Effets « boules de neige » à Murano

Details-from-the-January-fresco-at-Castello-Buonconsiglio-c.-1405-1410Le 27 janvier 1511, Vitale Vitturi, Podestat de Murano, quitte ses fonctions. Lors de la cérémonie de passation de pouvoir, la foule le rabroue violemment en l’insultant et en lui jetant des boules de neige. Pour s’en être pris à un représentant de la République, plusieurs habitants de Murano comparaissent devant les tribunaux vénitiens.

Cet événement en apparence insignifiant sert de point de départ à une enquête menée par Claire Judde de Larivière sur la communauté de cette petite île de la lagune de Venise, au début du XVIe siècle.

 

  • Judde de Larivière C., 2014, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511, Paris : Fayard, coll. L’épreuve de l’histoire.

Une recherche en cours sur le petit peuple vénitien

La démarche de l’auteure, clairement présentée dans l’introduction, est triple : d’abord s’interroger sur les acteurs de la révolte, une foule d’anonymes qui n’a laissé que peu de traces dans les archives. Réfléchir ensuite à la possibilité d’écrire l’histoire du petit peuple vénitien, puisqu’il n’a pas produit de sources spécifiques et qu’il n’existe qu’en opposition aux élites. La population vénitienne est en effet constituée de trois groupes sociaux: si les patriciens et les citoyens possèdent une définition juridique, le popolo, ne dispose pas d’un statut précis. Ses membres se caractérisent alors en n’appartenant à aucun des deux premiers. Enfin, dernière ambition de l’auteure « repolitiser » l’histoire sociale, c’est-à-dire rendre à la masse des anonymes une réelle capacité d’agir au sein de la société et les sortir de la passivité dans laquelle les historiens les ont enfermés.

Les trois problématiques se fondent sur l’historiographie la plus récente (par exemple, les travaux sur l’espace public ou l’influence des Subaltern Studies) et prennent place au cœur des recherches de Claire Judde de Larivière. Celle-ci mène en effet depuis plusieurs années une étude à Venise sur le petit peuple des invisibles, aux XVe et XVIe siècles. Ses recherches se fondent en grande partie sur les sources judiciaires vénitiennes, encore trop peu utilisées, afin d’essayer de mieux connaître ce popolo. L’approche n’est pas évidente car ce dernier ne possède pas de conscience collective : l’identité se définit alors en fonction du métier, de la paroisse, de la famille et des réseaux d’amitié.

Y-a-t-il eu révolte ?

REVOLTELe titre du livre est audacieux et renvoie à un autre problème posé par l’auteure : les sources laissent à penser qu’il n’y a pas eu révolte ce jour-là ; d’ailleurs, les accusés tentent eux-mêmes de minimiser la gravité des faits dans leurs témoignages. Mais Claire Judde de Larivière y voit plutôt la construction idéologique des dominants, les dirigeants vénitiens. Ces derniers cherchent à masquer toute agitation interne à la lagune afin de ne pas compromettre le mythe d’une Venise très sereine. Dans leurs récits, les chroniqueurs vénitiens, tous issus de l’élite, lissent la vie sociale et politique vénitienne, et en atténuent les tensions. Or, en intégrant à leur récit la contestation de Vitale Vitturi, ils révèlent « un rare moment de confrontation entre les habitants de la lagune de Venise et les gouvernants ». Ce faisant, la réflexion sur les sources et sur leurs silences revient inlassablement au fil des chapitres, constituant un axe de recherche à part entière. À ce titre, il faut souligner l’utilisation d’une documentation largement inédite, notamment à Murano. Elle se distingue également par l’emploi des archives judiciaires, lorsque que les hommes et femmes du peuple prennent la parole lors de leurs dépositions. Leurs témoignages représentent autant d’éclairages sur la société de l’époque.

Murano dans l’ombre de Venise

muranoUn dernier élément mérite d’être souligné : le choix de l’île de Murano comme lieu de l’enquête. En effet, l’empire vénitien en Méditerranée et la Terre ferme ont, jusqu’à aujourd’hui, suscité plus l’intérêt des chercheurs que la lagune de Venise elle-même.

Rares sont les publications sur Murano, hormis celles concernant les verriers de l’île. Seule Elisabeth Crouzet-Pavan avait choisi en 1995 de mener une étude sur le temps long pour sortir une autre île du Duché, Torcello, de son vide historiographique. Pour sa part, Claire Judde de Larivière privilégie une démarche de micro-histoire à une échelle multiscalaire, analysant la communauté de Murano en alternant récit de l’affaire et étude sur le long terme.

Le procès comme ouverture sur la société muranaise

Le premier des huit chapitres de l’ouvrage commence par une géographie économique et sociale de Murano au début du XVIe siècle, suivie d’une analyse des relations entretenues entre la petite île et le centre dominant, Venise, situé à seulement quelques centaines de mètres. Difficile d’étudier Murano sans son imposante voisine ; consciente de cet état de fait, Claire Judde de Larivière questionne dans son second chapitre le rapport entre Murano et Venise, s’intéressant à l’influence que cette dernière exerce sur la cité des verriers.podesta

Le troisième chapitre part du rite de la passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau Podestat – moment où éclate la révolte – pour éclairer l’organisation sociale et politique de l’île. À ce moment précis, l’ensemble de la société muranaise est rassemblé et impliqué dans l’évènement. L’auteure étudie ensuite les facteurs externes jouant un rôle dans l’explication de la contestation de Vitale Vitturi : les guerres d’Italie forment l’arrière-plan, les troubles ont lieu pendant l’hiver (le peuple aurait-il jeté des cailloux si la passation s’était déroulée l’été ?), tandis que la vie et la personnalité du Podestat malheureux sont méticuleusement interrogées.

44885540_p

Historienne au travail

À partir du cinquième chapitre, l’affaire et le procès instruit par le gouvernement vénitien occupent le cœur du récit. Il s’agit de comprendre les mécanismes de la justice vénitienne, la question du maintien de l’ordre et l’enquête menée par les trois juges dépêchés par Venise. L’auteure décrit ensuite les différents accusés et leurs témoignages pour dénouer l’affaire, mais là n’est pas le but de Claire Judde de Larivière : du fait de la nature des sources, la vérité reste difficile à cerner. Par-delà le dénouement, elle cherche à comprendre comment les détails fournis nous renseignent sur la société muranaise. L’auteure aborde également le moment de la révolte, notamment en s’intéressant aux gestes et aux émotions dans une démarche très anthropologique. Enfin, le dernier chapitre analyse la sentence et le devenir des protagonistes après l’affaire.

Outre l’apport historiographique de l’ouvrage, il nous paraît important de souligner la qualité d’écriture de l’auteure, notamment les choix opérés pour rendre le livre accessible à des publics plus larges que celui des historiens. Ils pourront suivre une « belle » investigation rapportée sur le mode narratif, et seront tenus en haleine jusqu’au bout : la sentence n’est révélée que dans le dernier chapitre. Les nombreuses descriptions et citations de sources (traduites en français par l’auteure) ainsi que le renvoi des notes à la fin de l’ouvrage font du texte une narration agréable, complété d’une bibliographie récente et commentée. Celle-ci sera appréciée des non-spécialistes de l’historiographie vénitienne, et notamment des étudiants.

En définitive, le livre de Claire Judde de Larivière se démarque par l’originalité de la thématique choisie et par une approche influencée par l’historiographie la plus récente. Il forme un état des lieux efficace des recherches entreprises sur le popolo vénitien et permet au non-spécialiste de s’initier à l’historiographie de la Sérénissime.

  • Boucheron P., Offenstadt N., dir., 2011, L’espace public au Moyen Âge, débats autour de Jürgen Habermas, Paris : PUF, 380 pages.
  • Crouzet-Pavan E., 1995, La mort lente de Torcello : histoire d’une cité disparue, Paris : Fayard, 440 pages.
  • Judde de Larivière C., Salzberg R.M., 2013, « ‘Le peuple est la cité’. L’idée de popolo et la condition des popolani à Venise (XVe-XVIe siècles) », Annales, vol.4, 1113-1140.
  • Offenstadt N., 2013, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle, Paris : Stock, 262 pages.

 


Sébastien Mazou

FRAMESPA (sebastien.mazou@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Sébastien Mazou

FRAMESPA (sebastien.mazou@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Il ne neige jamais à Murano.
    Il doit s’agir de boules de cristal bcp plus contondantes.

  2. François Pelatan dit :

    Je ne doute pas que ce sujet aie fait l’objet d’une recherche attentive, cependant, comme certains économistes, les historiens peuvent être tentés de sélectionner les preuves ou d’interpréter les preuves en fonction de leur thèse : par exemple, sur le territoire de Venise et de sa région administrée, il aurait été intéressant de recenser sur 10 ans toutes les affaires judiciaires ou litigieuses où il aurait été de questions de boules de neige ou autres projectiles (suivant la saison) et on aurait pu voir sur quels problèmes elles se greffaient. Dans notre cas, il s’agit d’un seul événement et de quelques documents s’y référant, peut-être insuffisant pour généraliser sur la population pauvre de Venise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *