Friches industrielles et fêtes techno clandestines

CC Pixabay Designatic

CC Pixabay Designatic

Le Havre, ville de tradition ouvrière et maritime, est désormais touchée par la désindustrialisation… Les usines laissent progressivement la place à des friches industrielles. Certains de ces lieux abandonnés par les activités productives sont réinvestis par d’autres activités qui, au premier abord, n’ont rien à voir avec elles. Et notamment par des fêtes techno clandestines. Les bruits mécaniques, les distorsions électriques et la basse répétitive de la Noise  et de la Techno  entrent alors en résonnance avec l’histoire industrielle du Havre…

Ce film est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et The Conversation France

dans le cadre d’un partenariat de co-publication.

Le film Cadences donne à voir et à comprendre les liens entre l’émergence du mouvement des free parties  ou « Teufs » ces fêtes pirates venues d’Angleterre au début des années 1990, et le phénomène de la désindustrialisation. Les points de vue esthétique, sociologique et historique se mêlent afin d’analyser la façon dont l’histoire industrielle et son déclin produisent des brèches dans lesquelles s’insèrent des formes de déviances tantôt destructrices, tantôt résistantes et créatrices de nouvelles cultures.Cadences s’inscrit dans le cadre d’une thèse sociologique dont la partie écrite s’intitule Aux confins du travail industriel, les free parties. Une réflexion socio-filmique sur une déviance temporaire. Le film et l’écrit sont deux formes complémentaires de restitution d’un même travail de recherche.

CC Pixabay OpenClipartVector

CC Pixabay OpenClipartVectors

En immersion pendant plusieurs années dans le mouvement des free parties, Alexandra Tilman, chercheure-réalisatrice, mais aussi « teufeuse », accumule des images, des archives, des photos et des enregistrements sonores qui tracent le portrait d’une jeunesse en quête d’identité, et plus particulièrement des fils et filles d’ouvriers qui trouvent, pour un temps, leur place dans ce mouvement en marge, hors-institution, voire hors-société.Le film se focalise sur une figure particulière, celle d’Émilien dit « Miloo », créateur de techno et acteur des fêtes qui ont eu lieu dans les mêmes espaces où travaillait autrefois son père Philippe, ouvrier-chaudronnier chez Alsthom. Un événement inattendu bouleverse le projet de voyage d’Émilien qui doit fournir la matière de la deuxième partie du film, celle d’un départ vers d’autres horizons en marge, au-delà des frontières de l’Hexagone. Miloo ne vient pas au rendez-vous fixé. Il se fait arrêter. Il n’est pas question alors de trouver quelqu’un d’autre comme l’aurait fait un reporter qui doit répondre à un cahier des charges précis, mais de se repositionner, de repenser la recherche filmique en tenant compte de cette nouvelle réalité.

La réalisation du film s’inscrit dans un processus de recherche, en ce qu’il révèle l’écart entre ce qui est prévu, ce que l’on attend et ce qui arrive, ce qui se passe devant nous lorsqu’on est face aux personnes, face au réel. L’inattendu habite toujours la rencontre avec des gens saisis dans leur quotidien nous dit Fréderic Wiseman, la question est alors de savoir comment « organiser le hasard » (cité par Gérard Althabe, 2001, « Lecture ethnologique du film documentaire », in Filmer le social, filmer l’histoire, L’Homme et la Société, n°142, 10-25).

  • Tilman A., 2015, « L’expérience temporaire des free parties. Se sentir actif sans faire partie des actifs », Les Mondes du Travail, n°17.
  • Tilman A., 2014, « Cadences », Journal of video ethnography, the world’s first peer reviewed journal of ethnographic movies, Inaugural issue (issue 1), september 15. Cohen G, Ott M.,
  • Tilman A., 2011, « Le langage filmique comme écriture de la thèse en sociologie ? », Revue de l’Institut de Sociologie, Bruxelles, 171-179.

Capture-d’écran-2015-06-16-à-11.22.41 (1)Fiche technique

Cadences a été réalisé dans le cadre d’une thèse de sociologie soutenue le 3 juin 2014 à l’Université d’Évry devant un jury composé de Douglas Harper, Bruno Pequignot, Stephen Bouquin, Stephanie Genty, Florent Gaudez et Joyce Sebag. Ce travail de recherche s’inscrit dans le champ émergent de la Sociologie visuelle et filmique fondé par Joyce Sebag qui a encadré cette thèse.Le film a bénéficié du soutien de la SCAM (Brouillon d’un rêve) et de l’Université d’Évry (Fonds d’innovation à la recherche).

Type de média

Film-recherche

Laboratoire de recherche

Centre Pierre Naville, Université d’Évry Val d’Essonne.

Réalisatrice
Alexandra Tilman

Équipe technique

  • Prise de vue : Aurélien Vernhes-Lermusiaux, Sébastien Hestin, Diego Governatori, Alexandra Tilman
  • Son : Jocelyn Robert
  • Montage : Aurélien Manya

Informations techniques

  • Date de production : 2014
  • Durée : 38 min
  • Format : HD couleur, 16/9

Présentations 

  • Sélection officielle du FID, Festival International de Cinéma de Marseille, (2015)
  • Cycle de projection-conférence de Filmer le travail, Saison 2015-2016, Maison des Sciences de l’Homme de Poitiers, 18 novembre 2015
  • Séminaire FRESH, Film et recherche en Sciences Humaines, Rennes, (2015)
  • Journée Les sociologues font leur cinéma, UCO, Angers (2015)
  • Sélection officielle de l’Ethnografilm festival, Paris (2015)
  • Film d’ouverture du Congrès international de Sociologie Visuelle, Pittsburgh, USA (2014)
  • Eureka ! Ou comment filmer la recherche, Université d’Évry (2014)
celebration-159859_960_720

CC Pixabay OpenClipartVectors

Crédits image à la Une : CC Flickr Serge Vincent

Alexandra Tilman

Centre Pierre Naville ( alextilman1@gmail.com)

More Posts - Website

Alexandra Tilman

Centre Pierre Naville ( alextilman1@gmail.com)

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. Mariana Corrales dit :

    Love it!! Très bon travail 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *