AZF : la sécurité en questions

le-cas-d'azf-258 (1)Dans cet ouvrage « le cas AZF » n’est pas synonyme de catastrophe. L’usine est analysée comme toute autre usine développant des règles de sécurité, mettant en place un service dédié et disposant d’un Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT).

L’analyse se fonde sur les récits d’anciens salariés de l’usine. Ouvriers, cadres, syndicalistes racontent le fonctionnement quotidien, l’arrivée des dispositifs de sécurité, les étapes de son développement, la gestion des caillebotis, des soupapes et des jets de vapeur. Mais aussi leur vie et leur attachement cet environnement industriel. Bref, Les paradoxes de la sécurité – Le cas AZF est un livre qui traite d’une usine qui fonctionne, qui construit sa sécurité. Il ramène le lecteur à la réalité des pratiques de tous ceux qui travaillent à la maîtrise des risques et à la santé des salariés en milieu industriel.

  • Terssac G. de, Mignard J., 2011, Les paradoxes de la sécurité – Le cas d’AZF, Paris, PUF, coll. Le Travail Humain.

Quand les salariés se saisissent de la sécurité

L’ouvrage remonte dans le temps. Il part de l’époque des années 1980 où les indicateurs d’accidents du travail étaient mauvais pour mieux analyser les mécanismes d’incitation et d’engagement qui ont amené tour à tour les salariés, les syndicalistes et les cadres à se saisir de la question. Il montre que la sécurité industrielle se construit sur le champ des relations professionnelles et dans le quotidien des situations. Il analyse la manière dont les salariés fondent une sécurité en action à partir d’une sécurité fixée par des règles. Il montre la transformation des règles formelles en obligations partagées que chacun s’engage à suivre et qui deviennent alors des règles effectives. Quatre méta-règles sociales à la base de ce travail d’organisation de la sécurité sont mises en évidence : l’engagement pour améliorer la sécurité, l’appropriation de la sécurité, la compréhension par un retour sur l’expérience vécue et la coordination par la formalisation écrite des savoirs et des règles communes.

L’usine AZF avant l’explosion

L’usine AZF avant l’explosion

Quatre règles sociales

La règle d’engagement dans la sécurité renvoie à la manière dont les individus entrent dans l’action d’amélioration de la sécurité et respectent les obligations élaborées. Plusieurs formes d’engagement sont mises en évidence : l’engagement incitatif où la sécurité est initiée par la direction extérieure à l’usine, puis par la direction de l’usine ; l’engagement coercitif où la sécurité est plus imposée avec un renforcement du contrôle, et enfin l’engagement consenti sur la base d’un contrôle partagé et d’une sécurité négociée.

L’appropriation des règles de sécurité repose sur l’usage des règles pour vérifier qu’elles conviennent au travail et qu’elles sont acceptables par tous. Il s’agit d’une socialisation des règles de sécurité et d’un partage collectif de connaissances sur leur bien-fondé. La règle de sécurité est alors acceptable, négociée, ajustée en permanence et intégrée au savoir-faire dans le cadre des interactions de ceux qui se mobilisent. La sécurité est ici décrite comme un processus permanent de décisions et d’actions qui prolonge la définition des règles.

La compréhension des règles de sécurité est liée à la règle sociale qui donne la possibilité d’apprendre de son expérience et permet des échanges par une activité réflexive des acteurs pour construire des règles pratiques. Dit autrement, il s’agit de ne pas punir la survenue d’incidents ou d’accidents. L’impunité est une condition de l’engagement. Mieux encore, elle modifie les rapports entre les agents de maintenance et les agents de production qui ne s’affrontent plus lors d’un incident pénalisant la production. Cette règle est la condition nécessaire à l’analyse des événements et des incidents pour comprendre l’activité de ceux qui sont sur le terrain et progresser en matière de sécurité.

De Terssac

Gilbert De Terssac

La coordination par les savoirs est une action collective de gestion des connaissances acquises. Elle repose sur une règle sociale d’écriture permettant de « mettre sur le papier », de partager collectivement et de transférer les connaissances les connaissances sur la sécurité. Ces supports d’écriture contribuent à la mise en commun des compétences distribuées entre des acteurs qu’ils soient reconnus ou méconnus pour leur capacité à produire ou à organiser la sécurité. Par cette règle d’écriture, les savoirs de sécurité sont gérés en suscitant l’engagement, en même temps qu’ils engagent les parties à négocier et à résoudre le problème.

En fin de compte, cet ouvrage montre que la sécurité ne relève pas d’une organisation totalement fiable. Elle se fonde sur des pratiques où, au-delà d’une sécurité réglée et gérée, existe une sécurité négociée reposant sur la production collective de règles en permanence renégociées. Elle résulte, d’une part, des interactions et des confrontations entre les acteurs, d’autre part, de la rencontre entre les dispositifs de sécurité et la disposition de ses utilisateurs à les mobiliser au cours de leur activité.

Crédit image en bandeau :  CC Freepik


Irène Gaillard

CERTOP-CNRS (irene.gaillard@ipst.fr)

More Posts

Irène Gaillard

CERTOP-CNRS (irene.gaillard@ipst.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *