Le sexisme bien tempéré du Canard Enchaîné

Le Vilain Petit Canard en vidéo, StéphyProd, 2010

Le Vilain Petit Canard en vidéo, StéphyProd, 2010

« Allez les gars, ne vous laissez pas abattre ! » titrait la Une du Canard Enchaîné le lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo. On me pardonnera sans doute – et sinon tant pis – de détourner ce titre de son sens initial. L’injonction à tenir bon que je relaie est à prendre au sens des manifestes de La Barbe, groupe d’action féministe qui fait irruption dans les assemblées à majorité masculine : sous couvert d’encouragement, il s’agit donc de dénoncer dans le fonctionnement et l’organisation de l’hebdomadaire satirique ce qui apparaît aujourd’hui comme un sexisme difficilement supportable.

  • Coulomb-Gully M., 2013, « “Ces Messieurs du Canard”. Le genre de la satire », Communication & Langages, n°177, 77-91.
  • Coulomb-Gully M., 2012, « Le “genre” de la satire », Réseaux, n°171, 189-216.

 

En 2015, le Canard Enchaîné fête ses 100 ans, une longévité qui fait rêver à une période où la presse écrite française connaît d’importantes difficultés.

canard-ninjaL’hebdomadaire occupe une place à part dans le paysage médiatique français. Né pendant la Première guerre mondiale, il s’employait alors à diffuser de fausses nouvelles pour moquer la propagande, avec l’objectif de faire rire dans des circonstances qui portaient davantage au tragique. D’emblée, il eut ses chevaux de bataille : la censure, l’armée et la religion en même temps que la défense du pacifisme, de la liberté d’expression et de la laïcité. A la fin des années 1950, l’investigation fit de l’hebdomadaire un des premiers journaux français d’enquête. Sans doute parce que trop bien informé, il fut victime d’écoutes téléphoniques, ce qui acheva de le consacrer. Soulignons encore un mode de financement sans publicité qui lui assure une totale indépendance financière et la revendication d’un anti-conformisme dont la tonalité satirique du journal veut être exemplaire.

CANARD

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Cet « esprit Canard » repose en amont sur une équipe de rédacteurs très stable et en aval sur une communauté de lecteurs d’autant plus attachés à leur journal qu’il faut « en être » pour saisir le sens de l’information qui y est diffusée.

La dénomination des rubriques (« Vite dit », « La mare aux Canards », « Le mur du çon », « Rue des petites perles »…), leur distribution codifiée sur les huit pages du journal et les jeux de langage, nécessitent une formation ou mieux, une initiation pour espérer en saisir le sens. Cette écriture cryptée constitue les lecteurs en une sorte de société secrète, partageant les mêmes codes et les mêmes valeurs, voire un imaginaire commun.

C’est l’histoire de mecs…

canard-300x253L’identité masculine du Canard tient aussi aux conditions de sa naissance : il serait le journal des tranchées, le journal du front. La dimension légendaire de cette origine, soulignée par la plupart des travaux, ne l’empêche pas de fonctionner avec l’efficacité des mythes. La sociabilité qui unit les journalistes achève de le construire comme le temple de la masculinité. La gastronomie, la grivoiserie, la paresse et la trinité « pêche-pétanque-lit », sont autant de traits associés à ce vivre ensemble, de même que le « bistrot » présenté comme le haut lieu du fonctionnement quotidien du Canard.

Une Rédaction trop « normâle »

La féminisation a été un défi pour tous les journaux. Les femmes y ont longtemps été cantonnées dans des spécialités perçues comme l’extension de leurs responsabilités domestiques (rubriques « Vie quotidienne », « Santé », « Education »…). Cette ségrégation dite horizontale se double d’une ségrégation verticale, le fameux « plafond de verre » auquel elles se heurtent. Mais le processus de féminisation des services politiques a débuté depuis plusieurs décennies, de nombreux titres de la presse quotidienne nationale comptant désormais autant de femmes que d’hommes.

9cefd700Rien de tel au Canard qui n’a jamais compté qu’une poignée de femmes dans ses rangs. Les réactions suscitées par le recrutement de Sylvie Caster, ancienne de Charlie Hebdo, et première femme permanente à la rédaction sont révélatrices d’une réelle difficulté sur ce plan.

Le nom de « Calamity Caster » dont elle signe ses articles lui a été imposé : « Il y a une femme qui écrit dans Le Canard, témoigne-t-elle, et c’est une calamité (…) C’est évidemment intéressant parce que c’est signaler, ouvertement, et s’en rendre compte, qu’on a un problème avec les femmes ». « C’est vrai, nous sommes misogynes au Canard », confirme un journaliste (in Méhanna M., 1995, L’idéologie du Canard Enchaîné, Mémoire de DEA, Université Paris 1).

Rire : le propre de l’homme, le sale de la femme »

Les femmes ne sont pourtant pas dépourvues de ce sens de l’humour, qu’on a souvent tendance à présenter comme une disposition « naturellement » masculine : « nature-elle-ment » (d)énoncent les féministes, qui pointent la construction sociale derrière ce type de préjugé. En effet, la bienséance sociale a longtemps interdit aux femmes de se « donner en spectacle » à travers l’énoncé de bons mots destinés à faire rire. La satire a donc été l’apanage des hommes, les femmes étant les premières cibles de cet humour au masculin.

Rire2

  • Joubert L., 2010, « Rire : le propre de l’homme, le sale de la femme », in Baillargeon N., Boissinot C., dirs., Je pense donc je ris. Humour et Philosophie, Québec : Presses de l’Université de Laval, 85-101.

 

Bourvil_De_Funes_Le_corniaud

Le Corniaud, Gérard Oury, 1965

Le Canard Enchaîné s’inscrit de plain pied dans cette tradition. Plusieurs rubriques illustrent cette posture, dont L’album de la Comtesse, recueil de contrepèteries à vocation grivoise, est probablement la plus représentative. Le caractère oulipien de la pratique en fait un exercice ardu, dont l’hermétisme laisse nombre de lecteurs sur le bord du chemin. Elle n’en est pas moins emblématique de « l’esprit Canard ». La bande dessinée des Nouveaux beaufs relève du même esprit. Héritier du « beauf » de Charlie Hebdo – patron de bistrot xénophobe et réactionnaire -, le nouveau beauf du regretté Cabu est moins populaire que son ancêtre, mais guère plus progressiste. Pour lui, les femmes sont d’abord des objets sexuels, conformes en cela à leur image dans l’hebdomadaire dans son ensemble .

Plusieurs rubriques féminines marquent cependant l’histoire du journal, dans un jeu révélateur d’un intéressant « trouble dans le genre »…

Les recettes de Cousine Douille et autre Journale de Xavière T.

Dès les années 1930, le Canard Enchaîné a publié des rubriques pastichant des genres réputés féminins, signées de noms de femmes … mais écrites par des hommes. Ainsi du Courrier des Canettes, pastiche des courriers du cœur des journaux féminins : la rubrique est signée Valentine de Coin-Coin, pseudonyme de Pierre de Châtelain de Tailhade. Il semble cependant que sa fille, Yvette, ait rédigé elle-même un certain nombre de ces courriers. Les recettes de Cousine Douille qui lui succédèrent relèvent du même type de zererfonctionnement, dans le positionnement de la rubrique culinaire au sein de la hiérarchie des genres journalistiques comme dans les jeux autour de la signature. On peut d’ailleurs supposer que la douille, instrument de cuisine bien connu -dont la forme et peut-être l’usage, ne sont pas sans rappeler l’organe masculin-, masque « la couille », suggérée par la proximité contrepétrique de la « cousine » ! Dans les années 1980-90, Le Courrier de Jeanne Lacane pastiche de rubrique « psy », connut un réel succès. Derrière le nom de Jeanne Lacane, bien en phase avec la famille du palmipède et ses Jérôme Canard, se cachent en réalité deux journalistes hommes : Bernard Thomas et Dominique Durand. Interrogé par Micheline Méhanna (op. cit.), ce dernier évoque la liberté conférée par le pseudo féminin pour aborder des sujets tabous dans la Rédaction, comme l’homosexualité.

  • Martin L., 2005, Le Canard Enchaîné, histoire d’un journal satirique (1915-2005), Paris : Nouveau Monde Edition.

 

Les pastiches de journaux intimes tiennent également une place importante dans ces jeux littéraires. Le journale de Xavière T. fut le premier d’entre eux. Il retrace la bataille pour la Mairie de Paris, en 2000-2001, lorsque Jean Tibéri est candidat à sa propre succession, et que les « affaires » se multiplient. Le journal de Carla B. – épouse du Président Sarkozy – qui prit la suite du bref Journal de Cécilia S., connut également un vif succès. La Valérie T. si je mens, en référence à l’ex-compagne de François Hollande, est le dernier en date. Réduites à n’être qu’un « accessoire marital », les femmes y sont dépeintes comme sottes, intéressées, jalouses, futiles, bref conformément à une tradition littéraire qui en fait l’objet de tous les maux comme de tous les bons mots.

  • Le Bras-Choppard A., 2009, Première dame, second rôle, Paris : Le Seuil.

 

Si pendant longtemps ses journalistes furent des hommes, l’hebdomadaire fit donc semblant, à travers ces rubriques et ces signatures, d’avoir des femmes dans ses rangs. Non contents d’être des « à la manière de », ces pastiches sont donc aussi des « à la place de ».

Que masquent ces jeux d’écriture ? Le dispositif parodique empêche naturellement de les prendre au premier degré, l’ironie permettant à celui qui en fait usage de ne pas être comptable de ses paroles. Mais s’agit-il ici réellement d’ironie ? Si la duplicité et les jeux qui sont les siens fondent l’écriture du pastiche, de même que la tonalité d’ensemble des discours, il n’est pas sûr que cela suffise à exonérer les rédacteurs de l’hebdomadaire. De fait, on rit moins ici avec les femmes qu’on ne rit d’elles, la communauté des rieurs s’instaurant entre hommes. Rien d’étonnant en cela, puisque le lectorat du Canard Enchaîné est très majoritairement masculin, un lectorat dont l’entre-soi est conforté par un humour qui plonge ses racines dans des formes satiriques ancestrales : « Notre rire est toujours le rire d’un groupe » (Henri Bergson, in Le rire, 1964).

imEcrire Nobody's perfect (2)

 


Marlène Coulomb-Gully

LERASS (marlene.coulomb@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Marlène Coulomb-Gully

LERASS (marlene.coulomb@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Mathieu dit :

    Certes le sexisme et la misogynie forment un système mais il n’est pas évident que la grivoiserie (ni la galanterie) en fassent partie. On ne peut pas la comparer à certaines formes de violence symbolique envers les femmes, susceptibles de leur porter concrètement préjudice et d’alimenter des discriminations (par exemple la dévalorisation permanente dont elles sont victimes dans certains milieux).

    L’esprit masculin que l’on retrouve dans le Canard, comme dans d’autres groupes à forte sociabilité masculine (footballeurs, chasseurs, etc.), n’a rien de condamnable à mon humble avis, et je trouve un peu vain, voire un peu malsain, peu compréhensif en tout cas de s’y attaquer. En quoi la misogynie avouée de certains journalistes vous regarde-t-elle, à partir du moment où elle ne transparait pas dans leur travail ? Car c’est vous qui l’affirmer, sans le prouver à aucun moment.

    Vous auriez pu également vous féliciter des rubriques récemment confiées à Dominique Simonot et Anne-Sophie Mercier, qui sont devenues des piliers du journal… Preuve que la division sexuelle du travail n’est pas figée une fois pour toute.

    Vous nuancez votre propos en évoquant l’ironie et le ton satirique propres à ce journal, mais vous n’en tirez pas les conclusions qui s’imposent. Votre lecture du Beauf de Cabu, par exemple, est un total contresens : il n’a de cesse précisément de dénoncer le sexisme (entre autres cibles).

    Bref, un article mal étayé, à côté de la plaque, qui n’apporte strictement rien à la cause des femmes !

  2. Enguehard dit :

    Le Canard (que je lis depuis bien des années) ne sera jamais aussi misogyne que certains journaux dits féminins.
    J’ai le souvenir cuisant d’une interview publiée dans Femme Actuelle : j’apparaissais uniquement avec mon prénom (alors que l’interview portait sur mes travaux universitaires), tandis que le nom du journaliste était bien affiché au complet…

  3. Yves dit :

    Concernant le sexisme tempéré, le côté bande de mecs etc., le corps de l’article est assez convaincant, ce que ne laissait pas prévoir cette description:
    « La dénomination des rubriques (« Vite dit », « La mare aux Canards », « Le mur du çon », « Rue des petites perles »…), leur distribution codifiée sur les huit pages du journal et les jeux de langage, nécessitent une formation ou mieux, une initiation pour espérer en saisir le sens. Cette écriture cryptée constitue les lecteurs en une sorte de société secrète, partageant les mêmes codes et les mêmes valeurs, voire un imaginaire commun. »
    Là, vous dites n’importe quoi.
    Si les jeux de mots souvent foireux du Canard vous perturbent au point de ne pas saisir le sens des articles à défaut d’une formation, voire d’une initiation, le mieux serait peut-être d’arrêter de lire tout court, sauf les modes d’emploi, et encore.
    Si l’on y ajoute les contrepèteries de l’Album de la Comtesse qui occupent un espace rédactionnel à peine plus large qu’une brève et qui n’intéressent que les amateurs (une sous-secte par conséquent), on a fait le tour de ce que vous appelez « jeux de langage ».
    Mais ça vous suffit pour parler de « distribution codifiée », d’ « initiation », d’ « écriture cryptée » ou de « sorte de société secrète » qui partagerait les « mêmes valeurs » (là vous m’en apprenez! Lesquelles?) et presque un « imaginaire commun ». Le plus petit dénominateur de cet imaginaire n’ est sans doute pas le sexisme tempéré qui dépasse largement le lectorat du Canard mais le souhait d’avoir des infos qu’on ne trouve pas ailleurs. Le « pourquoi là et pas ailleurs » me semble être une question bien plus intéressante que vos délires de société secrète.
    Ou alors, posée sans arrière-pensée et pour rester dans la tonalité de ce que vous dénoncez: « Pourquoi n’existe-t-il aucun journal féminin d’information dont l’intérêt serait l’information et pas le fait qu’il soit féminin ? ». Vous, je ne sais pas, mais personnellement, je me fiche a priori de connaître le sexe d’un rédacteur.
    Enfin, si vous espérez mieux dans l’avenir que du « sexisme tempéré » chez les mecs, je ne vois guère que le princisme charmant mais je crains que ça finisse par vous barber.

  4. Zlotzky dit :

    Ce n’est pas faux. Même si je garde toujours beaucoup de sympathie pour ce journal unique pour les raisons résumées dans l’introduction.
    je ne le lis plus qu’épisodiquement car je trouve qu’il a tout de même baissé et les quelques transfuges de ces dernières années – de Libération notamment – ne sont pas dans l’esprit originel du Canard.

  5. Vichinsky dit :

    Ben, tiens ! Un procès qu’il manquait à la bien-pensance et au politiquement correct. Vous finirez par réclamer une loi pour la parité dans les salles de rédaction.

  6. guille dit :

    marrant ça, je ressort d’un bar toulousain (L’impro pour ne pas le nommer) dans lequel la serveuse était en train de lire, ostensiblement et largement ouvert sur le comptoir : le Canard…

    concernant l’assertion précédente sur le côté « journal de vieux », je m’inscris là en faux (du moins, de mon point de vue): j’ai 35 piges et lis ce journal depuis mes 20 ans (car, il faut dire, j’ai toujours vu mon paternel le lire aussi… alors qu’il n’était pas si vieux non plus, à l’époque). La récente arrivée de dessinateur tels que Diego Aranega (Fluide Glacial entre autres) risque d’ailleurs de revitaminer ce journal.

    enfin, sur la question du sexisme « tempéré » du canard, autant votre argument sur l’absence de femmes dans la rédaction est audible et bien concret, autant venir faire un procès en sexisme (entre Charlie Hebdo, le Canard, nul doute que Siné Mensuel ou Fluide Glacial aussi sont susceptible d’en faire les frais, c’est un peu Haro sur les anars! en ce moment…)
    sur le base du Beauf de Cabus (qui en est justement une critique) ou les journaux de nos chères ex-premières femmes (qui, il est vrai, n’avaient pas besoin de ça pour céder à la caricature d’elle-même), je le trouve un peu court. Voir, même, carrément de mauvaise foi.
    Je ne sais pas pour qui vous pointez politiquement mais, ça sens surtout le règlement de compte : et si vous y croyez vraiment, faites un procès au Canard, le palmipède en a déjà tellement perdu que vous pourrez vous faire un peu d’argent 8-))

    • Alain dit :

      Guille, serrez-m’en cinq.
      J’ai sur vous quelques longueurs d’avance – une grosse vingtaine d’années. Et je souscris à 96% à votre analyse ; le Canard a commencé à grever mon budget hebdomadaire (que Hara-Kiri hebdo puis Charlie hebdo ponctionnaient déjà depuis mes quatorze ans) approximativement vers mes vingt ans – seule différence, mon père à moi lisait Minute… sans d’ailleurs être d’extrême-droite, mais je sors du sujet.

      Mon beauf et son successeur à catogan épinglent la misogynie, ils n’y ressortissent pas. En ce sens, l’auteur de l’article est effectivement soit de mauvaise foi, soit mal informée, soit simplement bête – affection à laquelle ne saurait remédier aucun diplôme.

      Un dernier point, ne permettant d’ailleurs pas mieux de choisir entre les trois options précitées : l’album de la Comtesse est parfois ardu – presque toujours d’une grivoiserie lourdement macho – mais j’ai du mal à saisir ce que l’adjectif oulipien a à voir avec ; il aurait à la rigueur pu convenir à certaines définitions des mots croisés.

      J’en profiterai pour porter un toast à la mémoire du regretté Jean Clémentin…

    • milu dit :

      Pas assez fin connaisseur du journal pour juger sur le fond, sur la forme votre réponse me semble elle-même assez forte en mauvaise foi.

      pour contester que le journal n’est lu que par des hommes relativement âgés (ce que au passage l’article ne prétend pas) vous vous fondez sur votre expérience personnelle (votre père, vous, et la serveuse de l’Impro! encore un effort et votre échantillon sera statistiquement significatif!) et rien d’autre. Je pense que ce n’est pas recevable.

      pour démentir que les parodies de journaux intimes de compagnes de présidents puissent être analysées comme révélant un certain sexisme, vous vous contentez d’affirmer que les personnes en question sont bel et bien ridicules. Il me semble qu’il s’agit là d’un point assez superficiel. Elles sont surtout caricaturées en tant que femmes, dans une tradition littéraire misogyne. C’est ce que dit l’auteure, c’est ce que vous ne contredites pas.

      rien non plus sur les contrepèteries, rien sur « Calamity Caster » ni sur l’aveu de misogynie d’un ancien rédacteur, rien sur ltraditions

      encore concernant les présupposés sexistes ou non qui permettraient à l’humour du beauf de Cabu de porter y a-t-il sans doute un débat intéressant à avoir. pour le reste, votre riposte ne fait que démontrer avec brio l’esprit de corps du lectorat du Canard que dévoile l’auteure de l’article.

      (enfin, la pique « beh si t’es pas contente t’as qu’à faire un procès »

    • milu dit :

      Pas assez fin connaisseur du journal pour juger sur le fond, sur la forme votre réponse me semble elle-même d’assez mauvaise foi.

      pour contester que le journal n’est lu que par des hommes relativement âgés (ce que au passage l’article ne prétend pas) vous vous fondez sur votre expérience personnelle (votre père, vous, et la serveuse d’un bar où vous avez passé la soirée! encore un effort et votre échantillon sera statistiquement significatif!) et rien d’autre. Je pense que ce n’est pas recevable. (au fait. il y a des femmes qui lisent des trucs sexistes, des fois. si)

      pour démentir que les parodies de journaux intimes de compagnes de présidents puissent être analysées comme révélant un certain sexisme, vous vous contentez d’affirmer que les personnes en question sont bel et bien ridicules. Il me semble qu’il s’agit là d’un point assez superficiel. Elles sont surtout caricaturées en tant que femmes, dans une tradition littéraire misogyne. C’est ce que dit l’auteure, c’est ce que vous ne contredites pas.

      rien non plus sur les contrepèteries, rien sur « Calamity Caster » ni sur l’aveu de misogynie d’un ancien rédacteur.

      encore concernant les présupposés sexistes ou non qui permettraient à l’humour du beauf de Cabu de porter y a-t-il sans doute un débat intéressant à avoir. Pour le reste, l’attitude défensive qui selon moi transparaît dans votre riposte concorde avec l’analyse que fait l’auteure du corporatisme du lectorat du Canard.

      Par ailleurs, être anarchiste ne garantit pas contre le sexisme, et plus généralement, avoir une action ou un discours louable sur d’autres fronts de lutte n’autorise pas à avoir des comportements sexistes. je suis sûr que vous êtes parfaitement d’accord avec ça, mais je préfère le redire au cas où.

      Enfin il est parfaitement évident que l’auteure du billet n’a aucunement l’intention de porter plainte contre le Canard Enchaîné, et cette remarque me semble elle-même assez agressive.

      Selon moi la critique qui est ici portée est mesurée et argumentée, pas vindicative. Elle pourrait au contraire être très utile à un journal soucieux de réfléchir au discours qu’il véhicule et prêt à se remettre en question et à évoluer.

    • Hervé dit :

      Voilà qui résume plutôt bien ma propre pensée. Je pense sincèrement qu’on peut valablement foutre la paix au palmipède centenaire et avant tout se féliciter non seulement de sa longévité mais surtout du fait que c’est le meilleur lanceur d’alerte qui soit. Le Canard Enchaîné en gêne plus d’un (plus d’une) et ce rôle de fichu empêcheur de tourner en rond lui a valu bien des attaques, bien des procès « jusques et y compris » d’intention. Bien des magazines féminins à composition rédactionnelle uniquement féminine pourraient être critiqués. Ce qui serait idiot. Cette ridicule accusation de sexisme (pas une nouveauté du reste) n’est pas autre chose. Aurait-on oublié que le Canard est l’oeuvre d’un homme et d’une femme, Maurice et Jeanne Maréchal ? On aime le « Canard » pour ce qu’il est et non pour ce qu’il pourrait être. Il n’est pareil à nul autre et tant mieux puisqu’il fonctionne parfaitement comme ça depuis un siècle tout entier, ce dont peu peuvent se prévaloir. Voir du sexisme partout est aussi dérisoire que de voir du racisme partout alors que ces deux calamités existent bel et bien et doivent être débusqués, dénoncés et réprimés comme il se doit. Par exemple les disparités salariales entre hommes et femmes dans tous les rouages de l’économie. On est très loin de tout cela chez le palmipède. Enfin moi je dis ça. Je ne dis rien.

  7. jean-no dit :

    Qui dit que le Canard à un lectorat masculin ? En tout cas c’est un peu un journal de/pour vieux, rien de surprenant à ce qu’il ait une mentalité vieillote sur ce point.
    Penchez-vPenchez vous sur son frère maudits, feu le Crapouillot, vous m’en direz des nouvelles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *