L’histoire à la sauce numérique

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux

Un lieu commun s’est désormais imposé depuis quelques années : dans notre « monde de données », les sciences humaines et sociales sont en pleine mutation. Avec la numérisation de leurs sources primaires, les historien.ne.s n’échappent pas à ces changements, notamment les historien.ne.s du contemporain dont les sources à venir seront « nées » numériques.

À cette « mise en données » des sources historiennes s’ajoute leur mise en réseau, c’est-à-dire leur mise à disposition en ligne et la possibilité offerte aux chercheur.se.s de les utiliser dans leurs travaux sans nécessairement se rendre dans un centre d’archives. Mise en données et mise en réseaux nous forceront — voire nous ont déjà poussé — à adopter de nouveaux outils, de nouvelles méthodes, à penser une nouvelle épistémologie.

Ce livre collectif réunit des retours d’expériences et des réflexions, positives et négatives, afin de susciter une réflexion sur le métier d’historien.ne à l’ère numérique. L’ensemble a vocation de proposer une meilleure compréhension des outils et méthodes utiles à l’historien.ne pour faire son chemin dans un environnement numérique désormais omniprésent.

  • Clavert F., Noiret S., eds., 2013, L’Histoire contemporaine à l’ère numérique. Contemporary history in the digital Age, Bruxelles : PIE Peter Lang.

 

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Interroger l’environnement numérique des recherches en histoire

De nombreux questionnements sur cet environnement numérique émergent des usages :

  • l’utilisation croissante des ressources électroniques ;
  • l’usage du web qui a changé notre quotidien de chercheur et d’enseignant ;
  • l’incertitude sur le statut du document numérique, « fluide » dans sa forme comme dans son fond ;
  • l’avenir incertain — quoique se précisant avec le mouvement du libre accès — de la chaîne de publication des résultats de nos recherches.

Le cas de Parallel Archive (Eva Deak) illustre les nombreux questionnements méthodologiques des archives en ligne : quelle confiance placer dans les utilisateurs qui chargent les documents ? Quelle est la représentativité de ces archives pour la plupart privées ? Comment juger de leur authenticité ? En dépit de ces questionnements, ce même cas est aussi une promesse, celle de mettre en ligne des archives privées qui seraient difficilement accessibles autrement.

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux

Aux questions d’authenticité et de confiance s’ajoute la problématique juridique de la propriété intellectuelle : alors même qu’elle fait l’objet d’une extension sans précédent à l’ère numérique, elle est l’objet d’une profonde et ambigüe remise en cause. Elle est en effet perçue par les chercheurs comme une barrière au travail de recherche tout autant qu’une protection des résultats de ce même travail. D’autres questions juridiques sont l’objet d’inquiétudes, comme celle des données personnelles, sujet sensible qui a depuis fait l’objet d’une pétition des associations d’archivistes. Andreas Bagias, alors archiviste pour le Parlement européen, montre ainsi la difficulté de la mise en œuvre d’une volonté politique de transparence du Parlement de l’Union européenne qui se traduit par la mise en ligne de nombreux documents : à cette transparence est toutefois opposée le droit à l’oubli. Ce dernier, protecteur de avenir-present-futurl’individu, risque-t-il de nous faire oublier notre passé collectif ?

L’interrogation autour de l’égalité des langues et des cultures – bien que plus difficile à comprendre – est tout aussi réelle. Par exemple, les logiciels de reconnaissance de texte ne sont pas adaptés aux langues dites « rares » comme l’hébreu (Gerben Zaagsma). L’ère numérique mène-t-elle à une marginalisation de ce qui est déjà minoritaire ? Si l’on peut répondre que la structure du web, décentralisée par nature, devrait permettre une exploration des marges, l’émergence de grandes entreprises en situation de monopole, dont par exemple Google, nuance très largement cette réponse. La reconnaissance de texte n’est ici qu’un exemple : notre dépendance plus grande à la technologie pose la question des bases de son développement qui reposent sur une culture mainstream anglo-saxonne. Ce fait devrait néanmoins être lu comme un appel à participation des historiens et des chercheurs SHS en général aux sciences informatiques, afin que ces dernières prennent aussi en compte la diversité culturelle.

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

S’emparer des opportunités qui se présentent à nous

Notre recherche numérique future n’est pas uniquement constituée de points d’interrogation. Elle permet l’extension du champ des possibles des sciences historiques :

  • travailler collaborativement plus facilement et disposer ainsi de sources sur des sujets où elles sont traditionnellement rares (Élodie Nowinski) ;
  • faciliter la mise en place de grands projets permettant des recherches interdisciplinaires et internationales ;
  • varier nos sources en faisant appel aux matériaux multimédias plus faciles à stocker et à analyser massivement ;
  • trouver des solutions communes grâce aux logiciels libres et à l’accès ouvert ;
  • capturer de nouvelles sources en faisant appel « aux foules ».

 

Ces opportunités nouvelles sont à saisir, à encadrer méthodologiquement. Encore faudrait-il que les historiens en soient conscients, ce qui n’est pas toujours le cas avec le Web dit 2.0, social et collaboratif (Gino Roncaglia, Olivier Le Deuff, Serge Noiret).

CC Flickr Mkhmarketing

CC Flickr Mkhmarketing

Parmi ces opportunités, la question du public des historiens n’est pas à négliger. Si certains ont pu craindre que le récit historique s’élabore désormais sans les historiens, les contributions de Tsuriel Rashi et Israel Hershkowitz sur Yad Vashem, d’Enrica Salvatori ou de Serge Noiret montrent à quel point les technologies du numérique permettent aux historien.ne.s de s’adresser à un plus grand public, mais aussi de l’impliquer dans l’élaboration de la narration de l’histoire, en transformant, dans certains cas de projets d’« histoire publique », l’histoire en expérience à vivre, y compris dans les musées (Marie-Pierre Besnard). Les historien.ne.s peuvent également s’inspirer de projets « amateurs » de très grande qualité comme PhotosNormandie (Patrick Peccatte).

CC Flickr Jo Christian Oterhals

CC Flickr Jo Christian Oterhals

Notre environnement numérique nous pousse également à faire de l’histoire différemment. David Bodenhamer insiste ainsi sur le lien croissant — et très chers aux Français — entre histoire et géographie, lien encouragé par les technologies numériques.

Les conditions de la transformation de l’histoire contemporaine

Il y a cependant des conditions pour que les questionnements suscités par l’évolution numérique de l’histoire contemporaine se transforment en opportunités. En premier lieu, la plus grande technicité des méthodes et outils dont nous avons besoin appelle à l’interdisciplinarité et à un recours heureusement revalorisé aux « sciences auxiliaires » de l’histoire, dont certaines se sont adaptées bien plus vite que les sciences historiques au monde mis en données.

CC Free Stock Photos

CC Free Stock Photos

Les projets décrits dans ce livre par Alain Michel, Shadia Kilouchi (Usines3D – une reconstituion en trois dimensions du travail à la chaîne dans un atelier de Renault des années 1920) et Aurore François (just-his.be – une mise en ligne de sources sur l’histoire du droit belge) en sont un bel exemple. En effet, sans coopération entre documentalistes, ingénieur.e.s et historien.ne.s, ces projets auraient été impossibles. Cet appel à l’interdisciplinarité amène également à analyser les besoins des historiens en matière d’outils numériques et de formation — formation des historiens à la recherche, mais aussi à l’enseignement (Genaro Oliveira).

CC Pokepedia

CC Pokepedia

Autre condition pour que les historiens se plongent pleinement dans l’ère numérique, celle de l’évolution des grandes infrastructures numériques d’enseignement et de recherche. Il s’agit ici d’éviter le syndrome de l’archipel (Marin Dacos), c’est-à-dire l’éparpillement de recherches reposant sur des technologies ne pouvant communiquer entre elles. Ces infrastructures peuvent assurer l’interopérabilité entre les projets et les données produites par la recherche, par un souci accru porté aux standards, protocoles ou encore logiciels utilisés. Depuis la publication de ce livre et, surtout, la tenue du colloque dont il rassemble les actes (2009), la situation des infrastructures de recherche en France a beaucoup évolué. L’importance qu’a pu prendre la très grande infrastructure de recherche Huma-Num ou le portail revues.org d’OpenEdition le montrent.

Ces infrastructures s’assurent également de la pérennité des données liées à la recherche. Cette pérennité revêt une importance particulière, car elle permet de pallier l’inconvénients majeur des recherches par projets, qui, souvent, ne prévoit pas les suites à donner après leur fin.

Un renforcement de l’histoire

Enfin, comme l’a souligné le regretté Peter Haber, l’ère numérique renforce les fondations disciplinaires de l’histoire. Notre esprit critique doit être plus développé qu’il ne l’a jamais été. La critique des sources, cœur de notre méthodologie, ne peut être que plus importante encore. Cette pérennité, pour les historiens du contemporain (et les autres), porte un aspect encore plus particulier : le document numérique, fluide, « liquide », doit faire l’objet d’une « archéologie » permettant d’analyser les traces de ses formes et contenus précédents (Le Deuff). La critique des sources, dans une version actualisée, mais sans perte de sa rigueur, a ainsi de beaux jours devant elle.

  • Haber P.,2011, Digital Past. Geschichtswissenschaften im digitalen Zeitalter, München : Oldenbourg Wissenschaftsverlag.
  • Weller T., éd., 2013, History in the digital age, London : New York, Routledge.
  • Dougherty J., Nawrotzki K., eds., 2013, Writing History in the Digital Age, Ann Arbor : The University of Michigan Press.

Crédits image à la Une : CC Flickr Owni /-)

 


Frédéric Clavert

Université de Lausanne ( frederic.Clavert@unil.ch)

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Frédéric Clavert

Université de Lausanne ( frederic.Clavert@unil.ch)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 15/03/2016

    […] Un lieu commun s’est désormais imposé depuis quelques années : dans notre « monde de données », les sciences humaines et sociales sont en pleine mutation. Avec la numérisation de leurs sources primaires, les historien.ne.s n’échappent pas à ces changements, notamment les historien.ne.s du contemporain dont les sources à venir seront « nées » numériques. [lire la suite] […]

  2. 23/04/2016

    […] How to get better at data science. Charlotte Cooper sur Twitter : "Photos of Bodleian MS Fr. D5 uploaded! A (sadly, unillustrated) copy of #ChristinedePizan's Trois Vertus @BDLSS" Medieval Manuscripts sur Twitter : "Some fabulous manuscripts our now online courtesy of @britishlibrary @BLMedieval. Did Someone Say a New List of Manuscript Hyperlinks? It's that time of year when we update the list of manuscripts published on the British Library's Digitised Manuscripts website. 5 things we’ve learned about Digital Humanities in the last 5 years. Learning Theory v5 – What are the established learning theories? The Best UX Articles of September 2015 – Usabilla Blog. Flode – Use flow charts that execute to teach computational thinking & programming skills. L’histoire à la sauce numérique. […]

  3. 30/08/2016

    […] numérique de Bourgogne – Numérique & patrimoine. L’histoire à la sauce numérique – Mondes Sociaux. CC Mondes Sociaux Un lieu commun s’est désormais imposé depuis quelques années : dans notre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *