Quand un économiste français fascinait les gestionnaires allemands (1868-1914)

Cocorico © Stéphane Trapier

Cocorico
© Stéphane Trapier

La publication du grand Manuel des affaires de Jean-Gustave Courcelle-Seneuil en janvier 1855 contribue à fonder la gestion moderne en France, plus de cent ans avant que les sciences de gestion ne deviennent une discipline académique. Basé sur les notions de contrat de travail et de prudence dans les affaires, ce livre a un important retentissement, national d’abord, international ensuite.

En 1868 il est traduit en allemand et tous les ouvrages de gestion germaniques ultérieurs s’en inspirent plus ou moins. Et ce n’est que la montée du péril guerrier qui brise en 1914 cette influence sur la pensée des gestionnaires allemands. Aussi étonnant que cela puisse paraître au moment où de nombreuses voix françaises, traumatisées par la défaite de 1870, pointent du doigt l’écart entre la France et l’Allemagne, il a donc existé une manière française de gérer les entreprises qui a fasciné les spécialistes d’Outre-Rhin.

  • Courcelle-Seneuil J.-G., 2013, Manuel des affaires, ou Traité théorique et pratique des entreprises industrielles, commerciales et agricoles, Paris : L’Harmattan, Coll. Recherches en Gestion, Série Les classiques, 382 p. Edition et Présentation, Marco L.

 

Mais qui est donc Courcelle-Seneuil ?Unknown-PersonJean-Gustave Courcelle-Seneuil est né le 23 décembre 1813 à Seneuil, hameau de la commune de Vanxains, petit village de la Dordogne. Après des études au collège de Périgueux et au lycée de Poitiers, il « monte à Paris » faire son droit à la Sorbonne. Fait inhabituel, il publie son premier livre alors qu’il est encore étudiant en deuxième année (Lettres à Edouard sur les révolutions, Paris, 1833). Le 21 mars 1835 il obtient le grade de licencié en droit et devient avocat d’affaires.Il part alors à Limoges où il conseille l’entreprise métallurgique des frères Monneron. En octobre 1844 il en reprend la gérance et la dirige jusqu’à la Révolution de février 1848. Ce passionné d’économie politique se spécialise très tôt dans le domaine bancaire (il publie en 1840 Le Crédit et la banque), tout en entreprenant une carrière de journaliste dans la presse quotidienne ainsi que dans plusieurs périodiques juridiques et économiques, et notamment dans Le Journal des Economistes, importante revue des économistes libéraux.

Napoléon III © Phahn

Caricature de Napoléon III
© Phahn

Républicain convaincu, il est appelé en 1848 par le nouveau gouvernement socialiste pour réaliser plusieurs études économiques et statistiques, puis comme Directeur de l’Enregistrement et des domaines. Contraint de s’exiler à la suite du coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte (2 décembre 1851), il choisit le Chili où il exerce ses talents à l’Université, mais aussi comme conseiller du pouvoir politique. De retour en France en 1863, il enseigne dans des institutions privées car n’ayant pas de doctorat il ne peut être recruté par les Universités françaises. Il donne des conférences publiques sur ses thèmes de prédilection : la banque libre, les nouvelles méthodes de comptabilité, les lois du libéralisme face au socialisme. Il se lance également dans la traduction d’auteurs anglo-saxons : Henri Sumner Maine (Ancien droit, 1873), William Graham Sumner (Devoirs respectifs des classes de la société, 1884). Enfin, il est nommé en 1879 au Conseil d’Etat, au sein duquel il rédige le grand rapport sur la loi des faillites et il intègre en 1882 l’Académie des sciences morales et politiques, section Economie politique et finances. Courcelle-Seneuil est donc un « économiste distingué », reconnu par ses pairs et les grands économistes internationaux, avec lesquels il échange des correspondances.

The Subsidised Mineowner, caricature britannique de 1925.

The Subsidised Mineowner, caricature britannique de 1925.

Sur le Manuel des affairesChargé par la direction du Journal des Economistes de rédiger une note de lecture sur le « best-seller » anglais d’Edwin Freedley (1852) A Practical Treatise on Business, or How to Get Money, il a l’idée de réaliser une synthèse entre ses études juridiques et son expérience de chef d’entreprise. D’où la structuration de son Manuel des affaires en quatre parties, les trois premières en six chapitres, la quatrième en sept : l’arrangement intérieur des entreprises industrielles ; les rapports extérieurs et d’échange ; la constitution et l’administration pratiques des entreprises ; les opinions générales relatives aux affaires.Ce livre qui s’appuie sur une très bonne connaissance de l’histoire de la pensée économique (Babbage, Bastiat, Bergery, Cantillon…) est à la fois un manuel basé sur la comptabilité privée, une réflexion sur la manière de gérer les petites et moyennes entreprises, et un traité fondé sur la notion de contrat de travail librement négocié entre patrons et ouvriers. Libéral, Courcelle-Seneuil est néanmoins hostile à l’enrichissement illimité et relativement attentif à la condition ouvrière. Il est sensible à certains courants du mouvement ouvrier : ainsi, il écrit dans L’Atelier, journal fondé en 1840 par le socialiste utopique chrétien Philippe Buchez (1796-1865) et largement rédigé par des ouvriers.

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard

Dans la tradition impulsée par Pellegrino Rossi au Collège de France entre 1832 et 1840, il essaye de faire le lien entre la pensée anglaise de John Stuart Mill qu’il traduisit au moment de la Révolution de février 1848 et la pensée française de Jean-Baptiste Say dont il se veut l’héritier.La traduction allemande et ses influencesDès sa sortie, le livre connait un grand succès qui nécessite une réimpression en 1857, puis des rééditions en 1872 et 1883. Rapidement remarqué Outre-Rhin, il est traduit en 1868 par G. A. Eberbach, Secrétaire de la Chambre de commerce et d’industrie de Rottweil, avec une préface du Docteur Ferdinand von Steinbeis, Président la Branche centrale Wurtembergeoise pour l’industrie et le commerce, et publié à Stuttgart chez Carl Grüninger.

4589838_68ffe531c8_b

© spDuchamp

Il influence immédiatement deux ouvrages fondateurs de la gestion en Allemagne : Allgemeine Gewerkslehre de Karl Bernhard Arwed Emminghaus qui paraît en 1868 à Berlin chez F.A. Herbig, et Die Handelsbetriebslehre und die Entwickelung des Welthandels d’Arnold Lindwurm, publié l’année suivante chez Wilhem Rübling à Stuttgart et à Leipzig. Selon le spécialiste allemand Fritz Klein-Blenkers (1996), la filiation dont procèdent ces trois ouvrages est franco-allemande et elle commence tôt : Jacques Savary : Le Parfait négociant (1673) ; Paul Jacob Marperger : Nothwendig un nützliche Fragen über die Kauffmannschaft (1714-1715) ; Carl Günther Ludovici : Kaufmanns-System (1756) ; Job Karl May : Handlungswissenschaft (1763) ; Johann Heinrich Jung : Handlungswissenschaft (1785) ; et J.M. Leuchs : System des Handels (1804).

© Sean MacEntee

© Sean MacEntee

Outre le contrat de travail librement négocié entre patrons et salariés, les éléments qui intéressent le plus les spécialistes germaniques de l’époque sont :

  • sa définition « gestionnaire » de l’entrepreneur et de son activité de coordination ;
  • sa maîtrise du domaine de l’information, via la comptabilité, ainsi que les études de marché (Courcelle-Seneuil est précurseur en ce domaine depuis qu’il a observé la relation entre les clients chiliens et les firmes anglaises lors de son séjour en Amérique du Sud) ;
  • sa hiérarchie des facteurs de gestion, entre les facteurs purement matériels (capital fixe, actifs) et les facteurs humains (salaires, organisation du travail) ;
  • sa formalisation des facteurs de gestion entre conception, planification, organisation, contrôle, qui annonce déjà l’ingénieur français Henri Fayol, cinquante ans avant la publication de son Administration industrielle et générale (1916) ;
  • les sources de financement pour calculer le besoin en fonds de roulement ou les avances en trésorerie et le contrôle du chiffre d’affaires (et plus particulièrement l’interaction entre la fonction commerciale des rentrées d’argent et la fonction financière de leur placement).
Created by Libby Levi for opensource.com

Created by Libby Levi for opensource.com

Ainsi Courcelle-Seneuil est le deuxième auteur français à connaître une grande renommée en Allemagne, après Jacques Savary, auteur du Parfait négociant, publié en France en 1673. De façon moins anecdotique, il boucle la filiation française d’une « gestion moderne des PME » commencée avec Prudent Le Choyselat (1569) qui a esquissé le business plan moderne, Jacques Savary (précité) qui a synthétisé la relation entre droit et gestion, puis s’est poursuivie avec Richard Cantillon (1734) qui a défini la fonction d’entrepreneur, Jean-Baptiste Say (1828) qui l’a explicitée et Claude-Lucien Bergery (1830) qui l’a enseignée.Pour lui l’entreprise moyenne fait 30 salariés car il lui paraît difficile en France de maîtriser de grandes entités organisées selon les canons du libéralisme. Et il est hostile aux très grandes entreprises ayant la forme de sociétés anonymes en raison de la spéculation sauvage qui règne alors à la Bourse de Paris et qui n’est pas neutre dans les crises de 1826, 1837, 1847, 1857, 1873 et 1882.Devant le succès d’entreprises françaises pendant le Second Empire (Canal de Suez, grands magasins…), les allemands ont essayé de s’inspirer de nos méthodes et de ceux qui ont tenté de les théoriser. Ils semblent avoir bien réussi puisque que leurs grandes firmes ont dépassé les nôtres au tournant du siècle, aussi bien dans la chimie que dans d’autres secteurs stratégiques… Et eux aussi auront un grand auteur, Walther Rathenau (1867-1922), pour théoriser cela.

© Frits Ahlefeldt-Laurvig

© Frits Ahlefeldt-Laurvig

  • Professeur émérite à l’Université de Cologne, membre de l’Institut pour la recherche commerciale, Fritz Klein-Blankers, né en 1924, a publié 113 textes en langue allemande. Son histoire de la gestion des entreprises sur la période 1898-1955 a connu trois éditions dont la dernière en 1992. Spécialiste de la distribution et de l’économie d’entreprise, il a réédité le livre de Paul Jacob Marperger en 1997. Il a aussi réédité en 2009 le livre d’Emminghaus évoqué supra. Enfin, c’est le biographe de Rudolf Seyffert célèbre professeur de gestion et de publicité à l’Université de Cologne qui est mort en 1971.
  • Klein-Blenkers F., 1996, Courcelle-Seneuil, Emminghaus, Lindwurm als Voläufer der neuen Betriebswirtschaftslehre in des sweiten Hälfe des 19. Jahrunderts, Köln : Wirstichaftsverlag Bachem, XIV, 268 p.
  • Létourneau P., 1995, Walther Rathenau, 1867-1922, Strasbourg : Presses Universitaires.

Luc Marco

CEPN, Université Paris 13 (luc.marco@univ-paris13.fr)

More Posts

Luc Marco

CEPN, Université Paris 13 (luc.marco@univ-paris13.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ce n’est pas sans rappeler ma propre carrière…

  2. Noumen dit :

    Le rôle des éditeurs belges et suisses devrait être explicité dans le passage des idées managériales françaises vers le monde germanique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *