Les enfants du numérique à la recherche d’informations

Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans. Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème.

La question d’une révolution de la pensée et de l’expertise dans la société de l’information est posée depuis plus de deux décennies. Auteur de la célèbre formule choc des « digital natives » qu’il oppose aux « digital immigrants », Mark Prensky, affirme dès 2001 que « nos étudiants ont radicalement changé. Les étudiants d’aujourd’hui ne sont plus ceux pour qui le système éducatif avait été créé ». Les jeunes nés après 1992, dans un contexte technologique d’omniprésence des ordinateurs personnels dans les foyers, de diffusion du web, des réseaux sociaux, puis des technologies mobiles, seraient radicalement différents de leurs parents. La métaphore de la migration, basée sur l’idée d’un changement radical de paradigme-monde avec le développement des technologies numériques, et sur celle d’une centralité du facteur générationnel dans les changements sociaux et cognitifs, sera ensuite largement reprise. Si le monde académique l’a rapidement critiquée et abandonnée, les médias continuent de l’utiliser, avec des variantes sous forme de « Génération Y » ou de « Petite Poucette ».

Cf. dans Mondes Sociaux une enquête longitudinale sur les jeunes de cette génération, « La vie et les réseaux. Le panel de Caen ».
CC Wikimedia Commons Anne Fiedler

CC Wikimedia Commons Anne Fiedler

C’est autour de cette apparente évidence d’un changement générationnel radical qui donnerait désormais aux jeunes des compétences nouvelles, une aisance dans la manipulation des outils techniques, une capacité à accéder rapidement à l’information dont ils ont besoin, qu’Anne Cordier vient de publier Grandir connectés. Les adolescents et la recherche d’information.

  • Cordier A., 2015, Grandir connectés. Les adolescents et la recherche d’information, Caen : C&F Editions.
  • Dagnaud M., 2013, Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris : Presses de Sciences Po.
  • Serres M., 2012, Petite Poucette, Paris : Éditions Le Pommier.
  • Prensky M., 2001, « Digital natives, digital immigrants part 1 », On the horizon, Vol. 9, n°5, 1-6.

Des adolescents observés, écoutés et interrogés

Anne Cordier est maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Rouen. Chercheure engagée, passionnée, inlassable, elle livre une réflexion aussi profonde que vivante sur la question de la mutation générationnelle et de la prise en charge par l’Ecole de ces adolescents qui ont grandi connectés. Dans un style à la fois personnel, voire subjectif – elle parle à la première personne et s’adresse directement au lecteur -, pour un travail à la rigueur scientifique incontestable, étayé par de nombreuses références théoriques, elle n’hésite pas à revendiquer un engagement fort : « prendre soin des adolescents » avec une exigence sociale et pédagogique. Cette écriture qui fait penser parfois à celle des anglo-saxons, tant dans la forme que dans la méthode pragmatique, au sens scientifique, mais qui fait lire comme un roman et réfléchir comme un essai, est véritablement jubilatoire. Car Anne Cordier ne parle pas que de théorie, elle parle de vies, de jeunes qu’elle a écoutés, observés, après les avoir accompagnés comme professeur documentaliste. La forme dialogique entre les jeunes qu’elle a interrogés et elle, constitue à la fois l’entame de l’ouvrage, le fil conducteur et la conclusion.

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Elle nous propose ainsi, à partir de son expérience, puis de son travail de recherche et d’enquête, de réfléchir sur les pratiques réelles et non supposées des adolescents, de dépasser les mythologies médiatiques, les raccourcis institutionnels, les prescriptions simplistes. Elle ne traite pas d’une supposée culture aux contours flous, mais des pratiques informationnelles des adolescents.

Les pratiques informationnelles des ados à travers leurs discours

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Qui sont et que font les adolescents ? La question ne peut recevoir de réponse univoque, et c’est le regard porté sur eux qui détermine la réponse, quelque part entre celui du biologiste, du sociologue et du pédagogue. Entre le déterminisme social de Pierre Bourdieu et la place laissée aux arts de faire de Michel de Certeau, la créativité transparaît dans l’analyse des pratiques informationnelles des adolescents. Le terme « pratiques », qui inclut des comportements, des attitudes, des représentations, est préféré à celui d’usages, centré sur les outils.

Les pratiques informationnelles désignent ainsi la manière dont les dispositifs, les sources, les compétences, les habiletés sont mobilisés dans des situations de production, de recherche et de traitement de l’information. Elles sont conditionnées en partie par l’imaginaire, les désirs, les angoisses des individus, mais aussi de la collectivité, dans une approche écologique d’un environnement qui oblige à conjuguer « les nécessités affectives des individus (avec les) exigences fonctionnelles des institutions ». Les études quantitatives sur ces pratiques n’ont que peu d’intérêt, en tout cas quand elles sont purement descriptives. En revanche, un courant de la sociologie des pratiques, représenté par Eszter Hargittai, notamment à propos de la fracture numérique, a creusé un sillon pour une démarche qualitative beaucoup plus riche. C’est cette démarche que l’auteur a choisi d’emprunter dans sa thèse sur les collégiens, puis dans sa participation à des projets de recherche – Projet ANR « Translittératie informationnelle », enquêtes sur les lycéens… – La méthode, d’inspiration ethnographique, repose sur l’immersion dans l’environnement de travail, l’observation et les entretiens, ceux-là même qui forment le fil conducteur du livre.

  • Hargittai E., 2001, « Second-level digital divide : mapping differences in people’s online skills », arXiv preprint cs/0109068.

 

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les jeunes et l’expertise

L’auteure a choisi de partir du discours des jeunes autour de la question de l’expertise. Si celle-ci est la capacité à organiser une connaissance propre à un domaine, enrichie par les méta-connaissances sur ses stratégies pour y parvenir, elle est particulièrement complexe quand il s’agit de l’information. Nicole Boubée et André Tricot montrent que la recherche d’information repose sur l’expertise d’un domaine, des systèmes et de la résolution de problème.

  • Boubée N., Tricot A., 2010, Qu’est-ce que rechercher l’information ?, Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB.

 

Ainsi, le discours médiatique qui impose à une génération une supposée expertise est véritablement gênant. L’expertise naît dans le regard de l’autre, et le sentiment d’expertise façonne l’image de soi. Or de nombreux adolescents observés ne se sentent et ne sont pas reconnus comme experts. Pour rétablir une image plus positive d’eux-mêmes et construire leur autonomie, l’accompagnement par les enseignants et la prise en compte des dimensions sociales des pratiques informationnelles restent indispensables.

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le numérique, et particulièrement Internet, ne peut être considéré en dehors du contexte social. Internet est en effet le cadre de référence des échanges entre pairs à l’adolescence. Il est investi progressivement dans un processus de familiarisation, d’appropriation et d’autonomisation dont l’efficacité dépend très largement du contexte familial et de dimensions affectives. Le contrôle parental plus ou moins serré, le réseau et le discours familial, de prévention, d’imitation ou d’information sont essentiels pour saisir l’efficacité des processus d’apprentissage.

Les pratiques observées et verbalisées sont complexes. Elles sont multi, intermédiatiques et non centrées sur le numérique. Le papier reste un support structurant, qui apporte aisance de lecture et sentiment de confiance. Le numérique est plutôt lié au sentiment d’exhaustivité, à l’immédiateté et au plaisir. La domination exclusive de Google – personnifié et mythifié – dans la démarche de recherche d’information, appelle une décentration cognitive complexe pour les plus jeunes, la prise de conscience de leurs propres représentations, nécessaire à la construction d’une véritable culture technique qui peut déboucher sur un engagement en politique numérique et une réelle émancipation.

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Ainsi, l’observation et l’écoute des adolescents en pratiques et en imaginaires incitent à accepter la complexité et à œuvrer pour la construction d’une culture de l’information, « composante essentielle de la culture générale ». L’information, la communication, le numérique, sont des questions techniques, mais aussi sociales, politiques, culturelles, cognitives structurées par un langage. L’apprentissage de ce langage passe par l’épreuve du monde et l’action en situation, le projet, le cheminement, l’acceptation de l’incertitude, dans une politique d’éducation globale et ambitieuse. Au terme du dialogue entre l’auteure, dont on sent la proximité avec son objet d’étude, et les jeunes, l’appel est très clair : « on a besoin de vous ». Le défaitisme et le renoncement pédagogique, les préjugés qui forment la vague de fond du discours ambiant sur l’état de l’Ecole ne sont pas de mise ; l’auteure en appelle à notre responsabilité individuelle et collective. Elle rejoint décidemment le pragmatisme et l’engagement social de John Dewey qui affirmait en 1930 que la reconstruction des individus ne peut advenir que si on s’efforce humblement d’observer les réalités sociales existantes et de les diriger en fonction de leurs potentialités internes.

La bibliographie proposée par l’auteur, pertinente, récente, multiple, doit être conseillée à tous les étudiants en sciences de l’information qui se préparent au concours du CAPES, mais aussi à tous ceux qui s’interrogent sur les pratiques informationnelles des jeunes. Car l’ouvrage est un projet culturel à lui tout seul : un éditeur engagé et passionné, un objet réfléchi et réflexif pour une forme iconoclaste et iconophile à la fois, un auteur incontournable dans la réflexion sur l’éducation à l’information.

 

Crédits Image à la Une : CC Flickr Service photo du Département du Val-de-Marne

Anne Lehmans

IMS, équipe Représentations, Usages, Développements et Ingénierie de l’Information, Université de Bordeaux (anne.lehmans@u-bordeaux.fr)

More Posts - Website

Anne Lehmans

IMS, équipe Représentations, Usages, Développements et Ingénierie de l’Information, Université de Bordeaux (anne.lehmans@u-bordeaux.fr)

Vous aimerez peut être aussi...

9 Réponses

  1. quiblier dit :

    Article très intéressant, en tout cas cela donne vraiment envie de lire le livre pour mieux comprendre ses enfants !

  2. Pradalier dit :

    J’adore l’illustration!!!

  1. 25/02/2016

    […] méthode et un média qui parle aux jeunes Ce qu'en disent les élèves. Les enfants du numérique à la recherche d’informations. Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, […]

  2. 29/02/2016

    […] Les enfants du numérique à la recherche d’informations. Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans. Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème. La question d’une révolution de la pensée et de l’expertise dans la société de l’information est posée depuis plus de deux décennies. Auteur de la célèbre formule choc des « digital natives » qu’il oppose aux « digital immigrants », Mark Prensky, affirme dès 2001 que « nos étudiants ont radicalement changé. Les étudiants d’aujourd’hui ne sont plus ceux pour qui le système éducatif avait été créé ». […]

  3. 19/04/2016

    […] TANk – la Revue de toutes les communications. Cycle numérique 2014-15 : journal de bord (with images) · OPC. Document Freedom Day. Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux. […]

  4. 17/05/2016

    […] Anne Cordier. Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux. […]

  5. 18/05/2016

    […] La culture des enseignants est la culture dite « légitime » dans laquelle s’inscrit leur pratique numérique. « Ils ont une bonne pratique de ces outils, mais qu’ils transfèrent peu dans leur pratique professionnelle ». Les jeunes ont une pratique très soutenue de ces outils, ils sont très bien équipés. Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux. […]

  6. 18/05/2016

    […] Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux. Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans. Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème. La question d’une révolution de la pensée et de l’expertise dans la société de l’information est posée depuis plus de deux décennies. Auteur de la célèbre formule choc des « digital natives » qu’il oppose aux « digital immigrants », Mark Prensky, affirme dès 2001 que « nos étudiants ont radicalement changé. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *