Du monument aux morts au mémorial

candle-179298_640

CC Pixabay ResoneTIC

Quand elle renvoie à l’histoire et à la mémoire, la mort s’affiche volontiers : fin 2014, à Toulouse, pas moins de deux expositions temporaires concernaient les monuments aux morts. L’une montrait des photographies de monuments aux morts toulousains, l’autre s’intéressait à la thématique du pacifisme dans ceux de la Première Guerre mondiale. Réalisées tantôt par des artistes, tantôt par des entreprises funéraires, ces oeuvres ont retenu l’attention de publics diversifiés, notamment en raison de la place occupée par la Commémoration du Centenaire de la Grande guerre sur les scènes sociale, culturelle… et médiatique.

On relèvera cependant que les monuments récemment érigés en mémoire des morts à la guerre ne sont plus appelés « monuments aux morts », mais « mémoriaux ». On notera aussi que cette dénomination dépasse le cadre des conflits militaires, puisque le mémorial désigne désormais tout monument érigé en mémoire de décès collectifs, voire individuels, pour peu qu’ils aient été violents (accidents d’avion, tsunamis…). Que signifie ce changement terminologique ?

Par ailleurs, monuments aux morts et mémoriaux n’expriment pas seulement le cri et les souffrances de la perte d’êtres chers, disparus dans des conditions violentes. Ils sont également des révélateurs sociaux des transformations profondes que le vingtième siècle a connu en termes de représentations et de rapport à l’histoire, à la mémoire et à la mort (voir La guerre de 14 racontée aux touristes). En conséquence, ils en disent beaucoup sur nous.

view

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le monument aux morts comme représentation de la mort collective

Les représentations monumentales de la mort collective ont beaucoup évolué à travers l’histoire. Le monument aux morts, tel qu’il se développe de la fin du XIXe jusqu’au XXe siècle, est un phénomène moderne dont on perçoit les premiers signes chez les Prussiens au Siècle des Lumières. Mais c’est à l’occasion de la Guerre de 1870 (contre les Prussiens) que s’entérine en France le mouvement d’érection de monuments pour commémorer les morts au combat, même si les initiatives à cette période sont essentiellement familiales et locales. Selon Antoine Prost, ce processus se massifie et s’automatise avec la Première Guerre mondiale à l’issue de laquelle presque chaque commune française se dote d’un monument aux morts en souvenir de ses habitants devenus des soldats décédés à la guerre. Ces représentations très particulières de cette guerre participent à la constitution des paysages mémoriels, tels que nous les connaissons aujourd’hui, en complément des traces physiques laissées par elle (ruines, champs de bataille, etc.), des ossuaires et des cimetières.

CC Shade Ows : A la Mémoire de ...

CC Shade Ows : A la Mémoire de …

 

Pour la Seconde Guerre mondiale, puis pour les conflits d’Indochine et d’Afrique du Nord, ce mode de commémoration est employé de manière systématique. Mais à la différence de la Grande Guerre, une plaque, portant les noms des nouveaux disparus, est souvent apposée sur le monument aux morts érigé pour la guerre précédente. Dès lors, les monuments aux morts ne sont plus nécessairement l’apanage d’une seule guerre.

Mieux encore, Serge Barcellini et Annette Wieviorka montrent l’aspect plus multiforme et complexe de la Seconde Guerre mondiale dans ses représentations monumentales. En effet, ses monuments commémoratifs sont souvent dédiés à des groupes distincts : Polonais, Juifs, Résistants, Communistes ou bien encore Déportés. Cette tendance à distinguer les acteurs selon des identités autres que celle de « soldats » ou de « combattants » est en fait une étape importante de la modification des paysages mémoriels.

  • Barcellini S., Wieviorka A., 1995, Passant, souviens-toi ! Les Lieux du souvenir de la Seconde Guerre mondiale en France, Paris : Plon.

 

Monument aux morts de Warchin, crédits Jacques de Ceuninck

Monument aux morts de Warchin, tous droits réservés Jacques de Ceuninck

Les monuments érigés après 1945 sont souvent construits dans les communes où ont eu lieu des affrontements, dans les maquis où des Résistants étaient implantés et dans des villes et villages où des sévices ont été infligés à la population (Oradour-sur-Glane, Tulle, Velmanya, etc.). Ces monuments sont fréquemment isolés : au bord d’une route, voire à l’entrée d’un chemin rural, aux abords d’un champ ou sur les lieux mêmes du déroulement d’exécutions sommaires ou d’affrontements entre l’armée allemande et des résistants. À partir de la Seconde Guerre Mondiale, le monument aux morts ne se trouve donc plus assigné dans l’espace géographique étudié par Antoine Prost (la mairie, le cimetière, l’église, etc.). Sa situation spatiale est davantage travaillée par un éclatement de sa présence sur l’ensemble du territoire.

Le mémorial, traduction sociale de préoccupations contemporaines

L’utilisation de l’expression « monument aux morts » pour de nouvelles érections n’est plus désormais d’actualité. Selon les cas, la forme monumentale est souvent appelée « stèle », ou mieux encore « mémorial ». Davantage qu’une euphémisation nominale, ce dernier terme utilisé à la fois pour des musées d’histoire des guerres et des monuments commémoratifs, procède d’une complexification des significations et des formes. Il élargit la fonction mémorielle du monument aux morts. S. Chaumier attribue les modifications contemporaines de dénomination des musées à des stratégies de différenciation et de distinction qui reposent sur de petits changements comme le nom de l’institution, la création d’un nouveau logo,etc. L’usage récurrent de titre, qui individualise le musée ou le monument, témoigne de la montée en puissance des stratégies de communication. Ces politiques d’images orientent le positionnement des musées et des monuments.

 

CC Wikimedia Commons Christophe.Finot

CC Wikimedia Commons Christophe.Finot

Alors qu’auparavant les monuments aux morts traduisaient principalement la lecture politique et sociale souhaitée par une commune, les mises en forme contemporaines sont symbolisées par des causes et des représentations plus diversifiées. Ces changements terminologiques s’accompagnent donc de modifications formelles. Les monuments deviennent plus « abstraits » et symboliques, par exemple le Mémorial de la Déportation de Saint-Denis est composé de rails de chemin de fer clos à leur extrémité par deux plaques de verre gravées avec les noms des déportés associés aux camps de concentration. Le mémorial n’est ainsi plus nécessairement associé à l’édification d’un monument en pierre. Les mises en forme évoluent et le monumental contemporain n’est plus le monumental d’autrefois. Ici, les rails utilisés pour les déportations massives peuvent avoir valeur de symbole de la guerre. Cette transformation progressive de la forme commémorative marque aussi un changement des modes narratifs. Les deux rails peuvent signifier la guerre autour d’une mise en scène commémorative qui témoigne des transformations engagées avec les anciens modes de représentations.

Les stopersteine : une dé-monumentalisation du passé

sefzzefzEn 1993, l’artiste Gunter Demnig conçoit un projet commémoratif dont l’objectif central est de poser une plaque devant chaque lieu d’habitation de victimes du national-socialisme. La première installation se déroule en 1997 sans autorisation légale dans le Kreuzberg, un quartier de Berlin. Depuis lors des centaines de stolpersteine ont été posés dans toute l’Allemagne et le projet a même pris une dimension européenne.

Les pavés recouverts d’une plaque de laiton et gravés sont de dimension variable. Certains peuvent être plus allongés lorsque l’emplacement concerné témoigne de la déportation et de l’extermination d’un grand nombre de personnes : dans ce cas, c’est leur nombre et non leur nom qui est gravé. Mais majoritairement ils revêtent la forme d’un cube de 10cm. Ils comportent les informations suivantes par ordre de gravure : « Ici habitait », suivi du prénom, du nom, puis des successivement des dates de naissance, de déportation et de décès, et enfin du camp de concentration ou d’extermination lorsque les informations sont connues.

On est passé d’une iconographie institutionnelle et traditionnelle – monuments en pierre surmontés d’une croix ou de combattants l’arme à la main -, à des représentations qui reprennent ce qui a directement touché les victimes. Dorénavant les éléments d’un espace vécu sont mis en scène, de sorte que les représentations traduisent un monde plus ordinaire et quotidien auquel le visiteur contemporain peut s’associer. Ce qui est à l’œuvre dans cette mise en image, c’est une identification, une projection du visiteur vers les morts dus aux guerres. Ces formes traduisent non seulement l’enjeu d’un changement de discours, mais également de représentations. Pour autant, ces représentations, monuments aux morts ou mémoriaux, ont une valeur commune pour l’ensemble des morts dus aux guerres, la représentation fait signe des morts.

Crédit image bandeau : CC, Poo.243, Ossuaire de Douaumont.


Dominique Trouche

LERASS (dominique.trouche@iut-tlse3.fr)

More Posts - Website

Dominique Trouche

LERASS (dominique.trouche@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. verron dit :

    Merci pour cet article particulièrement intéressant.
    J’ai collationné quelques photos sur ce sujet et aimerai soit les poser sur un blog pour 2017 soit les remettre à des personnes intéressées par ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *