La « crise des migrants » et sa médiatisation

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Calais, Lampedusa, Kos, Lesbos, Vintimille, Budapest… ces lieux frontaliers et de transit pour les migrants sont au centre de l’actualité médiatique. Politique ou symbolique, perméable ou contrôlée, la frontière de l’Europe du XXIème siècle est porteuse d’un paradoxe : au sein d’une société qui se veut circulatoire et toujours plus connectée à l’échelle planétaire via des réseaux transnationaux en tout genre, la mobilité humaine s’accompagne d’un ensemble d’instruments de contrôle et de fermeture des frontières qui visent à sélectionner et à hiérarchiser les individus candidats à l’immigration.

 

Le retour de la frontière

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Le déploiement de ces dispositifs est particulièrement intensif, quoi que non exclusif, au niveau des frontières externes de l’UE. Non exclusif non seulement parce que, à l’intérieur de chaque Etat membre, les zones d’attentes des aéroports, celles de transit dans les gares, mais aussi les commissariats et les centres de rétention administrative remplissent aussi ces fonctions, mais aussi parce que depuis quelques semaines les frontières internes à l’espace européen, dont les Européens avez presque oublié l’existence, sont redevenues visibles et « verrouillées » au besoin. Vintimille, à la frontière franco-italienne, en est un exemple : à la mi-juin, près de deux cents migrants se sont retrouvés à camper le long de la côte italienne, à proximité du territoire français, dans l’espoir d’y pénétrer et, pour certains d’entre eux, de gagner ensuite le nord de l’Europe. La France a décidé d’invoquer le respect du règlement de Dublin afin de justifier sa décision de fermer la frontière française aux migrants en provenance de l’Italie et de renforcer le dispositif policier pour surveiller la côte et les gares de trains à proximité. Côté italien, le 30 septembre dernier les forces de l’ordre démantèlent avec la force le camp du collectif No Border, composé de migrants et de personnes venues soutenir leur cause.

Le règlement européen dit « de Dublin » (n° 604/2013 du 26 juin 2013, dans sa version actuelle) détermine les conditions de l’octroi du statut de réfugié et de la protection humanitaire en Europe. Il permet notamment d’identifier l’État membre responsable de l’examen d’une demande d’asile, car il interdit en effet aux migrants de déposer une demande dans un autre Etat membre que celui de la première entrée sur le territoire européen.

 

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Mais les frontières internes à l’Union Européenne redeviennent visibles aussi grâce à leur réouverture, considérée exceptionnelle et motivée par ce qu’aujourd’hui les médias appellent la « crise migratoire » : début septembre, la Hongrie a en effet décidé, de concert avec l’Autriche et l’Allemagne, de laisser transiter par son territoire les quelques milliers de demandeurs d’asile, fuyant principalement la Syrie et le Moyen Orient. Ce choix traduit la décision de ne pas respecter le même règlement de Dublin que la France avait invoqué en juin dernier, règlement qui veut que le premier Etat européen dans lequel un demandeur d’asile rentre soit responsable de l’étude de sa situation et de l’éventuel octroi du statut de réfugié.

La politique européenne en matière d’immigration s’est développée, le long des deux dernières décennies, autour d’un fil rouge : renforcer et protéger les frontières externes de l’UE. Cependant, les Etats européens de l’après Schengen n’ont jamais démontré aussi clairement de vouloir (et pouvoir) s’arroger le droit d’évaluer au cas par cas, et selon les intérêts du moment, quelles sont les situations qui justifient de l’ouverture ou de la fermeture de leurs propres frontières aux migrants en provenance de pays tiers.

Le pouvoir symbolique du corps de l’enfant

PLAGE

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Suite à la publication le 3 septembre dernier de la photo d’Aylan Kurdi, un enfant de trois ans qui s’était enfui de Kobané avec sa famille et qui a été retrouvé mort sur la plage d’une station balnéaire turque, cette « crise des migrants » dont l’Europe semble d’un coup avoir pris conscience, a rapidement gagné de l’importance aux yeux des décideurs politiques, qui se sont empressés de déclarer leur engagement à mette fin à cet horreur, et des citoyens qui expriment leur indignation sur les réseaux sociaux.

Une photo. D’un enfant. Blanc. Habillé comme n’importe quel fils, neveu, petit voisin, qui s’apprête à faire sa rentrée à l’école maternelle de notre quartier. Et si cette photo était celle d’un adulte, habillé en Qamis, noir de peau ? Aurait-on éprouvé de l’empathie ? L’indignation aurait-t-elle été la même ?

Le corps de l’enfant a un pouvoir symbolique très fort. Il est, par définition, innocent. On ne peut pas le soupçonner de vouloir « venir profiter des allocations », de « piquer le travail des français », d’ « être un terroriste ». Un enfant, est censé aller à l’école. Tout comme les enfants européens. Soit. Mais la question que l’on devrait se poser est plutôt : pourquoi soupçonner des adultes de l’être ?

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Pourquoi les habitants du Vieux Continent ne réussissent pas, collectivement, à voir dans l’ensemble des personnes qui migrent des semblables, ayant droit à être mobiles, tout comme le sont les Européens qui n’ont pas besoin de traverser illégalement les frontières pour se rendre en Afrique, en Asie ou n’importe où ailleurs ?

A-t-on vraiment besoin de la photo d’un corps d’enfant échoué sur la plage pour vouloir changer les choses ? Pour remettre en discussion la justice des politiques migratoires ? Pour s’imaginer un droit à circuler sur cette planète, pour tous ?

Médiatisation de l’actualité migratoire

Néanmoins, l’actualité migratoire et les images de sa médiatisation semblent avoir eu un effet informatif : de plus en plus de personnes connaissent maintenant les restrictions toujours en vigueur inscrites dans le règlement de Dublin, et notamment l’impossibilité théorique, pour un demandeur d’asile, de s’installer dans un pays membre autre que celui de sa première entrée sur le territoire européen. Cette impossibilité crée de fait une répartition inégale des responsabilités d’accueil entre les pays de l’Union et c’est la raison pour laquelle l’Allemagne a récemment décidé de « montrer l’exemple » en proposant d’accueillir des demandeurs d’asile arrivés sur son territoire après avoir traversé la Hongrie (pays qui serait censé instruire leur demande) et l’Autriche.

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Cette même actualité contribue aussi, progressivement, à faire une place dans les journaux nationaux et internationaux à des évènements qu’auparavant n’étaient pas médiatisés à cette échelle, comme par exemple les protestations de migrants retenus dans les centres de premier accueil dans les îles-frontière. Début septembre, à Lesbos (Grèce), plusieurs milliers de migrants en provenance du Moyen Orient et ayant transité par la proche Turquie, ont débarqué sur l’île en quelques jours. Des tensions ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les migrants qui demandaient à être transférés pour pouvoir poursuivre leur voyage en direction de l’Europe continentale. Ils demandaient donc à ne pas respecter les contraintes inscrites dans le règlement de Dublin, et à demander l’asile là où se trouve la destination de leur voyage et non pas le premier pays membre de l’Europe (dans leur cas, la Grèce). Aujourd’hui, les raisons de cette volonté de poursuivre leur voyage sont claires à la plupart des lecteurs des principaux journaux européens, et Le Monde, The Independent, mais aussi Der Spiegel et un ensemble de sites d’actualité ont documenté les événements récents liés aux protestations des migrants sur cette île.

PATATE CHAUDE 1

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

En juillet 2013, beaucoup moins claires au grand public étaient ces mêmes raisons, qui ont poussé les migrants en situation de rétention administrative à Lampedusa à protester. Il y deux ans, deux cents personnes environ ont manifesté à plusieurs reprises en défilant à travers les rues de Lampedusa pour réclamer le droit de quitter l’île sans laisser leurs empreintes digitales, c’est-à-dire sans être identifiées comme demandeurs d’asile en Italie. Au plus fort de la saison touristique, ces migrants ont réussi à perturber l’ordre public dans un premier temps, en créant l’appréhension des commerçants et des hôteliers. Puis, en se faisant discrets dans la phase des négociations informelles avec les pouvoirs publics, ils ont réussi à se faire transférer sur le continent sans être fichés, afin de se donner une chance de pouvoir quitter l’Italie pour demander l’asile dans un autre pays européen. Très peu de place a été accordée à cet événement dans la presse.

Le contrôle des mobilités humaines et le gouvernement des frontières touchent à des enjeux de justice, qui appellent à questionner la légitimité des gouvernements occidentaux et de leurs structures fédératives à décider qui et comment peut se déplacer et s’installer librement en Europe. Questionner les sens et les usages politiques de la frontière au XXIème siècle représente un enjeu d’actualité, nécessaire. Les frontières au sud et à l’est de l’Europe sont des lieux privilégiés pour observer le décalage entre droits formels et droits effectifs des migrants, mais aussi pour prendre la mesure de l’interdépendance des intérêts politiques et économiques des pays de l’Union, qui peinent à faire tenir ensemble le registre des droits de l’homme et celui de l’ordre public.

 

MIGRANTS

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La recherche de terrain à Lampedusa (Italie) a été menée de 2013 à 2014. Le volet empirique (observations, entretiens, archives, photos) a permis de tester l’hypothèse de l’île-frontière comme lieu de banalisation de l’exception dans la gestion du phénomène migratoire. L’entrée choisie n’a pas été celle de l’enquête autour du drame humanitaire, mais plutôt celle des questions délaissées par les médias et qui structurent les rapports sociaux entre les groupes qui interagissent sur cette île : le quotidien de la vie à Lampedusa, les outils administratifs et juridiques exceptionnels adoptés par les pouvoirs publics pour gérer « l’urgence migratoire » récurrente, le rôle des organisations humanitaires, les positionnements des habitants vis-à-vis du phénomène migratoire et de la gestion du territoire insulaire.

  • Lendaro A., 2015, « No finger print ! ». Les mobilisations des migrants à Lampedusa, ou quand l’espace compte, L’espace politique, n°25-1.
  • Lendaro A., 2015, « La frontière européenne à la lumière de sa fermeture : contrôle, migrations, droits » in Vayssière B., Penser les frontières européennes au XXIe siècle. Réflexion croisée des sciences sociales, Bruxelles : Peter Lang, pp. 46-59.
  • Lendaro A., 2015, « Investir la rue alors qu’on n’en a pas le droit. L’improbable mobilisation des demandeurs d’asile à Lampedusa (Italie) », Sociologie et sociétés, vol 47, n°1.

 

zerzerezr

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Téléchargez l’article

Annalisa Lendaro

CERTOP (annalisa.lendaro@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Annalisa Lendaro

CERTOP (annalisa.lendaro@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 18/10/2015

    […] publié sur le blog Mondes sociaux, hébergé sur hypotheses.org, le 15 octobre 2015. Cliquez ici pour lire le billet complet sur le […]

  2. 19/10/2015

    […] Calais, Lampedusa, Kos, Lesbos, Vintimille, Budapest… ces lieux frontaliers et de transit pour les migrants sont au centre de l’actualité médiatique. Politique ou symbolique, perméable ou contrôlée, la frontière de l’Europe du XXIème siècle est porteuse d’un paradoxe : au sein d’une société qui se veut circulatoire et toujours plus connectée à l’échelle planétaire via des réseaux transnationaux en tout genre, la mobilité humaine s’accompagne d’un ensemble d’instruments de contrôle et de fermeture des frontières qui visent à sélectionner et à hiérarchiser les individus candidats à l’immigration.  […]

  3. 20/10/2015

    […]   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *