Faire du tourisme avec les paysans du Kilimandjaro

Uhuru_Peak2

CC Wikimedia Commons Esculapio

Nous avons tous été touristes un jour ou l’autre, même si on se qualifierait volontiers parfois d’aventuriers : le touriste c’est l’autre, le badaud avec l’appareil photo en bandoulière. Mais que l’on soit touriste ou aventurier, notre présence bouleverse l’activité traditionnelle des sociétés locales, leurs codes, leurs croyances, leur organisation. Sur le plus haut sommet d’Afrique, le Kilimandjaro, ce film – Les acteurs paysans du tourisme au Kilimandjaro – explore le tourisme et ses conséquences en terre chagga.

Chargez votre sac à dos, vérifiez que votre duvet résiste à -20C°, que vos chaussures laissent passer la transpiration et que votre moustiquaire n’a pas de trou ; contrôlez la carte mémoire de votre Go-Pro ça serait dommage de ne pas ramener des images à sensation de votre ascension du Kilimandjaro. C’est bon ? Alors embarquez-vous dans ce voyage au cœur du trekking sur les hautes terres d’Afrique de l’Est !

Mais attention, ici pas d’image sensationnelle du sommet, pas d’hymne à l’effort ascensionnel, seulement des rencontres avec ces paysans qui, souvent par nécessité, ont décidé de manière ponctuelle ou permanente de travailler dans le tourisme. Ils sont porteurs, guides, voyagistes ou responsable de logement, et ils contribuent à l’accueil de plus de 40 000 touristes internationaux qui décident d’accomplir leur rêve : gravir le plus haut sommet d’Afrique.

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Tel qu’il s’est développé, le trekking sur le « toit de l’Afrique » a créé de nouveaux flux financiers et humains, des rencontres interculturelles et de nouveaux rapports de forces entre les acteurs. Il a ainsi remplacé la culture traditionnelle d’exportation du café dans la société chagga.

Au travers des parcours de vie de guides et de porteurs, le film donne des clés de compréhension des mécanismes du tourisme international.

 

 

  • Dascon J., 2009, Écriture filmique & écriture textuelle comme mode de compréhension des dynamiques géographiques en terre Chagga, thèse de Géographie, Université Toulouse 2 – le Mirail.

Capture d’écran 2015-06-16 à 11.22.41Fiche technique

Film Recherche. Ce film constitue la troisième partie d’une thèse de Géographie soutenue en 2009 à l’Université Toulouse 2 – le Mirail.

Laboratoire de recherche

UMR Dynamiques Rurales

Réalisateur

Juhane DASCON, actuellement membre de Estia Recherche, Groupe Ikasi, Technopole Izarbel – 64210 Bidart

Conduite des entretiens

Juhane DASCON

Équipe technique

  • Prise de vues : Juhane Dascon, Jean-Pascal Fontorbes
  • Prise de sons : Juhane Dascon, Jean-Pascal Fontorbes
  • Montage et mixage : Juhane Dascon, Jean-Michel Cazenave

Informations techniques

  • Date de production : 2009
  • Durée : 64 min
  • Format : DVCAM, couleur, son stéréo

Présentations

  •  Robines en bobines Festival images des sciences de la terre, 10 octobre 2010, Digne-les-Bains.
  • Festival Ethnologie et Cinéma : Afrique, terre d’échange, organisé par MSH-Alpes, 12-20 octobre 2010, Grenoble.
  • Festival du Film de Chercheur, CNRS, 4-7 mai 2010, Nancy.
  • Festival International Jean-Rouch, CNRS, 2 avril 2010, Paris.
Crédit image à la Une : CC Wikimedia Common Charles Asik 


Juhane Dascon

Estia Recherche (dasconjuhane@gmail.com)

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Juhane Dascon

Estia Recherche (dasconjuhane@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 18/10/2015

    […] A été mis en ligne le 15 octobre 2015 : Les acteurs paysans du tourisme au Kilimandjaro. Grace à l’appui des paysans qui travaillent pour le tourisme (guides, logeurs…), le trekking sur le « Toit de l’Afrique » génère des flux financiers et humains, des rencontres interculturelles et de nouveaux rapports de forces. Ce film de Juhane Dascon est accessible sous la fiche de présentation « Faire du tourisme avec les paysans du Kilimandjaro » : http://sms.hypotheses.org/5380 […]

  2. 28/12/2016

    […] Forte depuis les années 1950, la croissance urbaine africaine profite en priorité aux grandes villes. Sur un milliard d'Africains, près de 40 % vivent déjà en milieu urbain, contre seulement 28 % en 1980. Cette tendance à l’urbanisation rapide est appelée à se poursuivre dans les quinze prochaines années. Le taux d’urbanisation devrait atteindre 50 % en 2030. Le continent africain est plus urbanisé que l'Asie du Sud (34 %) et compte déjà autant de villes millionnaires que l’Europe. Le secteur de la construction occupe la troisième place des investissements chinois en Afrique (16,4 %) [2]. Faire du tourisme avec les paysans du Kilimandjaro – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *