Mémoire ouvrière et relations sociales

tumblr_nvzhh71H5t1qgohmuo1_500« L’usine, il faut qu’elle fume » affirme sur un ton péremptoire l’un des retraités que nous avons interrogé en 2009 pour comprendre cinquante années d’existence d’une industrie dans les Pyrénées.

2009 est en effet une date importante pour « La Cellulose », cette entreprise de fabrication de pâte à papier – fleuron de l’industrie locale – implantée depuis 1959 sur le territoire de la commune de Saint-Gaudens, Sous-préfecture du département de la Haute-Garonne. En effet, elle doit alors faire face à une période troublée par les effets de la crise économique avec un effondrement des prix de la pâte à papier sur le marché mondial et une assez longue et inquiétante période de chômage technique.

Notre recherche sociologique qui s’est engagée dans ce contexte troublé s’est intéressée à la mémoire ouvrière, aux événements, aux relations sociales et aux crises. Elle a été effectuée à partir d’entretiens avec une trentaine de retraités et d’une exploration méthodique des archives de l’usine.

CC Pixabay FreeCliparts

CC Pixabay FreeCliparts

Des relations sociales ancrées dans le territoire et le travail

CC Deviant Art tempus-fugit

CC Deviant Art tempus-fugit

Les relations sociales de l’entreprise dépassent le schéma classique du dialogue social (employeurs, organisations syndicales). Elles sont basées sur des références communes qui résultent de l’ancrage dans le territoire saint-gaudinois et de son rapport à la ruralité, de la proximité que les salariés entretiennent avec le monde de l’industrie, le maniement difficile des produits, le savoir-faire et la dureté des conditions de travail. Ces références communes se sont aussi élaborées autour de la solidarité ouvrière et de la nécessité d’assurer le maintien du site face à un environnement économique et social qui n’a pas toujours très favorable.

La mémoire des retraités relate des événements douloureux qui ont permis l’expression de ces solidarités : dans la vie professionnelle quotidienne, face aux accidents de travail, parfois mortels, et consécutivement aux menaces de licenciement. La mémoire s’attache enfin aux personnes qui ont compté pour l’entreprise, qu’elles aient appartenu à la Direction, à des organisations syndicales et ou aux mouvements de contestation. Cette existence de valeurs communes n’exclue pas le conflit, à l’initiative des organisations syndicales ou avec les riverains sur les questions d’environnement car l’activité peut provoquer des pollutions.

Une usine secouée par les crises

Tous droits réservés Archives tregor

Affiche mai 68

En mai 1968, dans les Pyrénées, la grève générale nationale semble au premier abord davantage subie que promue par les salariés de l’usine. Néanmoins, la rupture sociale est bien réelle. Elle est vécue sur un mode festif, la grève créant un espace de liberté. La crise de 1968 est avant tout une autre manière de vivre le lieu de travail. Les traces de ce mouvement se propagent jusque dans les enceintes de l’usine, ne serait-ce qu’en raison de sa dépendance vis-à-vis du monde extérieur. L’usine devient aussi un lieu de rencontre de diverses populations locales. Des  personnes curieuses ou des écoliers viennent régulièrement échanger avec les ouvriers. Ainsi, par exemple, dans l’après midi du 22 mai, des élèves du Lycée d’État mixte de Saint-Gaudens rendent visite aux grévistes de La Cellulose. La reprise d’activité s’est faite, comme ailleurs, au début du mois de juin 1968 sans événement notable.

Si ces crises deviennent ensuite plus nombreuses et régulières, l’une d’elles marque plus particulièrement les esprits, celle de 1980-1982. Pas un seul des retraités interrogés n’omet d’en faire mention et tous la qualifient comme « la crise de l’histoire de l’usine ». En 1980, en raison d’une forte augmentation du prix du bois et de l’énergie, ainsi que d’une crise mondiale du marché de la pâte à papier, la situation financière de l’usine s’aggrave et nécessite la mise en place d’un plan de redressement dans le cadre de négociations avec les pouvoirs publics. Après un dépôt de bilan fin 1980, l’usine est reprise en janvier 1981 par un autre groupe industriel. L’annonce de près de 170 licenciements et du gel des investissements provoque un mouvement de grève avec blocage de l’usine, séquestration temporaire des représentants de la direction, et un blocage des voies des chemins de fer. La crise ne prend fin qu’avec la réembauche d’un nombre important de salariés et, au printemps 1982, par la réaffectation de nouveaux financements à l’usine.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Ensuite, au cours de la période 1992-1997, on note que l’usine traverse à nouveau des difficultés économiques. À deux reprises (1992 et 1997) des licenciements collectifs pour raison économique sont décidés dans le cadre de plans sociaux pour les salariés âgés de plus de 56 ans à quelques exceptions près. Bien que les retraités portent le souvenir de ces moments difficiles, il ne semble pas y avoir d’opposition importante de la part des personnels à ces plans sociaux dans la mesure où les représentants du personnel obtiennent qu’il n’y ait pas de « licenciement sec ».

L’évolution de l’attachement à l’entreprise

Il est révélateur qu’au lieu de diviser durablement le collectif de travail ou d’entraver le dialogue social, ces crises sont au contraire vécues comme des moments d’une intense solidarité qui cherche à s’affirmer dans la difficulté : maintenir l’usine, faire réembaucher les collègues, s’assurer de nouveaux investissements. Durant ces cinquante années d’existence les retraités notent néanmoins un affaiblissement de l’attachement à l’usine. La première raison concerne l’évolution négative des effectifs, de plus de 600  à 260 aujourd’hui. Si elle a perfectionné et sécurisé le processus de production, l’automatisation a en même temps limité la dimension collective de la vie en entreprise. La convivialité semble être plus difficile à mettre en œuvre lorsque seuls quelques individus se côtoient quotidiennement autour des tâches prévues.

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux

La deuxième raison concerne la réduction des activités extra-professionnelles qui s’étaient organisées autour des activités sportives et de loisirs et qui ont constitué des moments de partage importants dans la vie de l’entreprise. Les infrastructures sportives, les clubs, le partage des repas dans l’usine, ainsi que les moments de fête sont plus rares aujourd’hui.

La troisième raison, qui renvoie à un phénomène largement constaté et analysé sur le plan national, porte sur la diminution de la propension à s’engager dans une activité collective ou syndicale. Or cet engagement avait largement contribué à faire émerger des leaders charismatiques, appréciés ou désavoués par les salariés, mais qui animaient la vie de l’entreprise, participaient à la transmission de la mémoire des situations.

Les vieux fourneaux, t.1, tous droits réservés Wilfrid Lupano et Paul Cauuet

Les vieux fourneaux, t.1, tous droits réservés

Enfin les retraités évoquent de façon récurrente la diversification des emplois et la montée en puissance des recrutements de diplômés. Au cours des années 1980, ils observent un accompagnement à l’individualisation plus qu’un renouvellement des pratiques collectives : politiques de rémunération, non renouvellement de certains emplois, mise en question d’équipes anciennes.

Cela étant, malgré cette histoire agitée, l’usine est toujours là. Malgré toutes les péripéties évoquées supra, les personnes qui portent l’activité industrielle ont toujours réussi à la faire redémarrer, même en cas d’arrêt temporaire. C’est une preuve par les faits : la vitalité se démontre par la pérennité même de ce site sur un territoire local, le Comminges, qui n’est connu pour ses implantations industrielles.

Les retraités le savent, même si les choses ont changé : il y a toujours eu des hauts et des bas, des cycles favorables ou défavorables à l’activité de la production de la pâte à papier.

 

Téléchargez l’article

 

Crédit image à la Une : CC Pixabay

Jens Thoemmes

CERTOP (thoemmes@univ-tlse2.fr)

More Posts

Jens Thoemmes

CERTOP (thoemmes@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20/10/2015

    […]   […]

  2. 24/09/2017

    […] Sociaux C’est aussi une période particulière pour l’Université. CC Flickr MCAD Library. Mémoire ouvrière et relations sociales – Mondes Sociaux. « L’usine, il faut qu’elle fume » affirme sur un ton péremptoire l’un des retraités que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *