Les paroles de chercheurs, le numérique et la scène sociale

CC Pixabay Peggy_Marco

CC Pixabay Peggy_Marco

Les chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) ne sont pas insensibles à ce que l’on a longtemps appelé la «vulgarisation scientifique ». Mais paradoxalement, ils la pratiquent assez peu. Il faut dire qu’ils ont des circonstances atténuantes : elle est mal reconnue par les instances qui gèrent leur carrière – mais c’est également vrai pour leurs collègues des sciences « dures » qui manifestent un plus grand intérêt –, ils n’y sont guère encouragés par ceux qui organisent, animent ou financent la recherche…

Bref, si la vulgarisation des SHS n’est pas en panne, elle avance à un train de sénateur. Le TGV est plutôt l’apanage de « lieux » non académiques, mais qui ne sont pas pour autant coupés du monde de la recherche : Sciences Humaines, Alternatives Economiques et L’Histoire pour la presse française, les expositions, l’éducation populaire…

Dans ces conditions, il est tentant de s’interroger sinon sur les tenants et les aboutissants de ce phénomène, du moins sur ses enjeux dans le double contexte des mutations profondes qui affectent le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’urgente nécessité de la parole publique des chercheurs en SHS face aux problèmes majeurs que rencontre la société.

Vulgarisation ou partage des connaissances ?

Si l’idée de rendre la science publique date des Lumières, l’expression « vulgarisation de la science » apparaît au 19ème siècle dans un contexte fortement marqué par la croyance au progrès ininterrompu, notamment en raison de l’accélération de la production des connaissances et de leurs applications pratiques. Vulgariser, c’est rendre accessibles à des publics « profanes » des connaissances scientifiques « sacrées », grâce à un travail de reformulation fondé sur des techniques d’exposition au service du contenu, de la manière de le dire et de le faire passer. Or ce mot est ambiguë : d’un côté, il est porteur d’une utopie constructive, de l’autre il appelle des critiques. On en retiendra trois :

  • la vulgarisation est simplificatrice (certains la rapprochent de l’alphabétisation) et elle manie trop didactique et séduction ;
  • elle est souvent adossée d’une part, à une conception particulière du monde alors que plusieurs sont en concurrence sur le marché des idées, d’autre part, à une croyance « enchantée » au progrès scientifique, technique et industriel ;
  • son modèle est celui de la communication verticale, du savant vers l’ignorant.
CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Pour dire les choses autrement, elle néglige les espaces de dialogue sciences/société au sein desquels s’expriment désormais non seulement les demandes sociales – d’aucuns diraient « citoyennes » – de savoirs scientifiques, mais aussi la critique plus ou moins désenchantée des usages de ces savoirs, voire le souhait de participer à leur construction et à leur circulation. C’est pourquoi beaucoup de spécialistes préfèrent parler de « communication scientifique », « médiation scientifique », « partage des connaissances », « publicisation de la science », parfois en oubliant que ces expressions ne sont ni identiques, ni univoques en terme de sens.

  • Boure R., Lefebvre M., 2015, « Entre science légitime et science amateur : le devenir trivial d’une information scientifique sur Internet », Les Enjeux de l’Information et de la Communication, n°16/3A.
  • Schiele B., Claessens M., Shi S., eds., 2012, Science communication in the world : practices, theories and trends, Berlin : Springer.
  • Pailliart I., dir., 2005, La publicisation de la science, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble
  • Jacobi D., 1999, La Communication scientifique. Discours, figures, modèles, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Quels enjeux pour les Sciences humaines et sociales ?

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Le partage et la circulation des connaissances en SHS ne vont pas de soi, alors même qu’ils sont plus que jamais nécessaires. Aux interrogations traditionnelles (faut-il s’en remettre à des tiers – journalistes, animateurs, communicants – ou impliquer davantage les chercheurs ? quels publics attendus ?), s’ajoutent notamment des questionnements liés aux potentialités du numérique. On les laissera de côté pour évoquer brièvement le rôle social du chercheur en SHS, puis le statut des connaissances scientifiques.

Dans ces moments de crise et donc d’incertitude chronique, et contrairement à ce qu’affirment nombre de politiques de droite ou de gauche, comprendre les phénomènes sociaux et leurs acteurs, ce n’est pas chercher des excuses à leurs comportements et à leurs pratiques. C’est se donner les moyens non seulement de les connaître dans leur complexité et leur multidimensionnalité, mais aussi pour agir. Agir non dans l’urgence ou dans l’émotion, même si elles ont leur place, ou pour apporter une solution magique comme si désigner le mal suffisait à le combattre. Mais pour partager leurs résultats – car résultats il y a – et contribuer, dans une démarche citoyenne, à construire des réponses différentes de celles qui ne marchent pas ou ne fonctionnent plus.

  • Lahire B., 2016, Pour la sociologie et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », Paris : La Découverte.

Le statut des connaissances n’est pas seulement remis en cause par les acteurs politiques. Il l’est aussi par l’économie néolibérale qui voudrait en faire des biens privés immatériels, notamment en privatisant leur accès, du moins quand elles sont rentables. Or leur partage général et gratuit réactive un débat qui va au-delà du « pour ou contre la privatisation ».

Faut-il partager les connaissances car ce sont des biens communs ou parce qu’elles relèvent des biens publics  ? Biens communs et biens publics sont caractérisés par la non-rivalité (leur consommation par un acteur n’empêche pas leur consommation par d’autres), la non exclusivité (dès qu’une connaissance est produite, chacun peut en profiter) et l’usage collectif. Mais les premiers sont l’objet d’une gouvernance communautaire, l’auto-organisation collective découlant de « l’agir commun » posé comme principe d’organisation politique de la société ; les seconds sont protégés par l’Etat social, dont l’Etat républicain français constitue un des modèles : garant des ressources publiques, des services publics et du droit social, il légifère, gère et régule au nom de tous et pour tous. Alors, faut-il considérer que les connaissances sont des communs ou des biens publics ? S’il est loin d’être tranché, ce débat à au moins le mérite de rappeler qu’elles doivent être accessibles à tous car elles concernent chacun.

  • Boccon-Gibod T, Crétois P., dir., 2015, Etat Social, propriété publique, biens communs, Lormont : Le Bord de l’eau.

Ces enjeux sociétaux et ces questions vives sont peu visibles dans l’activité sociale de partage des connaissances produites par les chercheurs en SHS. Et pourtant, ils sont bien présents.

Et Mondes Sociaux dans tout ça ?

Mondes Sociaux se définit lui-même comme un Web magazine en libre accès spécialisé dans le partage et la circulation des connaissances en SHS, et ce dans une perspective ouvertement multidisciplinaire et multithématique. Ce faisant, il est conduit à proposer des éclairages variés sur des questions de société et des débats d’idées, contribuant ainsi à populariser la parole publique des chercheurs.

Si on reformule autrement pour approfondir, on peut dire que Mondes Sociaux est :

  • Un hybride, un composite, comme il en existe sur le Net. En effet, il relève en partie du monde de la presse (son modèle éditorial est largement inspiré du format magazine) et en partie du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche : il a été créé et il est géré par des chercheurs, son modèle économique est celui du service public car ses moyens sont ceux de l’Université, il est mis en ligne sur une plateforme publique (Hypothèses.org), il s’adresse potentiellement à tous, l’accès aux articles est gratuit…
  • Une initiative bottom up, car partie du « bas » – en l’occurrence le Labex Structuration des Mondes Sociaux – et sans le soutien initial de « grandes institutions académiques ». Ce qui a été un désavantage… et un atout : dans la mesure où personne ne l’attendait, il a pris son temps pour faire évoluer son projet éditorial, a profité goulument du droit au tâtonnement et à l’erreur, a testé sans complexe des manières de faire parfois incongrues, s’est inscrit volontiers dans des pratiques collaboratives ou les a suscitées…
  • Un projet éditorial qui assume le choix du numérique, c’est-à-dire celui de ne pas ressembler à la déclinaison d’un support papier. Car le numérique offre des ressources pour construire des « articles augmentés » : images fixes et animés, podcasts, graphiques interactifs, web-documentaires, interactions avec les lecteurs via les commentaires et les réseaux sociaux,  liens hypertextes. Ces derniers ne sont pas seulement didactiques : ils pointent sur des ressources « utiles », donnent de l’épaisseur et/ou de la lisibilité aux articles, renvoient à d’autres textes académiques ou non.
CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Mais si le numérique offre d’incontestables potentialités, il ne peut pas tout. En particulier, il ne dispense pas d’un projet éditorial et d’une politique d’offre affirmés et assumés. Le magazine met en ligne des contenus qui ont une valeur ajoutée par rapport aux flux d’informations, tout en revendiquant une manière à la fois sérieuse et décalée de les partager. En présentant sérieusement des travaux de recherche sans pour autant se prendre au sérieux, Mondes Sociaux affirme à sa façon que les SHS ont des résultats et postule que ces derniers ne laissent pas indifférents décideurs et citoyens pour peu qu’on parvienne à les intéresser.

Enfin, le numérique rétrécit l’espace et accélère le temps : ce qui est mis en ligne peut atteindre plusieurs types de publics dans un minimum de temps et à différentes échelles, dont l’échelle mondiale. L’erreur est de penser qu’il suffit de mettre en ligne pour que ça circule. Or les publics ne sont jamais donnés ; ils sont toujours construits, ce qui suppose une stratégie, des dispositifs, des interactions, des médiations qui s’inscrivent dans le temps long. Pour Mondes Sociaux, cela a porté ses fruits : au 1er trimestre 2016, la consultation mensuelle moyenne est de 23 000 visites et 100 000 pages consultées, hors robots (Mondes Sociaux en chiffres).

Partager les connaissances en SHS au-delà du monde académique suppose que les chercheurs se dotent d’outils de partage multiples, visibles et socialement reconnus. Mais aussi qu’ils y proposent des textes dans un langage « non durci » au sein duquel les mots sont pesés moins pour coller aux concepts, à la problématique et à la méthode, que pour rendre compte de ce qui, dans leurs questionnements et leurs résultats, est susceptible d’intéresser leurs contemporains et d’aider à mieux poser les problèmes et à imaginer des solutions.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 

Crédits image à la Une : CC Pixabay Nachrichten_muc 

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

More Posts

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Caliaros dit :

    Vulgariser pour valoriser

  1. 21/04/2016

    […]   […]

  2. 21/04/2016

    […] Les chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) ne sont pas insensibles à ce que l’on a longtemps appelé la «vulgarisation scientifique ». Mais paradoxalement, ils la pratiquent assez peu. Il faut dire qu’ils ont des circonstances atténuantes : elle est mal reconnue par les instances qui gèrent leur carrière – mais c’est également vrai pour leurs collègues des sciences « dures » qui manifestent un plus grand intérêt –, ils n’y sont guère encouragés par ceux qui organisent, animent ou financent la recherche…  […]

  3. 25/04/2016

    […] Les paroles de chercheurs, le numérique et la scène sociale – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *