La Guerre d’Espagne : de l’Histoire à la mémoire

1954124115La proximité entre la région toulousaine et l’Espagne a favorisé le développement de contacts économiques, politiques et sociaux et a contribué à ce que Toulouse devienne la capitale politique et culturelle de l’exil des républicains espagnols.

Les diverses associations, les partis politiques et les syndicats, déploient une intense activité pour faire reconnaître les souffrances vécues pendant la guerre (1936-1939), la période de la dictature franquiste (1939-1975) et les difficultés à se faire entendre lors de la période de transition (1975-1982/86). Les historiens et anthropologues des laboratoires toulousains, à l’aide de méthodologies scientifiques qui leurs sont propres (analyse d’archives, de témoignages, observations, etc.) souhaitent eux aussi, aider à démêler les enjeux historiques et mémoriels de cette période trouble et encore très polémique.

  • ALBERT-LLORCA M., 2011, « Les avatars de la mémoire des morts de la guerre civile espagnole (1936-1939) et le mausolée du Valle de los Caídos », in BOUCHY A., IKESAWA M., La mort collective et le politique. Constructions mémorielles et ritualisations, 2011, Tokyo : Institut des sciences sociales et humaines.
  • ALBERT-LLORCA M., 2010, « Memoria y olvido de los campos de internamiento de los republicanos españoles en el suroeste de Francia », Archivio Antropologico Mediterraneo, n°12 (2), 105-114. (URL : full text )
  • BERDAH J.-F., 2000, La démocratie assassinée. La République espagnole et les grandes puissances, 1931-1939, Paris : Berg International.
  • BERDAH J.-F., 2007, « Les chemins de l’exil. La tragédie des républicains espagnols et la politique de la France pendant la guerre civile », in BERDAH J.-F., BLOCH-RAYMOND A.,
  • ZYTNICKI C., D’une frontière à l’autre. Migrations, passages, imaginaires, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, Coll. Méridienne, 131-150.
  • VARGAS B., 2010, Les espagnols en France : une vie au-delà des Pyrénées, Toulouse : Éditions de l’Attribut, Coll. Exils.
  • VARGAS B., 2008, La Seconde république en exil en France : 1939-1977, Albi : Presses Universitaires de Champollion, Coll. Histoire de l’Espagne.
  • VARGAS B., FARRÉ S., SANZ C., SIMON M., 2010, UGT y el reto de la emigració económica, 1957-1976, Madrid : Éditions Francisco Largo Caballero.

De l’Histoire…

Dès la fin des années 1970, des chercheurs reconnus à l’image de Bartolomé Bennassar, Lucienne Domergue ou Jean-Pierre Amalric ont grandement contribués à placer l’étude de la péninsule ibérique au centre des recherches historiques toulousaines. À côté des travaux sur le Moyen-Âge ou l’époque moderne, ils se sont progressivement intéressés à la période plus contemporaine et notamment au XXe siècle en Espagne. En 1995, le laboratoire FRAnce Méridionale ESPAgne (FRAMESPA) est créé par regroupement de plusieurs entités préexistantes. Au départ, l’un de ses principaux objectifs est d’entreprendre des recherches coordonnées sur le monde ibérique dans un temps long (depuis le Moyen-Âge).

Bien qu’il ait aujourd’hui diversifié ses champs d’investigation (Amérique du sud, Afrique du nord, Europe nordique, …), il reste cependant largement attaché à l’étude des thématiques relevant de l’Europe méridionale et de la péninsule ibérique. Deux chercheurs de l’équipe Diaspora (étude des migrations dans le temps long) mettent l’accent sur l’histoire de la Guerre d’Espagne et de l’Exil républicain. Le premier, Bruno Vargas se concentre sur l’histoire politique et sociale de la période, en particulier la Seconde République et l’évolution des organisations socialistes (PSOE, UGT).

Exilés espagnols au cap d'Argelès-sur-Mer

Exilés espagnols au cap d’Argelès-sur-Mer

Biographe d’un militant emblématique, Rodolfo Llopis (secrétaire général du PSOE dans l’exil), il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages et articles ayant contribué à dynamiser ce pan de recherches. Le second, Jean-François Berdah a surtout travaillé sur les divers rôles des grandes puissances et de la diplomatie internationale pendant la Guerre d’Espagne. Lui aussi laisse une large place à l’étude de l’exil durant cette période.

Depuis 2006, ils ont participé à plusieurs colloques, organisés notamment en collaboration avec l’association Présence de Manuel Azaña, dont le Président n’est autre que Jean-Pierre Amalric. Mais les deux historiens ne se contentent pas de faire diffuser leurs recherches à l’échelon régional ou transfrontalier, puisqu’ils publient aussi en langues étrangères (anglais, espagnol, allemand). Ils prennent part à la préservation d’une tradition d’études historiques bien ancrée depuis plusieurs décennies à Toulouse.

… À la Mémoire

Dans une perspective ethnologique, le LISST-CAS (Centre d’Anthropologie Sociale) participe pour sa part à l’étude de la construction d’une mémoire des républicains espagnols de part et d’autres des Pyrénées. Marlène Albert-Llorca, coordinatrice du projet « Avatars de la mémoire de la guerre civile espagnole », souhaite placer les usages sociaux de la mémoire et les pratiques commémoratives qui en découlent au centre de la recherche pour observer l’évolution des problématiques mémorielles, individuelles et collectives. Dans cette optique, elle s’attache à la symbolique franquiste, notamment au travers du mausolée El Valle de los Caídos [La vallée de ceux qui sont tombés] et à l’internement des républicains dans les camps français (Le Vernet).

CC Wikimedia Godot13

CC Wikimedia Godot13, Vue frontale de la Basilique Sainte-Croix del valle de los Caídos

L’un de ses collaborateurs, Dominique Blanc, s’intéresse aux problématiques de monumentalité et mène des recherches autour de la question des « mémoriaux de la guerre civile en Catalogne » (musées, monuments, reconstitutions, commémorations, …). Il est intervenu sur les liens entre les lieux de mémoire de la guerre civile et l’identité catalane dans le cadre du séminaire organisé le 24 mars 2011 par la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier « Construction des territoires et des identités ».

Au travers de son observation de la reconstitution de la bataille de l’Èbre (juillet 2010), de la muséographie et des commémorations, il démontre que l’une des manières de réactiver la mémoire passe par la mise en avant de pratiques guerrières. Ces dernières prennent le dessus dans la récupération des valeurs démocratiques et aident à relativiser les oppositions idéologiques en s’en tenant à des faits, à du concret, à des lieux et objets physiques. La construction d’une identité de victime, quel que soit le camp, tout autant que la mise en face à face des multiples représentations, permet à chacun de trouver une place dans cette mémoire duale. L’objet de sa communication n’est pas d’apporter des conclusions, mais plutôt d’émettre des hypothèses afin d’engager une dynamique collective de recherches. Le séminaire « Mémoires des violences politiques » organisé par Marlène Albert-Llorca, Dominique Blanc, Valérie Robin et Dorothée Delacroix, a pour objectif principal de rendre compte des transformations identitaires et sociales entraînées par les différentes manières de faire référence au passé, principalement au travers des exemples de l’Amérique Latine et de l’Espagne. Il cadre avec le projet « Mémoires dominées et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques » initié au sein du LabEx SMS et pour lequel les chercheurs souhaitent « prendre à revers les savoirs établis et les représentations officialisées, en les confrontant aux populations qui, « par le bas », se les approprient, les contestent, et les transforment ». Si les deux laboratoires ne réfléchissent pas sur les mêmes objets et ne déploient pas les mêmes grilles d’analyse, leurs actions se révèlent complémentaires et favorisent ainsi l’émulation entre les diverses disciplines regroupées au sein de SMS.

Crédit image en bandeau :  CC Wikimedia Bandera de la Segunda República Española

 


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Philippe Guillén dit :

    Bonjour Klr, j’ignorais cette contrainte de longueur ou plutôt de réduction. Maintenant, je comprends mieux: quand on a juste la place d’un playmobil et d’un bonzaï on ne se risque pas à poser une barre HLM ni même une forêt amazonienne! Rien non plus n’indiquait que ton objectif était de valoriser les chercheurs, je comprends tout maintenant, donc pas de souci !…Et puis, à bientôt autour d’une Quemadilla . Un abrazo, Philippe.

  2. Philippe Guillén dit :

    Bonsoir Klr. Dans ton commentaire – bien sûr synthétique- je trouve que tu expédies bien vite l’Exil espagnol lui même pour t’appesantir sur le rôle des universitaires (que je ne contexte pas, mais que tu mets en avant) et pour revenir ensuite à la Mémoire et soudain, à un espagnol d’importance, Llopis, mais déjà rendu « antique »! Bref, les 20 000 réfugiés espagnols de Toulouse (tout de même 10 % de la population toulousaine dans les années 45-55) sont réduits à la portion congrue dans ton article: juste une phrase et 4 petites lignes, alors que ce furent bien eux d’abord- les familles- qui furent le « conservatoire  » actif des idéaux républicains dans notre région. Préoccupé d’Histoire, tu en oublies tout ce qui s’est passé, d’actif, à partir de Toulouse -en raison de la chape de plomb, police et censure franquiste- et vers l’ Espagne même. Klr, l’expression consacrée= « Toulouse , capitale de l’Espagne républicaine » (en dépit même de l’installation au Mexique du gouvernement en exil), n’est pas un vain mot! Ici même, les Mémoires ont précédé fortement, et de manière vive, le travail des Historiens, et en de multiples domaines, culturels, politiques, syndicaux en même temps…. Et je ne te dis pas les réunions informelles au Jardin des Plantes ou places Olivier ou des Ravelins (l’enfant que j’étais, accompagnant son grand-père, s’en souvient encore!). Tu ne dis rien non plus du rôle joué par la Casa de EspaNa ou autres ateneos ou clubs (théâtre, sport…), ni des sièges du PSOE en exil (qui a tenu plusieurs congrès dans la ville) ou de l’UGT, tous deux rue du Taur, ni du siège de la CNT (pas même de Federica Montseny dont la présence à Toulouse – une ex-Ministre tout de même, alors même que nulle part en Europe aucune démocratie n’avait accordé autant d’importance aux femmes dans la vie politique), Même silence sur les passages des 2 côtés de la frontières, de personnes, armes, fonds, organisés depuis Toulouse. Rien non plus des grandes manifestations contre les crimes de Franco qui ont pourtant ô combien maintenu la mémoire vive au sein de la communauté espagnole (des abuelos hasta los nietos) et contribué à la transmission dans les familles d’abord et vers les historiens ensuite (dirai-je, moi !). Contre l’assassinat de Cristino Garcia, dans l’immédiat après-guerre, il y avait foule dans les rues de Toulouse. Et plus tard encore contre l’assassinat de Julian Grimau surtout, ce fut plus éclatant! Jusqu’à aujourd’hui encore, c’est le record de manifestants dans les rues de Toulouse. Il a même fallu que les autorités, submergées par l’affluence, détournent le parcours de la manifestation. Et parmi la foule qui défilait, les historiens (et même si on élargit à leurs étudiants, surtout à l’époque!) ne devaient alors représenter qu’une part infime. Bref, à placer des titres de rubriques je glisserai d’abord un : »Du vécu de L’Exil, de la mémoire vive », puis, pourquoi pas, ton « …A l’Histoire » et « … A la Mémoire » (que je mettrais, moi, au pluriel). J’ajouterais que les Historiens, que tu places un peu trop à l’avant scène -je me répète- se sont chronologiquement intéressés à la question espagnole, un peu et puis d’avantage, surtout après les années 70 et surtout donc après le procès de Burgos et sa médiatisation en France (ne serait-ce par la présence d’avocats de la Défense français), et en lien avec l’apparition sur la scène publique intra et extra-espagnole(s) des nationalistes basques de l’ETA (qui a par ailleurs donné un coup de vieux aux vieux partis de la clandestinité et y compris au mouvement anarchiste en faisant apparaître le vieillissement de leurs cadres au profit de générations montantes, dont des étudiants, dont aussi de plus en plus de jeunes femmes: et ce fut la période des « pétroleuses », comme elles se baptisaient en référence à la Commune). Désormais, ces Historiens avaient dans leurs cours de jeunes étudiants qui voulaient bien s’intéresser aux mozarabes, certes, mais étaient soucieux de parler de l’Espagne qui leur était contemporaine… et je ne parle même pas de ce qui a fait suite au « garrotage » de Salvador Puig….pour être court et pour ne pas plagier davantage le travail fait par les auteurs du livre « L’antifranquisme en France, 1944- 1975… »
    Allez, bonne soirée Klr et à très bientôt. .. du côté de Bielsa, je crois!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *