Quand des femmes étaient internées dans des camps réservés…

femme

CC Flcikr Yann Seitek (détail)

Au début de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, le camp d’internement de la vallée de Rieucros (créé en janvier 1939) est dévolu aux seules femmes, parfois accompagnées de leurs enfants. Le film de l’historienne Rolande Trempé Camps de femmes vise à « tirer de l’oubli la vie au quotidien et les luttes de ces femmes » jugées dangereuses ou indésirables par la Troisième République. Internées politiques, Françaises, antifascistes hollandaises, allemandes et espagnoles, Polonaises, Juives ou encore femmes d’Europe centrale, y sont rassemblées pour une durée indéterminée. À leur arrivée, elles sont réparties en trois catégories (politiques, droits communs, prostituées).

Le 13 février 1942, l’ensemble des détenus (320 femmes et 26 enfants) sont déplacés au « camp de concentration » de Brens. Quelques mois plus tard, le 26 août 1942 dans la nuit et malgré une résistance collective, 31 Allemandes et Polonaises, toutes juives, sont transférées à Auschwitz « d’où elles ne reviendront pas ». Selon Rolande Trempé, d’une manière générale, les camps français deviennent à cette époque un « réservoir où les Allemands puisaient pour alimenter les camps d’extermination en Allemagne ». Deux autres rafles, organisées par le Régime de Vichy, ont lieu en septembre 1943 et mars 1944, avant que les femmes restantes ne soient menées au camp de Gurs le 3 juin 1944.

Pour la biographie de Rolande Trempé, lire l’article de ClairJuilliet publié en 2015 par Mondes Sociaux

Afin de décrire la vie dans le camp et les conditions difficiles d’existence (faim, froid, maladies, oisiveté, solitude, etc.), mais aussi la solidarité, l’entraide, la résistance ou les tentatives d’évasion, Rolande Trempé s’appuie sur 14 témoignages (dont celui d’un enfant à l’époque), des photographies et des films ou encore la lecture de poèmes rédigés par les internées. Le documentaire insiste sur l’expérience pénible que constitue une détention administrative et rappelle qu’elles furent nombreuses à être internées en raison de leurs convictions politiques, de leur nationalité, de leurs « valeurs morales » et/ou de leurs actions, sans aucune forme de procès.

Crédits APSICBR - Camps de Brens et Rieucros

Crédits APSICBR – Camps de Brens et Rieucros

Plusieurs plaques commémoratives ont été apposées, notamment en 1972, et en 1992. Une association a été fondée afin de rappeler le souvenir et contribuer à la mise en mémoire du camp de Rieucros.

Association « Souvenir : À la mémoire des femmes du camp de Rieucros »

Tourné en novembre 1994, l’année des 50 ans de la Libération des camps français, Camps de femmes a permis de fixer le témoignage de certaines de ces femmes et de décrire leur parcours durant la Seconde Guerre mondiale.

Fiche technique

Capture-d’écran-2015-06-16-à-11.22.41Fiche technique

SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail, Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerres

Copyright

Le vidéographe, UTM, novembre 1994

Type de média

Film-recherche (documentaire)

Equipe de recherche

Ce film est le fruit d’une collaboration entre des historiens (principalement Rolande Trempé) et le Centre Audiovisuel de l’Université Toulouse – le Mirail

Auteure/Conseillère scientifique

Rolande Trempé

Images

Samir Bouharaoua

Producteur exécutif

Jean-Marie Dizol

Chargé de production

Raphaël Réquéna

Réalisation

Claude Aubach

Équipe technique

Bruno Bastard, Jacques Grenier, Jean Jimenez, Bernard Laybats, Jean-Christophe Moreau

Voix off

Sylvie Lagarde

Entretiens

Fernande Valignat-Cognet (Française), Dora Schaul Davidson (Allemande), Reina Melis Wessels (Hollandaise), Michel del Castillo (enfant espagnol), Angelina Bettini del Rio (Espagnole), Camille Planque Alvarez (Espagnole), Raymonde David Fitoussi (Française), Colette Sanson Lucas (Française), Odette Capion Branger (Française), Janina Sochaczewka (Polonaise), Steffie Spira (Allemande), Ursula Katzenstein (Allemande), Michèle Domenech (Française), Simone Pélissier (Française)

Informations techniques

  • Date de production : novembre 1994
  • Durée : 63 min
Crédits image à la Une : CC Flickr Vincent Desjardins


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. La présence significative des femmes dans la production
    Debout donc, femmes françaises, jeunes enfants filles et fils de la Patrie ! Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur les champs de bataille.
    Viviani, chef du gouvernement Le 7 août 1914
    En 1914, on recensait déjà plus de 7 millions de femmes dans un emploi rémunéré comme : fermières, ouvrières, infirmières ou institutrices.
    1915 LA GREVE DES MERES, DES FILLES, DES SŒURS … « Femmes en guerre : du pacifisme à la production »
    Nous y développerons, comme attendu, une analyse syndicaliste et révolutionnaire de l’année 1915 qui vit la confirmation de deux phénomènes particuliers :

    Le pacifisme où les femmes montent en première ligne Comme
    Louise Saumonneau qui en janvier 1915, diffuse l’appel pour la paix de Clara ZETKIN.
    En mars 1915, lors de la Conférence des femmes socialistes à Berne, où la même Louise Saumonneau rapporte un manifeste : « Le monde crache le sang ! » qui lui vaudra la prison ;
    Et en avril 1915, avec le Congrès international des femmes de La Haye, rassemblant 1136 femmes de 12 pays.

    https://www.youtube.com/watch?v=ftjEcrrf7r0

  1. 28/02/2016

    […] Quand des femmes  étaient internées dans des camps réservés […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *