Les différentes manières d’habiter un village

CC Flickr Tazab

CC Flickr Tazab

Après plusieurs décennies de désertification, certaines zones rurales sont l’objet d’un réinvestissement croissant par des populations urbaines. Ainsi, à Gigouzac, village du département rural du Lot et sujet du film, 55% des maisons sont occupées par des personnes qui ne sont pas originaires de la commune. Le paysage social change et le partage d’un territoire par ses habitants ne suffit plus à construire une identité commune. Autrefois transmise et incorporée, l’identité s’inscrit aujourd’hui dans une dynamique « consciente ». Le village qui connaissait hier « un habiter » doit désormais conjuguer « des habiters ».

Le film-recherche Habiter Gigouzac montre les différentes manières d’habiter un village dans un espace rural, en mettant en parallèle ou en tension les discours des personnes originaires de la commune, ceux de leurs conjoints, et ceux des nouveaux-venus. Il apporte une réponse à la question de savoir si le village est encore un « lieu » (du latin locus) qui fait sens pour une population plus hétérogène qu’autrefois. Il pointe les transformations et les permanences qui sont à l’œuvre, démontrant que la commune reste malgré tout le premier territoire d’identification des individus.

dmeu_ici_1_std.lang.allLe film-recherche est une rencontre avec la réalité sociale que la complétude entre les différentes écritures (textuelles et filmiques) tente de restituer au plus près. Il permet de :

  • Donner la parole (aux habitants, aux lieux, aux rituels festifs, au quotidien)
  • Prendre la parole pour la reconstruire scientifiquement, sociologiquement, au regard de la problématique
  • Restituer la parole grâce à la projection du film dans le village, l’écriture filmique faisant ainsi acte de mémoire en fixant les choses.

images

Après avoir évoqué les représentations différentielles de Gigouzac, le film décline les manières de l’habiter en trois formes principales :

  • De nombreuses manifestations sont des moments festifs où le village se met en scène aux yeux des populations voisines, dont la présence est d’ailleurs fortement appréciée. Ces rendez-vous collectifs rendent compte de la vie locale, affichant le dynamisme connu et reconnu d’un village par rapport aux autres.
  • Les rituels festifs relevant de l’« entre nous », qui s’adressent et réunissent tous les habitants de la commune.
  • Habiter Gigouzac au quotidien, c’est aussi, et beaucoup, un relationnel fort, une interconnaissance, un entre soi qui relève de l’intime. Cet habiter spécifique, incarné par un noyau d’habitants originaires du village, est le ciment fondateur qui pérennise l’identité communale et permet pour l’instant sa transmission.

Pour finir, la question de l’« à venir » est comprise par les habitants originaires du lieu comme une évolution de leur communauté et de l’identité communale, alors que les non-originaires ont une vision plus territoriale du devenir de la commune (évolution des équipements communaux, des modes de gestion du village).

Habiter Gigouzac par Dynamiques-Rurales

  • Bour E., 2013, Les représentations de l’identité communale. Psychosociologie d’un village re-composé, Gigouzac, thèse de sociologie, Université Toulouse II -Le Mirail.

Capture d’écran 2015-06-16 à 11.22.41

Fiche technique

Ce film prend place dans la thèse de sociologie citée supra.

Type de film

Film-recherche

Laboratoire de recherche

UMR Dynamiques Rurales

Auteurs

Edith Bour

Réalisatrice

Edith Bour

Conduite d’entretiens

Edith Bour

Équipe scientifique
  • Anne-Marie Granié
  • Michel Bataille
  • Jean-Pascal Fontorbes
  • Jean-Michel Cazenave
Équipe technique
  • Prise de vues : Edith Bour
  • Montage : Edith Bour et Jean-Michel Cazenave
Informations techniques
  • Date de production : 2013
  • Durée : 54 min
  • Format : HD 1080p, couleur, son stéréo
CC Flickr Franck BARRE

CC Flickr Franck BARRE

Crédit image : CC Flickr Tazab

Edith Bour

LISST-Dynamiques Rurales ( bour.edith@orange.fr )

More Posts - Website

Edith Bour

LISST-Dynamiques Rurales ( bour.edith@orange.fr )

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Frank Corsiglia dit :

    C’est courant depuis les années 75 dans le sud-ouest et encore plus depuis les années 95-2000, mais je me suis toujours posé cette question: est-ce que l’anthropologie, l’étude anthropologique, pourrait-elle marquer dans ce type de communauté au peuplement modifié des modes de faire ou d’agir provenant des cultures des régions d’origine de ces gens, notamment de celles du nord et de l’est de la France? Par exemple, pour ajouter une nouvelle place au bourg, pour la façon d’orienter les maisons ou d’organiser le jardin, le type de légumes du potager, la façon d’apprécier le travail de l’instituteur/institutrice, etc…. et pour terminer : quelqu’un a t il tenté cette étude antrhopologique/sociologique notamment lorsque des élus originaires de ces régions ont dû prendre des décisions d’aménagement, d’urbanisation ?
    Je vous pose la question car moi-même je l’ai observé de façon simple dans le développement agricole sur le terrain.
    François Pelatan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *