Le frisson et le baume

8354127808_582875eec7_h

CC AV Dezign

Cette thèse croise histoire des femmes et histoire du genre pour revisiter le phénomène de médicalisation de la société d’Ancien Régime. En adoptant un point de vue largement occulté, celui des femmes, malades ou bien-portantes, elle pose un nouveau regard sur l’histoire de la médecine et du corps au siècle des Lumières.

À partir d’un corpus constitué pour l’essentiel d’écrits du for privé (correspondances, journaux intimes, mémoires, livres de raison…) et de consultations épistolaires (lettres envoyées par les malades à un soignant), cette recherche retrace les apprentissages du corps au féminin, les représentations corporelles des non-soignants, les enjeux de pouvoir de la relation thérapeutique ainsi que les pratiques de santé féminines.

Le recours aux écrits féminins et le parti pris de privilégier des discours « de » femmes et non « sur » les femmes limitent l’analyse aux membres de la haute bourgeoise et de la noblesse. Celles-ci ont cependant le mérite, en tant que lectrices des traités médicaux et familières des soins des thérapeutes officiels, de permettre d’interroger la réception des préceptes médicaux parmi les élites socio-culturelles des Lumières. Ce corpus de sources permet en outre de mesurer l’agency de ces femmes, soit leur capacité à modeler leur existence et leur environnement face à des problématiques leur laissant a priori peu de marges d’action : dynamique de construction des savoirs, réinterprétation des discours scientifiques, enjeux et limites de la maîtrise de soi et du corps…

  • Hanafi, N., 2012, Le frisson et le baume. Souffrantes et soignantes au siècle des Lumières (France, Suisse), Thèse d’histoire, Université Toulouse II – Le Mirail (Framespa) et Université de Lausanne (Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique).

Les apprentissages du corps : la construction des savoirs féminins

CC Gerard Dou - La Femme hydropique

CC Gerard Dou – La Femme hydropique

Dans le contexte d’une exclusion des femmes des cénacles savants, comme des professions médicales supérieures, cette recherche révèle les manières d’apprendre au féminin. Celles-ci sont marquées par une surexploitation des chemins ordinaires que sont l’observation, l’épistolarité et l’oralité et le recours immodéré à la « curiosité » mondaine les autorisant à apprendre dans les salons, les cabinets de curiosités ou les théâtres d’anatomie.Les femmes sont aussi les rédactrices et les lectrices des recueils de recettes médicinales domestiques constituant une véritable histoire pathologique familiale, au cœur des méthodes de soins profanes. En outre, elles s’adonnent à des lectures savantes en s’affranchissant souvent des livres et journaux suggérés, témoignant de pratiques autonomes d’apprentissage conformes à leurs attentes individuelles.

Le corps représenté : entre mondanité et féminité

833px-Metsu,_Gabriel_-_Sick_Child,_the

CC Wikimedia Metsu, Gabriel – Sick Child

Les corporéités décrites par les femmes aisées traduisent à la fois l’origine de leurs savoirs et une hexis (manière d’être et de se représenter le corps) relative aux rapports de genre et à leur milieu social. Leurs écrits délivrent une vision singulière des corps féminins et masculins et donc de la différenciation sexuelle. Elles partagent avec les hommes de leur entourage un corps raffiné, marqué par la culture mondaine et un désir de distinction sociale, tandis qu’un corps plus spécifiquement féminin se distingue par ses « faiblesses constitutives ». Le « tempérament » des femmes, leur « imagination », les maux de la matrice et du sein, et surtout l’importance de la physiologie sanguine, c’est-à-dire des menstruations, génèrent un discours profane de la différence sexuelle. Celui-ci se rapproche des conceptions médicales, mais se singularise également par des phénomènes d’adaptation ou de détournement des théories savantes.

Un corps à soi ?

Le soin de soi pose la question de la légitimité des femmes à se porter secours, par l’automédication, bien sûr, et en sollicitant des thérapeutes. L’étude des jeux de maîtrises et de dépossessions du corps suscités par la maladie, mais aussi par la grossesse, démontre le poids prépondérant de la parenté dans la gestion de la santé féminine. Les choix des souffrantes révèlent également leur implication dans la médicalisation, influençant, en tant que consommatrices de soins, l’offre thérapeutique. Les relations qu’elles entretiennent avec les soignants, comparées à celles des hommes, laissent entrevoir des spécificités genrées, liées à la notion de pudeur notamment.

Prendre soin : figures maternelles et féminines

illusSeb

Détail d’une saignée, 17e siècle

La déclinaison des diverses figures des soins – mère, épouse, amie tout comme maîtresse de maison et dame charitable – dévoile l’étendue de la légitimité des femmes à s’emparer des corps pour les soigner. Ainsi leur autorité médicale est-elle intimement liée, au-delà de la reconnaissance de leurs savoirs, au statut social dont elles peuvent se prévaloir. Enfin, exhortées par les médecins à mieux veiller sur leurs enfants et à jouer le rôle d’intermédiaires culturelles (pour la promotion de l’allaitement maternel et de l’inoculation notamment), les femmes aisées exposent différentes raisons de suivre leurs recommandations, de les adapter ou bien de s’y opposer fermement, en somme, d’être ou non des auxiliaires de la médicalisation.

Pour plus d’informations sur l »histoire de la médecine, cf. le site de la revue Histoire, médecine et santé, publiée par les éditions Méridiennes (Framespa, UTM).

Si l’actualité de la recherche sur le corps et la médecine vous intéresse, RDV sur le carnet Hypotheses.org : Corps et Médecine. Recherches en sciences humaine et sociales.

Crédit image en bandeau :  CC Galaga Gal

 


Nahema Hanafi

Framespa (nahema.hanafi@gmail.com)

More Posts - Website

Nahema Hanafi

Framespa (nahema.hanafi@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *