« Les morts, au placard ! » ou l’avenir incertain des momies

« Puisque la mort est inévitable, oublions-là ! ». Stendhal était loin d’imaginer à quel point ce trait d’humour fugace caractériserait notre temps. Au moins sous un aspect, car si l’on ne peut faire l’impasse sur la mort vécue que nous rappelle tristement notre actualité, il en est autrement de la mort célébrée, incarnée autrefois dans de tristes cadavres que l’on veillait à embellir.

Ainsi s’est achevée en moins d’un siècle l’époque étrange – et fort longue – où l’on soignait, présentait et animait les corps défunts en de curieux spectacles. Des momies d’Egypte à celles des couvents, la liste est longue de ces vieilles dames qui, oserait-on dire, doivent à présent « se faire quelques cheveux » car seules les plus célèbres suscitent encore émoi et/ou effroi. Qui se hasardera aujourd’hui à présenter à l’école, dans les parcours d’orientation, le doux métier des thanatopracteurs et des merveilles accomplies par l’art des cosmétiques ?

Les grandes guerres et leurs lots de défunts, précipitèrent sans doute le déclin de cet amour pour le cadavre désormais assimilé à un âge révolu. Les expositions de bières se font rares aujourd’hui, circonscrites souvent à des espaces aseptisés et fermés. Même les morts apprêtés ont quitté les images que l’on se transmettait pieusement dans les familles, depuis l’invention du daguerréotype. Ainsi l’iconographie post-mortem, dont on ne peut douter qu’elle est toujours pratiquée en des lieux spécifiques, n’appartient plus à l’univers du quotidien, de la normalité. L’âge industriel a jeté un froid sur l’enveloppe de la mort figée en ses derniers instants par la camarde de Georges Brassens. Notre rapport au cadavre a profondément changé et pour le mesurer, il reste une star du gotha funéraire prête à livrer quelques secrets à ce sujet. Sa popularité semble intacte, quoi que…

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

  • Etienne M., dir., 2009, Les Portes du ciel. Vision du monde dans l’Egypte ancienne, Paris : Editions Somogy.
  • Sésostris III, pharaon de légende, 2014, Exposition au Palais des Beaux-Arts de Lille, 10 octobre 2014 – 26 janvier 2015, Gent : Snoeck Ed.

La momie égyptienne, starlette intemporelle

Que l’on soit rassuré, l’antique momie d’Egypte accapare toujours l’attention. Quelques évènements récents le rappellent : après les Fascinantes momies d’Egypte invoquées par le Musée de la Civilisation de Québec en 2009-2010, l’année 2014 a été ponctuée de plusieurs expositions ambitieuses, très relayées par les médias. Celle du British Museum, Ancient lives, new discoveries (22 may 2014 – 12 july 2015), a permis la résurrection de spécimens anonymes des collections, à grands renforts d’imagerie 3D et de panels interactifs sponsorisés par Samsung Electronics. Au Parc des Sciences de Grenade, au sein d’un espace monumental valorisé par une scénographie lumineuse, ont été réunies cinquante momies et des « restes » (sic) venant de vingt-sept institutions internationales (oct. 2014 – sept. 2015) ; pas moins de 400 m² étaient dédiés à Ötzi et dans les vitrines, les dames égyptiennes côtoyaient les princesses indiennes et andines. Ajoutons Sesostris III, pharaon de légende de Lille (cf. encadré), Momies, un rêve d’éternité du Musée national d’histoire et d’art du Luxembourg (12 juin – 10 janv. 2016) et nous pourrons conclure à un « mummies forever ».

CC Flickr Chris

CC Flickr Chris

De Toutânkhamon….aux ibis et aux musaraignes

La surenchère actuelle que connait le monde des musées, que l’on ne peut que féliciter en terme de valorisation, doit beaucoup aux ressources technologiques, lesquelles sont autant les nouvelles béquilles médiatrices des dépouilles ancestrales que des outils extraordinaires pour la recherche. Cette alchimie récente, nouée autour des progrès de l’instrumentation scientifique et des pratiques de médiation mises en œuvre pour les valoriser (ou les vestiges qu’elles étudient) constitue un objet d’étude à part entière. C’est sous cet angle inédit que quelques chercheurs et conservateurs ont choisi d’envisager les nouvelles formes de valorisation des collections égyptiennes, lors d’une journée d’études consacrée à la momie et la tablette interactive (Labex SMS, Framespa, Université Toulouse-Jean Jaurès, mars 2015). Cette séance fort instructive réunissait les spécialistes français de l’égyptologie.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Au cœur des débats, les expériences de médiation menées pour les expositions Sesostris III, Les portes du Ciel (Louvre) ou les projets innovants du Museumlab de Tokyo, en marche avec les progrès conjoints de la science via le Synchrotron, les analyses ADN, la recherche d’isotopes, etc. Nos vieilles coquettes ayant l’heur de plaire aux savants issus de toutes les disciplines : botanistes, anatomistes, parasitologues, archéologues, criminologistes, sans oublier les geeks. Les archéozoologues ne sont pas en reste, non que les momies présentent quelques bizarreries fascinantes pour les tératologues, mais parce qu’un grand nombre d’entre elles ne sont pas issues de l’espèce humaine. En effet, il subsiste un corpus remarquable d’animaux momifiés dans les collections muséales (2500 à Lyon !), issus des centaines de nécropoles recensées en Egypte, et une dizaine seulement datés au carbone 14. N’est pas populaire qui veut.

L’envers du décor : la grande solitude des  momies

CC Flickr S. Castelli, détail

CC Flickr S. Castelli, détail

Le sujet est loin d’être anodin, car s’il est un « objet » de collection jugé particulièrement encombrant, ce sont bien les momies qui posent de grandes difficultés de conservation, de restauration, de stockage et de présentation. Toutes ne profitent pas des soins du corps qu’offre la science moderne : le matériel est coûteux et les logiques économiques ont pour corolaire la visibilité attendue. Si la dépouille de Ramsès III fait toujours florès dans l’univers médiatique des musées, la musaraigne séchée n’a pas le même succès. L’incroyable épopée des Quatre momies…et demie du musée de Roanne, racontée avec malice par Camille Pérez, est la métaphore de l’arbre qui cache la forêt.

CC Flickr Laetitia et Christophe Beauducel

CC Flickr Laetitia et Christophe Beauducel

Elle rappelle ce premier temps du collectionnisme, quand les momies étaient achetées groupées ou en morceaux, à prix avantageux, par des amateurs peu regardants qui les ramenaient pour les soumettre à des jeux collectifs de débandelettage, avides comme le sont les enfants à l’ouverture des cadeaux. Puis vint le temps de la conservation – quand elles furent appareillées à des sarcophages plus ou moins grands à l’issue de récolements hasardeux –  en même temps que celui de l’exode (la « mutualisation » d’aujourd’hui) lié aux regroupements de dépôts nationaux. « L’endormissement » fut finalement fatal à beaucoup d’entre elles : le manque de ressources humaines et techniques, les prises en charge par des municipalités aux gestions aléatoires, démunies aussi face à l’absence de documentation, eurent de funestes conséquences. Les ultimes succès de ces pauvres vestiges se cantonnèrent aux admirateurs de la dernière heure, champignons et bêtes nécrophages. Champollion lui-même s’en plaignait déjà.

Ainsi s’acheva l’âge d’or de la manipulation bienveillante et multiséculaire des momies, quand on s’émerveillait encore de pouvoir exposer dans l’église les restes de Germaine de Pibrac ou d’aller faire sécher au vent d’autan, sur les clochers de la cité, les dépouilles encordées des Toulousains. Ces momies-là, que l’on choyait autant que les cousines d’Egypte, sont tombées dans l’oubli, et l’on doit s’inquiéter du devenir de la majorité d’entre elles.

 

CC Flickr Mike Mozart

CC Flickr Mike Mozart

La mort en boîte entre médiation culturelle et déontologie

Par ailleurs, les innovations créées dans le champ de la médiation culturelle, aussi véloces que les momies sont immobiles, doivent retenir l’attention. Comme en patinage, les figures sont imposées au musée : expliquer les conventions de l’art égyptien et ses concepts, avoir si possible des stars connues à mettre en scène, les faire revivre à travers une identité forte, une gageure en soi. Il est vrai qu’en certaines villes elles nourrissent la mémoire inter-générationnelle. Nombreux sont les visiteurs qui gardent un souvenir ému de la terreur éprouvée face à In-Amun  ou Nesyamon empaquetés (Musée Labit, Toulouse ; Musée Déchelette, Roanne).

Couverture de Kid Paddle -11- Le retour de la momie qui pue qui tue

Couverture de Kid Paddle -11- Le retour de la momie qui pue qui tue

Le défi n’est pas simple. Le changement de fréquentation des lieux et la place croissante prise par les publics scolaires imposent certaines précautions et des niveaux de discours choisis. L’éloignement de la mort a transformé la relation au cadavre, par l’introduction d’une distance toujours plus grande. Les théâtres de la peur sont désormais repliés au sein d’espaces méditatifs et ritualisés, très confinés et circonscrits ; la préservation a contraint les musées à  des conditions de conservation drastiques, mais ces derniers ont largement accompagné le repli des corps dans les vitrines et les sarcophages, jusqu’aux supports numériques que s’arrachent les enfants : la momie est surtout l’icône bi-dimensionnelle des I-Pad, des I-Phones, des tablettes, des écrans interactifs et des parcours jeux. Si le concept de cadavre « propre » (un adulte présentable) l’a globalement emporté, les musées n’ont heureusement pas tout sacrifié sur l’autel du politiquement correct et les grimaces des momies Guanches exposées à Grenade sont rassurantes à cet égard. Nos dépouilles, qui pouvaient autrefois se targuer d’habiter bien des lieux fréquentés et de vivre parmi les vivants, après avoir été introduites avant l’heure dans les salles de musées comme les « ready-made » de Marcel Duchamp, sont désormais des bijoux repliés, magnifiés par des éclairages de téléréalité.

Il n’est pas sûr cependant que ces dévotions nouvelles résistent à la bien-pensance du XXIe siècle. Le macabre spectaculaire ne plaît pas à tous. Les nudités sont jugées offensantes et certaines voix s’élèvent aujourd’hui pour réclamer un droit de sépulture. Des messages de prévention informent les visiteurs de l’horreur du spectacle préparé, quand ce ne sont pas des paravents qui permettent de contourner les « choses ». L’empathie est toujours là car, après tout, qui souhaite finir assis dans une vitrine sous les sunlights ? Quels que soient les dispositifs numériques ou matériels que le futur sera capable d’inventer, le miracle de la vie humaine préservée assurera la survie, si ce n’est de la plupart des vestiges condamnés à disparaître faute de moyens, au moins de quelques sommités funéraires. Les beaux jours du tourisme macabre ne seront pas totalement comptés, ceux de la recherche seront plus difficiles à faire vivre.

Crédits image à la Une : CC Flickr Franck Berthelet


Sophie Duhem

FRAMESPA (duhem@univ-tlse2.fr)

More Posts

Sophie Duhem

FRAMESPA (duhem@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *