Internet : ressources démocratiques et menaces

handgun-312049_640

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Au même titre que les manifestations ou les sit in, la violence est une modalité d’action des acteurs sociaux pour mettre en visibilité leurs revendications. Ainsi, de petits groupes ou des acteurs isolés peuvent engendrer un événement perturbateur susceptible d’attirer l’attention des publics sur une cause. Cette modalité d’action mène à une rupture dans les routines de la vie quotidienne et capte l’attention des entreprises de presse, les auteurs accédant alors au cœur de l’attention publique et suscitant parfois l’émoi de l’opinion. Ces atteintes à l’ordre social peuvent générer un débat public d’une vive intensité, à même d’orienter l’agenda politique.

Sous cette forme, la violence est expressive : elle est un moyen au service d’une fin. Cette collusion entre politique et médias relève d’une stratégie de communication instituée. Seulement, l’évolution récente du paysage médiatique a renouvelé la marge de manœuvre dont les acteurs isolés disposent pour publiciser leurs points de vue et coproduire les événements médiatiques. La convergence des usages des médias traditionnels et des médias participatifs du web 2.0 – ceux qui permettent la création, la diffusion et la consommation de produits culturels – transforme les ressorts communicationnels dont les acteurs disposent. Une telle évolution invite à analyser comment ces médias (smartphones, webcams, ordinateurs portables… reliés à Internet), co-déterminent les revendications politiques toutes les fois où la violence expressive leur sert de porte-parole.

  • Jenkins H., 2006, Convergence culture. Where old and new media collide, New York : New York University Press.
  • Livingstone S., 2013, « The participation paradigm in audience research », Communication Review, 16, 1/2, 21-30.

 

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Une ethnographie en ligne des fusillades dans les écoles

Le phénomène des school shootings aux USA servira d’étude de cas. Columbine, Virginia Tech ou Jokela a renvoient à ces types de fusillades scolaires : après avoir prémédité son passage à l’acte, un élève se rend à son école en vue d’assassiner des personnes à l’aide d’armes à feu au hasard des cibles. Cette violence spectaculaire sous-tend une médiatisation transmédia internationale, gage d’une publicité extraordinaire pour son auteur. Elle articule journalisme professionnel et amateur, et participation à l’évènement via les usages des TIC par des citoyens ordinaires.

Pour rendre compte de la manière dont les TIC reconfigurent la violence, une ethnographie en ligne de trois cas a été entreprise sur YouTube :

  • Le grand public a été observé durant six semaines à partir du massacre de Virginia Tech (avril 2007).
  • Le second public est le contre-public subalterne des fusillades scolaires, à savoir le réseau socionumérique de fans des school shootings (suivi entre 2007 et 2011).
  • Le troisième est le contre-public des tueurs ayant eu recours au multimédia pour accompagner leur engagement dans la violence (sept cas de fusillades entre 1999 et 2011).
CC Wikimedia Commons Valio_subaru

CC Wikimedia Commons Valio_subaru

La démonstration repose sur l’analyse détaillée d’une dizaine de paquets multimédias de tueurs, deux cents profils d’utilisateurs, et près de trois cent vidéos auto-produites, en plus de l’observation directe, notamment des conversations sur les forums.

  • Paton N., 2015, School shooting. La violence à l’ère de YouTube, Paris : FMSH, 224 pages.
  • Paton N., Figeac J., 2015, « Muddled boundaries of digital shrines », Popular Communication : The International Journal of Media and Culture, Vol.13, Issue 4, 251-271.
  • Paton N., Figeac J., 2015, « Expressive violence : the performative effect of subversive participatory media uses », ESSACHESS Journal for Communication Studies, n°8, (1)15, 231-256.

Accès pour tous à la parole publique et à la représentation politique

Les fusillades scolaires sont coproduites par l’usage que font les publics des médias participatifs. Les images ci-dessous fournissent un exemple de la manière dont les formats de participation de chaque public co-déterminent le sens des school shootings.

Capture d’écran 2016-01-11 à 15.32.12
La première vidéo publiée suite au massacre de Virginia Tech se veut représentative de la manière dont le grand public définit cet épisode comme une tragédie. Dans le second cas, l’internaute, membre du réseau d’admirateurs des fusillades, entend mettre en compréhension les tueurs et le sens de leurs actes. Dans le dernier cas, le tueur de Virginia Tech délivre un message à caractère politique.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Si la détermination de la violence par la participation des publics est anodine de prime abord, puisque tout un chacun est en mesure de proposer des cadres interprétatifs, la situation antérieure est pourtant altérée par l’usage des médias participatifs. Ces outils donnent un accès à la parole publique, autorisant ainsi la représentation politique. Internet bouscule en profondeur les recours à la légitimité dont certains acteurs peuvent se prévaloir pour défendre des idées contraires aux points de vue hégémoniques, véhiculés par les entreprises de presse ou les politiciens. L’emploi des outils numériques a une conséquence supplémentaire : les activités communicationnelles des internautes matérialisent une forme d’opinion publique. Or cette expression de la société est ce qui permet aux collectifs contestataires d’envisager l’existence d’une totalité sociétale à laquelle il est possible de s’opposer. Tout se passe comme si, grâce à l’événement médiatique, la société se matérialise et un consensus unifie la population qui qualifie le massacre de tragédie. Certains peuvent alors s’opposer à la société et à ce prétendu consensus en venant requalifier le massacre de « violence légitime ».

Formation de réseaux socionumériques

CC Flickr Brian Hawkins

CC Flickr Brian Hawkins

Dans le cas de notre étude à partir de YouTube, deux propriétés du site et plus largement du web 2.0 facilitent l’émergence de liens d’affinité. La première a trait au dispositif sociotechnique. La constitution de nouveaux liens relationnels s’effectue au moyen de l’architecture du site web et de la folksonomie. Tandis que la plateforme agrège les contenus, les hiérarchise et les soumet à l’attention des internautes selon des algorithmes, de sorte que l’observateur extérieur identifie les contenus les plus populaires à un moment donné, la folksonomie infère des nœuds de connexions, fédère des contributeurs partageant les mêmes centres d’intérêts et sollicite l’expression de commentaires. La seconde propriété tient à la redéfinition des sphères privée et publique par l’Internet : en rendant public ce qui auparavant était dissimulé dans le domaine du privé, ce medium offre l’occasion de rencontres et de liens transnationaux.

Du fait de ces propriétés, Internet forme un tremplin pour la constitution de réseaux sociaux et plus largement de mouvements sociaux. Les mouvements sociaux oppositionnels, typiquement défiants à l’égard des idéologies dominantes de la société, trouvent ici une formidable ressource pour faire part de leur désaccord et se fédérer par-delà les barrières des États-nations. Les minorités de toutes sortes (« laissés pour compte », groupuscules déviants, subcultures adolescentes…) désireuses de trouver des compagnons de route, peuvent effectivement y parvenir au moyen d’Internet.

CC Pixabay Hermann

CC Pixabay Hermann

Deux réseaux socionumériques en particulier sont à considérer : les sanctuaires spontanés (c’est-à-dire les mémoriaux créés par les citoyens à la suite de l’épisode de violence en vue de rendre hommage aux innocents morts) et les réseaux d’admirateurs. Ainsi, par exemple, en réaction à une fusillade qui fait la Une de nombreux médias, des anonymes sortent de la dispersion et se recueillent en ligne pour partager leur peine engendrée par la violence expressive au sein d’un sanctuaire spontané numérique éphémère. Puis, loin de la réaction à chaud de la presse, des internautes de divers pays forment un réseau socionumérique, caractéristique d’un groupe de fans (pages personnelles, pseudonymes…). Ces fans partagent du contenu spécifique aux school shootings : bribes de journaux intimes, causes qui prévalent, anecdotes de la vie des tueurs.

Des ressources engendrant la violence

1024px-PEGI_Violence_2.svgLes médias participatifs forment enfin une composante de l’engagement dans la violence expressive. Les auteurs des fusillades emploient une stratégie de communication intentionnelle liée à la fabrication d’un paquet multimédia durant la phase de la préméditation. Qu’ils déposent ces paquets en ligne sur des plateformes d’échanges comme YouTube ou RapidShare, ou qu’ils les adressent directement aux entreprises de presse, l’objet de ce message est de privatiser l’attention publique afin de porter un coup de projecteur sur une identité personnelle ou une revendication politique.

Dans ces paquets, la reconnaissance des « camarades martyrs » fonctionne comme un jeu de miroir qui participe à délimiter l’espace d’un groupe d’appartenance (image n°4). C’est le sens des propos de Wellington de Oliveira lorsqu’il nomme expressément ses frères d’armes.

Capture d’écran 2016-01-11 à 15.37.20

Capture d’écran 2016-01-11 à 15.37.25

Au-delà du langage, c’est au niveau des indices visuels que le groupe est perceptible. La répétition des procédés communicationnels  d’une image à une autre donne l’impression que les protagonistes s’imitent. C’est le cas de l’image n°5 où les tueurs prennent tous la même pose en se photographiant face à la caméra, une arme pointée en direction du spectateur. Toutefois, ces jeunes ne se copient pas de manière gratuite, ils font preuve de réflexivité. Ces photos renvoient à l’appropriation d’un style, propre à la subculture des school shootings.

Les auteurs déploient une stratégie visant à imiter sciemment leurs prédécesseurs pour s’assurer d’être eux-mêmes perçus comme des antihéros, afin d’accéder à l’échelon suprême de la hiérarchie sociale, celui de la célébrité. Ils cherchent moins à promouvoir la violence révolutionnaire qu’ils évoquent qu’à bénéficier du script culturel des school shootings. Leurs scénarisations découlent de leur volonté de renégocier leur identité.

Avec le cas des tueries dans les écoles, on voit comment les médias participatifs modifient les ressources des mouvements sociaux, des subcultures adolescentes ou des groupuscules extrémistes, en étant une clé de l’expression publique, mais aussi un vecteur à la formation et au maintien de réseaux socionumériques et enfin un instrument du passage à l’acte. L’arrivée des médias participatifs facilite la fabrication et la distribution de contenus numériques par les acteurs qui peuvent mettre en scène leurs revendications sans avoir à passer par l’intermédiaire des entreprises de presse, voire publiciser leurs points de vue hors de leur contrôle. Puis, comme l’exemple emblématique des mouvements djihadistes pourrait également le confirmer, les événements perturbateurs servent simplement à propulser à la Une leurs auteurs comme leurs paquets multimédias, compris comme des messages à prétention politique malgré leur nature identitaire.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Jarmoluk

Nathalie Paton

UMR 8039 CADIS, CNRS-EHESS, Paris (nathalie.paton@msh-paris.fr)

More Posts - Website

Nathalie Paton

UMR 8039 CADIS, CNRS-EHESS, Paris (nathalie.paton@msh-paris.fr)

Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. 06/04/2016

    […] Internet : ressources démocratiques et menaces […]

  2. 19/05/2016

    […] N., 2016, « Internet : ressources démocratiques et menaces », Mondes […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *