Faire du gras en « mode solidaire »

En 1985, la crise des canards gras aux conservateurs bat son plein et entraîne la baisse des prix de vente. Dans le même temps, un groupe de sept néo-ruraux décide de ne pas se laisser abattre  et crée la CUMA (Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole) de Montesquieu Volvestre.

En 2015, trois couples d’agriculteurs (deux néo et un autochtone) racontent l’histoire de cette CUMA. Au travers de ce récit, leur histoire se dessine en filigrane : paroles, lieux, séquences de travail sur leur exploitation s’enchaînent, affirmant des formes de solidarité nouvelles. Celles-ci donnent à voir l’installation d’une agriculture de résistance et les moyens mis en œuvre face à la crise, à la concentration des terres, à l’industrie agroalimentaire et la grande distribution…

Leur choix de vie met en évidence de nouveaux rapports :

  • au temps : faire les choses avec le temps nécessaire, laissant la tâche imposer la durée ;
  • au paysage, à l’environnement , au territoire ;
  • aux autres : la solidarité et l’entraide redeviennent des valeurs refuges ;
  • de genre : en quoi les femmes sont un des moteurs de ces changements ?

Ces nouveaux rapports sont interrogés selon différents types de spatialité. Celles-ci forment autant d’éléments structurants de l’identité professionnelle et locale : au territoire (espace géographique) répondent la filière de production (espace de diffusion des savoirs techniques et sociaux) et la mise en réseau (espace relationnel). La CUMA favorise ainsi la valorisation de produits et l’émergence de systèmes alimentaires territorialisés, soutenus par des choix politiques locaux.

A la CUMA de gras de Montesquieu Volvestre, on a choisi « de vivre au verbe être plutôt qu’au verbe avoir ». En résumé, Cuma si !

Fiche technique

Capture d’écran 2015-06-16 à 11.22.41Ce film a été réalisé dans le cadre du dossier de subvention régional numéro 09000 115, programme SHS Projet 2009.

Type de média

film recherche

Laboratoire de recherche

UMR Dynamiques Rurales

Auteurs

Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié

Réalisateur

Jean-Pascal Fontorbes

Conduite d’entretiens

Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié

Équipe technique
Informations techniques
  • date de production : 2011
  • durée : 52 min
  • format : HD 1080p, couleur, son stéréo

 

Crédits image en bandeaux : tous droits réservés Cargo collective.
Crédits image en médaillon : tous droits réservés Fumulover, Deviant Art, Donald Duck Belly Inflation.

Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié

Jean-Pascal Fontorbes (LISST-Dynamiques Rurales, jean-pascal.fontorbes@educagri.fr) et Anne-Marie Granié (LISST-Dynamiques Rurales, anne-marie.granie@educagri.fr)

More Posts

Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié

Jean-Pascal Fontorbes (LISST-Dynamiques Rurales, jean-pascal.fontorbes@educagri.fr) et Anne-Marie Granié (LISST-Dynamiques Rurales, anne-marie.granie@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. François Corsiglia Pelatan dit :

    Juste un additif technique archéologique par rapport à votre bandeau de début d’article qui montre une frise d’un monument antique égyptien avec un gardien d’oies qui conduit son troupeau.
    Se voulant sans doute en rapport avec l’article, cette frise n’ a aucun rapport avec le production de foie gras dans l’Égypte ancienne: dans l’antiquité comme en Chine encore il y a peu, les oies et les canards étaient gavés non pas pour faire du foie gras mais pour engraisser les animaux afin d’avoir des quantités de graisse et de viande pour les conserves, pour l’éclairage et pour la cuisine, de même qu’on suralimente des porcs ou des dindes. C’est un fantasme de quelques archéologues des antiquités égyptiennes du Louvre que d’avoir vu de la production de foie gras là dedans: d’ailleurs, dans le sud-ouest toulousain, il y avait des marchés spécialisés jusqu’à la guerre de 14-18 où l’on trouvait des oies demi-grasses, justement pour la viande et la graisse et non pas le foie gras. Ces spécialistes du Louvre à force d’être absents de France ne savent plus vraiment ce qui s’y passe ou pire, ce qui s’y est passé !

  2. François Corsiglia Pelatan dit :

    C’est certainement une agriculture de résistance mais les agriculteurs depuis le 17 éme siècle dans le Sud-Ouest de la France ont joué une agriculture de résistance : mais il existait déjà à la fin du 19 éme siècle dans le nord et l’est de la France, des mutuelles, des coopératives, des fruitières, des cercles de machines, etc…..Donc rien de nouveau sous le soleil, sauf que le Sud ouest avait un temps sinon de retard, du moins de latence…Les gens du Volvestre se sont vus coincés lorsque dès le début des années 80, la production de canards mulards pour le foie gras a connu une croissance exponentielle alors que le gavage des oies commençait à baisser à vue d’oeil ! Simultanément, d’autres régions comme la Bretagne, les pays de Loire se sont mis à produire du canard mulard, aussi bien les canetons que le foie gras, avec une organisation industrielle intégrée: on changeait de planète, les coups de production baissaient, les prix de gros aussi et le coup de grâce sera apporté à partie de 1993 avec l’arrivée des gaveuses à pâtée de maïs broyé permettant de gaver 1000 à 1500 canards mulards à l’heure par une seule personne et la mise en place d’abattoirs canards gras centralisés. De plus, ces producteurs de Montesquieu-Volvestre se retrouvaient sur un territoire où l’agriculture économique rétrécissait pour devenir une activité à temps-partiel ( déjà existante avec l’industrie locale) ou de subsistance et une production locale « fermière » de foie gras qui renâclait à passer aux nouvelles normes d’abattage à la ferme, ce qui ouvrait l’entrée des marchés locaux ou gersois. Donc, l’équation était sur la table : soit on virait vers une forme de tourisme d’accueil avec des productions utilisant l’espace comme les moutons, les chèvres ou les bovins viande et valorisant la main d’oeuvre: accueil, transformation, vente directe, services pédagogiques., soit on se spécialisait pour en vivre en investissant sur une production à forte valeur ajoutée et en visant un bassin de consommateurs toulousain en expansion ou plus loin. Et à ce point précis se posait la question politique de l’association de plusieurs producteurs dans une coopérative agricole de matériel, en CUMA, modèle « philosophique » du pays Toulousain si on peut dire, c’est à dire un peu contraignant pour des esprits indépendants parce que ça devient une double vitrine, à la fois une vitrine pour les services de contrôle alimentaire qui veulent que ce soit super à 99 % et une vitrine pour les responsables agricoles locaux qui veulent être fiers de l’argent public dépensé ! Mais bon avec un peu de graisse de canards, ça a bien passé comme les pommes de terre sarladaises !

  1. 07/07/2015

    […] Source: Faire du gras en “mode solidaire” | Mondes Sociaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *