Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Épisode 1

expertL’évaluation renvoie non seulement à une notion travaillée depuis longtemps par les Sciences humaines et sociales, mais aussi à des pratiques sociales diversifiées et à des dis positifs multiples. A partir des années 1990, elle s’installe dans de nombreux domaines (aménagement, santé, action sociale, diplomatie, police, culture, enseignement, recherche…) et pour toutes les catégories d’acteurs (collectivités publiques, entreprises, associations…). De sorte que l’on est fondé à parler d’évaluation généralisée et à ériger l’évaluation en impératif catégorique.

En même temps, elle est présentée comme un fondement essentiel de la prise de décision et plus généralement de l’action. L’action est interrogée à partir de dispositifs se voulant rigoureux et méthodiques, de critères quantitatifs et qualitatifs « objectifs » et toujours sous plusieurs angles complémentaires : intérêt, pertinence, effectivité, efficacité, cohérence, viabilité… En fait, l’évaluation est devenue un outil de réflexion, de gestion, de régulation et de légitimation au service de la modernisation des appareils publics et privés.

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, sa généralisation et l’évolution rapide de ses formes ont une signification particulière, notamment en raison du rôle traditionnellement attribué à l’évaluation par la communauté scientifique. Alors que l’évaluation en tant que principe et pratique communautaires est une constante de la vie académique, nombre d’enseignants-chercheurs et de chercheurs ont accueilli avec méfiance celle qui leur est désormais appliquée et qui s’incarne dans des structures nouvelles comme l’Agence nationale de la recherche (ANR) ou l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES), créée en 2006 et remplacée en 2014 par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES). Ce qui fait l’objet des critiques les plus vives, c’est moins la contestation de tel ou tel élément que le cadre général. Car selon Nicolas Dodier un « régime d’évaluation inédit (…) tend aujourd’hui à s’imposer » qu’Albert Ogien nomme « évaluation gestionnaire », formule à laquelle on préfèrera celle d’« évaluation à dominante gestionnaire », ce régime composite contenant encore des éléments relevant du mode antérieur.

 

De l’évaluation collégiale…

Qu’on la nomme « collégiale », « par les pairs » ou plus simplement « professionnelle », l’évaluation présente six traits majeurs :

  • Inscription dans une double tradition. D’abord, une tradition ancienne, schématiquement celle de l’auto-organisation et de l’autocontrôle de la communauté scientifique qui s’affirme dès le 17ème siècle avec l’avènement de la science moderne et de certains de ses corollaires institutionnels tels les Académies scientifiques, ou symboliques comme la République des Lettres : dans cette perspective, l’évaluation collégiale est une « manière de faire exister le sens de la communauté scientifique dans les dispositifs d’évaluation » (Dodier, 2009).
    Crédit : Patrick Mignard

    CC Patrick Mignard

    Ensuite, une tradition plus récente : la protection et la réglementation par un État républicain d’autant plus bienveillant et respectueux (mais hélas radin) vis-à-vis de l’enseignement supérieur et de la recherche qu’il les a érigés en services publics. On peut d’ailleurs lire dans l’évaluation collégiale française une manière de concilier deux registres de l’ethos, celui de la science et celui du service public : égalité, démocratisation, dévouement, vocation…

  • Collégialité : le principe de base veut que les pairs se réunissent entre eux pour élaborer des règles de fonctionnement et des critères d’appréciation. Il s’agit in fine de construire un tiers partagé interne, c’est-à-dire des référents communs relativement stables, publics et acceptables. Les membres ne sont pas des permanents (ils ont un mandat), ils disposent du temps nécessaire à l’accomplissement de leurs taches et ils sont amenés à se revoir régulièrement. Enfin, chacun est placé directement sous le regard des autres membres, et indirectement sous celui de la communauté.
Colonie de pingouins. Crédit : http://fr.forwallpaper.com/

Réunion collégiale de pingouins. Crédit : http://fr.forwallpaper.com/

  • Autonomie relative des instances d’évaluation, découlant de la relative autonomie de l’activité scientifique : elle est garantie par l’État et elle s’exprime notamment à travers la cooptation et l’élection (ou la présence d’élus), même si les tutelles ont souvent cherché à injecter des doses de nominations.
  • Finalité ultime globalement partagée par les évaluateurs : favoriser la production et la transmission des connaissances, ce qui revient à évaluer la contribution que les individus et les institutions apportent à leur construction et à leur diffusion. Cela n’exclut pas d’autres finalités répondant à d’autres logiques (institutionnelles, disciplinaires, personnelles, syndicales, réseautiques…), mais les relativise.
  • Pluralisme : la collégialité, l’autonomie et le consensus sur la finalité font de chaque membre non seulement un représentant d’un milieu, d’une manière de faire science ou enseignement, mais aussi quelqu’un dont on attend qu’il admette l’existence d’autres milieux que le sien et d’autres manières de faire que les siennes. La négociation est de facto au poste de commande, de sorte que les décisions stratégiques sont souvent le fruit de compromis négociés et d’ajustements successifs. Cela revient à accepter collectivement plusieurs manières de penser et de faire, et d’admettre que l’évaluation (d’un laboratoire, d’une formation…) ne présuppose pas un accord complet sur le fond.

Si aucune instance d’évaluation collégiale n’a fonctionné suivant le modèle idéal combinant harmonieusement ces six critères, plusieurs s’inspirent plus ou moins largement de sa « philosophie générale » : comités de lecture de revues, comités scientifiques de colloques et congrès, sections du Conseil national des universités (CNU), comités et commissions des organismes de recherche (CNRS, INSERM…), instances chargées de recruter les universitaires, conseils scientifiques des universités… Il faut aussi reconnaître que l’Etat a en parallèle imposé ici ou là la formule contestée – car centralisatrice, opaque, non contradictoire…- des inspections.

images-3

Processus de Bologne

Le modèle de la collégialité et les instances qui s’en inspirent ont fait l’objet de multiples critiques. On passera ici sous silence celles construite par les Sciences Studies, pour se concentrer sur celles issues des sphères gouvernementales. Si l’on relativise celles qui dénoncent pêle-mêle les crispations corporatistes, l’immobilisme, l’intérêt porté plus aux moyens qu’aux résultats, les difficultés – au demeurant bien réelles – d’appliquer le modèle à l’évaluation des laboratoires, des formations et des établissements, il reste deux critiques majeures.

D’une part, les formes d’évaluation traditionnelles seraient des freins à la modernisation de l’Administration et à la réévaluation (à la baisse) du rôle de l’Etat. D’autre part, elles seraient en décalage avec les exigences de la « nécessaire » construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur (Processus de Bologne) et de la tout aussi « indispensable » compétition internationale symbolisée par le classement de Shanghai.

images-1

L’esprit du temps

Ces critiques tirent leur force autant de la force de l’évidence que du pouvoir de ceux qui les portent, voire de « l’esprit du temps ». En tout état de cause, elles débouchent sur des exigences nouvelles. Et à exigences nouvelles, régime d’évaluation nouveau.

… A l’évaluation à dominante gestionnaire

Dans sa philosophie et ses dispositifs techniques, cette évaluation est différente des modes dont l’enseignement supérieur et de la recherche s’était et avait été doté.

arton831

Benchmarking de l’ESR

D’abord, elle est pour une part idéologiquement et techniquement fondée sur le New Public Management et plus précisément sur le contrôle de la performance par l’appréciation du résultat à travers une démarche se voulant objective dans ses conditions d’exercice (transparence, neutralité, technicité, professionnalisme), ses critères de mesure, ses outils – comme le benchmarking, comparaison par la performance facilitant les classements. Elle met aussi très fortement l’accent sur la responsabilité, la qualité, l’apprentissage organisationnel et l’efficacité. Mais c’est souvent davantage l’efficacité des dépenses publiques qui est appréciée que celle des missions dont ces dépenses garantissent l’exercice. Dans ces conditions, le pair-expert est largement placé dans la position du géomètre-arpenteur qui, pour mesurer, doit mettre en œuvre des méthodes, des techniques et des indicateurs à la définition desquels il n’a pas ou peu participé.

Ensuite, comme de nombreux dispositifs, elle emprunte à la gestion, à la gestion de projet et plus généralement à l’ingénierie managériale une partie de son vocabulaire performatif (allocations de ressources, référentiel, production, qualité, indicateurs de performance, faisabilité, pilotage, tableaux de bord, échéances, livrables…), mais pas tout son vocabulaire. En effet, elle utilise aussi les mots à la mode ainsi qu’une partie du lexique de l’évaluation traditionnelle. On est donc davantage en présence d’un sabir, langue vernaculaire composée de plusieurs langues entremêlées, que du novlangue du romancier George Orwell fondé sur une simplification lexicale et syntaxique destinée à favoriser la parole officielle et à empêcher l’expression de pensées subversives ou seulement hétérodoxes.

Enfin, l’impératif gestionnaire s’incarne dans des instances, des normes, des procédures, des grilles, des indicateurs qui tantôt se substituent aux anciens, tantôt se juxtaposent à eux ou les infléchissent. Et si les pairs sont toujours sollicités, le cadre dans lequel ils évoluent ainsi que la philosophie générale, les dispositifs et la boite à outils de l’évaluation se sont sérieusement transformés. Si l’ancien n’a pas complétement disparu, le nouveau est bien là. Pour reprendre le slogan publicitaire d’une célèbre banque, « Et ça, ça change tout » ! Ou presque.

La suite au second épisode : « Les usines à gaz de l’évaluation. Épisode 2 »

Téléchargez l’article

 

Crédit bandeau : Camille Stromboni


Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

More Posts

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. 13/05/2015

    […] : Robert Boure, « Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Episode 1 » : http://sms.hypotheses.org/4202 Michel Grossetti, « Les recettes du développement économique local par l’innovation » : […]

  2. 14/05/2015

    […]   […]

  3. 15/05/2015

    […] Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Épisode 1, par Robert Boure, in Mondes sociaux, Magazine de Sciences Humaines et Sociales, 12 mai 2015. Pour aller plus loin : 150 chroniques d’Histoires d’universités sur l’évaluation dans le SUP. […]

  4. 17/05/2015

    […] L’évaluation renvoie non seulement à une notion travaillée depuis longtemps par les Sciences humaines et sociales, mais aussi à des pratiques sociales diversifiées et à des dis positifs multiples. A partir des années 1990, elle s’installe dans de nombreux domaines (aménagement, santé, action sociale, diplomatie, police, culture, enseignement, recherche…) et pour toutes les catégories d’acteurs (collectivités publiques, entreprises, associations…). De sorte que l’on est fondé à parler d’évaluation généralisée et à ériger l’évaluation en impératif catégorique. (…) – Mondes Sociaux, par Robert Boure, 12/05/2015  […]

  5. 19/09/2016

    […] BOURE, Robert, 2015a. Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Épisode 1. In : Mondes Sociaux [en ligne]. 2015. [Consulté le 6 septembre 2016]. Disponible à l’adresse : http://sms.hypotheses.org/4202 […]

  6. 24/09/2017

    […] C’est ainsi que se crée en 1984 le Comité national d’évaluation (CNE) chargé principalement d’évaluer les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche relevant du ministère de l’enseignement supérieur. Boure R., 2015, « Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Episode 1 », Mondes Sociaux, mai.CEREQ, 2014, Evaluer les universités. Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Épisode 1 – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *