La littérature en Norvège, âme et miroir de la nation

CC Pixabay Ashreila

CC Pixabay Ashreila

En France, l’usage a fait de l’histoire littéraire le prolongement normal des études de lettres, tandis que l’histoire intellectuelle s’apparenterait davantage à l’histoire politique, parce que la notion d’intellectuel puise directement dans l’héritage de la Révolution française. Mais si les thèmes abordés par ces disciplines présentent d’indéniables différences, il est bon de remarquer que toutes deux se heurtent à un problème similaire : un mouvement de balancier entre, d’une part, la volonté de donner la primauté explicative aux contextes sociaux ; d’autre part, le désir de cerner les œuvres dans leur irréductible originalité, car toute œuvre de l’esprit aspirerait secrètement à se vêtir de cette aura universelle de vérité, souhaitant dépasser les petites contingences du moment présent.

Sans doute est-ce dans ce dilemme que réside l’origine profonde de la plupart des controverses qui agitent les historiens français. Il peut alors être utile de prendre de la distance face à ces interrogations, et de s’intéresser aux pratiques littéraires dans un autre pays. L’ouvrage dont il est ici question s’intéresse ainsi à la vie culturelle à Christiania (ancien nom d’Oslo) dans les années qui précèdent la « percée moderne », événement marqué par l’irruption des Scandinaves dans la vie littéraire européenne. Ces écrivains s’imposent comme les pionniers d’idées nouvelles, notamment contre les Eglises établies et leurs vieilles conventions morales. Cette percée est d’autant plus remarquable qu’elle n’est pas réductible à une mode passagère. Et la postérité étonnante du dramaturge norvégien Henrik Ibsen, dont les pièces sont toujours mondialement connues et parmi les plus jouées à travers le monde, est bien là pour l’attester.

CC Flickr Øklands trykksaker

CC Flickr Øklands trykksaker

Un point, en particulier, a donc préoccupé l’auteur de Christiania 1811-1869 : la délimitation des sphères d’influence respectives des religieux et des écrivains. En d’autres termes, qui sont les intellectuels dans la Norvège des années 1811-1869 ? Quel est leur rôle et quelles positions occupent-ils dans un pays qui recouvre opportunément son autonomie en 1814, en attendant de retrouver son indépendance complète en 1905 ? De quelle manière se pensent et se pratiquent les activités de l’esprit dans le quotidien de cette petite ville brumeuse de quelques milliers d’habitants, capitale d’un pays sans tradition urbaine ni aristocratique ? Quelles en sont les finalités ? Peut-on dire, par exemple, que la perte d’influence des religieux correspond à la montée en puissance des intellectuels, comme on l’entend souvent au sujet de la France contemporaine ? Est-il possible de mesurer précisément ce phénomène ?

 

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La littérature norvégienne et les contraintes de la vie culturelle

Parce qu’elle se situe à la croisée de l’histoire des idées, des œuvres, des institutions, de la politique et de la vie en société, l’histoire intellectuelle est certainement une porte d’entrée commode pour appréhender l’histoire générale d’un pays assez méconnu. L’auteur a donc, dans un premier temps, posé le cadre général de son travail, pour que le lecteur francophone soit convenablement familiarisé avec cette ville et ses habitants. Les premières pages abordent les contraintes matérielles, politiques et religieuses, contraintes qui font de la capitale norvégienne une capitale incertaine. Sont successivement présentées les conditions qui, dès le XVIIIe siècle, déterminent l’évolution des pratiques intellectuelles : la prospérité économique de la cité, son déclin et son renouveau, les caractéristiques de l’enseignement, l’évolution de l’espace urbain de l’époque moderne à la fin du XIXe siècle, le mécénat des souverains et la politique culturelle, l’essor de la presse, des bibliothèques et des associations artistiques, les lieux du divertissement urbain, le milieu des libraires et des éditeurs.

book-900386_1920

CC Pixabay condesign

Une attention particulière est ensuite portée à deux déterminants essentiels. D’une part, le développement du nationalisme, dès la fin du XVIIIe siècle, est marqué par des exigences scientifiques nouvelles, car les conditions de la liberté de pensée sont étroitement liées aux idées d’autonomie politique et de modernisation sociale. Est évoquée, par exemple, l’importance des contestations étudiantes dans les événements qui favorisent la mise à distance de la Suède.

CC Wikimedia Commons Olaf Krohn (1863-1933)

CC Wikimedia Commons Olaf Krohn (1863-1933)

D’autre part, la vie religieuse dans la capitale, sensiblement différente de celle que l’on peut observer en d’autres régions du pays, draine une large partie des pratiques littéraires et intellectuelles. Il est, par exemple, souligné à l’envi le rôle central de l’Eglise et des diverses mouvances religieuses dans la continuité du système d’enseignement depuis le XVIe siècle, mais aussi dans les mouvements d’éveil scientifique et populaire ; une attention particulière a été portée sur son rôle à l’Université, où la théologie, demeure longtemps la « reine des disciplines », grande pourvoyeuse de fonctionnaires pour l’Etat.

L’apparition d’un métier d’écrivain

La seconde partie constitue le cœur de cette analyse, avec une minutieuse cartographie de l’espace littéraire, c’est-à-dire de l’espace de tous les littérateurs recensés entre 1814 et 1869 : les sources existantes permettent de proposer une analyse exhaustive de tous les réseaux des personnes ayant publié des objets littéraires au sens large du terme. Ces « écrivants » ne sont donc pas nécessairement des artistes. Ce sont le plus souvent des scientifiques, juristes, pasteurs, médecins, ingénieurs, militaires ou artisans avant d’être des penseurs ou des écrivains.

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

La principale conclusion de cette enquête, c’est qu’il n’existe pas de mouvement uniforme de retrait des religieux de la vie littéraire, ou du moins pas un mouvement simplement quantifiable. La seconde moitié du siècle est même marquée par une recrudescence du nombre des auteurs religieux. Cependant, elle se caractérise surtout par une spécialisation accrue des activités de l’esprit, si bien que les écrivains deviennent également une catégorie sociale plus solide, plus visible ; mais aussi une catégorie économiquement plus viable, c’est-à-dire socialement plus autonome, à même par conséquent de s’opposer frontalement aux pasteurs et aux religieux dans le débat d’idées.

Les écrivains norvégiens, voix de la nation

Toutefois, avant les années 1860-1870, les rencontres, davantage que les conflits, sont la norme entre les différentes pratiques littéraires, entre la vie esthétique, la vie nationale et la vie religieuse. C’est là l’objet de la troisième partie qui, pour affiner le propos général, s’attarde sur plusieurs phénomènes : les diverses quêtes linguistiques, identitaires et métaphysiques de la jeune littérature norvégienne ; la redécouverte des sagas islandaises et des mythologies scandinaves, sous l’influence des frères Grimm ; le mouvement de retour aux traditions orales de la paysannerie comme un moyen de renouveler la littérature autant que la langue norvégienne ; et enfin, de manière plus austère, la lente institutionnalisation des études de lettres à l’Université ou la conception d’un psautier (recueil de psaumes) authentiquement national pour l’Eglise de Norvège.

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux

Le rôle d’individus influents, largement méconnus en France, comme Henrik Wergeland, Johan Sebastian Welhaven, Ivar Aasen , Marcus Jacob Monrad, ou encore Magnus Brostrup Landstad  est ici détaillé. Est également traitée l’importance du mouvement scandinaviste (qui revendique l’union des trois pays scandinaves en un seul Etat) dans la vie littéraire des pays nordiques entre 1839 et 1864. Cette partie met en évidence une multitude de ponts, de parallèles et de paradoxes dans les croisements entre le fait religieux, le fait national et le fait littéraire.

Elle permet enfin de conclure que si l’Eglise luthérienne n’est plus seule capable de fournir à la société sa boussole morale dans la seconde moitié du XIXe siècle, elle demeure, avec ses diverses mouvances, dont certaines remarquablement dynamiques, une institution profondément enracinée dans la vie quotidienne des Norvégiens de toutes conditions. Car c’est aussi là le propos de cet ouvrage : reconstituer, autant que possible, l’unité de la vie intellectuelle en Norvège de 1811 à 1869 et ses multiples liens avec la société.

CC Flickr Øklands trykksaker

CC Flickr Øklands trykksaker

Crédits image à la Une : CC Pixabay Ashreila

Aladin Larguèche

FRAMESPA (aladinlargueche@yahoo.fr)

More Posts

Aladin Larguèche

FRAMESPA (aladinlargueche@yahoo.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *