Les régimes d’activité des startups

bronze-ghanu-gantcheff-1

Bronze de Ghanu Gantcheff : Le mythe de Sisyphe

Entre 2005 et 2014, Jean-François Barthe, Nathalie Chauvac et moi-même (avec l’aide de Christophe Beslay et de deux étudiantes de master dans la première étape) avons mené une enquête sur 97 entreprises « innovantes » installées dans diverses agglomérations de la région Midi-Pyrénées (Toulouse, Castres, Tarbes) ainsi que dans celles de Bordeaux, Grenoble et Marseille.

Nous avons sélectionné les entreprises étudiées sur le fait que leurs fondateurs ont réussi à convaincre des organismes de soutien à l’innovation du caractère « innovant » de leur projet. Nous avons reconstitué des histoires de créations de ces entreprises à partir de témoignages multiples et de sources écrites (voir l’article de Mondes Sociaux « La création d’entreprise : un processus collectif et incertain« ). Dans un article récent, nous nous sommes intéressés à la façon dont l’activité de l’entreprise et ses échanges avec son environnement s’organisent.

  • Barthe J.-F., Chauvac N., Grossetti M., 2015, « Régimes d’activité dans la création d’entreprises », Bulletin de Méthodologie Sociologique,  Vol. 125, 8-24.

Visu-resultats-enquete-lang600x250

La création d’entreprise ne se fait pas par étapes

Pour les nombreux organismes d’aide à la création d’entreprises, le processus de création est divisé en étapes bien distinctes se déroulant selon un ordre logique : idée initiale ; projet ; étude de marché ; prévisions financières ; recherche de financements ; etc. Dans nos données, cette succession d’étapes apparaît rarement et nous avons plus souvent des histoires assez chaotiques faites d’hésitations, de retours en arrière, de projets avortés et reformulés, de crises, d’explorations de toutes sortes. Au cours de ces processus désordonnés, des ressources sont intégrées à l’entreprise ou en disparaissent, de nouvelles personnes viennent contribuer à ses activités ou en partent, tandis que les activités elles-mêmes se modifient. L’enquête nous a conduit à raisonner un peu différemment et à nous interroger sur les équilibres qui se créent, pour une période donnée, entre les membres de l’entreprise, leur partenaires extérieurs, les diverses ressources qui sont en jeu, et les états futurs du monde espérés, redoutés ou simplement anticipés par les participants. Nous avons appelé ces équilibres des « régimes d’activité ».

Crédit Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le plus simple pour expliquer le principe des régimes d’activité est de présenter ceux que nous avons définis pour le processus de création d’entreprises.

Régime du projet et régime du marché

Beaucoup d’entreprises sont, durant une période plus ou moins longue, définies par un projet : il s’agit de mettre au point un produit, un procédé ou un service. Le régime du projet cadre les activités des uns et des autres en les polarisant autour d’un état du monde anticipé qu’il s’agit de faire exister. Outre l’activité orientée vers le développement des produits ou services espérés, ce régime est également marqué par une logique de la preuve et de la conviction. Il faut, par exemple, convaincre les investisseurs, les clients potentiels, les partenaires divers, et les propres membres de l’entreprise, de la pertinence de ce qui est entrepris. Dans ces phases, les entreprises ne vendent rien, ou parfois des services annexes, et leur démarrage s’appuie en grande partie sur des subventions, d’autres formes de soutiens à l’innovation, des levées de capitaux, et le fait que le revenu de certains fondateurs soit encore assuré par leur institution de rattachement, soit dans le cadre de la loi sur l’innovation, soit par le maintien en parallèle de leur activité antérieure.

Affiche du film Ma petite entreprise, Pierre Jolivet 1999

Affiche du film Ma petite entreprise, Pierre Jolivet 1999

Si les produits de l’entreprise ont atteint un certain stade de développement et que des clients réguliers commencent à les acheter, on peut dire que s’est constitué un marché pour sa production. L’horizon temporel se rapproche du présent, des routines, des nécessités du quotidien : il faut satisfaire cette « demande » qui s’est constituée. Cela n’empêche nullement qu’une partie des activités reste orientée vers le futur (développement de nouveaux produits, recherche de débouchés différents) ; mais, au-delà d’un certain seuil, l’essentiel du travail est dédié au maintien des flux de ressources entre l’amont et l’aval et à la production. C’est le régime du marché.

Nous avons considéré qu’une entreprise se trouvait dans ce régime quand elle développait une activité commerciale dans le domaine où elle s’était spécialisée, qu’elle était susceptible de vivre principalement des produits ou des services vendus, sans que cela signifie nécessairement un autofinancement complet. Concrètement, cela signifie qu’une part majoritaire du financement de son activité dépend de ses ventes, ce qui n’empêche pas qu’elle développe, malgré tout, des activités de recherche et développement en interne ou qu’elle bénéficie de subventionnements divers pour continuer de fonctionner.

Projet et marché correspondent aux scénarios standards élaborés par les services d’aide à la création d’entreprises et que l’on retrouve dans les « business plans » : on fait d’abord un projet, puis on prend place dans un marché. Ces deux régimes existent et sont présents avec une certaine fréquence, mais ils sont loin d’épuiser la variété des situations.

CC Flickr

CC Flickr sylviaduckworth

Régime de crise, régime exploratoire et régime de survie

On ne peut pas étudier les processus de création d’entreprises sans évoquer le régime de crise. Beaucoup de nos entreprises ont été confrontées à ces situations temporaires qui mettent en danger leur survie : pertes financières importantes, problème technique majeur, conflit entre les fondateurs ou entre ceux-ci et des personnes clés de l’entourage de l’entreprise. Le régime de crise implique des mesures d’urgence, des réactions rapides et s’accompagne souvent d’une certaine surcharge émotionnelle. Le sentiment qui prévaut est que « cela ne peut pas durer ainsi ». Comme dans le régime de marché, l’horizon temporel est court, mais on se situe à l’opposé de la routine du marché. Si l’issue de la crise est parfois la disparition de l’entreprise, elle passe le plus souvent par un nouvel examen du projet initial et l’exploration de possibilités alternatives.

Le régime exploratoire se caractérise par une recherche, parfois un peu au hasard dans certains cas, de nouvelles solutions techniques, mais le plus souvent de nouveaux débouchés. L’espace des possibles est ouvert et les entrepreneurs s’efforcent de construire un horizon dans lequel leur activité puisse trouver sa place. Il ne s’agit pas de revoir l’intégralité du projet mais, tout en conservant certains de ses fondements, de l’amender ou de le compléter (le régime exploratoire peut quelquefois caractériser les débuts de l’entreprise).

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Alors que le régime de projet offre dans l’immédiat peu d’incertitudes puisque l’avenir souhaité est relativement défini, le régime d’exploration est plus ouvert à l’inconnu puisqu’il s’agit précisément d’explorer, de découvrir, de tester des possibilités nouvelles. À ce stade, la configuration de l’entreprise reste très proche de celle du régime de projet. Les employés sont, pour l’essentiel, des ingénieurs, des chercheurs, ou sont issus du monde de la recherche. Le passage successif du régime de projet au régime exploratoire et du régime exploratoire vers le régime de projet est assez caractéristique de ces sociétés qui cherchent un marché et qui en vivotent un petit peu, tout en bénéficiant de divers types de subventionnements (la plupart du temps publics) destinés au soutien à l’innovation. Ces financements permettent à la société de survivre le temps de développer un produit qui, parfois, finalement, trouve des acquéreurs.

Enfin, nous avons défini un cinquième régime, marqué par une incertitude permanente. Si une situation de crise s’installe dans la durée, les entrepreneurs sont tentés de maintenir leur entreprise par tous les moyens, de faire flèche de tout bois, et d’accepter des travaux très éloignés de leur projet initial. Le régime de survie enchaîne les contrats sans trop de cohérence, au jour le jour, pour assurer les rentrées d’argent qui permettent de continuer de payer les salaires. Bien plus que le régime de crise, il évoque une situation relativement critique de l’entreprise. Dans les quatre premiers régimes, les entreprises demeurent dans leur domaine initial d’expertise et développent des activités liées à ce domaine. De la même manière, les débouchés visés ou obtenus se situent dans ces domaines. En un mot, les projets ou activités de l’entreprise semblent cohérents avec sa raison sociale.

CC Flickr Jurgen Appelo

CC Flickr Jurgen Appelo

Il arrive que les entreprises en régime de projet ou en régime exploratoire développent des activités annexes de soutien à l’activité principale (par exemple, une activité de service qui permet de soutenir le développement de molécules ou encore des activités de « bureau d’étude »). Mais dans tous les cas, l’activité principale et les activités de soutien à celle-ci présentent au moins une unité thématique. Dans le régime de survie, cette caractéristique n’existe plus. Les activités développées par les entreprises sont parfois très éloignées de ce qui était prévu initialement. Leurs dirigeants s’efforcent de les maintenir en activité à tout prix. Le régime de survie est une sorte de provisoire durable, dans lequel une situation temporaire succède à une autre situation temporaire alors que le projet initial est soit abandonné, soit renvoyé à une possibilité de plus en plus vague.

Nous avons construit ces cinq régimes à partir de nos données mais nous n’excluons pas qu’il faille en définir d’autres à partir de terrains différents. Ils ont toutefois une certaine généralité, puisque l’on imagine sans peine comment on pourrait les transposer à d’autres réalités sociales. Par exemple dans l’étude des parcours professionnels, on peut rencontrer des projets (je cherche un emploi de tel type dans telle région), des situations similaires à notre régime de marché (je suis en emploi sans chercher à changer immédiatement, même si une augmentation de salaire serait bienvenue), des crises (conflits au travail, licenciements), des explorations (je cherche dans divers secteurs pour différents postes) et de survie (je fais des petits boulots au jour le jour).

Nous avons également étudié la façon dont les régimes s’enchaînent dans des parcours, mais c’est une autre histoire.

C Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Crédit image à la Une : CC Wikimedia Commons Dvsross
Téléchargez l’article

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *