Le luxe, sujet polémique au Siècle des Lumières

shoesOn l’a peut-être oublié, mais la question du luxe est inséparable des Lumières car elle constitue un des sujets les plus débattus du XVIIIe siècle et qui, à certains égards, semble préparer et annoncer les remises en causes politiques de la Révolution de 1789. D’ailleurs, au temps de la République des Lettres, tout le monde s’intéresse à cet objet futile et sulfureux – des plus grands écrivains aux plus obscurs – pour produire un discours abondant, mais souvent répétitif. Ce discours est à mettre en relation avec le déclin de la morale chrétienne, la fin des lois dites « somptuaires », la montée en puissance de la notion de progrès et la dénonciation des excès de l’aristocratie.

  • Provost A., 2014, Le luxe, les Lumières et la Révolution, Paris : Editions Champ Vallon.

Des philosophes aux littérateurs

A partir des années 1760, un foisonnement de publications sur le luxe envahit l’espace de l’imprimé de l’Ancien Régime qui doit être situé dans la lignée des textes de Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Helvétius ou d’Alembert. Ces écrits se détachent ainsi des discours antérieurs fortement marqués par la tradition chrétienne, et consacrent la fin de la justification divine du luxe, tout comme des références à un péché condamné par l’Eglise.

Dans le fond et dans la forme, cette littérature abandonne également les points de vue très spécifiques qui étaient jusqu’alors la règle (on traitait par exemple du luxe des coiffures ou des habits) pour prendre une tournure très généraliste. Le luxe en tant que tel devient un sujet de questionnement, avec une attention particulière portée à la définition qui doit en être donnée et à la valeur qui peut lui être attribuée, comme le montrent les écrits d’Isaac Pinto et du Marquis de Saint-Lambert qui ouvrent trois décennies de publication intensive. Toute une série de petits littérateurs cherchant à se faire une place dans le monde des lettres, et qui font l’objet de critiques acerbes de la part d’auteurs mieux installés (Lottin, Rabelleau ou du Coudray), alimentent ainsi un débat qui semble cependant tourner sur lui-même.

Toujours est-il que les ouvrages, les revues littéraires, mais également les concours académiques placent le luxe au centre de leurs préoccupations et témoignent de l’existence d’un répertoire commun de références et de citations extraites, voire expurgées, des grands philosophes des Lumières.

Une soirée chez Madame Geoffrin de Lemonnier, 1812, CC

Une soirée chez Madame Geoffrin de Lemonnier, 1812, CC

Pour ou contre ? Une ligne de fracture complexe

La constitution de ce répertoire est portée par nombre de formules frappantes qui ont marqué durablement les esprits et ont cristallisé des positions : Voltaire est ainsi devenu la figure incontournable de l’apologie du luxe avec ce « superflu, chose très nécessaire », alors que Rousseau est présenté comme le pourfendeur du luxe qui « corrompt tout, et le riche qui en jouit, et le misérable qui le convoite ». Ainsi, écrire sur le luxe en cette seconde moitié du XVIIIe siècle, c’est se penser d’abord par rapport à ses prédécesseurs : Georges-Marie Butel-Dumont, grand défenseur du luxe, se situe dans la lignée directe de Voltaire en citant le Mondain tout comme en paraphrasant l’article « Luxe » du Dictionnaire philosophique ; à l’opposé du curseur, l’un des titres consacré à la critique du luxe, Les vrais Quakers, s’en prend explicitement au « méchant frère » Voltaire.

Crédit : Patrick Mignard

CC Patrick Mignard

L’abondance des citations empruntées aux philosophes, voire des plagiats, témoigne de la formation d’un vaste corpus de textes qui sont utilisés, appropriés, assimilés, mais également bousculés faisant bouger les limites de chaque camp. L’historiographie s’est plu à opposer les philosophes novateurs aux moralistes réactionnaires, mais la réalité est plus mouvante qu’elle n’y paraît. Nombre de détournements ponctuent ainsi les débats : Helvétius dont les écrits envisagent les deux points de vue, est alternativement présenté comme un défenseur ou un détracteur du luxe à coup de découpages de textes, transformant ce qui n’était qu’une série de points de vue en des arguments affirmés.

Luxe et bien public

A travers cette effervescence polémique et apologétique, c’est une réflexion sur l’utilité des hommes de lettres qui semble être posée par les acteurs eux-mêmes. La myriade des écrits, des libelles et des pamphlets consacrés à la défense ou à la mise en garde contre les dangers du luxe, doit être replacée au regard de la prétention des hommes de lettres à légiférer qui tend à monter en puissance à partir des années 1770. De plus, la disparation des lois somptuaires sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI permet aux écrivains qui posent la question du luxe de se poser en législateurs de substitution : en participant activement au discours public et en cherchant à définir des fondements et un vocabulaire communs à la société, ils affirment leur légitimité à prendre en charge l’intérêt général.

imagesL’enjeu des débats autour du luxe se concentre alors sur la définition et la fixation du sens même du mot. Le débat entre Butel-Dumont et ses contradicteurs cristallise cette bataille lexicale et textuelle qui touche un très large public. La vigueur de la polémique pour conserver au luxe sa dimension péjorative apparait comme une question primordiale visant à établir des valeurs publiques. Dans les déclinaisons qu’ils proposent du luxe – le bon, le mauvais, l’excessif, le luxe d’ostentation, le luxe de magnificence… – les opposants à Butel-Dumont affirment l’usage commun du mot, face une tentative de l’inscrire au sein du langage régularisé de l’économie politique. Cet affrontement pose surtout la question de la légitimité du monde des lettres à établir des valeurs publiques.

Luxe et politique

Le dernier salon où l'on cause, Copi, Éditions du Square, 1972

Le dernier salon où l’on cause, Copi, Éditions du Square, 1972

Dans la mesure où le débat politique n’est pas autorisé sous la monarchie absolue, la polémique autour du luxe apparaît comme la remise en cause du pouvoir monarchique à fixer le bien public et à maîtriser le langage du débat politique. Elle a ainsi largement participé à fragiliser l’édifice intellectuel de l’Ancien Régime.

Faut-il alors considérer que les débats sur le luxe ont constitué une contribution majeure à la déstabilisation de la monarchie absolue ? Il est possible en effet de lire une partie des pamphlets pré-révolutionnaires comme une trace des effets des discussions sur le luxe. Louis-Sébastien Mercier qui dénonçait dans son Tableau de Paris « l’homme de luxe » qu’il voudrait citer à comparaître « au tribunal de l’humanité » donne la tonalité de la fin des années 1780 où les scandales financiers joints au luxe désordonné de la Cour sont instrumentalisés à des fins d’argumentation politique virulente. Ces pamphlets acérés ne doivent pas faire oublier pour autant un débat moins acerbe sur le principe de réserver le luxe à la noblesse ou au contraire de le lui interdire. Le discours n’est, en effet, pas exclusivement anti-nobiliaire, et un certain nombre d’écrits restent d’un optimisme confiant dans la capacité de la noblesse à se séparer d’un luxe qui contredit profondément son identité.

Dans cet ouvrage, Audrey Provost met en lumière la vivacité de cette polémique, considérée comme emblématique des mutations du siècle. Prenant ses distances avec une historiographie volontiers rétrospective (dont on trouve un exemple précoce chez Gabriel Sénac de Meilhan dès 1790), elle replace cette question dans un juste positionnement, loin de toute idée reçue. Elle développe son propos – largement appuyé sur des citations et des références – par cercles concentriques et parfois un peu répétitifs qui permettent de restituer toute l’épaisseur de ce grand débat public, méconnu des non-spécialistes, qui a animé la seconde moitié du XVIIIe siècle.

 

Crédit bandeau : Marie Antoinette, 2006, SofiaCoppola
Téléchargez l’article

Image du Blog mandyleo.centerblog.net


Émilie Roffidal

FRAMESPA (emilie.roffidal@univ-tlse2.fr)

More Posts

Émilie Roffidal

FRAMESPA (emilie.roffidal@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Et pour approfondir la question du luxe, dans une perspective alimentaire et plus contemporaine (avec d’ailleurs la même image d’accroche): http://www.mongraindsel.com/le-dessert-gout-pour-le-sucre-et-luxe-dans-lassiette/#.VVIRiRVdaSM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *