Les estives pyrénéennes, espaces de multi-usage et d’innovation collective

ClkerFreeVectorImages

ClkerFreeVectorImages

Arpenter les petits sentiers pyrénéens, dépasser la limite supérieure des forêts, s’asseoir dans l’herbe, croiser un troupeau de brebis, contempler les hauts sommets ensoleillés au bord d’un lac ou bien s’abriter dans une cabane en pierre et attendre que l’orage cesse, voilà quelques expériences partagées par les amateurs de montagne et par les montagnards eux-mêmes. Ces spectacles grandioses gagnés au prix d’efforts physiques parfois considérables sont en grande partie, malgré leurs apparences naturelles et immuables, structurés par l’élevage transhumant depuis le néolithique. C’est dire qu’engager une recherche sur le pastoralisme pyrénéen, c’est entrer dans les coulisses du spectacle. Mais c’est aussi bien d’autres choses encore…

  • Lazaro L., 2015, Estives en partage. Une approche relationnelle des externalités du pastoralisme collectif pyrénéen, Thèse de Géographie et Aménagement, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès.

Le pastoralisme au cœur du débat

Etudier le pastoralisme, c’est d’abord comprendre que ces espaces dominés par un sentiment de liberté font en réalité l’objet d’un faisceau complexe de droits de propriété et d’usage. Ensuite, c’est prendre conscience que nombre d’éléments structurant le paysage montagnard sont aménagés et entretenus par une activité agricole singulière dont les marqueurs spatiaux se font pourtant discrets sur les immenses espaces constitués par les estives ; espaces aujourd’hui partagés par un ensemble d’activités récréatives, touristiques et environnementales. C’est aussi renouveler son propre regard sur l’élevage pastoral. Bien que souvent considéré « du dehors » par le biais du « folklore » ou de la « tradition », il se révèle « de l’intérieur » être une pratique agricole de haute technicité, modernisée et adaptée à la complexification des sociétés montagnardes et des usages des espaces pastoraux. Enfin, étudier le pastoralisme c’est enrichir son vocabulaire d’un lexique économique mobilisé dans le débat sur le devenir de l’agriculture de montagne pour qualifier et défendre l’activité pastorale pyrénéenne.

zefzefezfezf

Crédits Flickr JM Fumeau

Dans les Pyrénées, le pastoralisme est communément défini comme un système d’élevage herbivore qui valorise, par un pâturage extensif et saisonnier, les ressources fourragères de parcours ou de pâturages d’altitude que l’on appelle aussi les estives. Le pastoralisme pyrénéen se caractérise par sa dimension collective, tant dans les modes de propriété (publique, communale ou domaniale à 80 %) que dans les modes de gestion (par des groupes d’éleveurs ou par des collectivités gestionnaires). Cette forme d’élevage marque l’espace montagnard d’une manière non négligeable en valorisant plus de 550 000 ha d’estives et de parcours répartis sur les six départements du massif pyrénéen.

BC

CC Pixabay 825545

 

Après avoir été longtemps limité à l’image d’Epinal du berger et de son troupeau parcourant les pâturages d’altitude, le pastoralisme a fait sa réapparition sur la scène publique à l’aube des années 2000. Ce retour politico-médiatique se réalise dans un contexte de conflit autour de la cohabitation avec les grands prédateurs, et dans le cadre de la reconnaissance accrue par les dispositifs publics d’un ensemble de services rendus par l’activité pastorale aux sociétés et aux espaces montagnards. Le champ lexical du discours public de défense et de légitimation du pastoralisme pyrénéen s’est dès lors enrichi de notions « empruntées » aux sciences économiques et aux arènes de discussion internationales. Dans les Pyrénées, c’est notamment celle « d’externalités » qui a été mobilisée par des représentants de la profession agricole et des services de développement pastoral dans le cadre de débats relatifs à la réforme de la Politique agricole commune et aux soutiens publics du pastoralisme pour la période post-2014.

CC FreeVector

CC FreeVector

Evoquer les externalités du pastoralisme, c’est parler des bénéfices de cette activité pour un ensemble d’utilisateurs des espaces montagnards : entretien du paysage par les troupeaux, maintien des savoir-faire locaux, préservation de certains habitats ouverts favorables à une faune rare et vulnérable, limitation du couvert végétal assurant une protection contre les risques naturels (notamment contre les avalanches et les incendies). Mais c’est aussi évoquer la cohabitation parfois difficile entre des activités diversifiées en montagne.

 

  • Eychenne C., Lazaro L., 2014, « L’estive entre ‘biens communs’ et ‘biens collectifs’ », Revue de Géographie Alpine, 102-2, disponible en ligne.

 

Les estives pyrénéennes sont en effet un lieu de passage et de rencontres entre touristes pratiquant des activités récréatives variées, aménageurs et exploitants de domaines skiables, chasseurs, pêcheurs, forestiers, éleveurs… La cohabitation entre des activités parfois éloignées peut provoquer l’émergence de conflits d’usage ou d’incidents violents. La question qui se pose alors aux pouvoirs publics et aux communautés montagnardes est de savoir comment gérer ces espaces singuliers, réceptacles d’usages complémentaires et/ou concurrents. Alors qu’aux échelles européenne et nationale l’essentiel des dispositifs publics repose sur des logiques purement sectorielles ou relatives à la compensation de handicaps, à l’échelle pyrénéenne et au niveau local, les acteurs intervenant dans la gestion et dans l’utilisation des montagnes font preuve d’inventivité pour gérer des territoires marqués par la spécificité pastorale et par l’essor des activités récréatives et environnementales. L’innovation relève alors de la dimension collective de la gestion de l’espace, que ce soit dans les modalités de soutien de ce collectif ou encore dans ses modalités d’expression.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les ressorts du collectif pour gérer des espaces montagnards en partage

Dans les Pyrénées, le collectif repose sur une myriade de structures de gestion des estives allant des groupes d’éleveurs réunis en Groupements pastoraux aux collectivités locales gérant en direct les espaces pastoraux. Depuis 2008, ces structures disposent d’un cadre d’action garantissant la perpétuation de l’utilisation collective des surfaces pastorales par le financement de l’animation pastorale, du gardiennage, des travaux et équipements pastoraux, des diagnostics et études liés au pastoralisme, des cabanes, etc. Il s’agit du Plan de Soutien à l’économie montagnarde, original et expérimental à trois niveaux : par son approche globale du pastoralisme, par son échelle d’action pyrénéenne qui s’affranchit des cadre administratifs habituels et par l’articulation de dispositifs de financements européens, nationaux, régionaux et locaux.

  •  Eychenne C., 2012, « Le plan de soutien au pastoralisme pyrénéen ou l’impossible territorialisation de l’action publique agricole ? », Sud-Ouest Européen, n°34, 21-38.

 

L’innovation s’exprime également par des initiatives locales remarquables. Certains utilisateurs et gestionnaires des pâturages d’altitude trouvent des solutions construites collectivement et adaptées à la régulation du multi-usage en estives. C’est le cas des acteurs de la Montagne basque qui ont conduit depuis plus de dix ans une démarche d’auto-développement afin d’assurer la valorisation pastorale et sylvicole de l’espace montagnard, tout en garantissant la cohabitation « en bonne intelligence » des activités productives et des activités de loisir qui se développent sur le territoire. Ce sont les Commissions syndicales du Pays Basque qui ont travaillé à concrétiser les réflexions sur la manière d’organiser la cohabitation des activités sur la montagne. Ces établissements publics intercommunaux sont les descendants directs de la gestion valléenne traditionnelle des ressources pastorales et forestières par les communautés villageoises.

Leur travail a abouti à l’élaboration de la Charte de développement durable de la Montagne basque finalisée en 2007. Cette charte est un document d’engagement collectif co-construit à l’issue d’une démarche participative associant près de deux cents intervenants représentant les principaux usagers et gestionnaires de l’espace montagnard et réunis selon quatre thématiques : le tourisme, l’agropastoralisme, la forêt et le patrimoine naturel et culturel. Elle est rendue opérationnelle par une candidature au Programme LEADER pour la période 2007-2013. Ce programme permet le cofinancement par l’Union européenne d’un ensemble d’actions découlant de la charte.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les illustrations sont de la responsabilité du comité éditorial de Mondes Sociaux.

Il s’agit d’actions sectorielles en faveur du pastoralisme, du tourisme et de la filière bois, mais surtout de l’élaboration en 2011 du Guide de bonnes pratiques de la Montagne basque. Ce document est la colonne vertébrale de l’ensemble du projet. Son objectif central est de limiter les conflits d’usage et d’assurer la cohabitation entre activités par le biais d’un ensemble d’actions de sensibilisation et de communication auprès des gestionnaires de l’espace pastoral et du grand public. Ces actions prennent la forme de prospectus, de BD, de panneaux de signalétique, de films et d’un site Internet.

Capitaliser les initiatives innovantes qui émanent du terrain permet de mieux comprendre comment peut s’organiser la gestion des territoires de montagne enrichis au fil du temps de nouveaux usages et de nouveaux enjeux. Il s’agit d’abord de soutenir de manière spécifique une activité pastorale pourvoyeuse d’une multiplicité d’effets positifs qui vont de l’entretien des sentiers montagnards à la préservation du cadre de vie, en passant par le maintien du tissu social. Il s’agit aussi de soutenir les structures et les initiatives collectives capables de gérer le multi-usage sur les espaces pastoraux. Désormais, le collectif n’est plus simplement agricole tandis que la gestion de l’espace est amenée à s’élargir aux nouveaux usages pour une prise en compte plus intégrée des estives en partage.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Myrabella

Lucie Lazaro

Dynamiques Rurales (lucielazaro@gmail.com)

More Posts

Lucie Lazaro

Dynamiques Rurales (lucielazaro@gmail.com)

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *