Les origines lointaines de la crise grecque

Caricature du film Zorba le Grec, Copyright Burki

Caricature du film Zorba le Grec, Copyright Burki

Cet été, un troisième plan d’aide a été élaboré pour financer la dette grecque, énième épisode d’une histoire à rebondissements, ponctuée de débats tendus et de déclarations contradictoires. La Grèce, présentée comme « un État clientéliste, bureaucratique, corrompu », s’est ainsi vu imposer un ensemble de réformes « drastiques et rapides » en échange d’une aide financière.

Déjà, en 2010, un député allemand avait proposé que le pays mette en gage quelques îles. Désormais, la Troïka (le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et la Commission européenne), qui impose la vente d’îles et autres biens publics, intervient directement dans le processus démocratique grec, « d’où la critique récurrente de mise sous tutelle de la Grèce », souligne sur France Info la journaliste Marie Viennot. Un responsable du parti espagnol Podemos va plus loin en affirmant que « ce que l’on cherche en Grèce, c’est à faire un coup d’État financier, transformer [le pays] en protectorat ».

Que ces critiques soient fondées ou pas, il est curieux de constater qu’elles ne font que reprendre un discours ancien. En effet, en 1824, avant même que l’existence de la Grèce soit reconnue, sa situation financière était déjà à l’origine de supputations douteuses et les îles de ce pays l’objet de convoitises. De plus, dès les années 1830, l’État grec devait faire face aux ingérences d’une autre troïka alors composée de la France, de l’Angleterre et de la Russie. Quelle est donc la situation de la Grèce à ses débuts ?

  • « Les Grecs […] ressemblent à ces orphelins qui sont placés sous la tutelle rude et avare d’un étranger. Aucune de leurs faiblesses n’est pardonnée. Au contraire, chacune d’elles est exagérée et passe pour crime irrémissible ». Edgar Quinet, La Grèce moderne, 1856.

 

Autorisation de reproduction de Dominique Chapatte

Copyright Dominique Chapatte. Reproduction autorisée.

1821-1830 : des dettes comme cadeau de naissance…

En 1821, les Grecs se soulèvent pour mettre fin à la domination turque, mais ils épuisent rapidement leurs faibles ressources. Un temps, l’Ordre de Malte songe à acquérir Rhodes en échange d’une aide financière. Les Grecs se tournent finalement vers les places boursières européennes pour lever un emprunt afin de pouvoir continuer leur effort de guerre. En 1824, ils parviennent à trouver un accord avec des banquiers anglais. Les conditions de cet emprunt sont désastreuses. Une fois les commissions prélevées et le premier remboursement déduit, sur les 800.000 £ empruntées, les Grecs perçoivent moins de 350.000 £. De telles conditions suscitent l’indignation de l’opinion publique britannique. Plus tard, c’est ce qui fera dire à Edgar Quinet à propos du nouvel État et de l’Angleterre : « à peine né, elle le rançonnait déjà, elle l’emprisonnait pour dettes ».

Néanmoins, les conséquences de ce premier emprunt sont ambigües. D’un côté, des voix s’élèvent pour le dénoncer, notamment celles des consuls de France en Grèce qui craignent qu’en cas de non-remboursement les Anglais ne s’emparent de territoires grecs « comme gage des sommes qu’ils leur ont prêtées ». D’autres considèrent que cet emprunt donnerait aux Grecs un moyen de pression pour contraindre le gouvernement anglais à venir les aider « pour ne pas perdre ce qu’il a donné ».

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Comme le souligne malicieusement l’agent français à Syros : « le failli tient le créancier par la barbe », d’où la conclusion du consul général de France à Smyrne : « plus la Grèce aura de créanciers, […] plus elle aura de gens intéressés à son existence politique ». En attendant, les sommes débloquées permettent aux Grecs de repousser une nouvelle armée turque.

De fait, même si d’autres facteurs priment, la politique anglaise ne tarde pas à évoluer. L’Angleterre et la Russie, rejointes par la France, se rapprochent rapidement des Grecs et finissent par intervenir militairement pour imposer au Sultan ottoman la création d’une Grèce indépendante.

Les trois puissances s’autoproclament alors les « puissances protectrices » du nouvel État et lui imposent un roi allemand : Othon Ier de Bavière.

La Grèce sous tutelle

Lorsqu’Othon débarque en Grèce au début de l’année 1833, il trouve un pays exsangue, miné par la guerre civile. Tout est à reconstruire. Les puissances protectrices concèdent alors à la Grèce une série d’emprunts pour lui permettre de relever le pays, d’installer la monarchie bavaroise et d’imposer aux Grecs une occidentalisation coûteuse. Dès ses débuts, cet endettement se révèle malsain. Premièrement, il est garanti par les terres nationales, la seule richesse du pays, qui se retrouvent ainsi hypothéquées et dont l’État grec ne peut plus disposer sans l’autorisation de ses créanciers.

CC OpenIcons pour Pixabay

CC OpenIcons pour Pixabay

Deuxièmement, comme aujourd’hui, cet emprunt est réparti en tranches qui sont progressivement débloquées et données à la Grèce. Seulement, chaque puissance n’accepte de libérer une nouvelle tranche qu’en échange de contreparties qui servent ses intérêts. Ainsi, la société grecque se divise en trois parties dont l’influence croît et décroît en fonction de l’argent prêté par les puissances qui soutiennent chacune un parti. Les Anglais tentent également, en vain, de créer une banque nationale grecque dont ils auraient le contrôle. Pour le consul de France à Patras, il s’agirait alors d’« un vaste filet jeté sur l’avenir de la Grèce ». Finalement, ce seront les Français qui constitueront cette banque « nationale ».

Troisièmement, l’argent prêté est dilapidé pour construire un palais monolithique au nouveau souverain – l’actuel Parlement grec –, mais aussi pour payer une armée bavaroise chargée de ramener le calme dans le pays. Ainsi, dans les décennies qui suivent, l’État grec perpétuellement à court de liquidités s’endette toujours davantage. L’argent prêté par les puissances ne l’est qu’à des fins politiques et sert de levier d’ingérence pour faire tomber les gouvernements au gré des intérêts. Bien évidemment, la Grèce propose des garanties pour ces nouveaux emprunts ; mais, comme le souligne le directeur de la Division politique du ministère des Affaires étrangères en 1836, ces garanties sont fausses et ne servent qu’à apaiser les chambres. Lorsque celles-ci se révèlent trop râleuses, il faut alors passer par une conférence avec la Russie et l’Angleterre. « En attendant, le malade peut crever », constate Desages. Dès 1834, le consul de France à Syra ne se fait aucune illusion sur l’avenir de ces emprunts. « L’état présent de la Grèce est tout à fait artificiel et ce que le pays peut offrir de prospérité doit s’évanouir quand les embarras financiers viendront ». Il en est persuadé, les emprunts « deviendront de véritables dons, car leur remboursement sera impossible ».

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La Grèce sous le feu des opinions publiques européennes

Pendant ce temps, à partir de 1830, les opinions publiques d’Europe jugent la Grèce avec toujours plus de sévérité. Le consul de France à Patras s’agace contre « la vanité et la jalousie » des Grecs. Prenant de haut « l’enfant gâté », il constate qu’« il marche à peine et il veut que les vieux États de l’Europe qui le regardent encore au microscope, se mettent à ses allures ». En 1836, des rumeurs font état de la décrépitude du pays. Le secrétaire de la Légation de France à Athènes croit savoir qu’il s’agit de manipulations bancaires pour faire chuter le cours des anciens emprunts grecs. Comme le souligne le ministre de France en Grèce en 1837 : « la Grèce pas plus que tout autre pays et bien moins peut-être, à cause de ses besoins financiers n’est indépendante du jugement qu’on porte d’elle à l’extérieur ». Rares sont les voix qui s’élèvent pour défendre le pays. Edgar Quinet en fait partie lorsqu’il s’indigne : « Mais la Grèce, dit-on, n’a pas tiré tous les résultats promis par ses révolutions ? Après s’être relevée, la voilà retombée. Elle languit, elle végète. Qui dit cela ? Où est la nation en Europe, qui n’ait point fait de chutes ? Quelle est celle qui est sans péché pour lapider la Grèce ? […] Pourquoi demandons-nous à ce blessé la force que nous-mêmes n’avons pas ? Il vit. C’est plus qu’il n’est raisonnable d’espérer ».

Grèce - Juin 2000 Athènes

CC Flickr Loic Pinseel. Détournement Mondes Sociaux.

La spirale d’endettement dans laquelle s’est engagée, contrainte et forcée, la Grèce avant même son existence officielle est immédiatement devenue pour les grandes puissances un moyen d’ingérence pour contrôler le pays. En 1846, la France finit par envoyer un inspecteur général des finances pour superviser le budget grec. Il est accompagné par le fils du ministre des finances que son père veut éloigner des séductions et des dangers de la capitale. La Grèce sert toujours à ça. Cette inspection ne change pas grand-chose. L’endettement fait partie du système politique hellénique, au grand profit des trois puissances protectrices qui prêtent l’argent.

En 1851, Forth-Rouen, le nouveau ministre de France en Grèce, note que pour « reconquérir son indépendance », le pays doit d’abord payer ses dettes. La chose semble plus facile à dire qu’à faire. Preuve en est, s’il le faut, les quatre faillites de la Grèce depuis cette époque. La fréquente mise sous tutelle du pays ne modifie pas le système. Edmond About a beau jeu de moquer la Grèce et son souverain allemand en constatant qu’il s’agit du « seul exemple connu d’un pays vivant en pleine banqueroute depuis le jour de sa naissance ». Une fois de plus, Quinet semble plus proche de la réalité quand, après avoir souligné certains des problèmes structuraux de la Grèce, il constate : « cet État a peine à subsister au milieu des combinaisons actuelles. C’est une preuve que ces combinaisons seront modifiées tôt ou tard par la force des choses ».

  • Massé A., 2010, « Les consuls français et la guerre d’indépendance grecque : intervention, neutralité ou colonisation (1821-1828) », in Ulbert J., Prijac L., dir., Consuls et services consulaires au XIXe siècle, l’épanouissement d’une institution, Hambourg : Dobu Verlag, 94-106.
  • Bach S., 1995, Le mirage grec : la Grèce moderne devant l’opinion française depuis la création de l’École d’Athènes jusqu’à la guerre civile grecque, 1846-1946, Paris/Athènes : Hatier/Kauffmann, 541 p.
  • Couloumbis T.A., Petropulos J.A., Psomiades H.J., 1976, Foreign interference in Greek politics. An Historical Perspective, New York : Pella Publishing Company.

Crédit image en bandeau : CC Albert Häsler pour Pixabay
Téléchargez l’article

Alexandre Massé

FRAMESPA (alexandre.masse@voila.fr)

More Posts

Alexandre Massé

FRAMESPA (alexandre.masse@voila.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. M dit :

    Merci pour ce passionnant rappel historique. On voit bien que les problèmes ne datent pas d’hier et comment cet Etat peine depuis toujours à devenir autonome.

  2. Arnaud Massé dit :

    Intéressant. Je suis impatient de connaître la suite. C’est pour quand?

  3. Annick Demouzon dit :

    Bravo! Un article très bien renseigné et qui se lit avec plaisir. On en sourirait presque, si, toutefois…
    Les illustrations sont bien choisies.

  1. 28/04/2016

    […] Intéresser des publics innattendus à l’histoire implique aussi de savoir jouer sur les modes de lecture spécifiques au Web. Le projet Mondes Sociaux29 allie deux dimensions : le rebond possible sur l’actualité et un format de lecture qui s’adosse aux habitudes des internautes et intègre la lecture « connectée » et enrichie de contenus externes au site lui-même. Le billet « Restituer le passé sonore de Paris30» de Mylène Pardoen invite les lecteurs à découvrir l’histoire des paysages sonores : le texte est enrichi de liens vers des vidéos, des images et même des gifs, tout en ne cédant rien à l’explication méthodologique et technique du projet de recherche. La mise en texte du récit historique peut être considérablement enrichie par des systèmes de renvois : à d’autres articles bien sûr, mais aussi aux archives numérisées ou à toute ressource immédiatement disponible en ligne. En sus de cette pleine intégration dans un écosystème de lecture connectée, le carnet Mondes Sociaux offre des articles directement liés à l’actualité scientifique ou plus générale. Un billet de septembre 2015 retrace de la sorte les origines de la crise grecque31. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *