L’information service, un enjeu majeur pour les médias ?

CC Wikimedia Commons OpenCliparts

CC Wikimedia Commons OpenCliparts

Vous ne connaissez pas l’information service ? Rien d’étonnant à cela, puisqu’elle est un type d’information souvent négligé par les spécialistes… de l’information. Pourtant, elle est née en même temps que l’information journalistique, s’est parfois confondue avec elle et a toujours joué un rôle important dans l’offre éditoriale et le modèle économique de nombreux journaux. Trois éléments la définissent : elle est potentiellement utile pour la vie quotidienne du lecteur ; elle est construite et attestée par une source extérieure au média ; son contenu n’est pas transformé par le média qui la publie.

Il s’agira ici de rappeler la place qu’elle a occupée dans l’offre médiatique, en particulier pour la Presse Quotidienne Régionale (PQR). Ensuite, on dessinera les grandes lignes de son évolution contemporaine, en s’attardant particulièrement sur la façon dont certains groupes de presse la valorisent.

  • Bousquet F., 2015. « L’information-service au cœur de la reconfiguration de la presse infra-nationale française », Réseaux, n°193, 137-165.

Une information à l’origine et au cœur de la presse locale et régionale

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

En France, la presse est née au 17ème siècle et Théophraste Renaudot est considéré comme son fondateur. Mais si l’on connaît bien son journal – La Gazette – consacré à l’information générale sur le Royaume de France, on connaît moins son autre périodique, La Feuille du Bureau d’Adresses (seuls quelques exemplaires sont conservés), dédié à la publicisation des annonces de ventes ou de locations de biens et de services, recueillies par Renaudot dans son bureau parisien.

Ce type d’information est d’ailleurs à l’origine des premières publications d’informations non parisiennes. En effet, au 18ème siècle, Les Affiches et Avis divers se sont multipliés dans les principales villes de province. Composés largement d’annonces soit pour des biens et des services soit pour des messages des autorités locales ou nationales à destination de leur territoire de diffusion, ces journaux sont considérés comme la première presse locale française. Même si elle recouvre une réalité qui évolue à chaque époque et sur chaque type de support, l’information service est donc au cœur de la première offre informationnelle non parisienne.

Par la suite, dans le modèle qu’élabore progressivement la PQR, elle tient un rôle encore plus important. En effet, dans l’offre globale qu’elle propose, l’information service locale, voire hyperlocale, est à la fois un marqueur éditorial et une ressource économique. Ses titres, dont les premiers apparaissent à la fin du dix-neuvième siècle, proposent un contenu qui va des grandes nouvelles internationales jusqu’aux petits fait-divers de chaque canton, recueillis par un réseau de correspondants, dont la plupart sont des soutiens politiques de ces journaux engagés. Le niveau de granularité des éditions locales de la PQR constitue ainsi son principal avantage comparatif. Elle est le seul média à pouvoir traiter de l’information de chaque commune et à donner en même temps l’ensemble des nouvelles du pays. Mais cette attention au micro-local a pour contrepartie une conception particulière de l’information.

CC Wikimedia Commons Atresgots

CC Wikimedia Commons Atresgots

L’information communale ou cantonale est en effet, pour une large part, formulée par une source ayant un rapport direct avec elle (un président d’association, un élu communal…) ; par ailleurs, elle comporte souvent une dimension pratique importante. Ainsi, depuis plus d’un siècle, les pages locales sont occupées par des annonces d’évènements et de spectacles culturels ou sportifs, leurs comptes rendus, les ordres du jour des assemblées générales des associations et des conseils municipaux, les horaires d’ouverture des services publics, les informations liées à l’état civil (naissances, décès, mariages)…. On y trouve aussi de nombreuses petites annonces qui contribuent à donner de la matérialité à un territoire d’échange et qui constituent des ressources financières non négligeables pour les titres.

Bref, jusqu’à une date récente, l’information service en France reste l’apanage des titres de la PQR et elle participe tant à la richesse de leur proposition éditoriale qu’à leur équilibre économique et financier.

  • Martin M., 2002, La Presse régionale, des Affiches aux grands quotidiens, Paris : Fayard.
  • Feyel G., 2000, L’Annonce et la Nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford : Voltaire Foundation.

L’information service aujourd’hui

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

C’est désormais un nouveau paysage qui se dessine, car l’information service a en grande partie migré sur des supports électroniques et est prise en charge par de nouveaux acteurs de l’information. Même s’il est difficile de dresser un tableau synthétique de la reconfiguration en cours, deux tendances principales peuvent être signalées :

  • D’abord, l’apparition et le succès rapide de sites spécialisés dans les petites annonces. Non seulement ils marquent une séparation entre l’annonce et la nouvelle, mais encore ils contribuent à redéfinir le lien entre médias et territoires. En France, Le Bon Coin est le symbole de cette évolution. Avec ses concurrents spécialisés dans l’immobilier, l’automobile ou l’emploi, ce site appartenant au groupe Schibsted participe à l’asséchement du marché des petites annonces pour la presse papier et à son transfert quasi intégral en ligne. Mais loin de se cantonner à un annuaire d’annonces, Le Bon coin est aussi un site reconstruisant des liens territoriaux autour de l’échange marchand ou des évènements locaux.
  • Ensuite, c’est tout le secteur médiatique qui est bouleversé par ces changements. Car le contenu ne coûte rien ou presque à produire, tandis que les chiffres de consultation des sites démontrent son intérêt pour les lecteurs : l’information service est une importante source de revenus dont s’emparent peu à peu des groupes plus ou moins liés à l’univers des médias traditionnels. Des groupes de presse comme Springer, Le Figaro ou Fimalac construisent des offres médiatiques dans lesquelles l’information journalistique joue un rôle de plus en plus marginal.

maxresdefaultSpringer, groupe allemand historiquement spécialisé dans la presse papier et l’édition, s’est converti au numérique en vendant ses journaux et en achetant, dans toute l’Europe, des sites de petites annonces, de discussions et de contenus créés par les utilisateurs. Ainsi Axel Springer a-t-il investi en France dans quelques-uns des pure-players (natifs du Web) non strictement journalistiques dont le succès est remarquable : la plate-forme Aufeminin.com, la banque de recettes de cuisine proposées par les internautes Marmiton.org, le portail immobilier Seloger.com et au printemps 2014 la société Car & Boat Media, éditrice des sites LaCentrale.fr (annonces automobiles), Promoneuve.fr (déstockage de véhicules neufs), Annoncesbateau.com et Caradisiac.com (actualités mécaniques). Cette stratégie à l’échelle internationale, ainsi que la bonne santé financière du groupe, témoignent à la fois de la réalité de la fin de l’offre groupée et de la valorisation économique aboutie des contributions gratuites des internautes.

La stratégie du groupe français Le Figaro est un autre exemple du virage entamé par certains médias. Quatrième ensemble de sites français en terme de visiteurs uniques, l’entreprise de Serge Dassault se diversifie depuis de nombreuses années en achetant des médias en ligne très éloignés de l’information journalistique. Déjà propriétaire de Cadremploi.fr, de l’ensemble des déclinaisons papiers et numériques du titre Le Particulier ou encore d’Evene.fr et de La Chaine Météo, Le Figaro a acheté à l’automne 2015 le groupe Benchmark, alors 8ème ensemble français sur Internet, et ses sites phares : L’Internaute, Comment ça marche, Le Journal des femmes, Hugo l’escargot, Santé-médecine, Droit-finance, Copains d’avant

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Fimalac, groupe moins connu car issu de la finance – il possède l’agence de notation Finch – occupe une place significative dans les médias en ligne français grâce à Webmedia. Propriétaire d’Allociné, première encyclopédie en ligne sur le cinéma francophone, de 750g, principal concurrent de Marmiton, de la déclinaison des sites Pure Médias, de Terra Femina et surtout de Jeux-video.com (leader sur son secteur), Webmedia est un acteur majeur du monde médiatique français qui passe en grande partie sous les radars des analyses. Sa spécialisation dans des sites qui mêlent le service et l’information journalistique n’est probablement pas pour rien dans cette discrétion qui est inversement proportionnelle à son audience.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

D’autres groupes français, indépendants, comme Cerise ou Melty, sont aussi des acteurs majeurs des médias en ligne si l’on en croit les chiffres publiés par l’OJD. Ils ont chacun construit une offre dans laquelle une certaine forme d’information service est primordiale. Fonctionnant sur l’analyse automatique des tendances les plus discutées sur le Web, ils construisent des articles, écrits ou audiovisuels, y répondant, tout en se gardant de traiter de l’actualité politique et sociale. Leurs sujets de prédilection sont la culture, la consommation, les loisirs qu’ils traitent en mêlant recommandations et conseils pratiques.

Qu’ils fassent partie ou pas de grands groupes identifiés, ces nouveaux acteurs médiatiques ont ainsi pour particularité d’abolir la distinction entre information journalistique et information service dans l’ensemble de leurs contenus éditoriaux. Par conséquent, à côté de la séparation entre l’annonce et la nouvelle, de plus en plus souvent hébergées sur des supports différents, c’est à une recombinaison informationnelle que nous assistons, dans laquelle information journalistique et information service ne sont pas aisément différentiables.

Il résulte de ce tableau brossé à grands traits qu’un retour sur l’information service constitue une clef de compréhension du paysage médiatique contemporain, tant du point de vue de l’analyse de la situation de l’information locale que de celle de l’apparition de nouveaux types de médias en ligne.

  • Bousquet F., 2016, « Les territoires de la presse locale et régionale », in Dragan I., Pélissier N., Roventa Frumusani D., ed., Journalisme et transformations sociales : des anciens aux nouveaux médias, Paris : L’Harmattan, 39-60.
  • Bousquet F., Smyrnaios N., 2012, « Les médias et la société locale, une construction partagée », Sciences de la Société, n°84-85, 5-15.
Le bon petit coin. CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Le bon petit coin. CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt

Franck Bousquet

LERASS (franck.bousquet@iut-tlse3.fr)

More Posts - Website

Franck Bousquet

LERASS (franck.bousquet@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/04/2016

    […] Hoax, rumeur, desinformation. Prezi. L'EMI, quel(s) enseignement(s) pour le professeur documentaliste ? Crank Wheel. Partager son écran facilement. De l'info à l'intox. Attaques : le bel édito du NYT était un commentaire (Lemonde.fr) La cartographie des controverses. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=10&cad=rja&uact=8&ved=0CFwQFjAJahUKEwiS29_NuufHAhUUR9sKHfckCuQ&url= Kik messenger. Outils numeriques 2015.pptx – Microsoft PowerPoint Online. Le tchip. Les éléments de la notice bibliographique. Synonyme sidérant. Etablissements et Vie Scolaire. L'éducation aux médias appartient l'école. L’information service, un enjeu majeur pour les médias ? – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *