (introduction d’aspects dynamiques, stochastiques…). L’approche associant une mathématisation poussée et des postulats réductionnistes et individualistes est souvent qualifiée d’« orthodoxe » par les économistes, notamment ceux qui s’en font les critiques. S’y opposent différents types d’ « hétérodoxies » (évolutionnisme, institutionnalisme, théorie de la régulation…).

Abstract speaker silhouette with letters

Certaines approches hétérodoxes utilisent aussi des modèles mathématiques sophistiqués. La mathématisation ne crée donc pas une ligne de partage entre les différentes théories. Mais elle est plus centrale dans l’approche orthodoxe. Surtout, et c’est l’un des points sur lesquels je voudrais insister ici, elle constitue la cible d’une bonne part des critiques de l’approche dominante en économie. Ainsi, en juillet 2000, des étudiants en économie des Ecoles Normales Supérieures de la rue d’Ulm, de Cachan, et de Fontenay, de l’ENSAE et des Universités de Nanterre, Paris 1, Versailles Saint Quentin publiaient-ils une Lettre ouverte des étudiants en économie aux professeurs et responsables de cette discipline, dont l’une des revendications concernait les mathématiques.

La science économique fait l’objet de multiples et vastes polémiques dans lesquelles s’imbriquent des dimensions politiques, éthiques, épistémologiques et théoriques. La place des mathématiques n’en constitue qu’un aspect. Je voudrais simplement souligner quelques similarités entre l’histoire que je viens de résumer très sommairement et l’histoire des sciences de la parole. En économie aussi, la question de l’instrumentation est centrale. Il ne s’agit pas dans ce cas de l’instrumentation concrète destinée à collecter des données, mais plutôt de l’instrumentation cognitive, des outils intellectuels du chercheur. Là aussi, les instruments ne sont pas venus tous seuls. Leur importation s’est accompagnée de l’arrivée de spécialistes (les mathématiciens), qui ont fortement contribué à redéfinir la discipline, ses méthodes et ses objets.

Success and Failure Road Sign with dramatic clouds and sky.


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Très intéressant article centré sur la mathématisation de l’économie. Selon moi cette mathématisation s’inscrit dans la volonté plus général de sa naturalisation (qui touche toutes les sciences humaines et sociales). Il s’agit de faire de la production et de l’échange de biens un phénomène naturel désencastré du sociopolitique, auquel répondrait une connaissance calquée sur les sciences de la nature (idéalement ressemblant à la physique).

  2. marty robert dit :

    Sur la phonétique je m’étonne de ne pas voir le travail de Jean Petitot-Cocorda « Les catastrophes de la parole » (Maloine 1985), un must dans ce domaine … En regard j’ose à peine mentionner mes travaux de formalisation sur la sémiotique de Peirce à l’aide de l’algègre homologique… 😉

    • Mondes Sociaux n’est pas une revue scientifique, mais un magazine de vulgarisation des Sciences humaines et sociales. Sa fonction principale est d’intéresser des lecteurs non spécialistes à des travaux académiques récents en publiant des articles courts, lisibles par le plus grand nombre et très allégés au niveau du paratexte (absence de notes de bas de page, très peu de référence bibliographiques…). Celui qui veut aller plus loin peut toujours le faire en lisant les articles et les ouvrages scientifiques publiés sur les questions que nous abordons.
      Cela étant, nous publierons volontiers un article sur l’algèbre homologique et la sémiotique de Peirce s’il remplit les conditions de forme du magazine (taille, lisibilité… cf rubrique « Mondes Sociaux, mode d’emploi »).
      Bien cordialement.
      Le Comité éditorial de Mondes Sociaux

  3. Cet intéressant billet sur la dynamique de formalisation des sciences sociales m’a rappelé cet article de collègues Toulousains :

    Devillard, J., Jeannin, P. (1998). La place des mathématiques dans la Revue Économique (1950-1995) : ébauche d’une analyse comparative. Revue Économique, 98, 3.

    Résumé : « Ce travail vise à faire ressortir, par le biais d’une méthode bibliométrique, l’evolution de Ia formalisation mathématique du discours des économistes dans Ia Revue Economique depuis sa creation. »

    Conclusion : « … George Stigler, 1965, p. 48, prévoyait il y a une trentaine d’années que l’économie deviendrait complètement mathématique en 2002-2003 quand les éditeurs ne seraient plus capables de lire un article non mathématique. Il ne semble pas que nous en soyons Ià aujourd’hui. En effet, en suivant Ia démarche d’Herbert G. Grube! et de Lawrence A. Boland, 1986, nous avons montré que Ia mathématisation a atteint un palier. … »

    Le PDF est désormais introuvable en ligne. Je peux l’envoyer par mail à ceux qui seraient intéressés…

  1. 17/03/2015

    […] Michel Grossetti vient de publier un texte remarquable sur Mondes Sociaux, intitulé « Sciences sociales : quand les instruments et les modèles formels […]

  2. 15/05/2015

    […] essentiel dépasse largement l’économie, comme l’a montré récemment Michel Grossetti dans ce texte. Les méthodes et les instruments supplantent parfois l’objet d’étude et sa […]

  3. 15/05/2016

    […] Sciences sociales : quand les instruments et les modèles formels supplantent les objets d’études…. Les sciences de la nature et de la technique ont toujours constitué pour les sciences sociales un réservoir d’idées et de méthodes, et elles ont souvent incarné ce que peut être la « méthode scientifique ». Les « importations » en sciences sociales ne sont pas limitées aux modes de raisonnement ou aux concepts. Elles ont aussi pris, dans certains cas, la forme d’adoption d’instruments ou de formalismes qui se sont accompagnés de migrations de chercheurs. Les spécialités de sciences sociales qui ont connu ces arrivées de chercheurs et d’instruments issus d’autres sciences ont alors parfois fait l’expérience d’un phénomène d’inversion des priorités entre l’objet et les instruments, l’analyse et l’action. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *