La vie et les réseaux. Le panel de Caen

CC Flickr hyoin min

CC Flickr Hyoin min

On ne grandit pas tout seul. Le réseau personnel que l’on tisse autour de soi, en construisant des relations avec la famille, les amis, les voisins, les collègues, etc, forme un « petit monde », un morceau de société. Ce réseau oriente le parcours de vie en donnant des exemples, des idées, des contraintes, des ressources, des conseils. Mais il évolue aussi au fil des événements et des transitions de la vie : sa taille, sa composition, sa structure se modifient, les relations se renouvellent. La vie influence le réseau, et le réseau influence la vie.

Comment devient-on un adulte dans la société ? Comment se prennent les décisions importantes ? Comment le réseau intervient-il ? Comment se construit ce réseau personnel ? Comment fait-on des rencontres, comment perd-on des amis, comment évoluent les liens avec autrui ? Comment les événements de la vie modifient-ils le réseau personnel ?

Pour répondre à ces interrogations, une enquête a été réalisée. Ses principaux résultats sont présentés dans les paragraphes situés après l’encart.

Une enquête qualitative a débuté en 1995 auprès d’un panel de jeunes vivant alors dans l’agglomération de Caen. Cinq vagues d’enquête ont été ensuite réalisées, à intervalle de 3 ans :

  • en 1995, 87 jeunes ont été interrogés une première fois. Ils avaient alors entre 17 et 23 ans.
  • en 1998, 74 d’entre eux ont été réinterrogés, puis en 2001 (67), en 2004 (60). En 2007, une vague plus réduite a été réalisée auprès de 49 de ces jeunes.

Enfin, une sixième vague, à laquelle ont été ajoutées des questions sur les usages des réseaux sociaux numériques, est réalisée en 2015.

Panneaux1 Panneaux3Panneaux4

On dispose au total de 287 entretiens très longs et approfondis, mais aussi de bases de données codées susceptibles de traitements statistiques (par exemple, 10804 relations sont traitées pour les réseaux).

Panneaux2 Panneaux5 Panneaux19

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Bibliographie1 Sur les méthodes
Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le passage de la jeunesse à la vie adulte

Il ne se fait pas d’un seul coup, il n’y a pas un seuil net et définitif. Ce sont plutôt des transitions longues et aussi :

  • complexes : il y a plusieurs domaines impliqués, qui n’évoluent pas en même temps. On est adulte dans le travail, mais pas dans la vie affective ou l’inverse ;
  • réversibles : on peut quitter ses parents puis revenir chez eux, trouver un emploi et le perdre ;
  • relatives : on est adulte dans certaines circonstances, mais pas dans d’autres, avec certaines personnes, mais pas avec d’autres ;
  • subjectives : on peut avoir tous les attributs d’un adulte et ne pas se sentir adulte, on peut aussi changer d’avis et se dire non adulte après l’avoir été.
Cliquez sur le bouton pour accéder au panneau

Cliquez sur le bouton pour accéder au panneau

Surtout, les jeunes n’ont pas envie de devenir adulte et repoussent l’échéance le plus loin possible. Mais les jeunes démunis en ont envie parce que cela signifie pour eux avoir les attributs qui leur manquent (autonomie, emploi, vie de couple, logement…). Ces transitions sont donc aussi diversifiées.

Bibliographie2 Jeunesse et vie adulte

Les parcours de vie

Ils ne sont pas linéaires, des événements pouvant modifier les projets et conduire à des bifurcations. Il arrive souvent que se produisent des changements d’orientation imprévisibles, radicaux, qui interfèrent avec d’autres domaines et conduisent à faire des choix relativement irréversibles.

Ces changements n’ont pas une cause unique, mais c’est une configuration d’éléments qui se combinent dans une séquence particulière. On peut en retracer la logique : il se produit une dégradation de la situation, qui coïncide avec un événement qui ouvre la crise ; celle-ci, en s’aggravant, rend la sortie inévitable, au moment où un autre événement ouvre une issue : la personne peut alors choisir de changer de métier, de ville, de conjoint, ouvrant ensuite une séquence de reconstruction qui s’affirme comme une « nouvelle vie ». Le rapport au travail, les projets et la vision du monde en sortent modifiés, et le retour en arrière devient impossible.

5204102248_fd16fa28dd_b

CC Flickr Byung chul kim

De telles séquences de bifurcation montrent que si la vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, c’est plus la coïncidence de différentes situations et événements à un moment donné qui explique le changement, que l’existence d’une cause unique et décisive. Mais ces séquences peuvent aussi être envisagées avec un grand angle. La comparaison internationale avec le Québec et l’Argentine permet d’identifier des différences sociétales dans les transitions vers l’emploi et dans les rapports même au changement.

Panneaux17

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Panneaux18

Bibliographie3 Parcours de vie et bifurcations

Le rapport au travail

Il peut changer au cours de la vie. Il concerne les conceptions que l’on a de l’activité (doit-on travailler ?), du travail en lui-même (pour quoi travaille-t-on ?), de l’emploi (qu’est-ce qu’un bon emploi ?), et du monde du travail (que propose la société ?).

Des normes sociales diverses circulent sur ces questions. Certains travaillent pour l’argent, d’autres par passion, ou pour se sentir utile, pour avoir du prestige, ou encore pour en faire le moins possible. Les jeunes s’en saisissent et envisagent une figure de travailleur, et un chemin pour atteindre cette cible. En fonction des premières expériences d’emploi ce rapport au travail évolue. On voit se dessiner des processus de découverte progressive d’un engagement dans le travail, ou à l’inverse (et plus souvent) de désenchantement. Dans les mondes de l’éducation ou du commerce, on voit des jeunes partir tout feu tout flammes (pour sauver le monde ou faire une belle carrière), et se trouver assez vite écrasés et déçus. La voie est alors ouverte pour une bifurcation, ou pour un repli sur un engagement plus limité.

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Panneaux16

Bibliographie4 Rapport au travail

La construction des relations sociales

La construction des relations interpersonnelles se fait à partir des contextes de vie (études, travail, loisirs…). Dans ces contextes, chacun s’engage dans des activités diverses, au cours desquelles il remarque d’autres personnes. Dans la jeunesse, les activités forment le « ressort » du lien, sa substance. La sociabilité se réalise surtout par groupes de copains. Puis un autre contexte peut être ajouté : on partage une autre activité avec la personne, on l’emmène au cinéma, on commence un sport… En ajoutant d’autres contextes, la relation devient polyvalente ; les activités sont alors moins déterminantes : on se fréquente surtout parce qu’on s’aime bien, quels que soient les contextes. La relation évolue en se centrant sur la qualité du lien qui devient le ressort principal. C’est le cas en particulier pour les amitiés, qui peuvent traverser les contextes et les épreuves de la vie, car elles sont devenues indépendantes des contextes. A l’âge adulte, les relations sont plus vite autonomisées et personnalisées. Elles sont aussi davantage fondées sur des similarités (qui se ressemble s’assemble).

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Mais les relations peuvent aussi s’étioler et disparaître. Les ruptures par conflit sont assez rares. Le plus souvent, on se « perd de vue » car le lien n’était pas devenu assez fort pour s’autonomiser du contexte de fréquentation ordinaire qui a disparu. Il arrive aussi que les trajectoires divergent et que les différences se creusent : l’un fait des études et l’autre travaille, l’une s’installe en couple et l’autre poursuit une vie de célibataire, l’un a un enfant et l’autre pas, les horaires et les sujets de discussion deviennent trop différents, etc.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les relations amoureuses se construisent elles aussi pas à pas. Et les relations familiales ont un statut à part : à la base ce sont des liens prescrits, que l’on ne choisit pas. Mais on peut ne pas transformer ces liens en relations, ne pas interagir avec des membres de la famille, ne pas construire d’histoire avec eux. Lors de l’entrée dans la vie adulte, certains moments sont cruciaux pour l’évolution des liens familiaux. En particulier, l’installation en couple et la naissance du premier enfant transforment profondément les liens avec ses propres parents, qui deviennent alors des relations entre adultes… avec quelques difficultés parfois.

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Panneaux12

Bibliographie5 La fabrique des liens

Le réseau personnel

L’ensemble de ces relations forme un système structuré, le réseau personnel. Certaines relations sont interconnectées (les amis se fréquentent entre eux), d’autres sont vues à part. La structure du réseau est intéressante pour le sociologue car elle donne un aperçu de la forme de l’inscription sociale : si le réseau est très dense, que tout le monde connaît tout le monde, l’inscription sociale est solide et relativement homogène ; s’il est segmenté, dispersé, l’inscription sociale est plus disparate et l’individu est plus libre de jouer sur des facettes variées ; s’il est centré, une personne concentre sur elle la plupart des interconnexions entre les groupes qui restent sinon divisés par contextes.

Cliquez sur le bouton pour accéder au panneau

Cliquez sur le bouton pour accéder au panneau

Ces profils sont récurrents et peuvent être encore affinés. Mais leur distribution montre qu’il persiste, dans les réseaux personnels, des différences sociales très nettes, en particulier en termes de classes sociales. Dans les classes supérieures, les réseaux sont plus grands, plus renouvelés, moins homogènes et plus segmentés que dans les classes populaires.

Bibliographie6 Les réseaux

L’évolution des réseaux personnels

Ces réseaux évoluent au cours des grandes transitions de la vie, mais aussi d’événements moins prévisibles. Le facteur le plus marquant est l’âge : lors de l’entrée dans la vie adulte, les réseaux diminuent en taille, surtout par la disparition des copains et connaissances du temps des études, au profit des amitiés et des relations familiales. Leur densité diminue globalement, sauf quand la famille devient vraiment majoritaire.

En fait, cette évolution est différente selon les événements biographiques traversés :

  • le passage des études à l’emploi fait surtout disparaître de gros effectifs de relations et éparpille les groupes ;
  • l’installation en couple ajoute de la famille, mais fait diminuer la fréquentation des copains, et la structure du réseau se centre sur le conjoint qui partage une grande part des relations ;
  • la séparation conjugale éparpille le réseau et fait aussi diminuer le nombre de liens ;
  • la naissance du premier enfant mobilise nettement la famille, mais fait diminuer les autres liens, surtout chez ceux qui ne sont pas des jeunes parents, et le réseau s’homogénéise ;
  • la mobilité géographique fait diminuer la densité du fait de la distance entre les anciens et les nouveaux amis, mais rapidement le réseau se renouvelle, surtout pour les étudiants ;
  • le chômage fait chuter les effectifs du réseau et concentre les relations sur la famille proche… mais le réseau se regarnit à la reprise du travail ;
  • la bifurcation professionnelle conduit au renouvellement important du réseau, mais sans modifier sa structure.
Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Panneaux14

Bibliographie7 Les réseaux au fil de la vie

Un système d’influence

Cet entourage évolutif agit comme un système d’influences qui contribue à orienter le parcours de vie. Il représente une sorte de paysage des possibles, des options de vie incarnées dans des personnes que l’on connaît et qui sont à portée de soi. Il donne aussi des « sons de cloches » plus ou moins cohérents ou diversifiés, des avis concordants ou discordants selon que le réseau est homogène et dense, ou hétérogène et segmenté.

Certains dont l’avis compte particulièrement influencent directement les décisions. Ce sont surtout les parents, les conjoints et les vrais amis, car la confiance accumulée dans le temps permet de se sentir en sécurité en suivant leurs conseils. Des personne moins proches sont également très écoutés, en vertu de leur distance justement avec le problème posé. Les personnes apprécient la diversité des avis donnés, et écoutent des personnes qui ne sont pas toutes en relations les unes avec les autres, qui ne communiquent pas. Le mouvement de segmentation des réseaux va dans le sens de la dissociation des personnes influentes.

Panneaux11 Panneaux10 Panneaux8

Cliquez sur les boutons pour accéder aux panneaux

Bibliographie8 Réseaux

Et l’enquête continue ! En 2015 une nouvelle interrogation est en cours avec le soutien du Labex SMS. Mais cela est une autre histoire…

Crédit image à la Une : CC Pixabay VivaLaRigby

Téléchargez l’article

Claire Bidart

LEST, Aix-Marseille Université (claire.bidart@univ-amu.fr)

More Posts - Website

Claire Bidart

LEST, Aix-Marseille Université (claire.bidart@univ-amu.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *