Jean-Pierre Amalric, un historien ¿ olé-olé ?

Capture d’écran 2015-11-24 à 10.01.35

CC Mondes Sociaux

A la fin des années 1950, lorsque fraîchement émoulu de l’agrégation, Jean-Pierre Amalric se présenta au domicile de Fernand Braudel, il ne se doutait pas que le maître l’accueillerait en lui disant d’un ton péremptoire : « Amalric, vous étudierez la Chine ! ». Jeune père de famille, le futur sinologue entrevit en un instant les sacrifices que lui imposerait une telle spécialisation.

C’est alors qu’intervint, tel un deux ex-machina salvateur, l’épouse du maître des lieux : « mais, voyons, Fernand, tu ne comptes pas envoyer ce petit en Chine ! ». Cette remarque fit son effet et se ravisant, maugréant sans doute, Fernand Braudel reprit « bon, puisque c’est ainsi, qu’il étudie le Cadastre de la Ensenada ». Le sinologue d’une heure fut bien soulagé, l’Espagne lui étant plus familière : elle avait poussé un peu sa corne jusqu’à Montauban où était enterré un des plus illustres exilés de la guerre civile, l’ancien Président de la République Manuel Azaña, que notre désormais hispaniste allait avoir à honorer bien plus tard.

Une nomination au CNRS lui permit de s’installer à Simancas, village de Vieille-Castille sis à deux lieues de Valladolid, dont la forteresse abrite les archives du royaume. À Simancas, où des chemins poussiéreux tenaient lieu de rues et où l’eau courante n’avait pas encore fait son apparition, le jeune chercheur eut tôt fait d’être remarqué, non seulement par son assiduité aux archives, mais aussi au village où il se distinguait tant par sa haute taille que parce qu’il était le seul individu de sexe masculin à aller chercher son eau à la fontaine.

Pecqueuse_Pompe_à_Eau

CC Wikimedia Commons Véronique PAGNIER

Un parcours d’enseignant-chercheur

De retour à Toulouse, il intégra rapidement l’Université où il se consacra d’abord à l’enseignement, activité dans laquelle il choisit de s’impliquer pleinement. Il est vrai que cet orateur né avait tout pour exceller dans cette mission où il faut d’abord capturer l’attention d’un public pas toujours réceptif. Dans le même temps, Mai 68 aidant, on peut dire qu’il a été servi par les événements, la Faculté des Lettres devenue l’Université Toulouse –le Mirail n’hésitant pas à emprunter les chemins de l’expérimentation pédagogique.

Jean-Pierre Almaric, période "moustache". CC Framespa

Jean-Pierre Almaric, période « moustache ». CC Framespa

Libéré en grande partie du carcan particulièrement contraignant des cours magistraux énoncés depuis l’estrade d’un amphi à des foules d’étudiants totalement passifs, l’enseignant motivé pouvait, dans le cadre d’unités de valeur à effectifs raisonnables, y donner toute sa mesure.

Certains enseignements relèvent ainsi aujourd’hui d’une sorte de mémoire collective ou encore du patrimoine immatériel de l’UFR d’histoire. Parmi eux, deux cours de licence se détachent immanquablement : l’un concernait l’Espagne moderne qu’il partagea durant une vingtaine d’années avec Bartolomé Bennassar, l’autre associait à ces deux enseignants le médiéviste byzantiniste Alain Ducellier et était consacré à l’étude de la Méditerranée abordée selon une longue durée braudélienne. Dans les deux cas, tous ceux qui eurent le plaisir de les suivre soulignent la capacité de Jean-Pierre Amalric à captiver l’auditoire auquel il s’adressait sans une note, avec une verve souvent truculente colorée d’un léger accent méridional, usant d’un humour corrosif où, parfois, la grivoiserie n’hésitait pas à poindre son nez, au risque de pouvoir paraître aux oreilles les plus sensibles « politiquement incorrecte ».

CC Deviant Art JennaMandaglio

CC Deviant Art JennaMandaglio

Une telle « méthode » d’enseignement s’appuyait sur un double fondement : une immense culture qu’une mémoire à la précision de greffier permettait de mobiliser à bon escient ainsi qu’un goût évident pour la mise en scène. C’est sans doute dans le cours sur la Méditerranée que cet art oratoire consommé a donné toute sa mesure, puisque la règle était que au moins deux des enseignants, parfois les trois, intervenaient simultanément.

Cela donnait lieu à des interpellations permanentes de la part de celui qui « assistait » au cours pour corriger, nuancer ou parfois même contredire ce que venait d’affirmer celui qui menait le cours. Les étudiants assistaient alors à de véritables débats historiographiques en rapport avec tel ou tel point de l’espace méditerranéen.

 

Le goût des responsabilités collectives

P.Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’enseignant qu’a été Jean-Pierre Amalric, amateur de bon mots et de formules percutantes pour stimuler l’attention de ses auditeurs n’a pas négligé une autre facette du métier : l’exercice des responsabilités administratives. Avatar d’une ambition politique locale plus classique ayant tourné court ? Peut-être. Les Toulousains qui furent témoins de cette période de sa vie militante sont sans doute mieux placés pour en juger… Il est sûr en tout cas que Jean-Pierre Amalric, doté d’un sens politique aigu et d’un réel souci pour la « chose publique » a été un administrateur exemplaire. Ne craignant pas l’affrontement verbal, il n’hésitait pas à s’opposer de sa voix souvent tonitruante à tous ceux qui ne partageaient pas ses choix ou ses vues, notamment lors des rituelles AG alors très fréquentées.

Poussé par le CNRS, il a voulu organiser, au début des années 1990, « l’héritage Bennassar » structuré jusqu’alors dans le cadre du GDR 30 ou GRECO. C’est ainsi qu’est né le CERHPI, équipe d’accueil ayant vocation à se transformer en URA du CNRS. L’opération n’ayant pu se concrétiser, la structuration de la recherche sur le monde ibérique n’en a pas moins prospéré à partir d’une nouvelle structure, celle des Unités mixtes de recherche (UMR) : le CERHPI a fusionné avec le Laboratoire d’Études Méridionales des médiévistes occidentalistes pour donner naissance à l’UMR FRAMESPA, laboratoire qui regroupe aujourd’hui l’essentiel de la recherche historique au sein de l’Université Toulouse – Jean Jaurès.

 

C’est probablement comme directeur de l’UFR d’abord, puis comme Vice-président du Conseil Scientifique de l’Université, que Jean-Pierre Amalric a donné toute sa mesure dans l’exercice des responsabilités administratives. À l’UFR, sa direction a coïncidé avec l’augmentation continue des effectifs étudiants, exigeant toujours plus de moyens pour y faire face. Cette croissance forte que chaque rentrée venait confirmer a transformé profondément la petite UFR des années 1980 – amicale et familiale – en une structure de plus en plus lourde, complexe et impersonnelle, préparant le terrain à un premier déménagement dans un nouveau bâtiment.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Cette accroissement continu s’est accompagné d’une autre nouveauté apparue dans les années 1990 dans la pratique étudiante : celle du blocage des bâtiments pour exprimer le moindre mécontentement. À deux reprises au moins durant son mandat, Jean-Pierre Amalric eut à faire face à ces nouvelles modalités d’action auxquelles il répondit avec détermination, mais non sans humour. Là encore, quelques harangues prononcées depuis les marches de l’escalier de l’ancien bâtiment de l’UFR d’Histoire destinées aux étudiants non-grévistes empêchés d’y entrer sont encore dans les mémoires de ceux qui y assistèrent…

Palais de la recherche – salle des professeurs aka Galerie des glaces, CC Flickr Sachitha Obeysekara

Palais de la recherche – Salle des Professeurs aka Galerie des glaces, CC Flickr Sachitha Obeysekara

C’est ensuite, dans un contexte bien moins agité, comme Vice-président du Conseil Scientifique qu’il acheva sa carrière. Cette période est celle de la mise en place de procédures, devenues aujourd’hui banales mais alors inexistantes, dans la gestion de la recherche et coïncide avec la construction de la Maison de la Recherche inaugurée quelques mois avant sa prise de fonction. C’est l’équipe, mise en place par le Président Romain Gaignard et sur laquelle Jean-Pierre Amalric s’appuya, qui contribua à cette structuration. À ce titre, les responsabilités exercées par Jean-Pierre Amalric sont indissociables des relais qu’il su mobiliser pour mener à bien cette politique : Annie Soulié à la gestion financière, Marie-Claude Mirguet à la gestion doctorale et Pierre Fraixanet pour la valorisation. C’est cette petite équipe qui, à la fin des années 1990, a fait passer progressivement le monde de la recherche toulousaine en SHS, hébergé dans ce que d’aucuns baptisèrent non sans une pointe de jalousie le « Palais de la Recherche », de l’éclatement entre équipes structurées autour de quelques personnalités – osons le mot, de « mandarins » – en véritables laboratoires comme nous les connaissons aujourd’hui.

L’Espagne : un objet de recherche trans-période

Les recherches menées par Jean-Pierre Amalric sur le monde hispanique s’inscrivent inévitablement dans le contexte historiographique qui a été le leur. Ses premiers pas de chercheur ont coïncidé avec l’âge d’or de l’histoire économique telle que l’Ecole des Annales pouvait la concevoir. C’est bien cette orientation qui a présidé à l’étude du cadastre de La Ensenada (1752) que Fernand Braudel venait de lui confier. Ce n’est pas là un document facile à appréhender et pas seulement parce que la masse de documentation qu’a générée sa mise en œuvre est impressionnante : c’est que, sous ce terme de cadastre, se cache en réalité beaucoup plus que ce que l’on a coutume d’entendre par là. Si certains de ces documents sont tout à fait semblables à nos matrices cadastrales, on y trouve aussi un recensement nominatif et une vaste enquête se composant de 40 questions permettant de reconstituer le système agraire et productif du royaume de Castille au milieu du XVIIIe siècle. C’est cette enquête, connue sous le nom de Respuestas generales, qui a constitué la matière de son travail doctoral. C’était là « un défi peu raisonnable » car les réponses aux 40 questions sont à multiplier par le nombre de communautés villageoises (1326) qui occupaient la zone de Vieille-Castille qu’il avait choisie d’étudier.

Le propos était « d’y chercher l’unique matière d’une archéologie de l’habitat, des paysages, des systèmes de production agricole ». Il s’agissait bien d’une étude de géographie historique, paléo-environnementale même, relevant du temps long alors qu’elle utilisait un document strictement daté. Une vision géographique accentuée in fine par le parti pris de la cartographie automatique, que permettaient la relative uniformité des réponses au questionnaire du Cadastre et les progrès de l’informatique. En somme, le retard pris dans la mise en œuvre des données recueillies à Simancas et dans la rédaction de la thèse a permis la naissance d’un travail original où la lecture des cartes thématiques autorise une vision générale, débarrassée du pointillisme inhérent à la dispersion des données.

mules

Capture d’écran, Gérard Oury, La folie des grandeurs, 1971.

C’est là l’apport principal d’une thèse qui donne à voir un monde rural qui disparaissait sous les yeux de l’historien qui avait pu le voir encore fonctionner, quasiment comme au XVIIIe siècle lors de son séjour de deux ans à Simancas : les tracteurs n’avaient pas encore remplacé les mules et la jachère biennale régnait pratiquement partout. Ce séjour lui permit également de connaître l’Espagne de l’intérieur, de s’en imprégner, tout en la voyant en historien : il en résulta un délicieux petit ouvrage intitulé sobrement Espagne, publié dans la célèbre collection « Petite Planète » et qui connut plusieurs éditions et quelques traductions.

Pris par ces nombreuses activités d’enseignement et de gestion de la recherche, sans oublier in fine la rédaction de sa thèse, J. P. Amalric ne put consacrer autant de temps qu’il l’aurait souhaité à des publications. L’heure de la retraite sonnée, il ne se retira pas sur l’Aventin, mais s’impliqua aussi bien au niveau local qu’à l’international : au plan local, avec la présidence des sociétés savantes de Midi-Pyrénées qu’il tira d’une certaine léthargie dans laquelle elles avaient sombré, par l’organisation régulière de colloques de qualité dont l’un portant sur la ville de Toulouse eut un grand retentissement Il réussit aussi à lier le local et l’international en revendiquant, au sein de sa ville de Montauban, la mémoire et l’action de l’ancien Président de la République espagnole, Manuel Azaña, qui y finit ses jours et y est enterré. Mobilisant les énergies, tant de ce côté des Pyrénées qu’en Espagne, il a réussi à créer une structure pérenne en vue d’organiser chaque année un colloque international qui réunit des historiens spécialistes de l’Espagne contemporaine et à en publier systématiquement les actes. L’engouement créé autour de ces manifestations a fait de Montauban un lieu de mémoire des républicains espagnols consacré il y a peu par la visite de José Luis Rodríguez Zapatero. En somme, cette activité autour d’Azaña lui permet de tisser un lien fort entre la ville de son enfance et ce qui a été et est toujours au centre de ses recherches historiques et une des passions de sa vie, l’Espagne.

  • Peuplement, paysage, production en Vieille-Castille au XVIIIe siècle, thèse d’Etat, Université Toulouse-Le Mirail, 1990, 2 volumes, Espagne, Paris : Le Seuil, 1976, 190 p.
  • « Dans les Espagnes au XVIIIe siècle : une agriculture bloquée ? » in Aux origines du retard économique de l’Espagne. XVIe-XIXe siècle, ouvrage collectif, Paris, CNRS, 1983, 7-57.

eviva-espana-proefmei

Téléchargez l’article

 

Crédits image à la Une : CC Flickr Elentir

Michel Bertrand et Francis Brumont

FRAMESPA (michel.bertrand@univ-tlse2.fr et francis.brumont@club-internet.fr)

More Posts

Michel Bertrand et Francis Brumont

FRAMESPA (michel.bertrand@univ-tlse2.fr et francis.brumont@club-internet.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Jean-Pierre Amalric (et non Almaric !!!) dit :

    La verve des compères-auteurs emporte tout sur son passage ! Mais est-ce bien raisonnable de laisser colporter ces racontars sur la Toile, au risque de les voir pris au sérieux par les jeunes générations ? … par exemple par tel ou tel de mes petits-enfants, à qui j’en interdis catégoriquement la lecture. He dicho !

    • Vincent Mespoulet dit :

      Quel plaisir de lire ce billet ! Il me replonge justement dans ces années 80 amicales et familiales. Il y avait alors une UV de licence où de conserve, en duo ou en trio, Jean-Pierre Amalric, Bartolomé Bennassar et Alain Ducellier déployaient toute leur verve et leur maestria pour nous faire explorer les villes méditerranéennes en transcendant largement les bornes chronologiques habituelles. Jean-Pierre Amalric me faisait alors l’effet d’un véritable picador. Nous nous amusiions beaucoup. On devait rendre un gros rapport sur nos propres explorations d’une ville méditerranéenne et j’avais hérité d’Alger au XVIème siècle. Cette UV double fut l’un de mes meilleurs souvenirs d’étudiant ! Ce serait bien d’avoir ainsi d’autres portraits de professeurs du Mirail. Je pense beaucoup à la regrettée Nicole Castan qui nous a quittés il y a quelques années, à Alain Ducellier qui a déclenché dès cette époque le désir de me plonger dans l’Adriatique et l’Albanie actuelle où je me rends souvent pour explorer d’autres périodes historiques.

  1. 01/09/2015

    […] Tétez, tétez et vous serez considéré ! : « Jean-Pierre Amalric, un historien olé olé ? » (Michel Bertrand et Francis Brumont) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *