L’expatriation « à la française » au prisme des médias

2677460011_db907f346e_o

CC Flickr Giovanni Orlando

En France, un travail de mystification est à l’œuvre quand on parle de ceux qu’on a pris l’habitude de nommer les « expatriés ». Les médias nous abreuvent de discours tantôt alarmistes, tantôt enthousiastes, sur les jeunes diplômés et autres entrepreneurs dynamiques qui choisissent de quitter le pays pour d’autres contrées plus attractives, davantage propices à la réussite personnelle. Et d’attribuer la responsabilité de l’exode de nos forces vives à un manque général de compétitivité.

Absente du débat public, l’existence d’une stratégie commerciale puissante et subtile au service de programmes d’immigration choisie dans d’autres pays mériterait cependant toute notre attention. Non, les Français ne fuient pas spontanément la France ! Ils y sont incités par de multiples experts en mobilité internationale et des dispositifs migratoires taillés sur mesure pour les attirer dans un pays ou une région donnée. Intermédiaires incontournables entre le grand public et les experts, certains médias français se sont positionnés en promoteurs de ces dispositifs migratoires, devenant des acteurs-clés de l’expatriation « à la française ».

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Pourquoi évoquer une stratégie commerciale au service de la migration ? L’expression renvoie à l’existence d’une industrie mondiale de la mobilité internationale dont les acteurs institutionnels et privés se sont constitués en réseau. Parmi eux, en France, des organes de presse – comme Le Monde, Le Figaro, L’Express ou Le Point et les journaux appartenant aux groupes de presse éponymes – qui font la promotion de la vie à l’étranger dans des numéros spéciaux ainsi que dans des salons invitant à la mobilité internationale. Publications et salons informent les lecteurs, tout en les orientant vers des professionnels : sociétés de déménagement, assurances et conseils, immobilier, médias, etc. Ce type de promotion est subtil car il repose sur le partage d’expériences individuelles, les experts étant souvent eux-mêmes des étrangers. Si bien qu’il peut être difficile de distinguer le récit personnel du discours publicitaire ou encore le récit d’apprentissage d’une langue étrangère de la promotion commerciale d’une école de langues.

  • Bantman-Masum E., 2015, « Migration Machine : Marketing Mexico in the Age of ICTs », in Frayssé O. and M. O’Neil, eds, Digital Labour and Prosumer Capitalism. The US Matrix, Houndmills, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 106-124.
  • David I., Eimermann M., Akerlund U., 2015, « An Exploration of a Lifestyle Mobility Industry », in Torkington K., David I., Sardinha J., eds., Practising the Good Life. Lifestyle Migration in Practices, Newcastle Upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 138-160.
  • Bantman-Masum E., 2013, « Enjeux de la mobilité des Canadiens et Américains au Mexique : stratégies économiques des migrants et réponses des États », Autrepart, vol.67, n°8, 87-101.

chess-680492_1920

Une stratégie avérée de promotion commerciale

On pourrait rétorquer que la presse française ne fait que répondre à un intérêt spontané du public pour « l’international ». Il n’en est rien. Plusieurs groupes de presse se sont clairement positionnés en promoteurs de la mobilité internationale : par exemple, Le Monde organise le Forum Expat de Paris, Le Point et L’Express publient des guides pratiques sur la migration au Canada, Le Figaro sponsorise le Salon des Formations et Carrières Internationales de Studyrama. Ils contribuent ainsi à créer une demande en transformant leurs lecteurs en clients potentiels qu’ils mettent en relation avec des entreprises.

Autre exemple de la collaboration entre professionnels de la mobilité et médias français, L’Express est présent en juin 2015 lors des sessions d’information organisées par l’Ambassade du Canada à Paris. La nouvelle édition de son guide S’installer au Canada y est distribuée gratuitement tandis qu’une collaboratrice partage son expérience de migrante dans ce pays. Par ailleurs, L’Express vend des encarts publicitaires à des annonceurs (déménageurs, avocats, enseignement, etc.), publie d’autres guides sur l’expatriation et organise le Salon du travail et de la mobilité professionnelle ainsi que Expolangues.

CC Flickr Roberto Rizzato

CC Flickr Roberto Rizzato

Sur ce créneau commercial lucratif, il est concurrencé par d’autres journaux, dont Le Point qui publie le hors-série Vivre le Canada et par Le Monde qui attire au Forum Expat des milliers de visiteurs à la Cité de la Mode et du Design à Paris. Parmi les professionnels animant la cinquantaine de stands, on trouve des représentants allemands, belges, danois, estoniens, italiens, tchèques et suédois du Réseau Européen de l’Emploi (EURES), des promoteurs migratoires travaillant pour des Etats et des sociétés privées (France, Canada, Allemagne, Portugal), des experts privés (banques, écoles, assurances, fiscalistes et spécialistes de la « relocation »). Bref, un événement commercial qui met en relation un public ciblé de prospects avec des professionnels qui paient pour disposer d’un stand.

Pourtant, on continue à parler de la mobilité internationale comme d’une initiative individuelle et d’une tendance sociétale, en oubliant qu’elle fait l’objet d’une véritable campagne de marketing et de promotion médiatique.

Sur et sous le marketing migratoire

L’un des enjeux cachés des discours sur  l’expatriation est la création d’une base de clients susceptibles d’acheter des produits et des services. Dès lors que l’on considère la mobilité internationale comme un commerce, l’intérêt des Français pour la mobilité doit être entendu comme une source potentielle de bénéfices. Du point de vue des médias concernés, pour dégager des bénéfices, il faut vendre des quotidiens et des magazines, des stands dans des salons ainsi que des espaces publicitaires. La diffusion régulière d’« informations » globalement positives sur les Français partant à l’étranger relève donc aussi, en partie, du marketing migratoire, et pas seulement de la mission d’information journalistique.

Conséquence de cette prise d’intérêt de médias qui tirent une partie de leurs recettes de la promotion migratoire : les informations et discours sur le sujet sont partiaux, et l’analyse de l’expatriation demeure très superficielle. Le but du marketing est de vendre, et le positionnement des médias français explique les limites du débat public français sur la question de l’expatriation.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Par ailleurs, et cela ne manque pas de questionner, on ne parle jamais de migrations mais uniquement de « Français de l’étranger » ou « d’expatriés ». Or ces termes sont trompeurs : il n’y a pas d’expatriation de masse des Français, le statut d’expatriés (le plus protecteur) ne concernant que des employés missionnés à l’étranger (situation très minoritaire). L’écrasante majorité des Français de l’étranger sont en fait des émigrés du point de vue de la France et des immigrés pour les pays qui les accueillent, voire des migrants aux trajectoires complexes circulant entre plusieurs pays. Le terme « immigration » n’étant pas vendeur, on a recours à de doux euphémismes, comme « mobilité internationale »…

En outre, les causes du départ des Français sont souvent analysées de façon sommaire, le débat se focalisant de manière obsessionnelle sur les faiblesses de notre pays, sur la fuite des cerveaux et des capitaux. Pourquoi ne parle-t-on jamais en termes clairs des dispositifs migratoires dont peuvent bénéficier, ou pas, les Français désireux de migrer ? Pourquoi ne pas aborder la manière dont d’autres pays agissent pout attirer de brillants étudiants, des actifs et des entrepreneurs, des retraités aisés, dont de nombreux immigrés ?

Ainsi, le Canada et le Québec mènent depuis longtemps une politique d’immigration choisie et restrictive, dont les critères de sélection sont clairement définis et écartent de nombreux candidats à l’immigration. Les autorités y évaluent la capacité d’intégration de ceux qui sollicitent un visa (langue, niveau d’études, âge) ainsi que leur solvabilité à court et long terme : conditions de ressources, profil professionnel cadrant avec les besoins de main d’œuvre qualifiée ou non, capacité de créer une entreprise et d’investir… Même s’il bénéficie des politiques en faveur de la Francophonie, un Français ne sera sélectionné que s’il répond à ces critères.

Nous aurions beaucoup à gagner à mieux saisir les grands enjeux migratoires de notre époque. Le principe de libre circulation est de plus en plus encadré, géré, contrôlé. A l’ère du marché de la mobilité, les profils de migrants a priori libres de s’installer où ils le souhaitent sont évalués, et le statut de résident n’est accordé qu’à ceux dont le capital matériel et/ou permet de faire un pronostic favorable quant à leur contribution au développement économique du pays d’accueil. Ces migrants aisés pouvant voyager sans entraves sont sélectionnés, et les plus performants se verront accorder la résidence permanente, voire la citoyenneté.

Les pays qui ont adopté ce type de législation se font concurrence pour attirer, puis retenir les migrants mobiles qui les intéressent. Et les migrants eux-mêmes comparent ce que chaque pays peut offrir : un taux d’imposition plus faible, un système social performant, une qualité de vie appréciable, un environnement économique dynamique, etc. Telle est la loi de ce marché… Loi que le débat public en France semble pour l’instant largement ignorer, d’autant que sur ces questions les médias ne jouent pas le rôle de forum qu’ils continuent pourtant de revendiquer.

Crédits Postes et Télécommunications , Enveloppe au premier jour d'émission, détail, 1965

Crédits Postes et Télécommunications , Enveloppe au premier jour d’émission, détail, 1965

Crédit image à la Une : CC Flickr Jonathan Cohen
Téléchargez l’article

Eve Bantman-Masum

LISST-CIEU (bantman.eve@gmail.com)

More Posts - Website

Eve Bantman-Masum

LISST-CIEU (bantman.eve@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *