Les plates-formes technologiques en Sciences du vivant et en Biomédecine

531843326_81c9b2cff2_z

CC Pixabay Philip Bond

En France, depuis les années 1960, c’est à travers les « très grands équipements », hérités des sciences physiques, que les dispositifs instrumentaux lourds de la recherche scientifique ont été traditionnellement conçus, financés, organisés et administrés. Toutefois, à la fin des années 1990, une nouvelle notion émerge et s’impose pour désigner les arrangements technologiques stratégiques dans les sciences du vivant et le domaine biomédical : les « plates-formes » font leur apparition, dans le sillage des avancées en biologie moléculaire qui ont accompagné le vaste programme international de séquençage du génome humain.

Contrairement aux grands équipements de la physique des particules ou de l’astronomie (synchrotrons, radiotélescopes, etc.), qui se caractérisent par des infrastructures sur des sites stratégiquement choisis et nécessitant des investissements colossaux, les plates-formes technologiques en sciences du vivant se présentent sous la forme de réseaux d’instruments de taille plus réduite et au coût moins élevé, distribués sur le territoire national selon des logiques de spécialisation. Elles incorporent notamment un ensemble évolutif de technologies, de compétences et de pratiques, permettant de cartographier, séquencer et analyser à grande échelle et à haut débit l’ADN et ses produits.

CC Wikimedia Commons National Human Genome Research Institute

CC Wikimedia Commons National Human Genome Research Institute

Elles marquent ainsi la dépendance accrue du domaine vis-à-vis de l’instrumentation scientifique et des nouvelles technologies de l’information pour concevoir et réaliser des expériences, générer, stocker, mettre en circulation, analyser et représenter de vastes quantités de données génétiques.

Les chercheurs en sciences sociales qui ont étudié leur mise en place et leur fonctionnement concret les ont principalement abordées sous trois angles : la politique de rationalisation de la recherche à travers la mutualisation des ressources instrumentales ; la transformation des pratiques collaboratives de recherche et des rapports entre science et industrie ; et enfin, le nouveau régime d’innovation et de production des savoirs.

 

zzegzegzege

CC Pixabay Geralt

La gouvernance des plates-formes

La mise en place des plates-formes relève d’une politique de mutualisation des équipements de pointe, à travers laquelle les pouvoirs publics ont cherché à rationaliser l’accès à des instruments aux coûts d’investissement et de maintenance importants, nécessitant des personnels compétents et une infrastructure technique conséquente (notamment en termes de bioinformatique) pour les faire fonctionner. En les concentrant dans des pôles d’excellence, l’objectif poursuivi a été de susciter des dynamiques d’innovation et de coopération entre acteurs scientifiques et industriels à travers des synergies de proximité. Cette politique de mutualisation des équipements a également constitué un moyen privilégié pour orienter et structurer la recherche en sciences biomédicales, dans un contexte de compétition scientifique accru.

À partir d’une analyse empirique de la mise en œuvre de six plates-formes publiques, semi-publiques ou privées, Aggeri et al. (2007) pointent l’importante hétérogénéité de ces dispositifs, qui diffèrent quant à leurs institutions de tutelle, leurs missions principales, leurs modes de financement et règles de fonctionnement ; mais aussi par les technologies qu’ils rassemblent, les activités qui s’y déroulent, et le type d’interactions qu’ils entretiennent avec leur environnement.

 

Les chercheurs font ressortir les principaux enjeux auxquels ces plates-formes doivent souvent faire face après quelques années de fonctionnement, et qui peuvent engager leur pérennité : obsolescence des matériels, renouvellement des compétences, problèmes de rentabilité économique et d’évaluation scientifique des productions, contradictions possibles entre les différentes missions assignées (expérimentation scientifique, développement technologique, prestation de services, formation…).

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Leur hétérogénéité va de pair avec des modalités de gouvernance et de performance contrastées, renvoyant in fine à la manière dont le couplage entre recherche et instrumentation est réalisé en leur sein. Les facteurs qui permettent d’en rendre compte sont moins à chercher du côté de l’histoire institutionnelle et des contextes locaux d’implantation, du statut juridique ou de la forme organisationnelle, et davantage du côté des activités principales et de la nature des relations qui s’y déploient. Ces deux variables permettent de les positionner selon leur degré de proximité avec la sphère marchande d’une part, et des relations de coopération et/ou de concurrence auxquelles elles participent de l’autre.

Plates-formes, pratiques collaboratives et relations science-industrie

CC Pixabay Geral

CC Pixabay Geral

En organisant la mise en réseau de laboratoires académiques ou industriels, de centres hospitalo-universitaires et de startups de biotechnologies, les plates-formes ont été le creuset de nouvelles pratiques collaboratives entre universités, organismes publics de recherche, hôpitaux, entreprises, et parfois associations de patients. À travers la circulation des pratiques et des produits, et les nouvelles relations qui s’instaurent entre acteurs, elles ont participé à rapprocher des mondes sociaux qui n’avaient pas l’habitude de travailler ensemble. Ashveen Peerbaye et Vincent Mangematin suggèrent que ces dispositifs peuvent être considérés comme des organisations intermédiaires entre recherche académique et industrie ; l’instrumentation des plates-formes joue alors un rôle de vecteur de coordination et d’alignement de certaines préoccupations scientifiques et industrielles, à travers notamment des mécanismes de transfert de technologie et de circulation de savoirs.

CC Pixabay InspiredImages

CC Pixabay InspiredImages

 

L’émergence d’une recherche dite « translationnelle » en biomédecine, ayant pour but d’accélérer le processus qui conduit l’innovation technoscientifique vers une meilleure prise en charge des patients s’appuie elle aussi sur ces pratiques collaboratives équipées. L’objectif est de développer des applications cliniques permettant le diagnostic et le traitement de certaines pathologies, comme les cancers ou les maladies rares.

Un nouveau régime d’innovation et de production de savoirs ?

Les plates-formes en sciences du vivant et en biomédecine ne constituent pas uniquement des outils transparents permettant de rationaliser et d’accélérer la recherche scientifique ou le transfert de technologies : elles transforment profondément la nature et la signification de ces pratiques elles-mêmes. Ces configurations spécifiques d’instruments, de compétences et de projets collaboratifs transversaux fonctionnent comme une véritable machinerie épistémique, générant des connaissances, façonnant les activités de recherche et d’innovation. C’est pourquoi Peter Keating et Alberto Cambrosio les considèrent comme l’un des principaux outils de reconfiguration du régime d’innovation et de production de connaissances dans la biomédecine, à travers la mise en circulation de nouvelles entités proprement biomédicales, et la réarticulation qu’elles opèrent dans les manières de comprendre et d’intervenir sur le normal et le pathologique.

  • Keating P., Cambrosio A., 2003, Biomedical Platforms : Realigning the Normal and the Pathological in Late-twentieth-century Medicine, Cambridge, Massachusetts : MIT Press, 544 p.

 

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

L’émergence et la diffusion des plates-formes technologiques depuis la fin des années 1990 apparaissent donc comme un phénomène majeur de la structuration des mondes sociaux de la biomédecine contemporaine. Ces grands équipements sont même aujourd’hui des piliers auxquels s’adossent les promesses de la biologie intégrative et de la « médecine personnalisée ». Toutefois, ce type de dispositif sociotechnique, appuyé sur une politique de l’instrumentation, ne semble pas relever d’un agencement spécifique au domaine des sciences du vivant.

Des enquêtes récentes, comme celle de Mathieu Hubert, relèvent de grandes similitudes dans les formes de réorganisation d’autres champs technoscientifiques, comme les micro et nanotechnologies ou les sciences de l’environnement. On y observe là aussi des processus de mutualisation des équipements et des données à travers la construction de plates-formes. Ces dernières contribuent fortement à transformer les pratiques de recherche et d’innovation, en étendant les collaborations à l’intérieur, entre et au-delà des disciplines, et en confrontant les acteurs à des enjeux épistémiques et organisationnels inédits, comparables à ceux mis en évidence ici.

 

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Crédits image à la Une : CC Pixabay ArtsyBee

Ashveen Peerbaye

LISIS (ashveen.peerbaye@u-pem.fr)

More Posts - Website

Ashveen Peerbaye

LISIS (ashveen.peerbaye@u-pem.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 15/04/2016

    […] Le Monde 2016/04. > Les plates-formes technologiques en Sciences du vivant et en Biomédecine. Lire Peerbaye A. Mondes sociaux – Magazine de sciences humaines et sociales. 2016/03. > Conseil […]

  2. 05/09/2016

    […] Ashveen Peerbaye, Les plate-formes technologiques en Sciences du vivant et en Biomédecine […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *