Taille des villes et performance économique : une légende urbaine

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Les discours sur les métropoles se sont multipliés dans la période récente, tant dans la sphère académique que dans le monde des experts et des politiques. Une idée revient dans de nombreux textes et discours : il existerait des effets de « masse critique » et des « effets d’agglomération », qui favoriseraient les territoires de plus grande taille. Il conviendrait donc de soutenir ces territoires plus performants, le surcroît de richesses permettant de financer les transferts sociaux et, en quelque sorte, de dédommager les perdants.

Le PIB par habitant, mauvaise mesure de la productivité

Il y a un peu plus d’un an, nous avions diffusé un texte (L’avantage économique apparent des métropoles : un problème de méthode de calcul ?, voir aussi Pourquoi les habitants de L’Île-de-France sont-ils plus productifs « en moyenne » ?) proposant une analyse critique de ces discours, analyse que nous avons développée et précisée dans un article paru en 2015 dans Nouvelle économie régionale et réforme territoriale, numéro spécial de la Revue de l’OFCE.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 

Dans cet article, nous montrions que le Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant est un très mauvais indicateur des performances économiques des régions, que seule l’Ile-de-France connaît une « surproductivité » apparente du travail, mais que cette « surproductivité » s’explique pour l’essentiel par la localisation dans la région capitale des très hauts salaires liés à certains types d’activités (sièges sociaux, secteur de la finance, partie des activités culturelles). Les autres différences entre régions résultent pour une large part non pas de différences intrinsèques de productivité, mais d’effets de composition et d’effets socio-démographiques (déconnections entre lieux de vie et lieux de travail, localisation spécifique des retraités…). Nous montrions également que les résultats de l’économie géographique avancés comme éléments de preuve par certains sont limités et fragiles. Nous mobilisions enfin des données sur l’évolution des emplois par zone d’emploi, sur la période 1999-2011, les traitements opérés permettant de conclure à l’absence d’effet taille.

CC Pixabay Eme

CC Pixabay Eme

Ces différentes contributions ont donné lieu à de nombreux débats, au sein de la sphère académique, mais aussi en dehors (dossier d’Alternatives Economiques, novembre 2015, numéro spécial de L’Economie Politique « La nouvelle donne territoriale », octobre 2015, etc.). De manière générale, il semble que notre critique du PIB par habitant comme indicateur de performance des régions a été acceptée.

Ainsi Pierre Veltz, auteur qui défend par ailleurs la thèse que nous contestons, résume assez bien la question : « le PIB régional est un concept qui soulève de nombreux problèmes, qui s’ajoutent à ceux du PIB en général. Où situer, par exemple, la valeur ajoutée produite par une entreprise comme Renault ? Le Technocentre, avec ses salaires élevés, contribue évidemment au PIB de l’Ile-de-France ; mais cette valeur ajoutée n’existerait pas sans les usines de production situées en province ou à l’étranger. La notion de PIB local, dans une économie aussi interconnectée que la nôtre, est artificielle. Par ailleurs, PIB élevé veut dire surtout, en pratique, salaires élevés. Les économistes orthodoxes diront que le salaire élevé récompense une productivité marginale élevée ! Mais le raisonnement est circulaire. On sait bien que la formation des salaires obéit à des normes et des rapports sociaux autres qu’une ‘productivité marginale’ impossible à mesurer. Au total, la valeur ajoutée n’est pas localisable : elle est dans le réseau » (17-18).

  • Veltz P., 2015, Entretien avec, propos recueillis par Sandra Moatti, « « L’industrie est dans les métropoles ! » », L’Économie politique, vol.4, n°68, 7-19.

Peu de liens entre taille des villes et évolution du nombre d’emplois

Cependant, les auteurs défendant la thèse des effets de la concentration sur les performances économiques se sont rabattus sur d’autres données, notamment les données Acoss (ex-Urssaf) sur les cotisations sociales afin d’estimer les créations d’emplois dans les différentes aires urbaines. Nous les avons à notre tour analysé en détail (On voit des métropoles partout, sauf dans les statistiques et L’avantage économique apparent des métropoles : un problème de méthode de calcul ? ).

Capture d’écran 2016-03-30 à 11.19.15

Le résultat de ce travail confirme que le lien entre taille des agglomérations et performance économique (ici la création d’emplois) est largement imaginaire. Les zones urbaines correspondant à la conception des « métropoles » présentes dans les textes évoqués en introduction ont des comportements très hétérogènes. Si l’on applique aux aires urbaines de plus 20000 habitants un modèle expliquant la création d’emploi entre 2009 et 2014 par la taille en 2009, l’explication produite est très faible (le coefficient de corrélation multiple est de 2,2%). Deux aires urbaines de grande taille créent plus d’emploi que ne le prédit ce modèle. Il s’agit de Toulouse et Nantes. Lyon, Bordeaux et Rennes en créent légèrement plus. Nice, Rouen, Douai-Lens et Saint-Etienne, en revanche, en créent moins. L’aire urbaine de Paris également. L’avantage apparent des grandes villes (les « métropoles ») dans certaines analyses provient de quelques-unes d’entre elles dont la croissance actuelle peut s’expliquer par des histoires économiques de longue durée et non par un simple effet de leur taille (pour Toulouse, cf. Les trois « chances » économiques de Toulouse).

  • Des travaux récents menés sur d’autres jeux de données ou avec d’autres méthodologies parviennent aux mêmes conclusions :

 

CC Wikimedia commons metropolis / fritz lang

CC Wikimedia commons metropolis / fritz lang

L’introuvable formule magique du développement économique local

Alors, pourquoi cet engouement ? Sans doute parce que les politiques publiques procèdent par imitation d’un modèle supposé le plus performant, modèle qui se réduit parfois à un allant de soi, une sorte de formule magique qui résoudrait tous les problèmes, formules répétées comme des mantras. En ce qui concerne la métropolisation, Pierre Veltz (cité plus haut) propose une autre explication, en insistant sur une dimension politique. Il évoque « l’idéologie de la DATAR » des années 1960 et 1970, qui consistait à « brider la croissance de Paris au profit des métropoles d’équilibre, tout en veillant à ce qu’elles-mêmes ne fassent pas d’ombre aux villes moyennes ». Selon lui, cette « idéologie » aurait évolué grâce aux groupes de prospective de la DATAR « quand on s’est rendu compte de la concentration de la croissance sur l’Ile-de-France et du rôle stratégique de Paris », mais cela n’a pas totalement éradiqué « le vieux fond urbanophobe ».

Notre propos ici n’est évidemment pas de raviver une pensée « urbanophobe » ou une sorte d’anti-parisianisme. Il est simplement de remettre en question ce que Pierre Veltz et d’autres tiennent pour une vérité d’évidence, « la concentration de la croissance sur l’Ile-de-France » ou sur quelques métropoles : nous considérons qu’elle est une illusion d’optique issue d’une analyse trop rapide des données disponibles. Cette analyse erronée s’est tellement diffusée, qu’elle est devenue un allant de soi, une véritable légende urbaine. Pour nous, les grandes agglomérations ne sont ni plus performantes, ni plus problématiques que les autres. Le succès économique a des causes bien plus complexes que la simple densité de population.

Un réseau de croyances

La croyance dans le surcroît de performance économique des « métropoles » peut se comparer à celle qui porte sur la nécessité pour les villes d’être « attractives » dans une compétition internationale toujours plus intense, ou celle qui fait de l’effacement des contextes nationaux un effet automatique de la mondialisation.

Il existe en fait un réseau de croyances de ce type, dont aucune n’est sérieusement fondée empiriquement, mais qui, prises toutes ensemble, constituent un système qui s’est imposé dans de nombreux milieux scientifiques et politiques et guide de nombreuses décisions. Ce système s’est diffusé de façon d’autant plus large qu’il s’adosse à des valeurs politiques. Certaines sont très largement partagées (y compris bien sûr par nous) : liberté de circuler et d’innover, ouverture aux autres, tolérance. D’autres sont plus spécifiques à une conception que l’on peut qualifier de libérale : la mobilité n’y est plus une liberté mais une obligation, la recherche doit être « excellente » (donc réalisée par une élite restreinte) ou disparaître, la performance doit primer sur l’équité…

CC Pixabay Gellinger

CC Pixabay Gellinger

Outre le manque de validité empirique, le défaut majeur de ces discours est d’imposer une vision uniforme des phénomènes spatiaux dans laquelle des facteurs simples suffiraient à créer du développement économique. A ces pensées en prêt à porter il est de plus en plus nécessaire de substituer des analyses sur mesure, précises et informées par des données de qualité, ouvertes à la diversité des situations et conscientes de la complexité des phénomènes. Et tant pis si cela ne débouche pas sur des solutions toutes faites promettant des succès à court terme et à moindre coût à des pouvoirs publics souvent trop peu informés et ne sachant plus qui croire parmi des experts aux discours contradictoires. La prise en compte du temps long, l’adaptation aux contextes locaux, l’organisation de réflexions collectives incluant les habitants et autres usagers, valent mieux que des généralités bâties hâtivement sur des idées reçues et censées résoudre tous les problèmes.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Unsplash

Olivier Bouba-Olga, Michel Grossetti, Benoit Tudoux

Olivier Bouba-Olga (CRIEF, Université de Poitiers, obouba@univ-poitiers.fr), Michel Grossetti (LISST-CERS, Michel.Grossetti@univ-tlse2.fr), Benoit Tudoux (LISST-CERS, benoit.tudoux@univ-tlse2.fr)

More Posts

Olivier Bouba-Olga, Michel Grossetti, Benoit Tudoux

Olivier Bouba-Olga (CRIEF, Université de Poitiers, obouba@univ-poitiers.fr), Michel Grossetti (LISST-CERS, Michel.Grossetti@univ-tlse2.fr), Benoit Tudoux (LISST-CERS, benoit.tudoux@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 01/04/2016

    […] Benoît Tudoux et moi-même, qui synthétise certains de nos travaux récents sur la question. Vous pouvez le lire en cliquant ici, allez y jeter un œil ne serait-ce que pour les illustrations […]

  2. 02/04/2016

    […] Benoît Tudoux et moi-même, qui synthétise certains de nos travaux récents sur la question. Vous pouvez le lire en cliquant ici, allez y jeter un œil ne serait-ce que pour les illustrations […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *