1914-1918 : l’arrière si près du front…

arrière

CC Flickr Frédéric

La vie des acteurs de la Première Guerre mondiale est désormais bien connue, nombre d’historiens ayant consacré d’importantes recherches à cette question. Mais force est de constater que c’est surtout la vie quotidienne au front qui a été étudiée. De sorte que le travail à l’arrière a été sinon oublié, du moins quelque peu négligé. Or s’il ne concerne pas directement l’histoire militaire, il fait la part belle à une composante essentielle de l’effort de guerre. Non seulement indispensable à la vie du front, le travail aide à préparer l’avenir, y compris l’après-guerre.

Un Colloque international – le Xe du genre consacré à la Grande Guerre – a fort opportunément rectifié le tir en prenant frontalement le travail à l’arrière pour objet de recherche et de débat. Comme les précédents colloques, il s’agissait – en s’appuyant, entre autres, sur des témoignages – de mettre en lien « l’histoire individuelle ou locale et l’histoire des nations et du monde » dans une perspective internationale (France, Norvège, Chine, Russie, Japon, etc.) et de privilégier des thématiques comme l’éducation, l’administration et la production.

  • Archives départementales de l’Aude, 2014, Travailler à l’arrière (1914-1918), Actes du colloque éponyme (23-24 mai 2013), Carcassonne : Conseil général de l’Aude, 215 pages.
  • Auteurs : Caroline Barrera, Jean-François Boulanger, François Bouloc, Maurice Carrez, Sylvie Caucanas, Rémy Cazals, Yohann Chanoir, Frédéric Danesin, Jean Guiloineau, Li Ma, Françoise Moyen, Jean-Marc Olivier, Rémy Pech, Ronan Richard, Alexandre Sumpf, Béatrice Touchelay, André Viola.

 

CC Flickr Library and Archives Canada / Bibliothèque et Archives Canada

CC Flickr Library and Archives Canada / Bibliothèque et Archives Canada

Des institutions dans la Grande Guerre

Des instituteurs, sur instruction ministérielle, consignent leurs observations sur la guerre et sur les conditions de vie et de travail, permettant à l’historien de repérer les continuités et les ruptures dans la vie quotidienne. La mobilisation entraîne d’abord plus de consternation que d’enthousiasme, avant d’être mieux acceptée. Les bombardements perturbent en profondeur la vie scolaire et la pédagogie. À Reims, par exemple, c’est « l’école sous les obus » selon le témoin Octave Forsant (le front traverse deux fois la ville pour se stabiliser à proximité). Or il est nécessaire d’assurer une continuité des enseignements, ce qui relève parfois du sacerdoce pour les hussards noirs de la République. Dès novembre 1915, ce sont essentiellement des enseignantes qui apprennent aux élèves à « lire, écrire, compter » et exaltent le patriotisme pour entretenir le moral de la population.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

C’est aussi une période particulière pour l’Université. Celle-ci assure non seulement les enseignements et mais se mobilise également pour participer à l’effort de guerre : contributions scientifiques, hôpitaux, bactériologie, etc. Le travail connait trois évolutions principales : « densification, diversification et internationalisation » visent à pallier le manque de main-d’œuvre, à assumer des « tâches patriotiques » (censure et contrôle, rééducation professionnelle des mutilés, etc.) et à préparer l’avenir, notamment par la mise en place de programmes d’accueil d’étudiants étrangers.

Certaines sources, à l’image des 53 dossiers qui constituent le Journal de l’arrière front (1914-1918) d’Albert Jurquet (Préfecture de Mende), relatent les débats de l’époque : « au fil des jours et des mois se dégage de ses écrits une vision de la guerre et de la société française » ; on y lit la colère, l’angoisse, le désespoir de ne pas voir arriver une victoire rapide. Ce témoignage donne à voir une vision « à l’opposé de cette  ‘Union sacrée’ dont la propagande officielle a tant parlée ».

Autre exemple, la Statistique générale de France (SGF) regroupe des spécialistes chargés d’élaborer et de diffuser des indicateurs. Cette administration publique rattachée au ministère du Travail se replie à Bordeaux pour poursuivre ses missions. Elle peut ainsi se développer dans un contexte où « la statistique devient essentielle à l’organisation de la Nation en guerre ». Néanmoins, elle ne dispose que de peu de moyens et d’effectifs pour accompagner l’économie. La SGF reste isolée, à la marge « des pratiques administratives novatrices que suscite ce contexte exceptionnel ». Un de ses apports : les recensements de 1911 et de 1921, qui aident à dresser un bilan démographique et social de la guerre.

Bien que situé très loin des théâtres d’opération principaux, le Japon est présent par l’intermédiaire de sa Croix-Rouge. En envoyant plusieurs missions, à la fois politiques et humanitaires, il s’affirme comme une jeune Nation moderne. Il achève « la phase ultime de son intégration dans le club des grandes puissances » et peut ainsi « participer aux négociations de paix et s’assurer divers avantages en Chine et dans l’océan Pacifique ».

L’effort de guerre à l’usine, à l’atelier et aux champs

Lucien Déandréis retrace dans un carnet les différentes facettes de la vie de son domaine viticole situé dans le Minervois, donnant à voir l’état d’esprit du propriétaire et mettant l’accent sur les difficultés du temps de guerre dans les zones rurales. Des pénuries entravent l’activité, en particulier en matière de main-d’œuvre, d’animaux de trait ou de fournitures (sulfate, avoine, etc.). Cependant, le marché du vin est fortement influencé par l’État, qui achète entre un quart et un tiers des récoltes, confortant « une reprise encore hésitante après la révolte de 1907 ». Les femmes doivent souvent faire face à des tâches qui leur donnent un rôle déterminant dans l’économie rurale : des épouses de maréchaux-ferrants ou de commerçants mobilisés « transgressent les limites les mieux établies » pour s’affirmer comme des chefs d’entreprises, tandis que d’autres « s’installent dans des domaines techniques nouveaux pour elles » : forges, infirmeries…

Dès 1914, la France mobilise 30 % de sa main-d’œuvre et 63 % en 1918, dont 45 % issus du monde rural. Cette situation impose aux autorités de mener une réflexion sur l’intégration dans l’économie des captifs ennemis, internés civils ou prisonniers de guerre. L’État, qui a contribué à façonner la figure du « barbare allemand », très prégnante à l’époque, doit convaincre les élus, les employeurs et la population d’accepter cette main-d’œuvre jugée disciplinée, peu coûteuse et productive. Il lui faut aussi s’assurer que prisonniers de guerre et internés civils aident à la hausse des rendements sans qu’il ait à recourir à la coercition.

Pour sa part, la Russie cherche dès 1915 à intégrer un nouveau groupe social, les invalides (entre 900 000 et 1,7 millions sur 140 millions d’habitants). C’est un problème de société qui est posé sans que cela n’ait laissé de trace dans l’historiographie russe. Or « la Grande Guerre crée par la masse des atteintes corporelles et psychiques (mutilés, amputés, malades chroniques, victimes de shellshock) un statut social inédit et fait surgir une question sanitaire, économique et politique dans un contexte particulièrement tendu ». Devenir invalide entraine une perte de statut social qui rend difficile le retour à la vie civile. L’invalide est avant tout « une victime à secourir plutôt [qu’un] un héros qu’il conviendrait de récompenser pour son sacrifice ».

10315796074_614482f5f6_b

CC Flickr MCAD Library

Au moment de l’entrée en guerre, les deux camps disposent de zones d’influence en Chine et notamment de 27 concessions. Adoptant d’abord une politique de neutralité pour éviter une contagion du conflit, la Chine prend finalement parti dès 1915 et envoie des contingents de travailleurs en Russie, en Grande-Bretagne et en France (460 000 au total)… avant de déclarer la guerre à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie le 14 août 1917. À la fin du conflit, ils sont pour la plupart rapatriés en Chine, mais 2 000 restent en France et leur contribution à l’effort de guerre reste peu reconnue.

Une mobilisation industrielle

L’industrie d’armement est un élément essentiel de l’effort de guerre. La fabrication d’avions connaît par exemple « un saut qualitatif du fait de [son] utilisation croissante ». Très tôt, les belligérants comprennent que pour remporter la victoire, il faut augmenter les capacités productives. Rapidement, les constructeurs se révèlent capables d’« une capacité à innover très impressionnante » et à relever les défis techniques. Des usines produisant en série naissent à Suresnes, Toulouse ou Leipzig (près de 48 000 appareils sont fabriqués en Allemagne), où est employée une main-d’œuvre héritière « de savoir-faire issus des domaines de l’horlogerie, des cycles et de l’automobile ». Dans le même temps, le « marchand de mort » Schneider s’affirme comme l’emblème de la mobilisation industrielle. Il faut dire que dès août 1871, Thiers lui avait demandé de se tourner vers la production d’armement. Au total, entre le 1er août 1914 et le 31 octobre 1919, il fabrique 37,6 % des canons et 8,7 % des obus français, ce qui en fait l’un des principaux « profiteur de guerre », avec Krupp et Vickers.

CC DeviantArt

CC DeviantArt Tuomaskoivurinne

En 1914, la Finlande fait partie de la Russie, même si elle dispose d’une autonomie importante, très menacée par la politique centralisatrice et autoritaire tsariste. En dehors des volontaires, elle n’a pas d’armée et contribue à l’effort de guerre russe au moyen d’un impôt, privilège qui lui coûte cher. Progressivement, elle voit son commerce déstabilisé. Ses navires sont coulés ou saisis par les Allemands et elle perd une partie de ses débouchés en matière de bois. Après la Révolution russe, la situation se complique, puisqu’elle est coupée de sa « métropole ». Son économie se dégrade, ce qui pour corollaire l’augmentation du chômage, la réduction du temps de travail et la baisse du pouvoir d’achat. Après plusieurs escarmouches, une grève générale est lancée en novembre 1917 et débouche sur une révolution. La répression impitoyable qui suit son écrasement en mai 1918 prend l’allure d’une guerre civile. Le Grand-Duché gagne néanmoins son indépendance et construit un nouvel État libéral et républicain appuyé sur un compromis sociopolitique.

Le parti pris des organisateurs du colloque de s’intéresser à la vie quotidienne à l’arrière et la variété des contributions proposées qui replacent le conflit dans une dimension internationale, a permis d’avancer dans la connaissance d’un phénomène jusqu’ici peu étudié. Néanmoins, la question est loin d’être épuisée. Il reste encore beaucoup à connaître sur les conditions de vie et de travail des acteurs individuels et collectifs de la Grande Guerre…

Crédits image à la Une : CC Flickr Sylvain Courant 

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. François Pelatan dit :

    Déandréis, du Minervois, dont il serait intéressant de diffuser le carnet, était-il métayer ou propriétaire dans ce domaine viticole ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *