Les recompositions de l’exploitation agricole familiale

CC Pixabay Jackmac34

CC Pixabay Jackmac34

L’exploitation agricole française est-elle toujours familiale ? Voilà une question qui ne cesse de resurgir dans les débats sur l’évolution des modes agricoles et ruraux. Elle s’est posée déjà à la fin des années 1980, puis ces dernières années, avec la loi d’orientation de 2006 et en 2014, à l’occasion de l’Année internationale de l’agriculture familiale.

La question trouve son importance dans le fait que le modèle de l’exploitation agricole familiale a marqué fortement l’agriculture française pendant ces soixante dernières années. Ce modèle est, en même temps, fortement interrogé par les évolutions importantes du contexte agricole de ces dernières décennies. Ainsi, le nombre d’exploitations ne cesse de diminuer : on est passé de 2,3 millions d’exploitations en 1955, à environ 500 000 en 2010, selon les sources de la statistique agricole. Cette évolution s’est traduite globalement par les éléments structurants suivants : une forte concentration, une spécialisation et intensification des systèmes de production, une importante augmentation des formes sociétaires et du travail salarié.

Toutefois, malgré ces transformations, une lecture de la longue trajectoire des exploitations agricoles montre que le modèle familial continue à imprégner le fonctionnement des exploitations. Sa permanence est conditionnée par la capacité d’adaptation et les recompositions de l’exploitation agricole en tant que structure organisationnelle.

fao_cle8b864d

  • Gafsi M., 2014, « Permanence de l’exploitation agricole familiale, une approche gestionnaire », in Gasselin P., Choisis J.-P., Petit S., Purseigle F., eds, L’agriculture en famille : travailler, réinventer, transmettre, Paris : INRA-SAD, 45-63.

De l’exploitation paysanne à l’exploitation familiale

A la sortie de la Seconde guerre mondiale, la démarche volontariste de modernisation de l’agriculture a fortement bousculé un paysage agricole marqué par une agriculture traditionnelle. Elle s’est notamment traduite par l’application de nouvelles méthodes de production basées sur les progrès techniques et la mécanisation et par l’intégration des exploitations au marché. L’exploitation agricole familiale modernisée a alors succédé à la petite exploitation traditionnelle, peu insérée au marché, qualifiée de « paysanne ». L’organisation de cette dernière a été finement étudiée par l’économiste russe Alexander Chayanov, dont les travaux font référence en la matière.

Crédit Van Gogh "La Méridienne 1889

Crédit Van Gogh « La Méridienne 1889

Inlassablement promue dans le discours politique, économique et syndical, l’exploitation agricole familiale a été consacrée comme modèle canonique de l’organisation de la production agricole. Toutefois, la notion d’exploitation familiale a fait l’objet de vifs débats entre les scientifiques opposant deux visions, celle de l’entreprise agricole et celle de l’exploitation familiale. Les promoteurs de l’industrialisation de l’agriculture mettent en avant la « nouvelle entreprise agricole » qui devrait fonctionner selon les mêmes méthodes d’organisation scientifique du travail appliquées dans le monde industriel. Mais cette première approche a généré les craintes de voir installer une agriculture d’entreprise, basée sur le pouvoir du capital. Pour les tenants de la spécificité de l’agriculture, le lien avec la famille est fondamental pour comprendre la logique de fonctionnement de l’exploitation agricole. La famille est en même temps propriétaire des capitaux, fournisseur de travail et décideur de l’orientation de l’exploitation. Cette vision a été formalisée par le concept de « système exploitation-famille » en adoptant une approche systémique de l’exploitation agricole.

  • Brossier J., Chia E., Marshall E., Petit M., 1997, Gestion de l’exploitation agricole familiale. Eléments théoriques et méthodologiques, Dijon : CNERTA, 221 p.
  • Petit M., 1975, « Evolution de l’agriculture et caractère familial des exploitations agricoles », Economie Rurale, n°106, 45-55.

Adaptation et recompositions face aux défis

Creative commons, Wikipedia, Bank of cages

Creative commons, Wikipedia, Bank of cages

Figure emblématique de la modernisation de l’agriculture, l’exploitation agricole familiale affronte à partir de la fin des années 1970 deux grands défis : la remise en cause du modèle productiviste dans les années 1980 et l’orientation vers une agriculture durable à partir des années 1990.

Les évolutions structurelles en lien avec la modernisation ont donné lieu à une différenciation socioprofessionnelle des formes d’agricultures, et notamment la figure qualifiée « d’agriculture différente » des agriculteurs innovateurs et la notion « d’exploitation rurale ». Celle-ci renvoie aux dynamiques d’innovation et de diversification. L’exploitation agricole familiale couvre-t-elle pour autant l’ensemble de ces formes ? L’approche gestionnaire répond par l’affirmative.

Le contexte global des années 1990 est marqué par le débat sur un nouveau contrat social de l’agriculture qui invite à l’inscription territoriale de l’exploitation agricole et au développement d’une agriculture durable. Pour traduire cette dimension territoriale, nous avons proposé avec des collègues la notion d’« ancrage territorial », définie comme un « processus de valorisation, de préservation et de production de ressources spécifiques au territoire ». Ce processus donne lieu à des interdépendances multiples entre l’exploitation en tant qu’organisation et son environnement local (naturel, social et économique). Dans la même perspective d’autres travaux ont proposé la notion d’« exploitation agricole territoriale » (Vandenbroucke, 2013).

Dessin illustration AOP

Dessin illustration AOP

L’orientation récente vers une agriculture durable induit pour les exploitations agricoles des changements d’orientations stratégiques qui se traduisent par de nouvelles rationalisations quant au choix des ressources stratégiques pour leur activité et aux combinaisons adéquates des ressources. En s’appuyant sur la théorie des ressources, nous avons revisité l’approche classique de l’exploitation agricole pour construire un cadre analytique permettant d’intégrer les enjeux de la durabilité. Ce modèle comprend cinq types de capitaux, en ajoutant aux trois capitaux communément pris en compte (physique, financier et humain), le capital naturel et le capital social.

  • Vandenbroucke P., 2013, Transformation de l’unité de production agricole : d’une exploitation sectorielle à une exploitation agricole territoriale, Thèse de Géographie, Aménagement et Urbanisme, Université de Lyon 2.
  • Gafsi M., 2006, « Exploitation agricole et agriculture durable », Cahier Agricultures, vol.15, n°6, 491-497.
  • Muller P., Gerbaux F., Faure A., 1989, Les entrepreneurs ruraux : agriculteurs, artisans, commerçants, élus locaux, Paris : L’Harmattan, 189 p.

Les limites des recompositions

L’exploitation agricole familiale a subi des évolutions importantes. Mais finalement, en 2015, force est de constater la permanence des exploitations familiales. Les sciences de gestion expliquent cette permanence autant par la capacité d’adaptation de l’exploitation en tant qu’organisation que par sa métamorphose. Mais jusqu’où peut aller cette capacité d’adaptation ?

Haystacks in Provence, 1888 by Van Gogh

Haystacks in Provence, 1888 by Van Gogh

L’exploitation agricole s’est métamorphosée à maintes reprises pour s’adapter aux évolutions structurelles et conjoncturelles. La révision successive de ses frontières a donné lieu à plusieurs formes d’exploitations. Ainsi on a assisté à l’émergence au fil du temps de différentes dénominations qui qualifient ces formes : système exploitation-famille, exploitation rurale, exploitation rurale, exploitation territoriale, exploitation durable. Cette diversité de formes reflète le potentiel intégrateur du modèle de l’exploitation agricole familiale qui permet de rendre compte de la pluralité des agricultures.

AB.svg

Logo français de l’agriculture biologique.

Les transformations subies ont sans doute modifié le fonctionnement des exploitations, l’organisation du travail, la conception du métier… Mais ces exploitations ont-elles perdu leur identité familiale ? Nous avons évoqué plus haut les trois éléments qui définissent le caractère familial de l’exploitation : propriété du capital, travail et pouvoir décisionnel. L’analyse du portrait des exploitations contemporaines, dans leur diversité, a pu montrer (Gafsi, 2014) que ces traits fondamentaux ont été préservés. En effet, le capital d’exploitation reste propriété de la famille. En 2010, 69% des exploitations agricoles ont un statut juridique d’exploitation individuelle. Le statut de sociétés commerciales et coopératives ne représente que 1%. Concernant le travail, même s’il y a progression du salariat, le travail familial reste un élément important : en 2010, seules 14% des exploitations en France ont recours à la main d’œuvre permanente non familiale. On notera toutefois que plus les membres de la famille sont impliqués dans le travail, plus le caractère familial de l’exploitation est renforcé. Enfin, en lien avec la propriété du patrimoine productif et le travail effectif, la dimension familiale marque fortement les grandes décisions de l’exploitation. En effet, les orientations de l’exploitation continuent à être en lien direct avec les projets familiaux (besoins familiaux, transmission de l’exploitation, gestion du patrimoine).

Au vu de ces transformations et continuités, on peut conclure à la persistance de l’exploitation agricole familiale. Toutefois, la continuation de ce modèle sera-t-elle indéfinie ? Jusqu’où ce modèle pourra t-il repousser ses frontières sans perdre son identité ? On peut émettre l’hypothèse que l’accumulation des transformations modernisatrices qui font perdre progressivement à la famille le contrôle du capital de l’exploitation, pourrait conduire à son extinction. La question serait alors à nouveau posée : quel est le devenir de l’exploitation agricole ?

 

Téléchargez l’article

Crédit bandeau : UFV – Agriculture Students Work Practicum

Image2

 

Crédit image à la Une : CC Pixabay Luctheo

Mohamed Gafsi

Dynamiques Rurales, mohamed.gafsi@educagri.fr

More Posts - Website

Mohamed Gafsi

Dynamiques Rurales, mohamed.gafsi@educagri.fr

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Frank Corsiglia dit :

    Le coup de pied de l’âne vient d’être donné par le service d’économie agricole internationale de l’USDA qui confirme que en 2017 la population des chefs d’exploitation agricole en France sera encore inférieure à celle des États-Unis en % de la population active bien sûr. Nous attendons avec impatience la publication de ce résultat par notre Ministre de l’agriculture ou de l’économie, par celles de nos universités qui se targuent de développement durable, par l’ENSAT de Toulouse dans son bulletin interne, par l’INRA et bien sûr par nos députés des régions rurales ( du moins ceux qui seront encore là au mois de juin 2017 ! ) Je crois surtout qu’ils vont rester muets…..

  2. François Corsiglia Pelatan dit :

    Tout ça c’est évident ! pas besoin d’envoyer le CNRS pour voir tout ça : toutes les enquêtes statistiques le montrent régulièrement depuis 40 ans ( il y a trois statisticiens agricoles en moyenne dans chaque département ! ). Toutes ces fausses interrogations, ces faux plâtres sont souvent apportées par des médias, les journalistes des radios-télés, qui veulent faire le buzz chaque fois qu’il y a une sécheresse, une tension sur le marché des produits laitiers, une personnalité qui cultive ses légumes bio ou bien le paysan gersois qui se plaint du manque de main d’oeuvre ou d’eau pour sa vigne ou son troupeau ! Toutes ces infos brouillonnes provoquent un bruit de fonds qui peut perturber certains et les pousser à répondre à la question pour la nième fois: c’est ce qu’on appelle ‘la posture Alzheimer ».
    Par contre, il y a deux arnaques dans les statistiques agricoles française telles qu’elles sont présentées: d’une part, il y a ce concept fumeux de « population familiale agricole » qui vise sans bases précises à inclure dans la main d’oeuvre totale de l’exploitation agricole des personnes de la famille qui ont une activité extérieure à l’agriculture et qui n’ont donc pas le statut agricole permanent mais qui peuvent donner un coup de main en dehors de leur activité principale à l’extérieur soit salariée soit scolaire. Concept très flexible et impossible à vraiment chiffrer puisque par définition il n’y a pas de contrat et de fiche de paie! De plus, les enquêteurs-vacataires chargés de recueillir les enquêtes du ministère de l’agriculture sur le terrain n’ont pas forcément la formation pour pouvoir apprécier si un membre de la famille intervient pour donner un coup de main à la demande de l’exploitant agricole et le quantifier et donc la plupart du temps il se fie aux chiffres donnés par l’exploitant agricole sans les vérifier. Donc aujourd’hui, on peut estimer qu’il y a un sur-représentation anormale de la population familiale agricole dans nos statistiques nationales et d’ailleurs comme dans les autres pays de l’UE c’est une donnée qui ne devrait pas apparaître, elle sert surtout à « gonfler » l’importance sociale de l’agriculture dans le discours des syndicats et des politiques! L’autre arnaque statistique, c’est le fameux statut de « hors-cadre familial » pour les aides à l’installation des nouveaux agriculteurs: en fait ce statut considère qu’une installation à proximité de l’exploitation familiale est possible ainsi que la reprise de terres agricoles appartenant aux grands parents. Donc il y a Hors cadre familial et hors cadre familial !
    Par contre, il y un chiffre clé qui apparaît peu dans la présentation des statistiques agricoles du ministère de l’agriculture ou du gouvernement ou des organismes professionnels agricoles, c’est le pourcentage des exploitants agricoles ( responsables d’exploitation agricole) par rapport à la population active totale : événement historique pourtant, il est passé au dessous des 1 % l’an dernier et il descends assez vite vers les 0,7-0,8 % soit en dessous des chiffres des USA pour prendre un pays au statut agricole « sulfureux » en France !
    Mais bien sûr personne du sérail ne pipe mot : où sont passés les milliards d’euros versés dans les filières agricoles et pour quels résultats observables ? Mystère…
    François Corsiglia Pelatan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *