Sivens ou qui défend la vie sur le territoire ?

zad détail

CC Wikimedia commons Dave4444

Alors que le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes rentre dans sa 45ème année, accompagné d’autant d’années de conflit entre partisans et opposants, le cas de Sivens illustre au contraire l’extrême rapidité d’un antagonisme entre différentes parties, qui s’est dramatiquement fini. Il mettrait aux prises des « gens d’ici » soucieux de développer leur territoire, à des « gens d’ailleurs », des « étrangers » qui, par amour de la nature, viendraient s’opposer à ce développement. En fait, l’explication binaire trop simpliste « gens des villes contre gens des campagnes » ne tient pas. Pas plus d’ailleurs que « ceux d’ailleurs contre ceux d’ici ».

Dans les deux cas, les enjeux sont plus globaux et l’échelle territoriale du périmètre du débat public sans cesse discutée : consultation ou référendum, mais auprès de qui et selon quels intérêts ? Dans les deux cas, le politique parait impuissant à jouer les arbitres impartiaux et à éviter blessures, humiliations et violences : pourquoi tant de violence, voire de haine autour de ces projets socio-techniques ?

S’agissant du conflit de Sivens, l’analyse du dénouement passe par la compréhension des différentes logiques d’action à l’œuvre et en particulier, des identités collectives et spatialisées dans lesquelles les participants se sont ou non reconnus : agriculteurs, techniciens des eaux, élus, membres d’organismes d’aménagement, militants écologistes, intellectuels de la métropole voisine, étudiants, jeunes marginaux, etc. Tous sont venus sur cette fameuse Zone A Défendre (ZAD) revendiquer un point de vue, une posture face à ce territoire voué à un aménagement important.

 

sivens

CC Wikimedia commons (détail) Déminheure

Militer pour l’eau ?

Sivens ? Cela est d’abord un choc des relations aux écosystèmes aquatiques, aux ressources en eau : pour les Conseils généraux et la compagnie d’aménagement, la rivière du Tescou devoit faire l’objet d’aménagements afin de corriger son déficit en eau. Et certains agriculteurs d’approuver, en 2014, le projet au motif du développement de leurs activités de production et d’une irrigation maitrisée ; tandis que d’autres, moins productivistes, plus proches de l’univers du bio se positionnent contre le barrage. Finalement, quelques paysans partisans du barrage se rangent dans le camp des opposants, au cours du conflit. Quoiqu’il en soit, pour les opposants, il y a forcément dissymétrie au profit de certains usages/usagers et de la gestion, et aux dépens des sources d’eau que sont les écosystèmes aquatiques.

En parallèle du duo pouvoirs publics/agriculteurs, deux forces collectives opposées au barrage se retrouvent alliées de circonstance et unissent leurs forces pour faire entendre leurs voix : le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet et les Zadistes.

CC Wikimedia commons Roland45

CC Wikimedia commons Roland45

Le premier renvoie à une forme de militantisme classique telle qu’on la trouve dans des mouvements écologistes anciens (Les Amis de la Terre, Europe Ecologie, Greenpeace, Nature et Environnement…) : on s’informe, on répond aux enquêtes d’utilité publique et on se défend devant les tribunaux compétents. C’est ce que nous avons appelé le « militantisme de documentation ».

Le second, trouve ses racines dans les mouvements altermondialistes et se décline sous différentes formes de New York (Occupy) à Madrid (Indignés), en passant par les ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Roybon en Isère et Sivens. La démarche des Zadistes est double : s’opposer aux « grands projets inutiles imposés par le système capitaliste de la croissance » et faire la preuve là et maintenant qu’un autre monde est possible. Dans le premier registre argumentaire, ils veulent démontrer qu’ils sont les seuls à défendre réellement la nature, comme l’exprime cet habitant de la ZAD : « Moi je suis citoyen de la Terre. J’suis ici pour défendre la Terre et donc ces arbres » (propos recueilli le 7 septembre 2014).

hqdefaultDans le second volet, cela signifie prouver que l’on peut vivre dans ces zones en y pratiquant une autre façon de produire, fabriquer, échanger, et au fond de vivre. C’est un militantisme avant tout d’occupation. Il remet en question une légitimité supérieure qui serait associée au fait d’habiter ou d’être originaire d’un lieu pour tout ce qui relève des décisions à prendre en termes d’aménagement. Eux-aussi habitent désormais la zone, et en l’habitant ils y trouvent des raisons de croire que leur combat est politiquement légitime.

« Quiconque a passé une journée sur ces zones arrachées à la convoitise de l’aménagement capitaliste du territoire, a pu ressentir cette force vitale qui ressurgit à travers l’expérience d’une vie débarrassée de quelques-unes de ses chaines et qui retrouve la fascinante liberté de s’ébrouer à sa guise. Une vie qui reprend confiance en elle-même, dans l’autonomie de ses facultés et dans sa capacité d’inventer ce qui lui manque » (Quelque part, p. 10 et 11).

Le sens de la vie

«Dans les affrontements autour du projet de barrage, émerge une question plus large, plus politique : la défense d’une forme de liberté d’errer, de s’exprimer, de vivre autrement. L’enjeu devient alors la défense de l’environnement autour de façons autres que celles du système productiviste. Vies de la nature, de l’agriculture, de l’eau, des arbres, des habitants, des agriculteurs, des zadistes sont ainsi soumises à une opposition frontale : qui défend la vie sur cette zone ? qui en est légitime ? pour parler de quelles vies ? au nom de quels principes ?

CC Flickr Jesper2cv

CC Flickr Jesper2cv

Loin d’être l’apanage des opposants au projet, la notion de vie est reprise par les défenseurs du projet comme en témoigne la création de l’association Vie Eau Tescou rassemblant des agriculteurs et des habitants de la petite vallée. Elle se mise à plaider pour la création de la retenue d’eau afin de pouvoir tout simplement continuer à vivre de la pratique de l’agriculture dans un contexte de pression hydrique accrue.

Pour certains auteurs, dont Michel Foucault (1976), la vie est historiquement devenue un enjeu de lutte entre gouvernants et gouvernés dès lors que les Etats et les Princes se mirent en tête de gérer les populations de leur territoire. D’autres y analyseront des processus de naturalisation des argumentaires : on invoque la nature, la vie pour défendre des positionnements politiques, des choix de sociétés ; l’utilisation de la notion de vie devient un argument pour donner un sens plus large à la mobilisation. Les événements de Sivens peuvent dès lors se lire comme traduisant des oppositions autour des manières d’administrer la vie, de se l’approprier, de se la disputer …

Engager son corps

L’affrontement des points de vue sur l’environnement s’exprime fortement par un engagement physique et corporel réel pour faire échec au projet de barrage : l’occupation physique de l’espace et l’utilisation de son corps comme argument dans des rapports de force. Des jeunes s’attachent aux arbres, d’autres s’enfouissent sur le parcours. En septembre 2014, lorsque les pelles mécaniques viennent détruire une grande partie des arbres pour permettre la mise en eau les « occupations » se renforcent ; elles sont largement appuyées par des étudiants des villes alentour, des jeunes habitués d’autres ZAD et des militants écologistes qui apportent leur soutien.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le fait d’exposer sa vie pour défendre la zone et la vie qui s’y trouve (milieu aquatique, espèces menacées, biodiversité), mais aussi la vie sociale et économique alternative qui s’y expérimente, apparait comme l’ultime recours pour faire échec au projet de barrage. Le passage en force des promoteurs du projet au lieu de décourager les opposants les ravive en braquant un peu plus les Zadistes et en mobilisant davantage de militants écologiques dont des personnages publics (conseillers régionaux, députés, présidents d’association, opposants célèbres à des projets anciens, etc.). Il s’agit de faire nombre et de montrer une certaine détermination contre le projet, en soutenant médiatiquement la cause des anti-barrages.

Quand l’air devient irresponsable…

Dans ce climat déjà tendu, on voit apparaitre un autre mouvement, pour le coup violent, composé de contre-manifestants dont l’identité demeure incertaine et qui forment une sorte de milice installant des barrages filtrant sur les routes des abords du site, agressant les Zadistes ou leurs soutiens. Habillés de noir, menaçant et défilant en bande de jeunes agressifs et très mobiles, ils sont présents au vu et au su de tous, y compris le jour du drame. Qui sont-ils ? d’où viennent-ils ? que veulent-ils ? Quoiqu’il en soit, leur présence consolide une ambiance déjà très sulfureuse, liée à l’épuisement des occupants et de leurs opposants.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt (détail)

Ce climat étouffant est à son paroxysme le 25 octobre 2014. Et pourtant, la manifestation – à laquelle les auteurs de ses lignes ont participé –démarre dans une ambiance bonne enfant, faite de débats, cafés et repas partagés, jonglages et tutoiements. A côté des opposants déjà évoqués, on y trouve des jeunes, des enfants, des vieux écologistes (…), venus dénoncer le barrage. Mais elle est aussi très surveillée et encadrée par une police omniprésente au sol et dans les airs.

Malheureusement, au fil de la soirée, le climat se tend, des rumeurs circulent à propos de gestes de provocation des « miliciens » ; les « organisateurs » tentent de calmer les manifestants alors que des explosions se font entendre du côté de la zone de construction de la digue. A la tombée de la nuit, alors que les « adultes écolo » sont partis, l’air devient irrespirable. On connaît la suite…

Il n’est pas inutile de rappeler qu’une semaine avant cette journée dramatique, certains acteurs s’étaient engagés dans une tentative de médiation entre « pro » et « anti » barrage. Cette initiative s’était traduite par un débat qui avait timidement formulé une solution intermédiaire dans laquelle le barrage pourrait être construit, mais avec une dimension plus modeste que celle du premier projet. Cette solution sera finalement adoptée, après le décès du jeune Rémi Fraisse…

 Notre présence sur le lieu se voulait à la fois, un soutien militant à la cause des opposants au barrage et une observation participante, bien connue des sociologues. Dès l’annonce du décès du jeune Rémi Fraisse, nous avons décidé de nous engager intellectuellement en « racontant » de manière savante ce que nous avions compris de ce conflit.

 

CC Patrick Mignard

CC Patrick Mignard

Crédits image à la Une : CC Wikimedia commons Davel4444

Marie-Pierre Bès, Frédérique Blot, Pascal Ducournau

Marie-Pierre Bès (LISST-CERS, bes@univ-tlse2.fr), Frédérique Blot (GEODE, frederique.blot@univ-jfc.fr), Pascal Ducournau (LISST-CERS, ducourna@cict.fr)

More Posts

Marie-Pierre Bès, Frédérique Blot, Pascal Ducournau

Marie-Pierre Bès (LISST-CERS, bes@univ-tlse2.fr), Frédérique Blot (GEODE, frederique.blot@univ-jfc.fr), Pascal Ducournau (LISST-CERS, ducourna@cict.fr)

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. BES marie-pierre dit :

    un journal de terrain sur Notre Dame des Landes qui partage une similitude d’approche et d’analyse.

    http://www.grand-angle-libertaire.net/une-experimentation-territoriale-utopique-la-zad-notre-dame-des-landes-premiers-elements-de-genese-politique/

  2. guipago dit :

    Non, ça ne fait pas 45 ans que le projet de NDDL existe ni qu’il y a les batailles entre opposants et partisan. Il y a eu des « idées » d’aéroport depuis les années 60 mais jamais de projet véritable. Il y a eu projet depuis la décision de l’ Etat de transférer l’aéroport actuel qui effectivement pose plusieurs problèmes. Il y a eu des préemptions du Conseil général dans l’éventualité d’un transfert et étant à cette époque « aux affaires » comme on dit, nous ne pensions pas réellement que cette idée aboutirait. Sauf que la transport aérien a explosé, qu’il a fallu en tenir compte. Jusqu’à cette décision, tout se passait dans le calme, la sagesse et la raison, et on aurait pu continuer comme ça en décidant ou en ne décidant pas de transférer l’aéroport. Tous les habitants de la zone savaient depuis de nombreuses années cette éventualité et il y a beaucoup de malhonnêteté aujourd’hui à s’opposer et surtout de cette manière. Quant aux comportements et au langage des zadistes, comment pourraient ils être recevables?

  3. Frank Corsiglia dit :

    Les auteurs argumentent qu’ils veulent s’appuyer sur une vision globale de la situation, mais en route, ils ont oublié de mettre en avant le fait générateur de ce projet et d’autres projets du même type toujours en cours dans le Grand Sud-Ouest, et ce fait générateur dans la longue durée ( 50 ans ) c’est évidemment la société d’aménagement rural à statut public d’état « CACG : Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne » qui a un monopole de la création des infrastructures destinées à l’irrigation, de l’équipement des exploitations du périmètre irrigué et de la formation des agriculteurs à l’irrigation: De plus, cette société publique d’aménagement est dirigée, au moment de Sivens, par des fonctionnaires détachés ou mis à disposition(170 ingénieurs et techniciens) et administrée par des conseillers généraux et des conseillers régionaux du Grand Sud-Ouest ( Aquitaine et Midi-Pyrénées). Donc, le site de Sivens a été proposé aux organisations agricoles par la CACG dès les années 80 : cette société publique dispose de cadres et de techniciens de haut niveau a reconnu et cartographié depuis 50 ans tous les sites potentiels d’irrigation sur le bassin Adour-Garonne. En terme de sociologie des organisations, on peut qualifier à la fois la CACG de structure étatique (intérêt général), de leader d’opinion sur l’irrigation ( organismes professionnels et grand public) et d’outil d’intervention des structures locales ( départements et régions). En fait, tout part de là mais personne ne s’en est aperçu car les universitaires et les chercheurs ne l’ont découverte qu’au moment critique du projet de Sivens ! Ce qui est assez vexant pour des gens chargés précisément par leurs universités d’observer l’évolution de leur territoire. C’est un peu comme si l’Université de Grenoble ou de Chambéry s’apercevait ce matin que les glaciers alpins sont en train de se réduire ! Mais le plus surprenant reste à venir pour ces universitaires chargés d’analyser ce qui se passe sur leur territoire: c’est que tout simplement il y a encore dans les cartons de l’agence régionale de l’eau Adour-Garonne une dizaine de retenues type Sivens à construire, les enquêtes publiques ont commencé pour certaines d’entre elles. Les universitaires vont ils les trouver …..Suspense !

    • BES M-P. , BLOT F. et DUCOURNAU P. dit :

      bonjour,
      Nous vous invitons à consulter la bibliographie des universitaires, dont nous ne sommes pas les seuls représentants. Il a été démontré par F. Blot dans sa thèse (2005) que le modèle de gestion de l’eau est résilient en Adour-Garonne et que la logique est à la construction de retenues pour accroître la ressource (politique de l’offre en eau conduite en autre depuis le PDRE – Plan de Développement de la Ressource en Eau – de 1988) sous couvert d’arguments « naturalisants » : il faut respecter les débits d’objectifs d’étiage, lutter contre la sécheresse. Ce processus de naturalisation de l’argumentaire sert depuis plus d’un siècle en Europe à justifier la construction de retenues et de transferts d’eau tout en limitant la portée critique des problèmes de qualité et de quantité d’eau identifiés sur le terrain à l’égard des pratiques industrielles, agricoles mais aussi domestiques.
      Certains estimaient cette thèse pessimiste mais, à la suite de ce travail, Sarah Fernandez a plus spécifiquement analysé la construction des débits et démontré dans sa thèse (2009) qu’ils résultent de constructions sociales et qu’ils contribuent à valider la poursuite de la politique de l’offre en eau en Adour-Garonne. La réforme des volumes prélevables qui aurait du contribuer à une gestion de la demande en eau a donné lieu, en Adour-Garonne, à une traduction particulière qui renforce cette politique de l’offre en eau (les volumes prélevables alloués étant supérieurs à la ressource). La problématique du changement climatique vient même apporter de nouveaux arguments pour justifier la politique de l’offre proposée (voir le plan Garonne 2050).
      Dans ces 2 thèses, la place et le rôle de la CACG est très clairement souligné dans l’histoire de la gestion de l’eau en Adour-Garonne. Dans le cadre du programme KLIF financé par la Région des chercheurs travaillent sur ce sujet plus précis de la construction des débits et des liens qui existent entre production d’indicateurs de gestion à partir de « données naturelles » et choix d’aménagement. Nous avons effectivement connaissance de la question du choix difficile pour les institutions de futurs lieux de construction de retenue en Adour-Garonne, notamment parce qu’ils leur revient de respecter les Volumes Prélevables validés par les autorités de l’Etat, mais aussi… parce qu’il y a eu Sivens.
      Le texte publié ici n’avait pas vocation au développement de l’ensemble de la réflexion sur la gestion globale du bassin, ni même à donner une image globale de ce que font les universitaires (il y a tant de manières de voir et de faire de la recherche). Le terme global a été ici utilisé en référence à un autre cadre interprétatif, de dimension sociale.
      Notre article vise surtout à analyser les engagements militants à propos d’un barrage en soulignant les formes modernes et corporelles d’occupation des lieux. Il s’agit de montrer par là l’existence de revendications liées à des vies moins consuméristes et des futurs fondés sur le partage loin des considérations économiques et politiques. D’ailleurs le mouvement « nuit debout » s’inscrit dans cette dynamique des formes de militantisme et de revendication sociale de la jeunesse.
      Il a aussi pour but de s’interroger plus largement sur la place qu’occupe la notion de vie en général dans les mobilisations politiques aujourd’hui, et de réfléchir à ce que l’on pourrait appeler, à la suite des travaux de M. Foucault, la biopolitique : à ses mutations, ses redéfinitions, et ses (tentatives d’) appropriations par différentes catégories d’acteurs à partir de contextes locaux comme celui de Sivens.
      En ce qui concerne la vision de ce que doivent faire et être les universitaires sur leur territoire, nous n’avons sans doute pas le même point de vue. Selon nous, nous ne sommes pas là pour débusquer des « affaires », « signaux forts », nous travaillons collectivement sur le temps long à une meilleure compréhension du monde social en travaillant sur le quotidien pour identifier les « signaux faibles » mais décisifs dans la construction et la validation du monde social : ici le rôle des débits, là le recours à de nouvelles forme de militantismes ou au champ lexical de la vie. La recherche menée se consacre à la production de connaissances. Les acteurs peuvent ou non s’en saisir comme ils l’entendent et quand ils l’entendent, en cela la recherche peut contribuer à l’émancipation et non au formatage renvoyant à une production normative.
      merci de nous avoir lus,

      • Frank Corsiglia dit :

        Ok c’est plus clair et bravo à Sarah Fernandez !

        • bes marie-pierre dit :

          qui est Sarah Fernandez ?

          • Frank Corsiglia dit :

            Sarah Fernandez doit être une de vos étudiantes puisque sa thèse est citée dans votre bibliographie.Mais pour ce genre de travail à l’avenir, il faudrait plutôt des étudiants spécialisés dans l’étude des organisations, leurs organigrammes cachés, les vrais décideurs, etc…Les universités de Cambridge, d’Essex, de Berlin et le CSO-Sciences Po ont créés l’an dernier un programme de recherches  » Governing ignorance », « Ignorance studies »…vous devriez vous en inspirer peut-être ?

  4. Rémi Frèche dit :

    Enseignant-chercheur en « économie politique ». Vous feriez mieux de vous contenir à enseigner plutôt qu’à aspirer à la recherche, visiblement cette tâche vous dépasse.

    Excellentes remarques dans le premier commentaire.

  5. David et Jérémie Garrigues dit :

    Avec l’appui de plusieurs mois d’ethnographie, quelques remarques :

    i. Le conflit autour de la retenue d’eau de Sivens est aussi vieux que celui de Notre-Dame-des-Landes ;

    ii. Une enquête superficielle sur la situation économique de l’agriculture dans la vallée du Tescou montrerait facilement qu’il s’agissait moins, avec ce barrage, de « développer » une agriculture « productiviste » que de maintenir un salaire au-dessus de la faillite ;

    iii. Votre texte entretient la confusion sur la démographie de la lutte : la grande majorité des agriculteurs – conventionnels et bios – s’engagent avec plus ou moins d’intensité dans la lutte pour le maintien du barrage. La poignée d’agriculteurs locaux engagés pour le retrait du barrage obéissent à deux logiques : d’une part, une logique NIMBY (tout ou partie de leurs terres auraient été recouvertes par la montée des eaux) ; d’autre part, un engagement préférentiel avec le Collectif originel qu’avec les zadistes ;

    iv. « aux dépens des sources d’eau que sont les écosystèmes aquatiques ». Si les sciences sociales veulent réellement s’aventurer sur le terrain de la biologie, qu’elles le fassent sérieusement : pourquoi éluder l’étiage ?

    v. La collusion étroite que le texte entretient avec le zadisme dérive vers plusieurs erreurs :

    v’. Le texte reprend sans l’interroger la critique zadiste d’un « système productiviste ». Est-on vraiment sûr que la vallée du Tescou présente le visage d’un système productiviste ?

    v ». Bien que présents de nombreux jours sur la ZAD et ses alentours, et bien qu’en contact avec de nombreux zadistes et agriculteurs de la vallée, nous ne pouvons confirmer l’existence de cette « bande de jeunes agressifs et très mobiles » « habillés de noirs, menaçant et défilant ». Toutefois, nous avons déjà entendu la rumeur circulant parmi les zadistes de l’existence d’une telle bande. Ce n’est sans doute rien de plus qu’une rumeur. Il y avait en effet des agriculteurs qui tentaient de bloquer l’accès à la ZAD. Lors des ces longues semaines d’altercations, l’agressivité fût symétrique. Si des agriculteurs ont pu arrachés des vêtements ou s’attaquer à des voitures, les zadistes n’ont pas épargné véhicules et intégrités physiques des exploitants agricoles. La sociologie possède pourtant des outils pour différencier les fruits d’un fantasme fasciste (« habillés en noirs, menaçant et défilant ») de la réalité des faits. Les anti-fascistes veulent tellement voir des fascistes qu’ils ont fini par les imaginer ;

    vi. « Mais elle est aussi très surveillée et encadrée par une police omniprésente au sol et dans les airs. » C’est malheureusement faux. Lors de ce week-end, l’accord des organisateurs avec le préfet fût un retrait de la police et l’auto-organisation de la sécurité. C’est justement avec la découverte d’un bataillon de gendarmerie mobile qui protégeait le matériel resté au fond du chantier que les affrontements débutèrent en début d’après-midi ;

    vii. « l’air devient irrespirable ». En vérité, l’air était très excitant pour les hommes en présence bien éduqués comme des hommes. Il serait incomplet de dire qu’une grenade a tué Rémi Fraisse : ce serait sans compter son sens aigu de l’honneur masculin qui le poussa à prendre part au combat. Sauf si vous parlez d’un air réellement irrespirable : car en effet, le gaz lacrymogène inondait l’atmosphère.

    • cerise dit :

      trois petites choses
      -En quoi le barrage aiderait à sauver de la faillite des agriculteurs ? au prix ou le CG comptait revendre l’eau…
      -Le « soutient de l’étiage » est une jolie formule qui signifie dilution des polluants trop concentrés à l’étiage tout de suite moins jolie mais plus explicite. Pour ce qui est des études scientifiques elles sont toutes en défaveur du barrage puisqu’il est une ineptie environnementale.
      -« ce serait sans compter son sens aigu de l’honneur masculin qui le poussa à prendre part au combat. »…de la sociologie? de l’anthropologie ? de la psychologie de comptoir ?

      • David et Jérémie Garrigues dit :

        i. Nous n’affirmions pas que le barrage aurait été financièrement profitable aux agriculteurs. Si vous voulez vraiment mener à bout une analyse économique toutefois, il faut intégrer deux éléments qui contre-balancent la hausse prévue du prix de l’eau : premièrement, les séchéressent actuelles coûtent (et, pour les raisons que l’on sait, la fréquence des sécheresses a toutes les chances de croître encore) ; deuxièmement, le barrage aurait d’abord bénéficié aux plus petites exploitations qui tendent à valoriser leurs rares parcelles irriguables par des cultures particulièrement gourmandes en eau (maraichage, maïs semence etc.). De sorte que nous sommes à l’opposé de ce qui s’est dit sur le barrage, à savoir qu’il bénéficierait d’abord à de prétendus capitalistes.
        Dans notre réponse cependant, nous nous situions à un niveau plus symbolique, sur le plan des perceptions, des visions du monde ou, si on veut, des idéologies. Si on prend au sérieux l’affirmation zadiste d’un combat contre « leur monde productiviste etc. », il faut faire de même avec la perception des agriculteurs au lieu de parler à leur place : leur point de vue, c’est que des charlatans, venus d’on ne sait où, sans aucune compétence agricole et plein de naïveté désopilante (« j’aime les arbres »), viennent sur leurs territoires pour les insulter et s’en prendre à un projet qui devrait stabiliser leurs activités déjà bien souvent précaires ;

        ii. Nous n’avons jamais dit qu’il fallait défendre le barrage pour la raison d’un meilleur étiage. Il faudrait déformer notre texte pour y trouver des éléments bruts de soutien à la retenue d’eau. Toutefois, lisez bien : nous répondons à des sociologues qui s’aventurent sur le domaine de la biologie en affirmant que les écosystèmes aquatiques sont affectés par une politique « productiviste » qui irait toujours dans le même sens et toujours en faveur des mêmes. A ceci nous répondons (modestement car nous ne sommes pas plus experts) que oui, pour la santé des environnements vivants, l’étiage est un élément clef. Un débit d’eau convenable assure généralement le maintien, l’équilibre et la prolifération de la faune et de la flore. Et en effet, le soutien de l’étiage a pour conséquence de diluer la densité des intrants. D’un point de vue écologique, la diminution de la concentration en intrants endigue les effets bien connus des concentrations élevées. En réduisant toute la problématique à un aspect strictement politicard, vous préférez l’écologie idéologique à l’écologie scientifique ;

        iii. Notre phrase était peut-être maladroite. Il en allait du bonhomme tristement décédé comme des autres garçons et rares filles que nous avons croisés et rencontrés ces jours-là : nous les trouvâmes excités par les combats, énervés, prêts à tous les sacrifices pour défendre leurs camarades d’armes. Il faut faire l’effort de comprendre pourquoi nous avons dit ce que nous avons dit. L’article ci-dessus tendait à réduire les combats violents et le décès qui en suivit à un seul élément explicatif : les tensions croissantes, vécues comme fatigues, nervosités et exaspérations. Les combattants auraient donc simplement répondus à la situation crispante comme n’importe qui d’autres, en pareil contexte, aurait répondu. Ils étaient exténués, provoqués de toutes parts (y compris par des fascistes inexistants) et ils ont mécaniquement réagit par une montée de violence. L’analyse de l’article sous-entend que les zadistes n’étaient rien de plus, dans cette situation, que des agents dans un système oppressant qui n’avaient d’autres solutions que la crise pour en sortir. Nous répondons que les zadistes ont agit comme des acteurs et non pas comme de simples agents qui auraient explosé sous la tension d’une situation écrasante. Il est remarquable que, lorsqu’il s’agit de monter dans des arbres pour dissuader le bûcheron, quand il s’agit de ces méthodes christiques et nobles, l’acteur est qualifié par son engagement. Alors que, lors qu’il en vient aux mains – ce qui est beaucoup moins avouable –, le militant est décrit par son agentivité.

    • Marie-Pierre Bès dit :

      sur la première partie de l’article et les critiques afférentes, je laisserai ma collègue Frédérique Blot, maitresse de conférences en « Géographie physique, humaine, économique et régionale » et « Aménagement de l’espace, urbanisme » et non sociologue, répondre. Je me contenterai d’assumer avec Pascal Ducournau, l’analyse sociologique par ailleurs, déjà validée par la revue Justice spatiale.
      Les critiques commencent donc au point V pour ce qui est de ma partie : si la vallée du Tescou ne présente pas le visage d’un système productiviste effectivement, c’est le cas de tous les projets de barrage y compris celui de Sivens, pour les opposants. Nous aurions pu même rajouter que, pour certains, l’enjeu était même le refroidissement de la centrale de Golfech en cas d’explosion. C’est dire à tel point que les « zadistes » et autres militants écologistes assimilaient ce projet au méchant système technocratique et capitaliste.
      Par contre, à propos de l’existence de « bandes de jeunes agressifs, cagoulés, mobiles et provocateurs », il ne s’agit pas de rumeurs ou de récits mais bel et bien de nos propres observations. Ils étaient présents le 25 octobre 2014 et nous les avons vus. De même avons-nous aperçu les gendarmes dans des véhicules ou des hélicoptères. Je ne vois pas d’ailleurs pourquoi je mentirai sur ces deux précédentes observations. Justement, j’étais présente le jour du 25 octobre et j’ai quitté les lieux en fin de journée.
      Du point de vue de l’analyse, deux points majeurs nous ont guidé : d’une part, souligner la convergence de deux formes de militantisme (documentation et occupation) et d’autre part, mettre en évidence la particularité des engagements « corporels » et totaux dans la deuxième forme. Notons d’ailleurs, que le mouvement actuel Nuit Debout comporte non seulement ces deux formes de participation au débat public (on occupe et on documente cette occupation) mais également, dans sa sémantique, le recours à un vocable lié au cycle de la vie humain : la nuit (le sommeil nécessaire) et debout comme posture physique propre à l’homme.
      Enfin, votre interprétation du drame renvoie à une posture psychologisante (sens aigu de l’honneur, bien éduqué, masculin) que je vous laisse bien volontiers, n’ayant dans ce domaine, il est vrai aucune compétence. Nous nous sommes contentés de dire qu’en fin de journée (mon collègue Pascal est parti à la tombée de la nuit), les tensions entre ces différents groupes (opposants, zadistes, militants aguerris, gendarmes, casseurs, etc.) étaient palpables et d’autant plus fortes que les familles et enfants avaient quitté le site, laissant alors les actes violents s’exprimer librement.

  6. J’ai habité vingt ans 1983/2003 à 10kms de Sivens – Castelnau de Montmiral – je vous trouve particulièrement indulgent ou ignorant pour le principal boutefeu du conflit : L’inamovible cumulard socialiste-cassoulet. : le camarade Carcenac. C’est à la pêche aux électeurs qu’il comptait se livrer dans l’inutile retenue de Sivens. La situation politique du PS est fragile dans un de ses fiefs historiques, le département de Jean Jaurés. La désignation des candidats aux élections y est plus qu’ailleurs un psychodrame sanglant.
    Thierry la Fronde est venu plusieurs fois féliciter les forces vives et les forces de l’ordre pour leur fermeté. Son vieil  » ami  » Quilès la Tendresse Installé à Cordes, à 30 kms, est resté étrangement silencieux pendant tout le drame. Par forces vives, comprendre la FNSEA qui a fourni les casseurs et saboteurs de la ZAD, pour au moins un incendie criminel, de nombreuses ratonnades et la destruction du mausolée à Rémy Fraisse.
    Il va falloir améliorer votre  » observation participante » chers et jeunes collégues…
    Cordialement
    Christian Durand
    Enseignant-chercheur en économie politique
    UTM 1970/2003.

  1. 01/04/2016

    […] Alors que le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes rentre dans sa 45ème année, accompagné d’autant d’années de conflit entre partisans et opposants, le cas de Sivens illustre au contraire l’extrême rapidité d’un antagonisme entre différentes parties, qui s’est dramatiquement fini. Il mettrait aux prise des « gens d’ici » soucieux de développer leur territoire, à des « gens d’ailleurs », des « étrangers » qui, par amour de la nature, viendraient s’opposer à ce développement. En fait, l’explication binaire trop simpliste « gens des villes contre gens des campagnes » ne tient pas. Pas plus d’ailleurs que « ceux d’ailleurs contre ceux d’ici ».  […]

  2. 03/04/2016

    […] tribune d’universitaires toulousains dans la revue Mondes Sociaux : Sivens ou qui défend la vie sur le territoire ? Plein de RVs dans l’agenda, notamment la conf’ de Federici le 7 à Saint Antonin et un […]

  3. 13/04/2016

    […] avril 2016 Publié dans: Non classé. Poster un commentaire source : scoop.it/t/decroissance 30/03/2016 Marie-Pierre Bès, Frédérique Blot, Pascal Ducournau […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *