Le journalisme numérique à l’heure du copier/coller

Quels sont les outils des journalistes ? Que votre imagination soit plutôt marquée par Tintin ou House of Cards, par Albert Londres ou les comparses d’Edward Snowden, vous vous figurez sans peine le reporter muni de l’inévitable calepin ou du plus moderne smartphone, vous croyez entendre le cliquetis du télégraphe ou le ronronnement du télex, vous voyez une cabine téléphonique comme dans un film noir, un téléobjectif en train de capter une scène compromettante, voire un disque dur encrypté ou une des données perdues dans les nuages…

Parmi ces outils, les ciseaux et la colle ne s’imposent pas comme les accessoires indispensables des journalistes. Ils seraient même plutôt décriés. Des journalistes en train de jouer des ciseaux et de la colle ? Voilà qui flirte dangereusement avec le plagiat ! Des journaux composés d’emprunts, de répliques, de copies ? Voilà qui ruine l’idéal démocratique du pluralisme de l’information ! Quand on sait que parmi les figures les plus valorisées au sein des identités journalistiques, on trouve d’une part, le journaliste-reporter – toujours sur le terrain, en train de traquer l’événement là où il se passe – d’autre part, le journaliste-auteur, toujours en train d’écrire, on perçoit bien que le travail qui coince derrière un bureau un journaliste découpant et collant des morceaux de textes produits ailleurs, n’est pas exactement celui qui fait rêver.

Et pourtant, les ciseaux et la colle jouent un rôle non négligeable dans les processus de production de l’information journalistique. Ou en tout cas, leurs jumeaux métaphoriques qui peuplent toutes nos interfaces informatiques : le copier/coller, CTRL-C/CTRL-V.

4444555010_974900edfd_o

CC FLickr Feppa

  • Cordell R., 2015, « Reprinting, circulation, and the network author in antebellum newspapers », American Literary History, vol.27, n°3, 417-445.
  • Colson V., De Maeyer J., Le Cam F., 2013, Du pigeon voyageur à Twitter. Histoires matérielles du journalisme, Bruxelles : Centre d’Action Laïque, 89 pages.
  • Anderson C. W., 2013, « What aggregators do : towards a networked concept of journalistic expertise in the digital age », Journalism, vol.14, n°8, 1008-1023.

Le « bâtonnage de dépêches »

CC Flickr Lisa Padilla

CC Flickr Lisa Padilla

Ces outils-là façonnent une bonne partie de l’information en ligne. La copie est, par exemple au cœur du fonctionnement des agrégateurs, ces plateformes dont la seule raison d’être est de récupérer des contenus publiés ailleurs, de les rassembler et les redistribuer : on pense par exemple, à Google Actualités, le plus célèbre des agrégateurs. Ces derniers fonctionnent de manière automatisée et à grande échelle, mais l’agrégation se pratique aussi de manière manuelle, presque artisanale : on l’appelle alors parfois « curation », histoire d’insister sur l’expertise du journaliste qui, comme le curator d’une exposition, sélectionne soigneusement des pièces d’information pour les assembler au sein d’une collection. Selon les cas, agrégation et curation se pratiquent avec plus ou moins de bienséance  : on voit des copieurs-colleurs rendre honnêtement hommage aux créateurs originaux (si cette notion existe encore) des contenus qu’ils répliquent. D’autres, au contraire, se les approprient sans vergogne, et sans même un lien hypertexte pour signaler la source. Enfin, des enquêtes ethnographiques ont montré que les journalistes qui œuvrent pour les sites web des médias traditionnels coupent et collent beaucoup.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

  • Degand A., 2012, Le journalisme face au web : reconfiguration des pratiques et des représentations professionnelles dans les rédaction belges francophones, Thèse de Sciences de l’information et de la communication, Université Catholique de Louvain (UCL).
  • Vobič I., Milojević A., 2014, « ‘What we do is not actually journalism’ : role negotiations in online departments of two newspapers in Slovenia and Serbia », Journalism, vol.15, n°8.

 

Bref, certains journalistes pratiquent à une large échelle le « bâtonnage de dépêche » , de sorte que celui-ci occupe une part importante de leur temps : ils sélectionnent, éditent et publient des dépêches d’agence de presse, à un rythme soutenu ; ils publient sur le site web des articles écrits pour le journal papier. Dans tous les cas, ils ne vont pas (ou très peu) sur le terrain, et ils ne produisent des textes originaux qu’à la marge, quand ils ont le temps.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La prééminence des ciseaux et de la colle dans la fabrique de l’information en ligne n’est peut-être que provisoire car ces modes de production sont peut-être en train de changer. Certains sites d’information créés par des médias traditionnels s’imposent parfois comme des médias à part entière, avec leur ligne éditoriale et leurs contenus originaux : reportages au long cours, expériences interactives, etc.). Mais en attendant, le copier-coller conserve ce statut étrange : décrié par les professionnels de l’information (et par le public), il est pourtant largement utilisé.

C’était mieux avant ?

CC Euqueru

CC Euqueru

En a-t-il toujours été ainsi ? Ciseaux et colle étaient-ils des outils du journaliste avant l’informatique ? Dans l’affirmative, comment le copier-coller était-il considéré ? Telles sont les questions qui me préoccupent, dans le souci de jauger le changement et la permanence avec recul, ce que l’ébahissement technologique ne permet pas toujours.

Pour y répondre, un plongeon dans le journalisme de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle offre la possibilité d’élargir nos horizons. Ce plongeon s’effectue par une pirouette méthodologique qui m’a poussée à m’intéresser aux discours que les journalistes tiennent à propos de leurs propres pratiques, à partir d’un corpus constitué par des manuels de journalisme et des mémoires publiés par des journalistes.

tumblr_nmwrzml2xs1tkxxq7o1_400

Les résultats semblent sans ambiguïté : ciseaux et colle paraissent occuper une place non négligeable dans ces manuels et mémoires. Dans un ouvrage intitulé Le journalisme, paru en 1892, Eugène Dubief décrit la journée type d’une rédaction parisienne. La description commence ainsi : « Neuf heure du matin ; intérieur d’un journal du soir. Les garçons viennent de faire les bureaux. La grande table de la salle commune de rédaction s’allonge devant nous avec son inévitable tapis vert et ses tas de journaux de Paris, de province, d’Europe, d’Amérique, des colonies, des journaux venus par le dernier courrier ou remis dans la boîte par les porteurs, tous bien rangés, soigneusement pliés en double exemplaire. Quelques rédacteurs sont déjà à leur poste. Ils ont pris les journaux, ils les parcourent d’un œil expert, un coup d’œil qui ne lit rien et qui voit tout; çà et là, ils y promènent des ciseaux, y font d’atroces enfilades, ils y taillent des jours, des fenêtres, des coupures ; ces coupures ils les reportent sur des carrés plus ou moins longs de papier écolier et les y collent, ou avec des pains à cacheter, ou avec de la gomme liquide ».

C’est une situation très semblable qui se donne à lire dans l’ouvrage de Auguste de Chambure  À travers la presse, paru deux décennies plus tard. Consacré à la construction du journal, un chapitre précise dans ses premières pages : « Dès l’arrivée des rédacteurs, la salle de rédaction s’anime ; les paquets de journaux posés sur la table sont dépliés, puis lacérés à coup de ciseaux et jetés au hasard ; des papiers se froissent, des découpures jonchent le sol. Des volumes sortis des bibliothèques traînent maintenant un peu partout. Chacun s’agite, court à la recherche d’un document, taille, griffonne, colle, expédie sa ‘copie’ par le monte-charge ».

CC Pixabay Pstiegele

CC Pixabay Pstiegele

Les Rédacteurs en chef sont dépeints avec « une grande paire de ciseaux à la main », comme dans l’ouvrage de J.M.A. Mousseau, L’envers du journalisme, paru à Montréal en 1912. Parfois, ciseaux et pot de colle trônent à côté d’autres « armes du métier » : la ficelle pour mesurer la longueur des articles, le Grand Larousse et l’indispensable téléphone (cf. Simon Arbelot, Journaliste !, paru en 1954 à Paris). Et les exemples s’accumulent, jusqu’aux années 1950, en France comme au Québec…Les ciseaux et la colle s’y dessinent comme des outils résolument assumés.

Collage by Claire Jones from the Noun Project

Collage by Claire Jones from the Noun Project

Il faut évidemment prendre quelques précautions. Ainsi, en l’état actuel des recherches, il est impossible d’affirmer que ces manuels et mémoires sont représentatifs du journalisme francophone dans son ensemble, ni même qu’ils reflètent une pratique réellement intense ou au contraire plus marginale. On voit d’ailleurs se dessiner quelques nuances dans plusieurs écrits, des façons de reléguer les ciseaux et la colle dans les marges plutôt que de leur donner une place centrale. Pour certains auteurs, ils seraient en fait les outils privilégiés des journalistes débutants et progressivement délaissés au fur et à mesure de l’avancement de leur carrière lorsque ces professionnels de l’information s’attellent à des tâches plus nobles comme l’écriture d’articles originaux. Ils sont également parfois présentés comme des outils particulièrement mobilisés dans les petites rédactions des régions et provinces (par opposition aux grands journaux des capitales), celles qui n’ont pas accès à toute l’information, à tous les fils d’agence, ou n’ont pas le personnel nécessaire pour remplir tout le journal de contenus originaux. D’autres journalistes suggèrent qu’ils pourraient être la chasse gardée d’un métier spécifique : celui de secrétaire de rédaction.

Les contours exacts du phénomène, son évolution dans le temps et à travers la structuration du groupe professionnel des journalistes restent donc encore largement à explorer. Mais une conclusion s’impose, notamment quand on juxtapose l’exploration des manuels et mémoires brièvement relatée ici avec, par exemple, cette étude passionnante de la « viralité » des textes des les journaux américains du XIXe siècle. Le copier-coller n’a pas attendu l’invention du CTRL-C/CTRL-V, ni l’irruption du journalisme web et des agrégateurs pour faire partie intégrante du journalisme et des journaux.

 

Crédits images à la Une : CC Pixabay Geralt

Juliette De Maeyer

Département de Communication, Université de Montréal (juliette.de.maeyer@umontreal.ca)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Juliette De Maeyer

Département de Communication, Université de Montréal (juliette.de.maeyer@umontreal.ca)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Salah Guemriche dit :

    Jouissif !…

  1. 08/03/2016

    Journalisme, télévision et lien social

    Jusqu’à présent, la télévision était plutôt considérée comme destructrice du lien social. Pour certains, son intrusion dans les foyers avait mis un voile sur la communication au sein des familles. Plutôt qu’un vecteur de lien social, c…

  2. 08/03/2016

    […] ou encore , dans le domaine proche du journalisme lire cet article aux problématiques proches http://sms.hypotheses.org/5794 –  voyons le récent panorama dressé par un chercheur renommé du domaine en France en juin 2014 […]

  3. 18/05/2016

    […] Juliette de Maeyer, professeure à l’Université de Montréal et chercheure au CRICIS publie un article intitulé « Le journalisme numérique à l’heure du copier-coller » dans la revue Mondes Sociaux. Le contenu de son texte est disponible ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *