Quand passent les étrangers…

CC Wikimedia

CC Wikimedia

Les migrations internationales sont désormais présentées comme un « sujet majeur de préoccupation » des Etats, des regroupements d’Etats – l’Union européenne, par exemple –, des forces politiques de chaque pays, voire de ce qu’il est convenu d’appeler les « opinions publiques nationales ». Face à la cacophonie, au choc, quand ce n’est pas au scandale des discours, il est nécessaire, du moins quand on veut comprendre ces phénomènes migratoires, de se reporter aux travaux de recherche de ceux qui les étudient depuis longtemps. Incontestablement, le sociologue Alain Tarrius fait partie de ces spécialistes qui ont longuement centré leurs investigations sinon sur les migrations internationales (quoique…), du moins sur certaines d’entre elles.

Dans Etrangers de passage, il livre une synthèse des travaux qu’il a consacrés à ceux qu’il a d’abord nommés les « migrants nomades», puis à partir de 2001 et après avoir décrit les formes d’une mondialisation entre pauvres, poor to poor ou encore « par le bas », qu’il appelle les « transmigrants ». C’est d’ailleurs au cours de ces recherches qu’il a observé et analysé la construction de « territoires circulatoires transeuropéens » à partir d’initiatives de collectifs de migrants originaires de nations euro-périphériques (Turquie, Maroc, pays des Balkans…). Ces circulations fonctionnent, surtout à partir des années 1990, sur un mode réseautique.

 

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Et les territoires circulatoires nord-méditerranéens ?

Alain Tarrius met plus particulièrement en perspective ses travaux sur les territoires circulatoires nord-méditerranéens : « la route des Sultans » de la Mer Noire à la Mer Adriatique, « la route en pointillés » de quartiers de relégation en ghettos urbains dans les villes italiennes, françaises et espagnoles. Il prend à témoin les populations transmigrantes Baloutches, Iraniennes et Afghanes, vivant du commerce des produits électroniques d’entrée de gamme « free tax, passed by Dubaï » issus des grandes firmes du Sud Est Asiatique, et circulant en tournées de six mois « de chez eux à chez eux » par la voie méditerranéenne. Nombreux – ils seraient plusieurs centaines de milliers – et invisibles car se déplaçant avec des visas touristiques parmi des millions de voyageurs, ces étrangers de passage échappent à tout cadrage statistique. Ils n’en transforment pas moins les contours de villes telles que Trabzon, port turc emblématique de la Mer Noire, Sofia, Tarente et Alicante.

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Pour décrire le rôle des transmigrants sur les réagencements de ces villes, mais aussi pour traiter des nouveaux métissages et cosmopolitismes liés aux échanges marchands indifférenciés, l’auteur reprend et retravaille – notamment pour intégrer la dimension internationale des réseaux – la notion de « moral area » (espace de mœurs) construite par le sociologue nord-américain Robert Ezra Park : « les pauvres, dès lors que l’opportunité leur est donnée de se reconnaître comme collectif d’usagers dans la ville, entrent sans réticence dans la complexité des rapports d’altérité et exposent leur cosmopolitisme, de circulation et de voisinage urbain ».

  • « La notion de ‘moral area’, ou ‘zone de mœurs’, est utilisée par l’ensemble des sociologues de l’Ecole de Chicago pour décrire l’attraction et le brassage, souvent nocturne et dérogatoire de ‘l’ordre urbain’, de populations variées autour d’activités mêlant plaisirs et intérêts. Les ‘moral areas’ jouent un rôle essentiel, bien que non reconnu, masqué, dans les transformations urbaines. » Alain Tarrius, in Fragments sur les temps présents.  Cette notion est utile pour analyser les échanges souterrains et officiels, cachés et affichés.

 

Enfin, il propose deux autres notions-clés pour aborder les migrations « sur le terrain ». D’abord le « paradigme de la mobilité », notion d’usage méthodologique qui lui permet d’identifier les rapports sociaux originaux, interindividuels et collectifs, institués par les migrants de passage comme autant d’interactions entre eux et avec les habitants sédentaires. Ensuite les « territoires circulatoires », déjà évoqués, notion souple et évolutive, à même de rendre compte des continuités sociales et territoriales créées par ces populations à travers les pays.

CC Wikimedia Commons, détail Parc Ornithologique du Teich

CC Wikimedia Commons, détail Parc Ornithologique du Teich

Des enjeux financiers aux enjeux sociétaux

Deux préalables issus des travaux antérieurs du chercheur sont rappelés pour renforcer les cadrages contextuels. D’une part, les importants enjeux financiers : des milliards de dollars provenant de ces commerces souterrains, fruits des connivences méconnues entre acteurs majeurs des économies criminelles de la drogue et des économies officielles, les grandes firmes du Sud Est Asiatique pour ne pas les nommer. Ainsi, la filière souterraine des produits électroniques à partir des importations émiraties passant par la Mer Noire, l’Adriatique et la Méditerranée écoule à elle seule environ six milliards de dollars. Ceux-ci sont avancés aux transmigrants Moyen-orientaux par les milieux criminels russo-italiens des trafics de l’héroïne et des femmes. Les stratégies de la mondialisation poor to poor déployées par les grands opérateurs de l’électronique du Sud-Est Asiatique impliquant des transmigrants qui se chargent des marchandises passant par les Emirats, ne s’adressent qu’a des populations clientes pauvres et ne concurrencent donc pas les circuits officiels de distribution.

CC Flickr Claire André

CC Flickr Claire André

D’autre part, le chercheur refuse de se cantonner aux populations de pays pauvres extérieurs à l’Espace Schengen car l’économie entre pauvres n’est pas un attribut exclusif des pays sous-développés. Il suit de ville en ville, de pays en pays, de continent en continent, les parcours de ces hordes de saute-frontières. Il s’attarde aussi sur des villes européennes pour comprendre comment deux séries de phénomènes sociétalement structurants se déploient. Il évoque en premier lieu les « peuples sans nation » construits par les circulations internationales, dont les membres sont pourtant issus de nations bien identifiés. Il cite le cas des Turcs et Marocains, dispersés à travers l’Europe depuis plusieurs décennies. Par exemple, il n’est pas rare qu’une branche familiale de Marocains installée en Espagne entretienne des relations étroites avec d’autres branches résidant en France, en Italie, en Allemagne et en Belgique ; des mobilités incessantes se développent comme recours en cas de chômage, de problème de santé, etc. Alors, les frontières ne sont plus celles des Etats, mais celles de l’entité sociale marocaine…

En second lieu il souligne que la mobilité internationale des transmigrants opère comme une « ressource de sortie par le bas » pour des jeunes issus des enclaves urbaines – les fameux « quartiers » – des villes européennes. Le constat du passage du classique paradigme immigration/intégration à celui transmigration/mondialisation correspond, au fond, à un changement de focale marxiste : « Au revoir le Marx du moteur unique de la migration comme mobilisation internationale de la force de travail. Bonjour la remarquable intuition de Marx sur le fétichisme de la marchandise en situation de globalisation libérale ». Si la mobilité internationale et les assignations sédentaires des immigrants ont produit les ghettos urbains, le fétichisme de la marchandise transforme certains migrants en entrepreneurs mobiles au service des économies marchandes ultralibérales. Paradoxalement, les nouvelles formes d’exploitation qu’ils subissent sont vécues comme une libération d’initiatives. De façon significative, la plupart des transmigrants déclarent ne jamais quitter leur « chez soi », un chez soi qu’ils enrichissent tournée après tournée. Les multiples étapes sur les vastes territoires des circulations internationales deviennent socialement proches et sont organisées en voisinages, ce qui redéfinit les notions d’« origine » et de « destination ».

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Ne nous le cachons pas, cet ouvrage fécond est difficile à lire, en particulier pour les non-initiés. Les difficultés de lecture tiennent entre autres à la déclinaison constante des approches compréhensives développées par Alain Tarrius : ainsi, par exemple, la redéfinition des notions-clés lors de ses incessants aller-retour entre terrains et concepts peut dérouter le lecteur qui n’est pas habitué à cette gymnastique en phase avec les recommandations de Weber, Simmel, Park, Goffman, Barel, Lourau, Hanertz, que l’auteur cite fréquemment. On relèvera aussi que cet objet d’étude nécessite pour le chercheur d’enquêter en mobilité, sur les lieux et les routes des migrations, ce qui s’avère singulièrement contraignant… En revanche, il permet de décrire et d’analyser « au plus près » les rapports sociaux originaux produits dans les temporalités singulières des territoires circulatoires. Enfin, le choix de s’attarder sur situations révélatrices inspiré des derniers travaux d’Erving Goffman offre au lecteur des scènes pertinentes et bien enracinées dans la réalité des interactions… et de nouvelles occasions pour renouveler l’intérêt de la lecture.

Crédit bandeau à la Une :  CC Flickr PROyapaphotos
Téléchargez l’article

Fatima Qacha

LISST-CERS (qacha@univ-tlse2.fr)

More Posts

Fatima Qacha

LISST-CERS (qacha@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/07/2016

    […] à un livre précédent dont Mondes Sociaux a rendu compte, il ne s’agit plus de synthèses ou d’actualisations de recherches menées depuis trois […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *