Un garde forestier nommé Louis XIV

Garde forestier« La France périra faute de bois ! ». Ce n’est pas moi qui le dit, mais Jean-Baptiste Colbert, Ministre de Louis XIV. Aux yeux du secrétaire d’État, le pays ne contient que des forêts dévastées et des arbres ravagés, triste résultat de la voracité de populations avides de bois et de la dent venimeuse des bestiaux. L’ensemble est bien incapable de fournir le moindre secours au royaume. Pour le salut de ce dernier, il faut y remédier. Sus aux délinquants ! S’ils ne peuvent gérer les forêts en bons pères de famille, l’État y pourvoira.

Pour y parvenir, une réforme générale de l’administration des Eaux et Forêts, appelée « réformation », est initiée en 1661 ; elle ne s’achève qu’en 1683, une fois l’intégralité des départements forestiers visités par les agents du roi. La durée de l’opération, son ampleur, sa postérité lui ont conféré une place à part dans l’imaginaire forestier : elle est la Grande Réformation.

  • Poublanc S., 2015, Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne, Thèse d’histoire, Université Toulouse 2 – Le Mirail.

Réformer les sylves

15083721153_dc04b36a3f_k

CC Clement127, 2014

Si le déroulement de l’entreprise est bien connu dans la partie Septentrionale du royaume – notamment grâce aux sources centralisées par les administrations royales – il n’en va pas de même dans le Midi : aux yeux des monarques comme des historiens, la grande maîtrise de Toulouse est terra incognita. Sans structures ni officiers, elle n’aurait commencé à exister qu’à partir de la Grande Réformation. Cette dernière débute théoriquement dans le Midi en 1665 avec la commission des deux intendants de Languedoc. Mais elle se solde par un échec partiel : seules quelques rares visites de forêts sont effectuées.

Il faut attendre la commission de Louis de Froidour en 1666 pour que l’opération débute véritablement. Juriste de formation, l’homme a fait ses armes de forestier à La Fère sous la houlette de son père Nicolas. Gentilhomme de petite noblesse picarde, considéré comme l’un des précurseurs de la sylviculture française, sa carrière est caractéristique de l’ascension sociale de la bourgeoisie d’office dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Sa rencontre avec Colbert – alors au service du Cardinal de Mazarin – scelle son avenir : de leur jeunesse commune, le futur ministre se souviendra de ses solides compétences forestières. Celles-ci lui permettront d’être nommé procureur de la réformation des forêts d’Île-de-France, avant de rejoindre la grande maîtrise de Toulouse pour en effectuer la réforme. De 1666 à 1673, Louis de Froidour n’a de cesse de parcourir ce territoire qui s’étend du Rhône à l’Atlantique, suivant en cela le rythme des saisons :

  • de janvier à février a lieu l’instruction des procédures judiciaires ;
  • de mars à mai, lorsque les chemins sont de nouveau praticables, les procès se tiennent à Toulouse ou Montauban, et chaque défendeur doit fournir les preuves de ses prétentions forestières;
  • de juin à juillet, les réformateurs élaborent les règlements d’aménagement ;
  • la belle saison, courant d’août à décembre, leur permet de se rendre sur le terrain pour visiter les sylves.

De ces « visitations », un fonds d’archive retraçant leur déroulé est constitué ; il existe encore aux Archives Départementales de la Haute-Garonne. Quasi-complet, il renferme près de 1000 plans de forêts, 1700 procès-verbaux d’aménagement forestier, et 2200 procès avec leurs pièces justificatives. À l’intérieur de ce tombereau de papier se trouvent les pièces justificatives fournies par les communautés ecclésiastiques ou laïques, nobles, particuliers, propriétaires d’industries… se réclamant de droits sur les forêts. Ces archives sont complétées par les documents anciens concernant les Eaux et Forêts du Midi : plans, ordonnances, ventes de bois, procès divers et variés…

Crédit : Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Fort de ses 27 mètres linéaires, l’ensemble impressionne et constitue un instrument de contrôle et de domination que l’État forestier utilise pour agir avec les populations méridionales. L’objet annonce l’âge d’un espace borné, cartographié, connu, auquel s’oppose l’état antérieur découvert par les réformateurs. Étudier la Grande Réformation méridionale à partir de son fonds ne peut alors se cantonner à la seule question de l’aménagement forestier (quelles essences ? quelle surface ? quelles dégradations ?). La richesse des sources invite au contraire à explorer les relations qu’entretiennent les populations et l’État autour de l’objet forêt, à interroger les postulats culturels au cœur des paysages décrits par les réformateurs. Riches de la présence humaine, les archives révèlent alors les forêts comme autant de constructions sociales.

Sédition, s.d.

Sédition, s.d.

Les forêts comme constructions sociales

Parvenir à dépouiller un fonds aussi vaste a nécessité la constitution d’une base de données relationnelle, unique solution pour lier les sylves aux évènements sociaux relatés par les commissaires (procès, documents cadastraux, personnel forestier…). Dans un premier temps disponible en accès restreint, elle sera progressivement ouverte aux institutions et particuliers en faisant la demande, dans la tradition des Humanités Numériques.

CC Flickr Christopher Dombres

CC Flickr Christopher Dombres

Suite à ce travail d’analyse et de recoupement des occurrences, l’entreprise de réformation dévoile un enchaînement logique. À la base de ce dernier, les sylves constituent des ressources de premier ordre nécessaires à de multiples aspects de la vie quotidienne (chauffage, cuisson, construction, pâturage…) et fortement intégrées aux circuits commerciaux. Comparables à la place du pétrole et de l’électricité dans nos sociétés actuelles, elles sont accaparées par les populations locales. Or, une partie de ces sylves appartient d’ancienneté au Roi, tandis que d’autres sont soumises à son autorité. Lorsque les officiers royaux tentent d’en règlementer l’accès pour assurer la protection d’un espace perçu comme dégradé, ils provoquent des mouvements de sédition, de « haine publique », qui paralysent les Eaux et Forêts du Midi.

Désireux de s’affranchir de cette paralysie, les réformateurs choisissent de reconstituer l’historique et les mécanismes des affrontements entre populations et gardes forestiers afin de bâtir une institution à même de les contrer. Ce faisant, ils offrent à l’historien l’occasion de découvrir les racines médiévales des Eaux et Forêts : celles-ci suivent les soubresauts de la présence royale dans le Midi, dévoilant la résilience de structures originelles du XIIIe siècle. Et bien qu’épisodiques et localisées, de nombreuses règlementations et réformations préexistent. Confrontés à cette manne législative, les réformateurs décident d’en faire le socle de leurs règlements. Ce faisant, ils s’approprient les structures et les pactes sociaux passés avec les communautés d’habitants : dans le Midi, la Grande Ordonnance de 1669, traditionnellement présentée comme l’acte de naissance de la politique forestière de la monarchie, a été préparée de longue date par d’autres réformations dont elle reprend les méthodes, les hommes et les structures.

Untitled-2-500x479Confronté à ces permanences, Louis de Froidour ne parvient pas à imposer systématiquement le point de vue de l’État ; bien au contraire, il négocie systématiquement avec les communautés méridionales. Fidèle à l’image de grand commis d’État désintéressé dressée par ses thuriféraires sous la IIIe République, le réformateur participe par là même à l’introduction de la monarchie dans les marches de son royaume. L’analyse de la prosopographie des officiers forestiers révèle toutefois le clientélisme choisi du réformateur : tout en poussant les pions de la monarchie, le réformateur n’en oublie pas pour autant les siens. Cette stratégie est gagnante : homme de réseaux, Froidour est nommé grand maître des Eaux et Forêts de Toulouse à l’issue de la réformation.

Parallèlement à la définition du cadre structurel de l’institution, les réformateurs s’attachent à reconstituer l’état forestier méridional. Obnubilés par la recherche de bois pour la marine, usant d’un vocabulaire inadéquat pour décrire les forêts méridionales, ils n’observent les forêts qu’au travers d’une fonction économique rêvée, d’une visée comptable à atteindre. Ce faisant, ils noircissent la réalité. Loin de la sinistrose décrite, les données quantitatives et cartographiques démontrent au contraire que les droits d’usage ont conditionné la dynamique et la morphologie des peuplements forestiers en fonction des besoins du monde rural. En d’autres termes, là où les réformateurs estiment que les forêts sont inexploitables, les populations s’en accommodent, voire développent des stratégies de protection ou de plantation pour permettre la régénération des arbres. Nul besoin de l’État pour y pourvoir…

À l’issue de la réformation, les forêts du Midi sont bornées, mesurées, cartographiées. Une nouvelle compréhension de l’espace se dessine alors, à partir de laquelle les agents du roi pourront progressivement affermir leur mainmise sur les ressources. Mais il faudra pour cela attendre le XIXe siècle : d’ici là, les pactes anciens passés entre les populations et la monarchie sont l’unique règle sous les frondaisons.

 

Crédit bandeau : CC Guillaume Delebarre

Téléchargez l’article

Sébastien Poublanc

FRAMESPA (sebastien.poublanc@univ-tlse2.fr)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Sébastien Poublanc

FRAMESPA (sebastien.poublanc@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eric Alvarez dit :

    Très intéressant, merci!

  1. 23/06/2015

    […] « La France périra faute de bois ! ». Ce n’est pas moi qui le dit, mais Jean-Baptiste Colbert, Ministre de Louis XIV. Aux yeux du secrétaire d’État, le pays ne contient que des forêts dévastées et des arbres ravagés, triste résultat de la voracité de populations avides de bois et de la dent venimeuse des bestiaux. L’ensemble est bien incapable de fournir le moindre secours au royaume. Pour le salut de ce dernier, il faut y remédier. Sus aux délinquants ! S’ils ne peuvent gérer les forêts en bons pères de famille, l’État y pourvoira.Pour y parvenir, une réforme générale de l’administration des Eaux et Forêts, appelée « réformation », est initiée en 1661 ; elle ne s’achève qu’en 1683, une fois l’intégralité des départements forestiers visités par les agents du roi. La durée de l’opération, son ampleur, sa postérité lui ont conféré une place à part dans l’imaginaire forestier : elle est la Grande Réformation.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *