Les figures de migrants paysans en Chine

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Si l’on s’en tient aux informations distillées par les médias occidentaux, la Chine ne semble guère être confrontée à la « question migratoire ». Et pourtant… En 2014, la Chine compte 245 millions de migrants à l’intérieur de son territoire, du moins si l’on entend par « migrants » ceux qui ne vivent pas dans leur lieu de résidence enregistré. Ils représentent 17% de la population chinoise, et la grande majorité d’entre eux sont des paysans.

Les migrations produisent des parcours différents et non linéaires. Certains migrants sont peu qualifiés et exclus de la société, d’autres connaissent des trajectoires de mobilité sociale ascendante ou descendante, d’autres encore créent de nouvelles activités économiques et certains migrants entrepreneurs appartiennent désormais aux élites de la société.

A travers les histoires de vie individuelles et les itinéraires professionnels de quatorze migrants chinois, cet ouvrage tente de rendre sensible la pluralité des processus de migration et de rompre avec les stéréotypes qui sont le plus souvent associés à cette partie de la population considérée comme des paysans pauvres, peu qualifiés, voire comme des éléments perturbateurs de la société urbaine moderne.

CC Pixabay PublicDomainPictures

CC Pixabay PublicDomainPictures

  • Shi L., 2014, Les voix de migrants. Récits de vie des migrants paysans en Chine, Toulouse : PUM, coll. Sciences Sociales – Socio-logiques, 248 p.

Deux générations de migrants

Trente années de mouvements migratoires se sont écoulées depuis le début de la réforme économique. La population migrante connaît en conséquence des mutations.

Crédit Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Dans la première génération, née avant ou dans les années 1970, bon nombre de paysans quittent la campagne pour des raisons essentiellement économiques. Ils choisissent la migration en vue d’améliorer leur niveau de vie, et parfois pour réaliser des projets précis : éducation des enfants, préparation d’un mariage, construction d’une maison ou remboursement de dettes. Ils décident de partir en ville, parce qu’ils possèdent malgré tout un certain capital économique et social qui leur permet de se déplacer et de gagner beaucoup plus d’argent, et beaucoup plus vite en milieu urbain.

Chez les migrants de la nouvelle génération, née depuis les années 1980, l’attachement à la terre et au village d’origine est moins important. Beaucoup quittent la campagne après la scolarité obligatoire, à la fin du collège, sans jamais travailler dans les champs et sans forcément avoir de projet familial. Les difficultés financières ne constituent pas vraiment le motif principal de leur départ. En revanche, le manque de perspective professionnelle à la campagne, l’envie de découvrir un autre monde et l’aspiration à un épanouissement personnel sont souvent cités comme principales causes du départ.

Mais quelle que soit la génération, tous sont confrontés aux mêmes difficultés en arrivant en ville. Ils se heurtent en permanence aux barrières infranchissables liées à leur statut rural symbolisé par un document (hukou) et ne peuvent s’appuyer que sur leurs propres réseaux sociaux, la famille et les connaissances du village, pour s’approprier un espace dans la société urbaine. Ils ont accès principalement à des segments du marché de l’emploi peu qualifiés et informels et se font parfois exploiter.

La migration au féminin

Si dans l’ensemble de la population migrante, on compte autant d’hommes que de femmes, dans les tranches d’âge de moins de 25 ans, les femmes sont plus présentes. L’augmentation progressive de la main-d’œuvre féminine s’explique de surcroît par le développement important du secteur tertiaire en ville. Outre une forte présence de femmes migrantes dans les usines (certains secteurs comme le textile, l’électronique ou les jouets recrutent plus spécifiquement une main-d’œuvre féminine très jeune), les femmes paysannes intègrent massivement les secteurs de service comme les travaux domestiques, le commerce, la restauration, la couture…

CC Wikimedia Mrs Tany Ling

CC Wikimedia Mrs Tany Ling

La migration féminine semble également relever d’une logique matrimoniale. Nombreuses sont celles qui migrent très jeunes pour gagner de l’argent, puis retournent au village pour se marier. La stratégie de la migration féminine change en général après le mariage. Une fois mariées, les femmes restent à la campagne au moins dans les premières années pour accomplir le devoir de procréation et d’éducation de l’enfant ou des enfants. Mais, depuis la décennie 1990, le mariage et la maternité ne constituent plus véritablement des obstacles dans le projet de la migration des femmes mariées. Si de nombreuses femmes accompagnent ou rejoignent leur conjoint en ville, certaines partent seules en ville, notamment dans les activités de service à domicile.
Au cours des migrations, les femmes rencontrent plus de difficultés et subissent plus de discriminations économiques et sociales que les hommes : salaire moins élevé, temps de travail plus long et emplois précaires. Toutefois, la migration peut produire un effet positif. Grâce aux expériences migratoires, de nombreuses femmes accèdent à des activités économiques qui leur procurent plus de ressources économiques et sociales. L’accès à un métier en ville peut ainsi changer les relations de pouvoir entre hommes et femmes et renforcer le pouvoir de négociation des femmes dans leur ménage. Par la migration, ces femmes jouent ainsi un rôle actif dans la vie économique du foyer, sans doute encore complémentaire pour certaines, mais parfois tout aussi important que les hommes. Et ce, même si leur situation peut paraître encore fragile et les rendre vulnérables à tout moment.

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Les migrants, nouvelle force de l’économie urbaine

Le marché de travail étatique commence à être reconfiguré dans le cadre de la réforme urbaine à partir du milieu des années 1990. La suppression des emplois à vie a remis en question tout le système des emplois. Le chômage est apparu et gagne en ampleur. En même temps, l’urbanisation modifie la structure des emplois depuis les années 1990, tandis que de nouvelles activités économiques émergent en ville. Dans cette reconfiguration du marché des emplois, les migrants semblent les mieux à même de profiter de la nouvelle économie urbaine. Plus aptes que les citadins à travailler dans des conditions difficiles, ils se rendent disponibles là où se présentent les opportunités.

CC Creative commons, Ronnie Macdonald

CC Creative commons, Ronnie Macdonald

Cela étant, ils occupent souvent des postes peu qualifiés et sont payés à l’heure ou à la tâche. On les trouve par exemple dans la rénovation de meubles anciens, l’aménagement intérieur, la distribution des journaux, dans les marchés de légumes… Plus ou moins qualifiés, certains migrants parviennent à gravir des échelons sociaux et professionnels en développant sans cesse leurs compétences dans de nouvelles activités économiques. Toutefois, leur chemin semble être vite bloqué par des barrières institutionnelles. Beaucoup ne peuvent pas réaliser leur rêve et restent en ville comme citoyens de seconde zone.

Les migrants entrepreneurs

Les migrants entrepreneurs peuvent être des paysans ayant créé un atelier familial à la campagne, des commerçants de la rue ou d’anciens responsables d’entreprises d’État devenus patrons industriels. Les figures de migrants entrepreneurs sont par conséquent hétérogènes. Les activités entrepreneuriales ne les conduisent pas tous à la réussite. Certains connaissent des succès mais peuvent retomber dans la précarité, alors que d’autres ont pu « s’en sortir » pour devenir dirigeants d’une entreprise prospère.

Dans les exemples de réussite, on note qu’un parcours de réussite n’est jamais individuel : il passe par la famille et aussi par l’adhésion à un groupe. Une ascension économique s’accompagne souvent d’une ascension politique. Les migrants ayant réussi entrent souvent dans des instances politiques et se voient attribuer des titres honorifiques. Ce profond mixage entre l’économique et le politique s’explique dans une large mesure par le rôle du pouvoir politique dans la vie économique locale. Les entreprises privées ont toujours cherché à s’accorder avec les pouvoirs politiques locaux pour obtenir une protection politique et des soutiens financiers. Cette proximité avec le politique constitue ainsi une garantie de la réussite des entrepreneurs privés.

214795097_1429993c03

CC Flickr Evil Paul

Quels que soient les itinéraires, on remarque dans tous les témoignages que nous avons pu recueillir que les migrants forment une communauté à part entière. Coupés des contacts avec la société urbaine et ayant peu de soutien institutionnel, ils s’appuient essentiellement sur les liens de filiation ou les réseaux fondés sur l’origine géographique qu’ils ont créés dans leur trajectoire de migration et leur insertion en ville. La famille et les réseaux d’amis n’apportent pas seulement des aides matérielles et du réconfort, ils ont aussi une fonction économique comme le prêt d’argent entre les membres et le partage des informations et des ressources économiques. Ce qui rend ainsi leurs relations complexes.

Les migrations internes constituent en fait une pièce maitresse de la formidable croissance économique en Chine depuis les trois dernières décennies. En entrant dans le XXIe siècle, la Chine amorce un changement de cap avec un nouveau paradigme de développement. Depuis la dernière décennie, de nouvelles orientations politiques se dégagent en faveur de l’insertion économique et sociale des paysans migrants en milieu urbain. Si ces politiques ont porté leurs fruits dans les villes de petite taille, il n’en va pas de même dans les grands centres urbains où elles ne sont pas efficaces. Sous pression démographique, l’intégration des migrants paysans dans les grandes villes semble encore très difficile. N’étant pas encore des citadins, ni plus tout à fait des paysans, les migrants deviennent des itinérants ou des passagers en ville et forment un groupe social à part dans un pays qui compte désormais trois catégories de populations : citadins, paysans et migrants.

Téléchargez l’article

smiley_content

Crédit image à la Une : CC Flickr Thanh Mai Bui Duy

Lu Shi

Institut d’Asie orientale-CNRS UMR 5062 (ENS de Lyon) et Université Lyon 3 (lu.shi@ens-lyon.fr)

More Posts - Website

Lu Shi

Institut d’Asie orientale-CNRS UMR 5062 (ENS de Lyon) et Université Lyon 3 (lu.shi@ens-lyon.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 04/05/2015

    […] Si l’on s’en tient aux informations distillées par les médias occidentaux, la Chine ne semble guère être confrontée à la « question migratoire ». Et pourtant… En 2014, la Chine compte 245 millions de migrants à l’intérieur de son territoire, du moins si l’on entend par « migrants » ceux qui ne vivent pas dans leur lieu de résidence enregistré. Ils représentent 17% de la population chinoise, et la grande majorité d’entre eux sont des paysans. Les migrations produisent des parcours différents et non linéaires. Certains migrants sont peu qualifiés et exclus de la société, d’autres connaissent des trajectoires de mobilité sociale ascendante ou descendante, d’autres encore créent de nouvelles activités économiques et certains migrants entrepreneurs appartiennent désormais aux élites de la société. A travers les histoires de vie individuelles et les itinéraires professionnels de quatorze migrants chinois, cet ouvrage tente de rendre sensible la pluralité des processus de migration et de rompre avec les stéréotypes qui sont le plus souvent associés à cette partie de la population considérée comme des paysans pauvres, peu qualifiés, voire comme des éléments perturbateurs de la société urbaine moderne.  […]

  2. 05/05/2015

    […] Les migrations internes constituent un des phénomènes les plus importants en République populaire de Chine depuis la réforme économique. C’est au début des années 1980 que de nombreux paysans quittent la terre pour travailler en usine ou se ruer vers les villes et provinces développées. Ce mouvement ne cesse de s’intensifier. Les migrations produisent des parcours différents et non linéaires. Si certains migrants sont peu qualifiés et exclus de la société, d’autres connaissent des trajectoires de mobilité sociale ascendante ou descendante. D’autres encore créent de nouvelles activités économiques, et certains migrants entrepreneurs appartiennent même aux élites de la société. À partir des parcours biographiques de paysans migrants, le présent ouvrage vise à explorer et à rendre sensibles la pluralité des processus de migration et la forte mobilité sociale rendue possible par les mutations économiques rapides. En livrant les témoignages de ces hommes et femmes sur leurs histoires individuelles et sur leurs itinéraires professionnels, cette étude entend faire parler les migrants dont les voix sont si peu entendues aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Chine. Elle apporte ainsi un autre regard sur les transformations économiques et sociales que la Chine a connues au cours des trente dernières années.  […]

  3. 04/06/2015

    […] Les figures de migrants paysans en Chine. Si l’on s’en tient aux informations distillées par les médias occidentaux, la Chine ne semble guère être confrontée à la « question migratoire ». Et pourtant… En 2014, la Chine compte 245 millions de migrants à l’intérieur de son territoire, du moins si l’on entend par « migrants » ceux qui ne vivent pas dans leur lieu de résidence enregistré. Ils représentent 17% de la population chinoise, et la grande majorité d’entre eux sont des paysans. Les migrations produisent des parcours différents et non linéaires. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *